Histoire vécue Famille - Enfants > Relation parents-enfants      (1118 témoignages)

Préc.

Suiv.

C'est la guerre entre ma mère et moi depuis mes 18 ans

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 581 lectures | ratingStar_222014_1ratingStar_222014_2ratingStar_222014_3ratingStar_222014_4
D'abord, je suis une fille unique, j'ai 28 ans et je vis seule. Ma mère m'a élevée seule depuis ma conception jusqu'à maintenant. Je suis en thérapie depuis 3 ans.Les conflits avec ma mère ont commencé tard : jusqu'à 16 ans, tout était calme. A 18 ans, ca a été la guerre et elle n'a plus jamais cessé. Depuis ma thérapie, j'ai pu dégager des lignes directrices de ma relation avec ma mère que je vais essayer d'exposer en quelques points. - Ma mère m'a élevée seule parce qu'ayant eu des problèmes relationnels avec son propre père, elle n'a pas jugé important de m'en donner un. Je sais qui est mon père et elle l'a toujours estimé, elle ne l'a jamais descendu à mes yeux mais elle a choisi de faire un enfant avec quelqu'un dont le projet n'était pas de l'élever. A ma conception, elle savait que mon pere retournerait dans son pays d'origine et que tout formidable qu'il soit, il ne serait pas là pour m'élever. - Ma mère m'aime. C'est une évidence que je dois reconnaitre. Elle n'agit pas par malice mais parce que son fonctionnement et le mien sont totalement différents. - Nous avons une relation profondément souffrante : je ne me sens absolument pas reconnue en tant qu'individu à ses yeux. Ce que je fais n'est pas bien, mes réactions sont mauvaises, mes pensées sont étranges, mes choix sont idiots. mais elle m'aime. - Ma mère fonctionne à la méfiance. Elle se méfie de tout et de tout le monde, moi y compris. Pour arriver à fonctionner plus ou moins normallement et avoir des relations sociales, elle est dans un système de vérification perpétuelle. Elle me soumet à cette vérification depuis mon enfance. Tout est prétexte à vérifier ce que j'avance, ce que je sais, ce que je fais. Quelques exemples : En course, elle m'envoie chercher un produit. Puis, elle me demande son prix et me demande de le soustraire du prix d'un autre article... pour vérifier que je sais faire une soustraction mentale. Quand j'étais enfant, cela passait pour un exercice pratique, je détestais ça, mais soit. Seulement, j'ai 28 ans et ca continue. Au détour d'une conversation, elle me demande la capitale de tel pays, la signification de tel terme, toujours pour vérifier que je sais. Elle vérifie aussi systématiquement ce que je fais et me soumet à son approbation ou à l'approbation d'un tiers : est ce que je peux prendre les congés que je prends? Est ce que je suis allée à la banque chercher la monnaie du pays dans lequel je me rends? Est ce que mon compagnon m'a autorisée à aller au resto avec elle ou des amies? Est ce que mes amis m'autorisent à sortir avec mon compagnon? - Parrallèlement à cette vérification constante, elle critique tous mes choix et prend systématiquement le parti des autres. Si je me dispute avec telle ou telle amie, sa seule préoccupation est le tort que j'ai causé à l'amie en question. Si je me sépare d'un homme, elle se lamente de ne pas m'avoir appris à faire des compromis, ce qui aurait permis à mon couple de subsister. Si je choisis un métier, il est évident que mon choix est mauvais et qu'il va la faire "mourir". Quand j'ai fait mes études, j'ai été paresseuse, j'aurais pu faire bien plus ( j'ai un BAC 3 avec lequelle je suis très chanceuse : je bosse depuis 4 ans, je trouve toujours du travail, aujourd'hui j'ai la sécurité de l'emploi et une carrière devant moi, qui peut en dire autant?), j'aurais du faire un BAC 5... Cela fait des années que je tente de lui parler, que je me soumets à son approbation avec pour conséquences que : - je suis affectivement dépendante d'elle. Je n'arrive pas à me défaire d'elle : je n'existe que dans son regard. je ne me sens aucune légitimité à vivre ou à exister. - je suis dans une rage folle contre elle, perpétuellement. J'en suis arrivée à souhaiter sa mort. Le moindre contact avec elle m'irrite, la moindre parole de travers provoque un conflit et une rupture de contact qui peut aller de plusieurs jours à plusieurs semaines. Je constate avec effroi que c'est toujours moi qui reprends contact. je me sens nulle, seule, attérée, comme assoiffée en plein désert. Je suis dans un état de tension quasi-permanent. Je me sens en état de siège, prête à réagir au moindre problème... par l'attaque. J'ai un caractère de combattante, je suis une pure guerrière et je confesse que ca n'aide pas. Aujourd'hui, elle me propose une thérapie. La première thérapie que nous avons tentée ensemble a échouée. J'ai longuement hésité à accepter celle-ci et je commence déjà à le regretter alors qu'elle n'a même pas commencé. Je pense y aller avec de mauvaise motivations : je n'ai pas du tout envie de faire des efforts ou que ca "s'arrange". J'y vais juste parce que c'est un terrain où je vais pouvoir faire la guerre. Je pense que je suis méchante... Et j'en souffre. je souffre de ne pas être la fille dont elle rêve (je suis une mégère selon elle) et je souffre de ne pouvoir être moi-même et reconnue en tant que telle. Je souffre de lui en vouloir à ce point et je souffre d'être dans une telle rage.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


222014
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble…

image

Merilles. C'était le verbe "rattacher" ds la phrase en gras. "rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble… enfin c'est ce que moi je comprend par ce verbe. Pour ce qui est des elments culturels et sociaux je pense justement au fait...Lire la suite

Je ressens de la haine envers ma mère

image

J'ai grandi avec des parents qui nous mélaient, nous les quatre enfants constamment à leurs disputent. Le mot est trés faible, car lorsqu'ils se disputaient (ce qui arrivait 2 fois par semaine environ) cela se produisait la plus part du temps en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages