Histoire vécue Famille - Enfants > Relation parents-enfants      (1118 témoignages)

Préc.

Suiv.

La préférence des parents pour l'un des enfants

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 4933 lectures | ratingStar_45378_1ratingStar_45378_2ratingStar_45378_3ratingStar_45378_4

Je suis la petite dernière, j'ai eu deux frère dont le premier est mort né. Le second, qui est plus âgé que moi de 3 ans, à été, je pense, le sauveur de ma mère. D'ailleurs, ma mère est retombée enceinte très rapidement après la mort du premier. Mon père ne voulait pas d'enfants, je crois que le premier était un accident et mes parents étaient séparés je crois, et le second à été fait plus ou moins dans le dos. Mon frère était tout pour ma mère et mes 3 grand parents (mon grand père maternel est mort quelques mois après ma naissance) , mais il était rejeté par mon père de façon très violente.  

 

Je suis née donc 3 ans après, enfant voulue par mes deux parents et chouchoute de mon père dès les premier instant parait-il, on m'a toujours dit qu'il avait beaucoup pleuré à ma naissance, qu'il s'occupait tout le temps de moi bébé etc. Mes premiers vrais souvenirs remontent à la maternelle, et je me souviens très bien avoir été très gâtée par lui. Peu importe les bêtises que je faisais, ce n'était jamais grave, alors que la même con**** faite par mon frère et mon père lui hurlait dessus. Comme tout enfant trop gâtée, j'ai pu me montrer très chipie envers mon frère, et ce jusque vers l'age de 10 ans à peu près.

 

Ensuite j'ai été beaucoup plus réceptive à sa souffrance, surtout après avoir trouvé des lettres qu'il écrivait à ma mère où il lui parlait de sa souffrance. Je voulais être avec mon frère, qu'on fasse des choses ensemble mais je crois qu'il m'a très vite rejetée. Tout petit on jouait (et se battait) beaucoup ensemble, mais très vite il n'a plus voulu passer de temps avec moi, et mon enfance à été bien solitaire.

 

Mon père s'est ensuite rendu compte de son comportement, et il a fait en sorte de le corriger. Mais pour moi, d'un autre côté rien à changé. Tout petite je m'en rendait pas compte, mais ma mère elle, à toujours préféré mon frère, sans doute à cause de mon père et du premier né décédé. J'ai des souvenirs ou je pleurais en l'appelant et ou elle ne levait même pas les yeux pour me regarder, c'était toujours mon père qui venait. J'étais aussi l'objet de moquerie et de méchanceté de la part de mes deux grands-mère. Par exemple, ma grand-mère maternelle devait être payée  pour me garder une après midi alors que mon frère non. Ma grand mère paternelle ne me disait même pas bonjour bien souvent et elle disait à mon frère que si je n'avais pas été là, elle aurait pu au moins lui donner plus d'argent. Les visites chez mes grands-parents étaient ma bête noires, c'était le jour ou je m'en prenait pleins la tête, mon frère profitant de se sentir soutenu.

 

Ma mère est tombée malade et je suis vraiment devenue son bouc émissaire à partir de ce moment là. Quand je me mettais à pleurer, j'étais alors au collège/lycée, elle disait devant tout le monde que j'étais folle, que je devais me faire soigner ou encore que j'étais une menteuse quand, après coup, je lui rappelais certaines de ces paroles. Je n'avais même pas le temps de passer le pas de la porte que j'entendais déjà des reproches, trop souriante, pas assez, mal habillée, trop habillée etc, rien n'allait jamais.

 

J'ai réglé le problème dès 17 ans en partant de chez mes parents. Je suis partie à l'autre bout de la France avec un homme que j'aimais. Ma mère l'a adorée dès le départ. Quand nous nous sommes séparés, j'ai beaucoup souffert parce que cet homme profitait de ma faiblesse pour me rabaisser, je n'avais pas le droit de manger s'il n'était pas là par exemple alors que c'était moi qui payait les courses, il m'avait volé plusieurs milliers d'euros, m'a rendue dépressive… Quand on a annoncé notre séparation à mes parents, j'ai voulue resté neutre parce que je ne voulais pas qu'ils se sentent obligé de ne plus le voir… Quand j'y repense, quelle co**e.
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


45378
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble…

image

Merilles. C'était le verbe "rattacher" ds la phrase en gras. "rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble… enfin c'est ce que moi je comprend par ce verbe. Pour ce qui est des elments culturels et sociaux je pense justement au fait...Lire la suite

Je ressens de la haine envers ma mère

image

J'ai grandi avec des parents qui nous mélaient, nous les quatre enfants constamment à leurs disputent. Le mot est trés faible, car lorsqu'ils se disputaient (ce qui arrivait 2 fois par semaine environ) cela se produisait la plus part du temps en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages