Histoire vécue Famille - Enfants > Relation parents-enfants      (1118 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je n'ai plus à supporter les souffrances de ma mère

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 594 lectures | ratingStar_222136_1ratingStar_222136_2ratingStar_222136_3ratingStar_222136_4
Dire sa haine, dire sa colère, expulser de soi des sentiments qui n'ont jamais été exprimés... Il faut en passer par là. Ce que j'ai appris en analyse. Dire quoi qu'il en coûte, que tout ce que je n'ai pas dit à mes parents me rongent depuis des années. Les parents ne sont pas tous de bons parents, pourquoi ne pas le dire une fois pour toute. Je suis dans cette position moi aussi d'éviter ma haine vis à vis de mes parents. Ma colère vis à vis de ma mère. Mais, je sais aujourd'hui, que pour aller mieux il faut ne plus me mettre à la place de ma mère, ne plus lui donner des excuses, elle est responsable de ses actes passés, présents et futurs. Certes elle n'a pas eu une enfance facile, mais elle avait le choix de ne pas reproduire ce qu'elle a subi, le choix d'aller mieux, le choix de ne pas faire souffrir ses enfants. Sa souffrance n'est pas la mienne, qui s'est occupée de moi quand j'allais mal ? Personne... Quand je vais mal aujourd'hui, seul mon analyste est là en tant que guide, écoute, présence pour m'aider à aller mieux, à extérioriser ce qui me fait mal. Bolivar tu as raison de dire, que d'avouer sa colère, de dire ses sentiments ne va pas provoquer un cataclysme. Quand je passe un moment agréable avec ma mère, un moment sans colère, sans agressivité, là je me dis je suis injuste avec elle... Et pourtant combien de fois a t-elle crié après moi, m'accusant du pire, comme si je n'étais rien... Ces mots, son comportement, sa haine je ne l'oublierais jamais et je ne peux plus tolérer, accepter de qui que ce soit de me traiter comme ma mère m'a traitée... Une chose insigniante, je n'étais pas sa fille mais le réceptable de sa haine, de sa souffrance. Cela ce n'est pas pardonnable, et je ressens que je lui en veux. Je n'ai plus envie de taire ce que j'ai vécu. Je n'ai plus envie de tenter de réparer ma mère, tenter de comprendre son histoire. Il s'agit de moi, et non d'elle. De moi et non des autres. Il faut prendre soin de soi, cesser de se négliger, de donner aux autres, de leur attribuer des excuses. J'ai toujours été très critique avec moi-même, en étant ainsi je n'ai fait que donner raison à ma mère, elle la victime et moi le bourreau. Cette époque là est révolue. J'apprends à être responsable de mes actes, de mes choix, de ma vie, de mon histoire, mais je n'ai pas à porter la souffrance, l'histoire des autres. Ce n'est pas être égoïste que de parler ainsi, mais se libérer de ce qui ne nous appartient pas. Nos parents n'ont pas le monopole de vie et de mort sur nous leurs enfants. Ils nous ont mis au monde certes, nous ont élévé, ce qui est tout à fait normal, mais en aucun cas nous avons à leur devoir quelque chose. Un enfant n'a pas à craindre ses parents mais à les respecter. Ce qui est deux choses bien différentes.
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


222136
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble…

image

Merilles. C'était le verbe "rattacher" ds la phrase en gras. "rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble… enfin c'est ce que moi je comprend par ce verbe. Pour ce qui est des elments culturels et sociaux je pense justement au fait...Lire la suite

Je ressens de la haine envers ma mère

image

J'ai grandi avec des parents qui nous mélaient, nous les quatre enfants constamment à leurs disputent. Le mot est trés faible, car lorsqu'ils se disputaient (ce qui arrivait 2 fois par semaine environ) cela se produisait la plus part du temps en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages