Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Accouchement à domicile      (368 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai eu un AAD très violent, mais qui en valait le coup !

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 566 lectures | ratingStar_157854_1ratingStar_157854_2ratingStar_157854_3ratingStar_157854_4

Ca y est, Naïs est arrivée et la vie à 4 a commencé. Un petit résumé des évènements s'impose avant que j'ai le courage et le temps de raconter cette aventure en détails. Récit assez décousu et juste jeter sur le clavier, soyez indulgents ! Les contractions ont commencé mardi dans la journée. Assez douloureuses mais gérables et peu régulières. Nous avons compris que les choses se précisaient mais vers 19h00, elles se sont espacées. J'ai pu regarder le film du soir sans trop souffrir mais à minuit les choses se sont accélérées et accentuées. Pour laisser dormir le futur papa, j'ai pris mon Ipod que j'avais déjà préparé et je me suis installée dans le salon pour pouvoir essayer de gérer la douleur en bougeant comme je le sentais. A partir de 2h du matin les contractions se dont régularisées toutes les 5 minutes et leur intensité augmentaient progressivement. J'ai passé ma nuit à bouger, à chanter et à discuter avec mes amies transatlantiques sur internet. Elles étaient aussi excitées que moi et m'ont bien aidé à passer le temps. A 7h00, j'ai décidé d'aller me coucher dans mon lit et essayer de me reposer mais je n'ai pas tenu plus d'une heure en broyant les mains de Patrick toutes les 7 à 8 minutes me décourageant en me faisant dire que la nuit passée n'avait servi à rien. A 8h00, Louane se réveille et on décide, vu que c'est mercredi, qu'elle irait passer la journée chez sa nounou qui est ravie de la garder. Patrick la prépare et la conduit chez "Mamie" en faisant attention sur la route parce qu'il a neigé dans la nuit et tout est blanc. Heureusement, la chaleur relative de la journée fera fondre tout ça. A 10h00, il est de retour. Entre temps, j'ai préparé la chambre en prévision de l'arrivée du bébé entre deux contractions. Toutes les 5 minutes la douleur est là et on cherche des positions qui feront passer la douleur avec des massages du dos et autres. A 11h00, on décide d'appeler G pour la tenir au courant des évènements. Elle est difficilement joignable vu qu'elle est en train de passer un cours. Finalement on décide qu'elle rappellera à 12h pour voir où ça en est. A 12h00, elle demande à Patrick si elle a le temps de faire son cours de relaxation de 3/4h avant de venir sachant qu'elle a 1h de route ensuite. Je fais signe à mon amoureux que ça devrait aller mais vu que l'intensité des contractions a bien augmenté et qu'elles se sont accélérées toutes les 3 minutes, elle décide de prendre la route. La douleur se fait de plus en plus forte et je suis obligée de pousser des sons pour accompagner les contractions, toujours secondées par un Patrick qui sera formidable du début à la fin. Je regarde l'horloge égrener les minutes en me disant que quand G sera là, ça ira mieux. Elle arrive à 13h00 et soulage Patrick qui avait peur de devoir m'assister tout seul. Elle me trouve dans le salon à pousser des sons et prépare tout de suite ses affaires. Une petite écoute rapide du coeur du bébé nous indique que tout va bien pour lui et qu'il est bien descendu dans le bassin. Patrick et elle font le lit et l'heure suivante sera vraiment pénible. Le découragement commence à me gagner et la seule fois où j'ai un répit de 5 minutes entre 2 contractions la suivante me broie le dos, le ventre et les reins avec une plus forte intensité. A 14h00 G voit que j'ai besoin d'un vrai coup de pouce et me demande si j'ai envie qu'elle m'examine pour voir où ça en est. J'accepte en espérant que le résultat soit assez bon pour me redonner courage. Verdict, je suis à 6cm et selon Geneviève j'ai fait le plus dur. Dans ma tête, un rapide calcul, je me dis qu'il va falloir encore souffrir au moins 3h mais le moral remonte un peu… Jusqu'à la prochaine contraction où je rentre dans une phase de désespérance à crier que je n'y arriverai pas, que ça fait trop mal, que je veux que ça s'arrête… Heureusement Patrick est là à tenter de me rassurer, à m'embrasser dans le cou, à me dire comment respirer. Il aura été ma bouée de sauvetage pendant ces longues heures de travail au propre comme au figuré alors que je me pendais à son cou ou que je m'arcboutais à lui pendant les contractions (d'ailleurs le lendemain il était tout courbaturé). G s'était retiré dans la cuisine pour nous laisser notre intimité et m'entendant appeler au secours elle est revenue pour tenter de me faire reprendre pied. La douleur et la panique mêlées n'aidaient pas à accélérer le travail !! Les deux contractions suivantes j'ai essayé de l'écouter et d'accompagner la contraction quand j'ai enfin senti cette poussée réflexe dont j'avais tant entendu parler. J'ai tenté de pousser en même temps mais, tellement affolée, je poussais mal et j'ai vu du sang couler par terre. G m'a dit que je forçais sur mon col et qu'il fallait que je m'allonge. J'ai eu très peur en voyant ce sang et je me suis laissée allonger sur le lit sur le côté, soutenue par mon homme derrière moi et en trois poussée, le bébé est sorti ! Il est né coiffé. J'ai attrapé le bébé et je l'ai posé sur mon ventre. Patrick a tout de suite vu qu'il me faisait pipi dessus ! Mes premiers mots ont été une déclaration d'amour pour ce petit être puis, j'ai voulu savoir ce que c'était. Patrick a souhaité que je regarde moi même et quand on a vu que c'était une fille (enfin, j'en étais presque sûre LOL) , l'émotion nous a submergé et on s'est mis à pleurer tous les trois ! G s'était retirée de la chambre pour nous laisser seuls… Premiers instants très émouvants pour nous, après ces heures très dures et très violentes… Il est 14h36… G a juste attendu que le cordon cesse de battre, pour prélever du sang pour la détermination du rhésus. Comme je saignais quand même pas mal, elle m'a demandé de pousser pour la délivrance qui s'est faite en 2 poussées. Au final, un accouchement assez long pour un deuxième enfant, à la maison comme nous le souhaitions, de la manière la plus naturelle possible, aucun problème de santé ni épisio, ni déchirure sur le périnée et un bébé de 3kg370 pour 50.5 cm. Juste une petite déchirure au niveau du col due à ma mauvaise poussée. Patrick est allé chercher notre grande Louane de chez sa nounou et en voyant sa petite soeur, elle était la plus heureuse ! Elle ne veut lui faire que des bisous, des câlins, veut la couvrir, lui chercher son doudou… L'aad a été pour moi un évènement très violent mais qui valait le coup. Naïs n'a pas été aspirée, ni n'a eu de gouttes dans les yeux ni vitamines inutiles. Elle a tété non stop ses deux premières nuits et la montée de lait s'est faite juste après. Elle a fait 2 fois du méconium avant de faire des cacas bien jaunes d'un bébé en bonne santé. Son crâne n'a pas été déformé par la longue attente d'une naissance qui n'avance pas à cause de la position gynécologique ou de la péridurale et moi je n'ai eu aucun baby blues (pourtant sévère pour ma 1ère). J'étais chez moi, avec ma fille aînée et mon mari, dans mon lit, personne ne m'a réveillé à 7h pour faire mon lit ou autre…
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


157854
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les aad de 2013... on en parle?

image

Félicitations pour ce 3ème petit mec Bobidi. Zia j'espère que ton mari comprend ton envie d'être seule le jour J. Au fait je ne me souviens plus si tu nous l'as dit, il a beaucoup de route entre son boulot et chez vous ? Si c'est en journée,...Lire la suite

*****en essai et desir d'aad**** on veut des +++++++!!♥

image

Après avoir lu tout le post (oui, j'aime lire…) , je viens vous rejoindre également. J'ai une première fille de 4 ans et une seconde de 2ans. On s'est enfin décidé à virer le DIU jeudi ! Ça faisait des mois qu'on attendait que notre...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages