Histoire vécue Famille - Enfants > Relation parents-enfants      (1118 témoignages)

Préc.

Suiv.

Ma mère ... quelle histoire !

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 1235 lectures | ratingStar_141296_1ratingStar_141296_2ratingStar_141296_3ratingStar_141296_4

Je suis un jeune homme de 21 ans, dans sa 5e et très probablement dernière année de fac.  

 

La situation que je vais vous exposer est un peu compliquée (quoique peut-être pas tant que ça) , alors je vais essayer d'abréger.  

 

D'abord je voudrais préciser que je vis chez mes parents en pavillon, je suis le dernier d'une fratrie de 4 enfants : deux frères de 29 et 28 ans, partis depuis longtemps, et une soeur de 23 ans, qui a quitté la maison il y a quelques mois pour ces études.  

 

J'aimerais vraiment avoir des avis sur l'histoire que je vais vous raconter.  

 

Le problème vient donc de ma mère (59 ans) , qui est à la retraite depuis quelques années. Depuis notre enfance, elle nous a toujours couvé et surprotégé, pas vraiment en tant que mère poule, il s'agit d'autre chose. Le fait est que ma mère nous a toujours imposé ce que j'aime appeller sa dictature émotionnelle à la maison. Mes parents ne s'entendent plus depuis des années, plus précisément depuis que mon père (57 ans) a arrêté de travailler, voilà bien 15 ans maintenant.  Ils ont même failli divorcer mais ne l'ont finalement pas fait. Eh bien, ma mère n'a cessé de nous associer à ses problèmes. C'est à dire que quand elle a quelque chose à reprocher à mon père, elle a pris l'habitude de nous le dire à nous, ce qui fait que nous sommes régulièrement au courant de tous ses problèmes de couple. Nous lui avons toujours servi de psy : elle n'a eu de cesse de nous raconter des histoires sombres sur mon père, le décrivant toujours comme le méchant face auquel elle se plaçait en victime. Mais ça ne s'arrête pas là. Ma mère, puisqu'elle ne parvenait pas à régler ses problèmes toute seule avec son mari, nous a toujours "embrigadé" en nous rendant complices de ses manigances contre mon père. En un mot, elle nous a toujours manipulés, contribuant alors à nous diviser et à nous monter contre mon père, ce qui fait qu'il a toujours été l'ennemi public numéro 1 contre lequel ma mère nous mettait en garde.  

 

Bon. A présent, il faut que je vous parle un peu de moi. Pendant longtemps, j'ai toujours cru ma mère et il faut dire que sa "dicature" fonctionnait aussi bien avec mes frères et soeurs. J'ai entamé une psychothérapie en novembre 2006; à la base ce n'était pas à cause de ma mère mais pour une autre raison : je souffrais d'être trop gentil avec les gens et avais beaucoup de mal à établir et entretenir des relations équilibrées avec les individus. A l'été 2007, j'ai ainsi découvert que je souffrais depuis de nombreuses années d'un problème psychologique : il s'agit du syndrome du chic type, une pathologie qui se traduit par un déficit de l'estime de soi et un besoin permanent de s'occuper des autres dans le but d'être aimé. Cette maladie apparaît donc sous la forme d'un complexe qui consiste à se nier soi-même afin de plaire aux autres. Si, aujourd'hui, je me suis enfin débarrassé de cette maladie (avec documentation et séances psy à l'appui) , j'ai réalisé que ma mère avait une grande part de responsabilité là-dedans. En effet, les chics types se caractérisent par le lien malsain qu'ils ont noué avec leur mère, qui les étouffait, et par leur relation distante avec leur père… De plus, ce sont des hommes qui manquent de virilité et ont un mal fou à nouer des relations saines avec les autres femmes. J'ai donc compris que depuis mon enfance, ma mère a joué un grand rôle dans mon problème psychologique : elle n'a en effet cessé de m'étouffer avec ses problèmes de femme, ses réflexions de femme, ses émotions de femme, faisant disparaître ma virilité.  

 

Ma mère sait que je vois un psy (elle est la seule à le savoir dans la famille) , sait que j'ai souffert d'une pathologie psychologique, mais je n'ai pas voulu lui dire laquelle, elle n'est certainement pas prête à l'entendre. Elle a en tout cas compris qu'elle n'y était pas étrangère… Mais comme elle ne sait pas pourquoi, ça lui est un peu sorti de l'esprit. Au cours de ma thérapie, j'ai compris que je devais me détacher de ma mère afin de redevenir quelqu'un d'équilibré.

 

Comme je vous l'ai dit, ma mère passe son temps à râler et à gueuler sur mon père, lui faisant d'incessants reproches et l'humiliant. Elle lui reproche en fait de passer trop de temps à son ordinateur et de ne rien faire pour la maison que nous sommes en train de rénover. En un mot, elle le traite comme si c'était son cinquième gosse. Ca commence dès le matin avec " Lève toi et fais le lit !! ", plus tard de "fais le repas !!! ". Et, quand le repas est préparé, c'est " Mais c'est pas ça qu'il fallait !! T'as tout gâché !!! ". Pleine de colère, elle semble prendre un malin plaisir à le ridiculiser et à le décrédibiliser devant ses enfants. Elle expose sans arrêt ses problèmes de couple et se permet parfois, c'est le comble, de faire allusions à leur vie sexuelle. Pourtant, elle sait que mon père est dépressif, mais ne fait rien pour le soutenir, au contraire, elle ne fait que l'enfoncer. Je trouve que mon père fait d'ailleurs preuve d'une patience légendaire en ne la remettant pas à sa place du tac au tac… En fait, il essaie d'être assez conciliant pour éviter les conflits, même si parfois, il craque.  

 

Venons-en donc à ce qui s'est passé hier. Pour la première fois depuis longtemps, je ne me suis pas laissé faire et ai sorti à ma mère mes quatre vérités. La dispute est partie à propos d'une discussion autour de ma chambre : ma mère est en ce moment en train de repeindre la pièce, et elle a tenu à réaliser une frise. Elle n'était pas contente parce qu'elle s'était trompée dans la disposition du dessin dans un coin de la chambre. Je lui ai alors dit que ce n'était pas grave et qu'elle pouvait continuer à peindre le dessin dans ce sens-là. Mais elle n'a rien voulu entendre, considérant qu'elle avait raté et veut recommencer. Elle n'a même pas écouté mon avis ! Or, c'est quand même moi qui vais vivre dans cette pièce, j'ai tout de même mon mot à dire. Je lui ai alors dit qu'elle était une dictatrice, qu'elle était trop intrusive et que ce n'était pas la peine que je lui dise mon avis si elle s'en foutait. Je dis intrusive parce qu'elle a une fâcheuse tendance à se mêler de tout : dernièrement, mon frère m'a donné un chapeau de déguisement, or, puisque cela ne plaît pas à madame ma mère, elle se permet de le cacher ! Autre exemple ; elle veut m'empêcher d'acheter des journaux de presse (moi qui souhaite être journaliste) , parce qu'elle n'aime pas que je les prête à mon père (eh oui, elle veut aussi empêcher mon père de faire ce qu'il veut) ! Donc hier, j'ai aussi glissé dans notre dispute qu'elle traitait mon père comme un gosse, et elle a eu le culot de me répondre : " Ce qui se passe entre mon mari et moi ne te regarde pas.". Le principe est tout à fait vrai, mais venant d'elle, j'ai trouvé que ça ne manquait pas de sel, et je n'ai pas manqué de lui rappeler pour la mettre face à sa contradiction.  

 

Bref, évidemment tout ce qu'elle a su faire c'est gueuler, car en réalité, elle ne supporte pas qu'on ne soit pas de son avis.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


141296
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble…

image

Merilles. C'était le verbe "rattacher" ds la phrase en gras. "rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble… enfin c'est ce que moi je comprend par ce verbe. Pour ce qui est des elments culturels et sociaux je pense justement au fait...Lire la suite

Je ressens de la haine envers ma mère

image

J'ai grandi avec des parents qui nous mélaient, nous les quatre enfants constamment à leurs disputent. Le mot est trés faible, car lorsqu'ils se disputaient (ce qui arrivait 2 fois par semaine environ) cela se produisait la plus part du temps en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages