Histoire vécue Famille - Enfants > Relation parents-enfants      (1118 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je voudrais faire comprendre à ma mère qu'elle m'étouffe

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 1999 lectures | ratingStar_219447_1ratingStar_219447_2ratingStar_219447_3ratingStar_219447_4

Alors, là, donc, on parle de la mère et au contraire, ça m'a apaisée de ne plus la cotoyer depuis fin octobre. On est loin l'une de l'autre… géographiquement aussi   et j'ai coupé le fil du téléphone fin octobre, donc. Depuis un sms tous les 36 et puis j'ai commencé par vider mon sac, aussi diplomatiquement que possible, et ça n'est pas mon fort mais mon but était de lui dire mes ressentis, pas de lui faire du mal. Il y a eu les courriers, qui ont été de deux ou trois. Il y a eu, je pense, le fait que je me sois retrouvée entre moi et moi, que je me sois recentrée sur MA vie à moi sans avoir les turbulences de sa vie à elle qui me déboulaient dans le salon toutes les semaines, son sac poubelle qu'elle vidait chez moi, sa toxicité, sa négativité, sa jalousie mesquine vis-à-vis de sa soeur. Finalement, j'ai fichu tout le monde dehors en devenant moi. Je les ai mis à l'écart pour mon bien. J'avais fait l'inverse, jusqu'alors, c'est moi que je mettais dehors et 39 ans à attendre à la porte de sa vie, ça fait long  . Je pense que ce qui pourrait arriver maintenant, c'est que je projette sur elle ce que j'imagine. A savoir qu'elle peut avoir envie de me voir, de m'entendre. C'est sans doute vrai mais pas de la façon dont moi je le ressens, tu vois, Nisse. Moi c'est plutôt qu'elle ait besoin de moi avec une puissance que moi j'ai connue du manque de maman idéale. Je te dirai que là, tout de suite, je m'en tamponne la coquille. Je crois que si cet été je bouge, j'irai ailleurs et je m'en tape de savoir si ça va leur faire du mal ou du bien à tous. Mon dieu, tout ce que j'ai donné de temps de vie pour me retrouver face à moi car finalement où sont-ils, à part à attendre derrière la porte que je refasse surface ? Ok j'ai demandé à être entre moi et moi mais je considère que quand on a tant de choses à dire à son enfant, on les lui écrit. Ma mère et son amour des lettres     Je crois qu'elle est redescendue du piedestal où je la maintenais malgré toutes les crasses qu'elle a pu me faire, malgré toutes les douleurs sur lesquelles elle a appuyé à défaut de les apaiser. Je crois qu'est venu le moment où je la vois comme une femme parmi d'autres. Il se trouve que c'est ma mère.   Finalement, qui en est arrivé par sa façon de faire à ces rapports froids que je rejetais, moi, étant gamine ? C'est elle qui l'a voulu et bien je m'y plie désormais que je sais ne rien pouvoir obtenir d'autre. J'ai dans le ventre ce je ne sais quoi qui veut l'apaiser, elle, comme si c'était ma fille. Pour le reste, je ne sais pas comment je vais la réintroduire dans ma vie. J'ai failli l'appeler il y a quelques jours et je me suis vue jouer la scène et j'ai passé mon chemin. Sans doute encore trop fragile dans ce que je suis devenue. Je n'ai pas trouvé comment être et quelle place concrètement elle peut, je veux qu'elle prenne dans ma vie. L'appeler comme elle faisait avec sa belle-mère, parce qu'il fallait le faire. Comme avec sa mère, parce qu'il fallait le faire. Elle m'a écrit avoir voulu faire le contraire avec ses enfants de ce qu'avait fait ma grand-mère avec ses filles. Elle m'a écrit avoir voulu nous donner plus de liberté d'aller à l'encontre de ce qu'elle voulait, elle, en tant que parent. Elle m'a écrit tout le bonheur qu'elle a eu de m'attendre. Et moi je me souviens de ce que j'ai vécu, de ce que j'ai entendu. De, pour résumer, ce qu'on a pu lui fiche sa vie en l'air en étant là. Les "ma chérie" je les voulais quand j'avais peur de la nuit et que je pleurais toutes les larmes de mon corps pour que quelqu'un vienne. Je les voulais quand j'ai été en danger sexuel. Je les voulais quand elle me fichait la tête sous l'eau en pleine crise de somnambulisme ou qu'elle m'envoyait voir mon père parce qu'elle, elle avait besoin de dormir. Deux réalités bien différentes et elle en est consciente, elle me l'a écrit.  
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


219447
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.



Commentaires pour cette histoire  Ajouter un commentaire

Par carocast | le 29/08/11 à 15:20

Bonjour à tous,

Je suis journaliste pour la chaine de télévision France 2 . Je travaille sur une nouvelle émission et pour ce faire je suis à la recherche de familles rencontrant des conflits , problématiques ( avortement, relations mixtes, adoption,conflits générationnels.....) désireuses de témoigner sur ces sujets et ayant envie d'être aider.
Des questions que nous aborderons avec des familles qui rencontrent les mêmes difficultés que vous, qui ont réussi à les surmonter et qui pourront vous apporter leurs conseils.
N'hésitez pas à me contacter si vous êtes intéressé
Bonne journée.
Caroline.
01 53 84 29 54

Histoires vécues sur le même thème

Rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble…

image

Merilles. C'était le verbe "rattacher" ds la phrase en gras. "rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble… enfin c'est ce que moi je comprend par ce verbe. Pour ce qui est des elments culturels et sociaux je pense justement au fait...Lire la suite

Je ressens de la haine envers ma mère

image

J'ai grandi avec des parents qui nous mélaient, nous les quatre enfants constamment à leurs disputent. Le mot est trés faible, car lorsqu'ils se disputaient (ce qui arrivait 2 fois par semaine environ) cela se produisait la plus part du temps en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages