Histoire vécue Famille - Enfants > Relation parents-enfants      (1118 témoignages)

Préc.

Suiv.

Ma mère ne cesse de me critiquer

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 784 lectures | ratingStar_221802_1ratingStar_221802_2ratingStar_221802_3ratingStar_221802_4
Voilà des années que ma mère me culpabilise et je ne parviens pas à me sentir libre et heureuse à cause de cette chape de plomb qu'elle me fait porter. Je résume : j'ai 54 ans, eu 5 enfants (dont 3 encore à la maison) et je vis à 2 h de chez elle. Elle à 84 ans, vit seule depuis que mon père est mort il y a 8 ans. Elle ne s'entend pas avec sa soeur qui habite à 30 mètres de chez elle, ni avec ses neveu et nièce qui habitent dans le même village. Ses petits enfants ne sont pas attachés à elle non plus car elle ne leur a jamais montré l'affection et la tendresse qu'ils attendaient depuis leur naissance (jamais une petite carte d'anniversaire et lorsqu'elle était plus jeune et qu'elle a gardé une ou deux fois mes filles ainées, elles n'ont plus voulu retourner chez elle car trop autoritaire). Bref, elle me fait le reproche permanent de l'abandonner, de ne pas l'aimer. Elle voudrait habiter chez moi mais je travaille, je n'ai pas la place et surtout je sais qu'elle mettrait la pagaille dans notre couple (d'ailleurs elle n'aime pas mon deuxième mari, elle continue d'encenser mon premier mari et de les comparer). Avec mon père, ils ont formé un couple despotique et mon père a pratiqué des attouchements sur moi lorsque j'avais 13/14 ans sans que ma mère s'en aperçoive (je suis sûre qu'elle savait mais qu'elle n'osait intervenir). J'ai dû menacer mon père de prévenir les gendarmes pour qu'il prenne peur et arrête les dégâts. J'ai fini par en parler un jour à ma mère qui, le détestant depuis toujours, l'a trouvé encore plus répugnant. J'ai eu un frère de 9 ans mon ainé qui est décédé depuis 5 ans d'un cancer et que ma mère porte aux nues maintenant alors qu'elle ne cessait de critiquer sa manière de vivre avant sa maladie. Il a maintenant toutes les qualités et moi tous les défauts. Je voulais faire des études de langues après mon bac philo que j'avais obtenu avec mention et alors que j'étais inscrite en fac de Lettres, ma mère (qui ouvrait mon courrier à la vapeur...!) a lu un courrier de mon premier amoureux et a appris que je prenais la pilule en cachette (j'avais 18 ans et je me serais fait tuer si j'avais parlé d'un petit ami donc j'avais pris la décision de prendre un contraceptif). J'ai eu droit à une volée de claques (pas la première...) et à un mariage forcé avec l'élu de mon coeur de l'époque. La majorité étant à 21 ans à l'époque et mes parents me menaçant de m'émanciper et de me mettre dehors, j'ai cédé. Mais j'ai aussi perdu la chance de poursuivre mon cursus universitaire puisqu'ils m'ont obligé à faire de courtes études de BTS de Secrétariat trilingue pour que le mariage ait lieu et que je puisse payer les études de mon époux, étudiant en médecine à l'époque.... Bien sûr, ce mariage, malgré la naissance de deux enfants, n'a pas résisté à cause de tous ces traumatismes et du fait que mon cher mari était un jaloux maladif et me replongeait dans la même sensation d'emprisonnement que mes parents. J'ai refait ma vie comme on dit avec un homme plus jeune que moi et ai eu 3 autres enfants. Je suis plus heureuse mais ma mère me reproche toujours ce divorce et n'apprécie pas mon mari. Depuis que mon père et surtout mon frère sont morts, je ne cesse d'être critiquée et je suis sur tous les plans la "mauvaise fille" qui ne s'occupe pas d'elle, qui la laisse "crever" comme un chien etc... Si j'oublie de l'appeler une semaine, elle s'énerve encore davantage et toutes nos communications téléphoniques sont difficiles et conflictuelles. Je suis allée voir un psychiatre qui m'a dit que d'après mon récit (plus détaillé que ce post), ma mère représentait une sorte de "statue du Commandeur" qui avait énormément d'influence sur moi et que lorsqu'elle disparaîtrait, je serai déstabilisée et perdue... Je n'arrive pas à trouver la bonne façon de me sortir de cette ornière.. Ma vie est empoisonnée par ce sentiment de culpabilité. Je crois que je la fuis pour ne plus penser à tout ce passé qui me pèse et plus je la fuis plus elle me culpabilise.... Cercle vicieux où je ne trouve nul porte de sortie...
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


221802
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble…

image

Merilles. C'était le verbe "rattacher" ds la phrase en gras. "rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble… enfin c'est ce que moi je comprend par ce verbe. Pour ce qui est des elments culturels et sociaux je pense justement au fait...Lire la suite

Je ressens de la haine envers ma mère

image

J'ai grandi avec des parents qui nous mélaient, nous les quatre enfants constamment à leurs disputent. Le mot est trés faible, car lorsqu'ils se disputaient (ce qui arrivait 2 fois par semaine environ) cela se produisait la plus part du temps en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages