Histoire vécue Famille - Enfants > Relation parents-enfants      (1118 témoignages)

Préc.

Suiv.

C'est très difficile de vivre avec un père narcissique

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante
Mail  
| 1782 lectures | ratingStar_236418_1ratingStar_236418_2ratingStar_236418_3ratingStar_236418_4
Je n'ai jamais voulu être victime, et je ne peux pas être d'accord avec ce fait établi : pour qu'il y ai un bourreau, il faut qu'il y ai une victime "consentante". Ha, ça non, non, c'est faire le jeu des pervers. Ma mère à 79 ans, et elle est toujours la prisonnière de mon géniteur, et elle s'est battue pour s'en sortir, je m'"en souviens. J'ai vu ma mère morte vivante à 9 ans, dans l'HP où mon père l'avait faite enfermée, suite à un harcèlement monstrueux, silencieux, nous même les enfants, nous étions complices, par la peur et la suggetion."votre mère est malade, il ne faut pas la deranger..." Je subis la même chose, car mon père à fait une sorte de contrat avec mon ex.mari, il m'a placée, et il savait très bien de qui il s'agissait, car c'est quelqu'un qui prend des infos sur les gens. Pas moyen d'avoir un portable de manière privée, j'en suis à ma 15ème carte sim au moins. J'ai acheté des ordi. (pauvre pomme naïve, pensant que j'allais m'en sortir comme ça...bon...passons...)je me suis abonnée au mons à 6 fai, le problème, c'est que j'ignore COMMENT je suis fliquée ! Une chose est sûre, "lui" sait tout ce que je fais, et moi rien. C'est quelq'un qui ne parle pas, un mur ! Si j'essais de dialoguer, il renverse. Je ne peux même plus aller voir un mèdecin, je n'ai plus de médicaments, je tiens je ne sais pas comment, un jour ça va, un autre je suis exsangue. Je le rerépète, et le répètera tant qu'il me restera un souffle de vie : dans certains cas, il n'y a pas d'autre moyen pour une victime que de recevoir de l'aide de l'extèrieur. Tout ce que j'écris ici, est lu, probable, mais comme j'ai du mal à penser...et parfois, je ne sais plus, quand il provoque (sourires ironiques qui veulent dire qu'il a fait une saleté dans mon dos en remontant des gens dans mon dos qui me font des allusions blessantes, par exemple), après, je ne sais même plus comment je m'appelle, ni qui je suis, je me retrouve soit épuisée,exsangue, soit révoltée, alors que je suis douce de nature ! Folle, peut-être que je le suis tout de même, il y a de quoi devenir dingue. Ma m^_ère est étiquetée "cinglée", et elle n'a plus un comportement normal. Mêême si c'est dû à la torture et à la séquestration qu'elle endure, les gens ne voient que ça. J'ai coupé les ponts en 2000 avec toute la famille. Et je suis toujours aussi surveillée, mais rien n'est dit, je le sais à des petits trucs...et peut-être que je me trompe en plus.Comment savoir, puisque c'est le mutisme, sourires ironiques, (j'appelle ça les sourires tueurs). Pour moi, tout est dur, j'ai tellement cherché de l'aide, que plus je me suis bougée, plus l'étau s'est resserré, je suis comme étranglée. Venir ici à été très long et très pénible, il a fallu reformater, je suis ko. Une victime ne choisit pas forcément d'être une victime. Il faut changer cette manière de penser, qui est dénuée de compassion, d'amour et de compréhension. J'e m'excuse, je suis quelqu'un qui dit ce qu'il pense, là, j'ai lâché le morceau ! je pense que bcp de personnes meurent de ne pas recevoir d'aide de l'extèrieur, elles meurent lentement, sur toute une vie. Quand un terroriste tient en jou une personne dans la rue, que font les gens ? Ils appellent la police et il y a une intervention pour sauver cette personne et le terroriste est arrêté, ou tout est fait pour. Là, la mitrallette est psychologique, quotidienne, elle ne se voit pas, mais j'ai bel et bien la sensation d'avoir une arme pointée dans le dos, avec le stress, et tout ce qui va avec. Je dors habillée avec mon sac à côté de moi. La honte ! Mon chien a peur maintenant, lui aussi est destabilisé. Il m'est très difficile de venir écrire ici. J'ai eu du mal à retrouver le forum, et je suis souvent vidée, suis obligée de rester couchée. Merci de m'avoir lu, bien qu'écrire me donne mal au ventre maintenant, le fait d'être lue...romp un peu mon isolement, et courage à toutes les autres femmes surtout, COURAGE; et celles qui croient en Dieu, priez, ça donne de la force quand on est au coeur de la tempête.
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


236418
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par Sylvievercors | le 20/06/13 à 13:54

De tout cœur avec toi. Je suis dans une situation plus ou moins similaire sauf qu'on essaie, nous les autres membres de la famille, de bouger un peu les choses. Enfin, on voudrait bien.

Par sensogg | le 05/08/16 à 16:16

.

Histoires vécues sur le même thème

Rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble…

image

Merilles. C'était le verbe "rattacher" ds la phrase en gras. "rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble… enfin c'est ce que moi je comprend par ce verbe. Pour ce qui est des elments culturels et sociaux je pense justement au fait...Lire la suite

Je ressens de la haine envers ma mère

image

J'ai grandi avec des parents qui nous mélaient, nous les quatre enfants constamment à leurs disputent. Le mot est trés faible, car lorsqu'ils se disputaient (ce qui arrivait 2 fois par semaine environ) cela se produisait la plus part du temps en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages