Histoire vécue Famille - Enfants > Relation parents-enfants      (1118 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je ne m'entends plus avec ma mère

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 2782 lectures | ratingStar_221948_1ratingStar_221948_2ratingStar_221948_3ratingStar_221948_4
Ma mère est rongée par quelquechose de malsain qui la fait souffrir mais qui selon elle vient des autres, en l'occurence de moi sa fille ! J'ai bientôt 30 ans et cela fait 6 mois que je n'ai pas de nouvelles d'elle, depuis le jour où enceinte de mon 2ème bébé, elle a pété les plombs au téléphone en me reprochant de ne pas m'occuper d'elle, de la laisser seule, de ne pas aller la voir (alors que je devais éviter de faire de la voiture et qu'elle habite à 40km et qu'elle a une voiture!), elle m'a même dit qu'elle aussi avait été enceinte et que ce n'était qu'un prétexte pour la négliger !Ensuite elle a continué en disant que dans mon couple je ne me comportais pas comme il faut, que mon fils de 2 ans 1/2 ne lui apportait pour le moment pas assez (charmant! elle a même culpabilisé mon fils !), et que si ce qu'elle me disait ne me convenait pas je pouvais raccrocher. Ce que j'ai fait.J'ai pleuré toutes les larmes de mon corps ensuite. Larmes de colère, de culpabilité, de tristesse, d'abandon et de deuil d'une mère qui ne sera JAMAIS celle qu'on aurait aimé avoir...passée la colère on se retrouve très vite devant la culpabilité, puisque inconsciemment, dans notre éducation, c'est à l'enfant de plier à ses parents. Même si on sait très bien que notre réaction est plus que légitime et surtout protectrice.Difficile d'échapper à cela, surtout que la grossesse nous rend si fragiles, vulnérables et à fleur de peau, et surtout nous ramène à notre image : celle d'une petite fille qui va à nouveau être maman. Dur dans ces conditions de garder la tête froide.J'ai pourtant réussi, tant bien que mal à occulter ma culpabilité. Avec l'aide d'amis, de mon mari et de mon fils, pour qui à je me DEVAIS d'être une maman non plus anéantie ni triste mais une maman gaie et attentive. Je crois que c'est un travail intérieur très perso à faire, en se persuadant que ce qu'on fait c'est pour nous préserver et ne voir que l'essentiel, notre cocon familial, celui qu'on fabrique, celui pour lequel on est indispensable et un vrai pilier, celui qu'on constitue avec notre mari et nos enfants et qu'on appelle famille au sens propre, pas une pseudo famille qui ne nous apporte que du négatif comme avec elle, notre mère Quelquepart j'ai fais mon deuil de ma mère. C'est malheureux de dire ça mais c'est vrai. J'ai fait le deuil de la mère que j'avais quand elle était bien, car c'est arrivé. Depuis dans ma tête, c'est comme si je n'avais plus de mère. Ce que je dis là choque beaucoup mon entourage, cet entourage qui l'excuse systématiquement et lui pardonne tout, même la douleur qu'elle fait subir de par sa souffrance.Sans lui en vouloir vraiment j'ai décidé d'appliquer le dicton "ce sont les plus gênés qui s'en vont" ma mère me gêne alors je m'en vais. Lâcheté ? Non absolument pas, puisque quand il arrive qu'on ne s'entende pas avec qqun, on ne le fréquente pas, et bien pourquoi ce serait différent avec notre famille? De quelle obligation sommes nous investis pour devoir systématiquement subir sans jamais un retour positif ? Si c'est ça la lâcheté alors je suis lâche mais libre.Ce n'est pas tous les jours facile, même passés les plus grands moments de culpabilité.Quand mon bébé est né il y a un mois, j'ai été à nouveau confrontée à ça. A la maternité inconsciemment j'ai espéré qu'elle vienne voir son petit fils, qu'elle se montre au moins une grand mère à défaut d'être encore ma mère. J'ai espéré qu'elle laisse sa bêtise de côté, sa rancoeur et qu'elle vienne rencontrer mon petit bout. Comme si la naissance de mon fils devait être révélateur ou miraculeux. Malheureusement ou heureusement je ne sais pas, rien de cela ne s'est produit. Elle n'est pas venue, n'a pas téléphoné, elle ne connait pas le petit dernier. En revanche 3 semaines après elle a envoyé une carte de félicitations en y écrivant un bref texte avec gros bisous au petit, et une petite carte à l'attention de mon plus grand. Je lui ai lu et lui ai expliqué d'ailleurs qu'elle était en colère contre moi et qu'elle ne voulait pas venir, avec des mots simples. Je ne veux rien lui cacher Mais de cette attitude qu'elle a eu, je crois que dans son esprit malade, elle essaie de prendre mes enfants en "otage", elle se sert de mon rôle de mère pour me culpabiliser. En disant à demi mots, tu vois si je ne vois pas mes petits enfa,ts c'est à cause de toi. Et elle a un peu réussi à me faire douter, j'ai un peu de mal à passer cette étape là. Surtout qu'après l'accouchement les hormones nous jouent à nouveau des tours, baby blues oblige !Et puis je pense à la fête des mères, vais-je lui souhaiter ou pas ? Vais-je lui envoyer un sms ? Que penser ?
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


221948
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par nathnacc4 | le 22/05/12 à 12:48

Je me retrouve complètement dans la même situation que vous.
Ma mère, par contre, a toujours pensé à elle d'abord et croit toujours qu'elle est la victime des autres. Dernièrement, elle vient de dépasser les limites et essaye de faire vaciller ma vie et mon mariage. Et du coup, j'ai enfin pu prendre la décision de rompre les liens définitivement. Mais c'est dure à vivre et heureusement que mon mari et ma belle-famille me soutiennent ainsi que mes amis. Sa tactique est sournoise et indécente, elle essaie de retourner mon mari et ma belle-famille contre moi, en prenant contact avec eux par téléphone alors qu'en 4 ans elle ne les a jamais contacté. Et elle me critique et me mets plus bas que terre. Je comprends vraiment pas pourquoi elle fait cela, elle a tout à perdre en faisant cela. Et je supporte pas de savoir que pour me faire mal à moi, elle fait souffrir mon mari et mes beaux-parents. Je me sens anéantie et tellement triste. Et donc, pour la fête des mères qui a eu lieu le dimanche 13 mai (chez nous en Belgique), j'ai décidé de rien faire puisque j'ai décidé de rompre les liens mais mal m'en a pris car elle a contacté ma belle-mère pour l'interroger si elle (ma belle-mère) avait reçu un cadeau de ma part et si l'on avait fait une fête! Ma pauvre belle-mère a été complètement choquée et a essayé de prendre ses distances dans la conversation mais elle a réalisé très vite que ma mère téléphonait pour déverser sa frustration quant à ma décision et pour me fustiger encore plus. Donc, j'en suis arrivée à me dire que là, vraiment c'est que pour me détruire et ceux que j'aime par la même occasion.

Je n'ai pas vraiment de conseil à te donner, à part que tu dois te préserver au maximun ainsi que ta famille. Si ta mère profite de ton fils pour essayer de te déstabiliser, mieux vaut ne plus jamais le laisser avec elle seul. Car toi, tu souffres déjà bien assez et il faudra pas que par la faute de ta mère ton fils culpabilise de quoi que ce soit! Elle est vraiment malsaine et malade! Tu sais, mieux vaut s'éloigner le plus possible des personnes négatives et qui te font du mal comme ça car ces personnes ont réellement un problème grave et si elle ne comprenne pas, tant pis, ce qui compte avant tout c'est toi, ton homme et tes enfants.

Je suis suivi par un psy et cela m'aide énormément à avancer et à enfin reconnaître que je n'aime pas ma mère et que je ne suis pas obligée de l'aimer et de continuer à la voir si elle me fait du tort à chaque fois car c'est une vraie question de survie.

Il y a des moments où je fonds en larmes car cela fait mal de devoir rompre les liens ainsi c'est comme si je me coupais un membre de mon corps et effectivement je coupe un bout de mon coeur pour pouvoir vivre avec ceux qui m'aiment vraiment.

Alors peu importe ce que tu décides de faire, n'oublie jamais que se protéger et se préserver peut devenir une priorité car tu mérites d'être heureuse et aimer et toi, au moins tu avances dans la vie. On ne doit pas être ni l'infirmière, ni l'assistante social, ni la psy de nos mères, on veut juste être la fille d'une mère qui nous aime pour ce que l'on est et pas ce qu'elle voudrait qu'on soit!

Je te souhaite de la force et du courage!

Histoires vécues sur le même thème

Rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble…

image

Merilles. C'était le verbe "rattacher" ds la phrase en gras. "rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble… enfin c'est ce que moi je comprend par ce verbe. Pour ce qui est des elments culturels et sociaux je pense justement au fait...Lire la suite

Je ressens de la haine envers ma mère

image

J'ai grandi avec des parents qui nous mélaient, nous les quatre enfants constamment à leurs disputent. Le mot est trés faible, car lorsqu'ils se disputaient (ce qui arrivait 2 fois par semaine environ) cela se produisait la plus part du temps en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages