Histoire vécue Famille - Enfants > Relation parents-enfants      (1118 témoignages)

Préc.

Suiv.

Parents toxiques

Témoignage d'internaute trouvé sur magicmaman
Mail  
| 848 lectures | ratingStar_85770_1ratingStar_85770_2ratingStar_85770_3ratingStar_85770_4

Pour la violence physique que nous faisait subir notre père ça m'est revenu petit à petit.

Il n'y a pas si longtemps je disais sincèrement que je n'avais reçu que 2 giffles dans ma vie…

C'était vrai… seulement cette vérité là cachait le reste :

* en parlant avec un de mes frères (3 ans 1/2 de + que moi) j'ai réalisé que mon 1° ; souvenir de lui c'était… ses mollets qui courraient… ? Lui aussi s'en souvenait : ce jour là j'étais planquée au ras du sol et lui fuyait notre père qui le poursuivait dans le salon avec le martinet.

Et ça m'est revenu : les "opérations-commando" qu'on faisait pour couper quelques lanières du martinet… en espérant que ça ne se verrait pas, que comme ça on aurait moins mal… Mais il en rachetait un neuf !

* les coups de poing, les coups avec le revers de la main (et la bague qui en rajoutait si on ne se prenait pas les os en pleine poire) , les coups de torchon (une fois il m'a cinglé le visage avec des branches de sapi.

* la lèvre de ma soeur qui saignaitLes coups pleuvaient pour un oui pour un non et chacun se protégeait de son mieux… parfois en dirigeant les coups sur un autre… sous le regard stoïque de notre mère qui laissait faire… et venait après se plaindre auprès de nous de son mauvais mari ! Et l'inceste… que c'est dur à écrire.

Quand j'avais 13 ans une lettre est arrivée, écrite par mon frère aîné (11 ans de + que moi) : il annonçait son propre décès après que notre soeur lui ait raconté ce que notre père lui avait fait…

A l'époque personne ne m'a donné de précision : tout ce que j'ai su c'est que la famille était brisée.

* ma mère a tout nié : s'il c'était passé quelque chose elle l'aurait su ! MENSONGES : elle le savait : pire elle m'a dit en face il y a 4 ans que si j'avais dû y passer, pour garder son mari, elle l'aurait laissé faire, et même qu'elle avait tout fait pour qu'il se "rapproche" de moi.

* mon père n' pas vraiment nié, il dit qu'elle exagérait et il a juste ajouté : "il faut de tout pour faire un monde"… moi j'ai compris que j'avais le choix de haîr ma soeur OU mon père, c'est tout.

* mon plus jeune frère (le 3° ; , celui qui a 3 ans 1/2 de +) m'a demandé si je l'aimais toujours "mon père" (il avait bien vu la "manoeuvre de rapprochement, et je crois qu'il m'en voulais) : j'ai culpabilisé un max car moi je ne voyais pas le mal à cette époque là,… je n'imaginais pas ce qui se tramait Et puis ce frère-là il n'était pas clair avec moi : il y a 3 ans il m'a sorti, comme ça tout naturellement, qu'il s'était "entrainé à flirter" avec moi (il devait avoir une douzaine d'années… et moi moins de 9 ans).

J'ai voulu lui en reparler cet hiver : il m'a juste dit que "ça arrive souvent"… pas de quoi en faire un plat d'après lui : normal !

Je lui ai écrit en janvier puisque parler il ne veut (peut ? ) pas : depuis c'est le silence…

Moi j'appelle ça de l'inceste : que ça lui fasse mal je peux comprendre et je n'en veux pas à lui petit garçon… mais lui adulte il me "fout les boules" à se barricader dans le déni : car il suis une thérapie depuis plusieurs années ET il a 2 enfants ET c'est important ce qui nous est arrivé… ET je lui ai parlé de ce qui c'est passé entre moi et notre soeur : je lui en veux de me traiter comme elle l'a fait.

Car j'ai tenté de lui parler à elle aussi, et il avait fait "comme s'il me comprenait".

Quand j'avais 6 ans elle est venue dans ma chambre et m'a demandé de lui montrer comment je me masturbais (je ne connaissais pas le mot à l'époque biensûr) … et elle est allé tout raconter à notre père… qui me l'a reservi en plein "repas de famille" il y a 2 ans.

Elle m'a traîtée de saloppe, au téléphone : car c'est elle LA victime et moi je ne suis pour elle qu'une "emmerdeuse égoîste et sans pitié" : alors j'ai coupé les ponts… tampis pour le soutien sororal.

Pourtant elle sait aussi ce qui s'est passé avec notre frère.

Tous savent aussi maintenant ce que nos parents m'ont fait :

* éducation sexuelle "pratique" vers 8 ans : tous les 2 nus sur leur lit, avec gros plan sur "la mécanique", le tout sans l'ombre d'un geste tendre.

* exhibitions en tous genres : elle, les cuisses écartées me montrant "comment c'est un vraie femme" (elle avait ses règles, j'avais à peu près 11 ans) ; lui me mettant son sexe à la hauteur du visage (jétais couchée) pour que je vois "comme c'est beau un homme"

* j'arrête là j'en peux plus…

Ni ma soeur ni ce frère n'ont compris que je ne cherche pas à les rendre coupables de mes souffrances d'enfance : je sais bien que ce sont nos parents qui les ont rendu comme ça, à l'époque (et moi je n'étais pas non plus la petite soeur idéale ! ) ; et je voulais juste PARLER et EX-PRIMER (expurger) toutes ses souffrances avec les leurs aussi. Ils ne veulent pas, ils ne peuvent sans doute pas… Leur attitude d'aujourd'hui me fait mal quand même.Mon frère aîné lui m'écoute et accepte sans juger aucun d'entre nous… il m'a dit la semaine dernière que parler de notre passé ce n'était possible pour lui qu'avec moi : avec les autres ça vire direct au "psycho"-drame, à l'agressivité, aux reproches.

Peut être qu'avec lui c'est possible car il est parti tôt de chez nos parents (j'avais moins de 8 ans) et qu'il n'y a pas de passé (de passif ? ) entre nousJ'essaie de faire sans les autres…
  Lire la suite de la discussion sur magicmaman.com


85770
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble…

image

Merilles. C'était le verbe "rattacher" ds la phrase en gras. "rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble… enfin c'est ce que moi je comprend par ce verbe. Pour ce qui est des elments culturels et sociaux je pense justement au fait...Lire la suite

Je ressens de la haine envers ma mère

image

J'ai grandi avec des parents qui nous mélaient, nous les quatre enfants constamment à leurs disputent. Le mot est trés faible, car lorsqu'ils se disputaient (ce qui arrivait 2 fois par semaine environ) cela se produisait la plus part du temps en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages