Histoire vécue Famille - Enfants > Secrets de famille      (144 témoignages)

Préc.

Suiv.

La Résistance est devenu un sujet tabou dans ma famille

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 1451 lectures | ratingStar_88308_1ratingStar_88308_2ratingStar_88308_3ratingStar_88308_4

"La résistance" peut être devenue un sujet tabou je vous le confirme… petite fille d'un résistant FFI du Morbihan (Ier Bataillon) tué dans le maquis à l'age de 25 ans… j'ai du par mes propres moyens partir à la recherche des réponses que je cherchais à obtenir auprès de ma propre grand mère qui remariée affichait un silence lourd et menaçant, des "chut" perpetuels… conclusion ma propre mère aynt elle meme subit cette perte traumatisante de son père, n'a jamais ôsé lui en parler… mais en a souffert terriblement puisque j'ai moi meme herité de cette angoisse sourde du "non dit" autour de mon grand père… je me suis révoltée violament contre tout ceux qui ne voulaient pas que je sache, qui ne voulaient pas me parler de lui… à 30 ans je me suis rendue dans le Morbihan avec mon fils agé de 10 ans (je voulais que mon enfant ne souffre pas non plus de ces non dits indiscibles) et je suis entrée en contact grace à des personnes merveilleuses, toute une enquête préalable, avec d'anciens résistants (du meme bataillon) , qui révoltés par mon histoire m'ont à leur tour raconté tout ce qu'il y avait à dire sur le sujet, l'extreme dureté des conditions de vie dans les maquis mais ce qui etait resté intact dans leur propos etaient leur conviction, leurs yeux brillaient à nouveau rellement… , leur amour pour eux leur famille de la liberté à tout rompre… cependant ils m'ont demandé de rester discrete et de garder pour moi ce qu'il me confiaient car aux alentours subsistaient leurs descendants mais également les descendants de ceux qui avaient activement collaboré de ce fait les langues ne se déliaient pas si facilement il a vraiement fallu que je montre "pate blanche".j'ai pu retrouver le dossier de "mon grand père à Vincennes au bureau "Résistance", et viens de terminer un récit sur sa vie… afin de le sortir de l'ombre dans lequ'el il etait resté emmuré… il faut le dire beaucoup de résistant sont restés prisonniers de la mémoire de leurs épouses, dans l'incapacité de faire un deuil, tabou parce que clandestinité ne se clame pas au grand jour encore aujourd'hui… c'est une tacche qui revient finalement aux patits enfants… deppuis que je sais je me suis totalement sentie vivante… lavée d'un silence trop pesant…
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


88308
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Adoption de son beau fils

image

Bonsoir, J'ai été adoptée par mon beau père à l'âge de 4 ans. Je n'en ai aucun souvenir. Mon cas est un peu particulier, ma mère et mon père génétique se sont séparés très tôt. Mon père m'avait reconnue, mais n'avait aucun contact avec...Lire la suite

Message d'espoir pour les deprimes, depressifs!!!

image

C'est ce qui m'aide a m"en sortir et égalEment empéchéR un peu que mes fardeaux rejaillissent sur les épaules de mon enfant et ne l'encombre, car vous étes la preuve que les histoire familiales non réglées rejaissent sur les générations...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages