Histoire vécue Famille - Enfants > Relation parents-enfants      (1118 témoignages)

Préc.

Suiv.

Ambivalence des sentiments parentaux

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies 16 ans
Mail  
| 1711 lectures | ratingStar_120629_1ratingStar_120629_2ratingStar_120629_3ratingStar_120629_4

L'amour et la haine ne sont-ils pas les deux facettes d'un même sentiment très fort d'attachement ? C'est ce qu'on dit en tout cas. L'ambivalence des sentiments que nous portons à nos parents me paraît tout à fait normale, puisque notre amour, parfois déçu à certains égards, se transforme en inimitié. L'important c'est que cela ne dure pas toute une vie, pour ne pas empoisonner notre propre esprit. Est-ce que aimer doit être un sentiment inconditionnel, global, total et permanent, sans aucune ombre ? Est-ce que nos déceptions envers ceux que nous aimons doivent entraîner quelque chose d'aussi fort que la haine ? Il y a des personnes qui se placent envers leurs parents comme envers leurs enfants : ils les veulent parfaits, sans faille, et considèrent comme une atteinte personnelle (voire intentionnelle) leurs espoirs décus. Je ne parle pas de parents qui auraient commis des maltraitances, mais de parents ordinaires qui ont fait de leur mieux, tout en ne parvenant pas à combler TES attentes. Mais est-ce leur rôle de combler toutes tes attentes ? S'ils ont réussi à t'inculquer une confiance en toi, un noyau intérieur sur lequel t'appuyer, je crois qu'il n'ont pas failli à leur rôle de parents, même si tu en attendais plus. Pour ma part, j'ai parfois éprouvé une grande colère à leur endroit, mais avec le temps, moi-même mère, j'ai compris qu'avant d'être parents, ils sont des individus avec leur propre histoire, qui ne peuvent donner plus que ce qu'ils ont. Je suis maintenant persuadée que ce qu'ils n'ont pas réussi à donner, ou mal donné, n'était pas une volonté délibérée de leur part. Il m'arrive d'être indifférente à certaines de leurs plaintes que je juge déplacées ou résultantes de leur attitude dans la vie. Mais je continue à les aimer, mieux qu'avant me semble-t-il. Car je ne les vois pas comme dans l'enfance où l'on attend absolument tout de nos parents. Je le vooi comme des humains qui m'ont apporté ce qu'ils pouvaient avec bonne foi et amour. Même s'ils ont commis des erreurs que je paie dans ma vie actuelle. Je suis sûre, hélas, que j'ai moi-même commis des erreurs d'éducation, en toute bonne foi. Il est trop tard maintenant pour changer ce qui a eu lieu. Ne vaut-il pas mieux se concentrer sur l'amour que tu leur portes ? Car la haine est un sentiment qui t'abime personnellement et empoisonne ta vie.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


120629
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble…

image

Merilles. C'était le verbe "rattacher" ds la phrase en gras. "rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble… enfin c'est ce que moi je comprend par ce verbe. Pour ce qui est des elments culturels et sociaux je pense justement au fait...Lire la suite

Je ressens de la haine envers ma mère

image

J'ai grandi avec des parents qui nous mélaient, nous les quatre enfants constamment à leurs disputent. Le mot est trés faible, car lorsqu'ils se disputaient (ce qui arrivait 2 fois par semaine environ) cela se produisait la plus part du temps en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages