Histoire vécue Famille - Enfants > Relation parents-enfants      (1118 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai dévoilé toute ma vie à ma mère

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 474 lectures | ratingStar_225761_1ratingStar_225761_2ratingStar_225761_3ratingStar_225761_4
Pendant mes congés à ses côtés, ben un beau jour j'ai lâché un peu plus de mon vécu. C'est vrai, elle ne sait rien de moi. Je la sais angoissée, triste mais je suis surtout anéantie par son manque de confiance en ses enfants pour aller de l'avant. Toujours cette pensée que le mieux-être vient d'en dehors de soi. Je peux pas la changer alors je fais avec. Il y a un an et demi, je l'ai mise au courant de l'inceste, de la façon dont j'avais rencontré mon premier homme, de l'avortement que j'avais pratiqué. Quelques jours après, il n'a plus été question de rien. Sans doute avait-elle besoin de digérer tout celà. J'avais besoin de me dire à ma maman pour qu'elle cesse de me "harceler", d'attendre de moi des choses que compte tenu de mon vécu, je ne peux donner, vu où j'en suis. J'ai compris que je lui faisais du mal mais j'avais besoin de ne plus être la seule à avoir mal. J'avais besoin que ma maman sache un peu de mes douleurs, même si pour elle celà reste intellectualisé j'imagine. Cette fois, j'ai parlé de mon ex et des conclusions que j'ai tirées de mes petites expériences par la durée mais grandes par la souffrance. J'y suis allée franco, sans envelopper les choses du sexe pas plus que les sentiments, les douleurs. Comme pour me donner une dernière chance de la gagner tout net par le coeur. J'ai dit avoir gagné en estime de moi, que même si c'est théorique pour l'instant, j'ai en quelque sorte gagné la partie puisque je ne m'imagine plus être une proie pour les méchants gars. J'existe par moi-même. Un instant après que je lui aie parlé, elle m'a demandé si les psys que j'avais fréquentés avaient su dire le pourquoi de la chose, de ce vécu. S'il s'agissait d'un manque de confiance en moi. Mais purée, ma famille a nié mon existence, a nié mes douleurs, n'a pas cru en moi, jamais. Et j'aurais dû me sentir aimée? Sentir que j'avais droit au bonheur? Le droit d'exister? Sans doute est-ce trop dur pour elle -et c'est pas nouveau- de se remettre un petit peu en question. Je ne veux pas qu'elle prenne en charge toutes les responsabilités mais quand vous avez votre enfant qui pleure à chaudes larmes, qui crie au secours, qui pense au suicide, qui est en danger? J'ai tant de fois tendu ma mimine, j'ai tant de fois cherché secours et je n'ai jamais trouvé personne. C'est moi qui aujourd'hui prends soin et répare les blessures de cette petite fille qui demeure en moi. Je l'emmène avec moi partout et je la console. Je suis là pour elle. Je me le devais. Pas le choix. Si je veux être bien, heureuse, avoir toutes les chances de l'être, être en accord avec les choses et les projets qui me tiennent à coeur, y a pas, c'est à moi de faire mon chemin. Quand elle m'a quittée à la gare hier, elle m'a dit de faire attention à moi. Comme si tout ce qui me restait à faire, c'est éviter de toutes mes forces les dangers potentiels, quitte à fuir. Mais comment le pourrais-je si ce n'est en partant de moi? Merci de m'avoir lue. J'avais besoin d'écrire celà pour mieux mesurer où j'en suis. Olivetom est de retour parmi vous et ici j'avance, grâce à vous et grâce à moi. Je pense qu'il y a une chose que je ne lui dirai jamais. C'est l'histoire de l'homme qui m'a droguée et a abusé de moi et que j'ai remercié car il était plus important pour moi à l'époque de faire valoir le désir de l'autre (jusqu'à l'humiliation de moi) que de m'épargner une douleur supplémentaire. J'ai tant changé depuis, merci à moi
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


225761
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble…

image

Merilles. C'était le verbe "rattacher" ds la phrase en gras. "rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble… enfin c'est ce que moi je comprend par ce verbe. Pour ce qui est des elments culturels et sociaux je pense justement au fait...Lire la suite

Je ressens de la haine envers ma mère

image

J'ai grandi avec des parents qui nous mélaient, nous les quatre enfants constamment à leurs disputent. Le mot est trés faible, car lorsqu'ils se disputaient (ce qui arrivait 2 fois par semaine environ) cela se produisait la plus part du temps en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages