Histoire vécue Famille - Enfants > Relation parents-enfants      (1118 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai coupé les ponts avec ma mère dépressive

Témoignage d'internaute trouvé sur e-sante 4 ans
Mail  
| 8820 lectures | ratingStar_545_1ratingStar_545_2ratingStar_545_3ratingStar_545_4

Bonjour,

Je me présente, j'ai 37, j'ai un garçon de 11 ans, je vis en couple.

Je car je n'arrive plus à vivre avec la maladie psychologique de ma mère.

Je m'explique : depuis plusieurs années, ma mère a des moments de dépressions, au fil des années ces phases de dépression sont devenues de plus en plus rapprochées et longues pour devenir constantes.

Je vais résumer car ce serait trop long à raconter en détail, adolescente, ma mère n'a pas supporté mon éloignement normal vers une vie sociale autre qu'elle. A mon mariage, elle ne supportait pas mon mari (lui où un autre le résultat aurait été le même) , je le dis, car actuellement je suis avec un autre compagnon et c'est pareil, pourtant ils sont totalement différents.

Quand j'ai eu mon fils, elle voulait tout contrôler. Nous avons vécu une tragédie douloureuse dans la famille et ça a été la dégringolade.

Ma mère vit avec mon père, qui supporte au quotidien sa maladie, mais moi je ne supporte plus son comportement. Elle a 65 ans mais elle en parait 10 de plus (maigreur anorexique, prise de médicaments forts sans avis médical).

On ne peut plus avoir de relations normale avec elle : elle se brouille avec tous les membres de notre famille, elle veut tout contrôler, elle se sent persécutée, elle parle constamment de la mort, des maladies, elle parle de vouloir en finir et pourtant elle lit tous les magasines de santé (mange bio).

Dès qu'on la contredit, elle rentre dans une phase de colère et on ne peut plus avoir de dialogue. Elle veut toujours avoir raison et elle sait tout sur tout. Elle ne peut s'empêcher de lancer des phrases blessantes pour un oui où pour un non.

On ne peut plus avoir de réunion familiale sans qu'il y ait un conflit déclenché par son comportement. On a déjà essayé de lui faire comprendre qu'il fallait qu'elle se fasse suivre par un psychiatre, mais rien à faire, pour elle les psy c'est pour les fous et elle, elle ne se considère pas malade.

Le plus dur, c'est qu'elle est en train de détruire son petit fils qui est souvent avec eux. Malgré les efforts de mon père pour éviter ses dérapages, elle ne peut s'empêcher de parler de mort, de cancer, de son envie de mourir, de la haine qu'elle porte à mon compagnon, devant mon fils.

Maintenant à un âge de raison, celui-ci se rebelle face à elle et c'est très souvent que des conflits éclatent entre eux. Et pourtant il est conscient que sa grand-mère est malade, il l'aime, mais il ne supporte plus son attitude. Je sens bien que mon fils gardera toujours en mémoire ces épisodes de son enfance avec sa grand-mère et j'ai peur de la suite à venir pour lui.

Voilà, depuis peu, j'ai décidé de couper les ponts avec elle. Je n'y suis jamais vraiment arrivé depuis, mais ces derniers temps les choses on empirées et c'est moi qui suit sur le point de perdre la raison.

J'espère que le fait de ne plus avoir de nouvelle de sa fille unique la fera réagir dans le bon sens.

Je n'ai plus d'espoir ni de solution. J'espère que les personnes qui m'auront lu, qui vivent peut-être la même chose que moi, pourront me donner du réconfort, un espoir, une solution. Je vous en remercie par avance.
  Lire la suite de la discussion sur e-sante.fr


545
b
Moi aussi !
90 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble…

image

Merilles. C'était le verbe "rattacher" ds la phrase en gras. "rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble… enfin c'est ce que moi je comprend par ce verbe. Pour ce qui est des elments culturels et sociaux je pense justement au fait...Lire la suite

Je ressens de la haine envers ma mère

image

J'ai grandi avec des parents qui nous mélaient, nous les quatre enfants constamment à leurs disputent. Le mot est trés faible, car lorsqu'ils se disputaient (ce qui arrivait 2 fois par semaine environ) cela se produisait la plus part du temps en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages