Histoire vécue Famille - Enfants > Relation parents-enfants      (1118 témoignages)

Préc.

Suiv.

Ma fille a peur que je l'abandonne

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 1377 lectures | ratingStar_92714_1ratingStar_92714_2ratingStar_92714_3ratingStar_92714_4

Bonjour,

J'ai le même problème avec ma fille depuis 1 semaine maintenant, moi je suis une maman seule, on s'est séparé avec son père à ces 9 mois (donc y a plus d'un an) …

Depuis jeudi dernier où j'ai fêté mes 24 ans elle a peur que je l'abandonne, au moment du coucher tout se passe bien jusqu'au moment où je pars de la chambre, c'est des crises et des crises des hurlements comme si j'allais l'abandonner, elle m'agrippe et me supplie de ne pas partir, cela fait une semaine que j'essaie de la rassurer en lu disant que je reste dans la maison que je l'entend si elle a un problème que je ne l'ai jamais abandonner que l'on peut pas être coller l'une à l'autre constamment, amis rien à faire, un peu comme vous j'ai l'impression que mes discours ne servent pas puisque tout les soirs c'est la même rengaine, étant seule c'est très difficile de garder son calme après une journée de boulot, même si son papa est très présent dans sa vie cela n'empêche que mon quotidien ces derniers est très prenant, ma patience commence à s'essouffler.

J'ai, sûrement du fait de la séparation d'avec son père une relation très fusionnelle avec ma fille et j'ai pour habitude de beaucoup communiquer avec elle avec un langage d'adulte (pas trop non plus ce que je veux dire par là c'est que j'utilise des mots très simple qu'elle comprend et toujours les même) et en même temps je suis très ferme et ne cède à aucun caprices (je ne supporte pas ça et étant seule je ne peut me laisser déborder par des caprices mon quotidien est déjà très chargé).

La crèche me dirige vers la psy de la crèche mais je ne suis pas trop pour ce genre de chose vu la relation que j'ai avec ma fille, de plus j'ai déjà eu une séance avec la psy quand je me suis séparé de son père et très franchement j'ai pas apprécié du tout car je me suis sentie jugé et je suis sortie de la séance complètement retournée en me disant que tout était ma faute, que ma fille n'allait pas bien à cause de moi, que je l'avais mise au monde par égoïsme parce que je voulais un enfant, que j'avais pas réfléchie avant de faire un enfant. Heureusement que le père de ma fille était là pour me rassurer dans mon rôle de mère et me dire que c'était la faute de personne si ça avait mal tournée entre nous (à la naissance de ma fille je n'ai pas pu compter sur son père ça a été de déception en déception, on arrêtais pas de se disputer c'était invivable, bref…) qu'on avait tout fait pour que la petite ne se sente pas oppresser par cette séparation, on s'entend beaucoup mieux étant séparé, et ma mère aussi m'a rassuré en me disant que ma fille n'avait vraiment aucune raison d'être malheureuse bien au contraire, donc moi et les psy on est pas trop amie…

Je pense qu'il faut continuer à les rassurer même si on ressort toujours le même discours et en même temps je pense qu'il est important de rester ferme même si ça fait mal au coeur, car par la suite dans leur tête ça va être "il faut que je sois angoisser pour avoir toute l'attention de mes parents" car je suis sûr que les enfants comprennent absolument tout et qu'ils savent très bien comment nous manipuler, à nous parents de garder le dessus.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


92714
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble…

image

Merilles. C'était le verbe "rattacher" ds la phrase en gras. "rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble… enfin c'est ce que moi je comprend par ce verbe. Pour ce qui est des elments culturels et sociaux je pense justement au fait...Lire la suite

Je ressens de la haine envers ma mère

image

J'ai grandi avec des parents qui nous mélaient, nous les quatre enfants constamment à leurs disputent. Le mot est trés faible, car lorsqu'ils se disputaient (ce qui arrivait 2 fois par semaine environ) cela se produisait la plus part du temps en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages