Histoire vécue Famille - Enfants > Relation parents-enfants      (1118 témoignages)

Préc.

Suiv.

Sept ans de mauvaise conscience

Témoignage d'internaute trouvé sur magicmaman
Mail  
| 697 lectures | ratingStar_107517_1ratingStar_107517_2ratingStar_107517_3ratingStar_107517_4

Mon fils a aujourd'hui 8 ans, et j'ai vécu sept ans de cauchemars, de mauvaise conscience, de culpabilité. Pierre était un enfant souhaité, mais je m'étais laissée abuser par tout le politiquement correct à la mode :

"la maternité c'est merveilleux, la relation avec le bébé pendant la grossesse : "FANTASTIQUE", l'allaitement, une merveille"… et j'en passe.

Et là, flop.Tout ce que j'attendais n'est pas venu. Dans les minutes qui ont suivi sa naissance, je me suis dit "Merde, je suis folle, qu'est-ce que j'ai fait ? "

Quand je le prenais dans mes bras, il se débattait. Quand je le reposais dans son berceau, il soupirait d'aise.Et ça a duré pendant 7 ans. J'ai aussi longtemps bataillé avec l'idée de me suicider. L'amour que mon mari et moi nous nous portons m'a retenue.

Trois psychologues (sans doute pas bons ? ) , n'ont fait qu'empirer les choses : ils nous ont dit que nous formons un couple trop fusionnel, que nous ne savons pas faire de place à notre enfant … Bref, la seule chose qui nous tenait encore en vie, et bien, on nous la reprochait. Je ne parle pas des réactions de proches à qui on a essayé d'en parler : il nous ont fui, comme si nous avions une très grave maladie honteuse et contagieuse.

A ce sujet, beaucoup l'ont écrit : il faut se faire aider. Mais ne choisis pas ton psy dans les pages jaunes, ça risque d'être plus dangereux qu'autre chose. On peut tomber sur des gens plein d'à priori qui te casent dans une petite boite, et t'y enferment !

En juillet 2000, j'étais au plus près du suicide. Nous avons fait un testament avec une demande de tutorat pour confier notre fils à ma s&oelig ; ur, après notre décès…

En septembre 2000, l'école nous envoie faire un test de QI car notre fils a des problèmes de comportement à l'école. Et là, surprise, nous rencontrons une pédopsychiatre qui nous dit qu'une relation, ça se construit à deux. Chaque enfant a sa personnalité propre, dés la naissance. Lui aussi va permettre ou non de construire la relation. Il s'avère que notre fils est intellectuellement précoce. Pour la pédopsychiatre, cela peut expliquer, en partie, les difficultés que nous rencontrons.

Entre temps, j'avais appris (à ma grande joie …) que je ne pourrais sans doute plus avoir d'enfant, pour cause de trompes bouchées.

Après avoir été un peu ravigotés par la pédopsychiatre, nous prenons notre mal en patience, même si l'envie d'en finir est toujours là. J'ai l'impression qu'en débarrassant le plancher, je lui rendrai service, car je crains de lui faire du mal. Notre fils grandit, et nous étonne par ses raisonnements d'adulte.

Et à la surprise générale ; me revoilà enceinte.

Et là, grande leçon de la vie : une grossesse très bien vécue, une petite puce qui arrive avec le sourire en Août 2001, (elle se blottit dans mes bras, et Ô ; joie, pleure quand je la remets dans le berceau !!! ). Le summum : un grand frère fou d'amour pour sa petite s&oelig ; ur.

Depuis six mois, Chloé illumine notre vie. Nous ne savions pas qu'un tel amour pouvait exister. Notre fils est devenu souriant, il prend la vie du bon coté, et nous, nous avons cessé de nous préoccuper du regard des autres.
  Lire la suite de la discussion sur magicmaman.com


107517
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble…

image

Merilles. C'était le verbe "rattacher" ds la phrase en gras. "rattacher c'est a la fois attacher et renouer, il me semble… enfin c'est ce que moi je comprend par ce verbe. Pour ce qui est des elments culturels et sociaux je pense justement au fait...Lire la suite

Je ressens de la haine envers ma mère

image

J'ai grandi avec des parents qui nous mélaient, nous les quatre enfants constamment à leurs disputent. Le mot est trés faible, car lorsqu'ils se disputaient (ce qui arrivait 2 fois par semaine environ) cela se produisait la plus part du temps en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages