Histoire vécue Famille - Enfants > Relation parents-enfants      (1118 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mes parents ne m'acceptent pas à cause de mon handicap

Témoignage d'internaute trouvé sur psychologies
Mail  
| 802 lectures | ratingStar_229972_1ratingStar_229972_2ratingStar_229972_3ratingStar_229972_4
Je suis atteinte d'une maladie genetique (je suis en fauteuil roulant electrique) , je suis mariée et nous avons une petite fille de bientot 3 ans. Les relations avec mes parents sont houleuses depuis nombres annees mais il y a un peu plus de 2 mois suite à une dispute entre ma grand mere et mes parents ma mere m'a telephone en me disant que c'était terminé avec nous aussi. La dispute entre mes parents et ma mamie a porté en partie sur moi et mes difficultes relationnelles surtout avec ma mere. Je n'ai pas eu plus d'explications. Les propos de mes parents envers moi dit à ma grand mere ont été violents à digerer en outre "depuis qu'elle est malade elle nous a pourri la vie avec tout ce qu'on a fait pour elle on meritait pas ça", un grand choc pour moi en verité car selon tout le reste de mon entourage je n'ai pas ete plus difficile qu'une autre enfant. Suite à ça, mon mari a ete cherché mes affaires chez eux, ils ne veulent même pas voir leur petite fille chez nous pour ne pas me voir. Mon mari s'est proposé d'emmener notre puce les voir quand il aurait un moment. Elle les a vu 2 fois au cours des 2 derniers mois.J'ai un sentiment fort d'abandon et je n'ai pas eu d'explications et ils m'en donneront pas. Ils se mentent dejà à eux même et veulent pas me voir. J'ai envoyé un mail pour donner mon accord pour les visites de ma fille chez eux et expliquer mon ressentit.Je sais que c'est en grande partie lié à mon handicap, ils ne l'acceptent pas et ce depuis le 1er jour. Un sujet tabou, pourtant j'ai essayé mais non. J'en étais rendu depuis des annees a cacher les evolutions de ma maladie pour pas faire de peine à cette mere qui est passée par toutes les reflexions symathiques du style :Le jour ou le diagnostic a ete posé, "ça sert à rien de pleurer" (ben non effectivement à l'epoque le diagnostique non precise j'avais une esperance de vie jusqu'a l'age de 20 ans env j'en avais 11!).Plus tard quand j'allais pas bien j'ai consulté plusieurs psy, dont une rencontre avec mes parents, la psy m'avait dit de proposer à ma mere d'être egalement suivi si elle le souhaitait reponse de ma mere : "je suis pas folle moi"Tout est comme ça avec elle, quand j'ai eu ma fille on a du aller manger et rester chez eux plusieurs fois par semaines, elle m'a pourri, j'en pleurais tous les soirs, elle voulait proteger ma fille de moi selon ma soeur, a vrai dire c'est plus la proteger de mon handicap, elle a bientot 3 ans je ne l'ai jamais blessé, elle va tres bien, j'ai en permance du monde pour m'aider à la maison y compris des professionnelles et à la creche il trouve ma fille tres bien.Mon pere j'en ai peur, ma mere a jamais reglé ses problemes seule et passait toujours par lui pour le "regler". À 17 ans j'etais pas bien moralement pour m'aider il m'a collé une claque pour "me remettre les idees en place" comme ils ont dit? Ils sont tres "argent" et "paraitre".Je me sens un peu trahi par mon mari qui n'a pas pris ma defense et de preserver le lien pour notre fille même si pour ça je comprends sa demarche. La totalité de mon entourage me soutient mais n'ose franchement en parler de peur de la reaction de mes parents. Je n'arrive pas à comprendre, moi maman, qu'on ne puisse pas aimé son enfant comme il est, d'autant que je suis pas "horrible". Je pensais que ça allait aller mieux quand j'etais enceinte et que une fois maman je comprendrais mais c'est pire. Je suis tellement pas bien que j'ai du mal à caliner ma fille et avoir une relation saine avec mon mari. J'ai une partie de moi me dit que pour que des parents ne veulent plus de leur enfant c'est qu'il a du être un enfant ignoble. Je cauchemarde ou je me vois dans un proces ou on me juge mauvaise fille. Et de l'autre coté, je me rend bien compte que le probleme n'est pas forcement de moi, ils n'ont pas vraiment de vie sociale, ils ont du mal a garder des amis. Qu'ils ont eu des comportements plutot choquants envers moi et que j'ai pas à porter le poids de leurs etat d'ames en plus de mon poids à moi. Cette ambivalence de sentiment me fout un peu l'air. J'ai pris rendez vous avec mon medecin qui me rassure aussi.J'ai besoin que vous me conseillez pour que je me sente mieux, pour me sentir plus coupable de l'attitude de mes parents? même si je sais que c'est dur avec des morceaux de vie raconter?J'arrive pas à prendre du recul c'est plus dur maintenant qu'il y a 2 mois au moment du "clash". Je veux plus que mon mariage en patisse, et je veux plus souffrir a chaque fois qu'ils vont chez mes parents?
  Lire la suite de la discussion sur psychologies.com


229972
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble…

image

Merilles. C'était le verbe "rattacher" ds la phrase en gras. "rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble… enfin c'est ce que moi je comprend par ce verbe. Pour ce qui est des elments culturels et sociaux je pense justement au fait...Lire la suite

Je ressens de la haine envers ma mère

image

J'ai grandi avec des parents qui nous mélaient, nous les quatre enfants constamment à leurs disputent. Le mot est trés faible, car lorsqu'ils se disputaient (ce qui arrivait 2 fois par semaine environ) cela se produisait la plus part du temps en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages