Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Accouchement à domicile      (368 témoignages)

Préc.

Suiv.

La naissance de manon

Témoignage d'internaute trouvé sur france5 - 28/06/10 | Mis en ligne le 26/05/12
Mail  
| 422 lectures | ratingStar_259311_1ratingStar_259311_2ratingStar_259311_3ratingStar_259311_4
A toutes celles qui s'interrogent sur l'accouchement à domicile, je voudrais adresser le récit de la naissance de Manon, ma 2ème fille qui a 11 jours aujourd'hui : Jeudi 17 juin 2010, date du terme, voilà des jours que j'espère que ce sera le bon et pourtant ni la lune, ni la chaleur, ni les orages de ces derniers jours n'y ont fait, tu n'es toujours pas là et avant d'aller me coucher hier soir je me suis dis que ce ne serait pas encore pour cette nuit, pourtant j'ai tout préparé, au cas où, comme quoi des fois… 3H40, je suis réveillée par une douleur dans le bas ventre, j'ouvre les yeux, je suis en train de perdre les eaux, étrange sensation, tiraillée entre l'excitation de ta naissance imminente et l'angoisse de ce qu'il va se passer j'attrape mon téléphone et appèle Papa, ça sonne, il ne répond pas, je réessaye, il décroche d'une voix inquiète, " Je viens de perdre les eaux " , " Oh putain j'arrive " . Plus tard j'apprendrai qu'il était sur la moto sur le chemin du travail quand le téléphone a sonné, il a lâché le guidon pour répondre se doutant de la raison de cet appel ! Ensuite j'appèle Sidonie, elle me demande si j'ai des contractions, non pas encore, tant mieux ça lui laissera le temps de trouver une remplaçante au chevet d'une autre femme sur le point d'accoucher. Comme si de rien était je prépare la chambre, fais du café et prends une dernière photo de ce ventre que j'ai tellement aimé pendant 9 mois… Je sors devant la maison pour profiter de la fraîcheur de la nuit, le calme avant la tempête. Puis une moto arrive à toute vitesse, je l'entends déraper dans le virage, c'est Papa, il arrive inquiet et surexcité, avec lui, les premières contractions, 3 minutes seulement entre chaque, je rappèle Sidonie, elle a trouvé une collègue pour la remplacer, elle ne va plus tarder, heureusement, Papa s'angoisse à l'idée qu'elle arrive trop tard ! Il emmène Camille chez Papi et Mamie en lui disant qu'elle va leur faire une surprise, ptite puce, elle rigole, je l'embrasse une dernière fois en tant que mon seul bébé en lui disant que je l'aime et je m'en veux de la laisser. Pendant ce temps je fais les 100 pas dans la maison, chaque contraction est un peu plus forte que la précédente mais pour l'instant elles sont gérables, je souffle bien, je me vois dans un endroit familier, où je me sens bien, à l'ombre d'un arbre au bord de la rivière au Portugal, j'y serais si bien… Papa revient, on reste un moment à parler de tout et de rien, il allume cigarette sur cigarette, il stresse. Je commence à souffrir debout, je veux m'allonger, chaque contraction irradie dans mes jambes, je vais dans la chambre. Sidonie arrive, Papa est rassuré, elle m'examine et me dit que les choses sont bien lancées, mon col est ouvert à 4 et les battements de ton coeur sont réguliers, tout va bien ! C'est étrange, j'ai toujours entendu dire que les bébés arrêtent de bouger quelques heures avant le début du travail pourtant je te sens encore remuer en moi, comme si tu voulais que je profite de ces instants en sachant que ce seraient les derniers… Sidonie est très discrète, elle est juste là dans la pièce à côté et elle écoute pour savoir si on a besoin d'elle, moi pour l'instant j'ai besoin de Papa, savoir qu'il est là, qu'il me tient la main même si je lui écrase les doigts à chaque contraction, il me rassure. Et puis je sens que je commence à perdre pieds, je savais que ce moment arriverait, je m'y étais préparée mais c'est violent, je gère de moins en moins, moi qui voulais tout vivre, tout ressentir, je donnerai cher pour qu'on m'endorme, pour ne plus sentir la douleur, pourtant je sais que ton arrivée est imminente, on m'a toujours dit que mettre au monde son enfant c'est mourir pour renaître différente mais là j'ai juste l'impression de mourir tout court. Sidonie m'entend gémir, elle comprend que les choses avancent, mon col est ouvert à 7 et tout coeur bat bien mais elle n'arrive pas à sentir ta position, 'après ta naissance nous comprendrons que tu t'es présentée de face et que tu es restée bloqué dans mon bassin. Je vomis à chaque contraction, je suis épuisée, Sidonie le voit bien et me propose plusieurs positions pour me soulager, j'en essaye certaines mais tout mon corps n'est que douleur et bouger est un supplice, je n'en peux plus, je n'ai plus aucune notion de rien, quelle heure est il, fait il jour ou est ce encore la nuit… Et puis j'entends la porte s'ouvrir, Sidonie sort de la chambre pour voir ce qu'il se passe, c'est Papi, il s'inquiète et il est venu voir si tout allait bien avant d'ouvrir la boutique, Sidonie le rassure mais doit retourner à mes côtés, Papi repart pas moins inquiet. Je commence à avoir envie de pousser, à chaque contraction je pousse un peu, Sidonie me dit que c'est bien mais je sais que ça n'a pas d'effet, elle m'examine, mon col n'est pas encore totalement ouvert, je suis déçue, je crois que je n'y arriverai pas, je ne tiendrai pas, je répète que je ne peux pas. A genoux sur le lit je m'accroche à Papa, je suis bien contre lui, il me soutient en me disant de faire ce que me dit Sidonie, accompagner la douleur, pousser vers le bas, sa voix est douce et m'apaise mais je ressent toute son angoisse. Je ne peux vraiment plus, la douleur me transcende, dans un mouvement désespéré je m'allonge sur le lit et je pousse de toutes mes forces, Papa vient près de moi, m'encourage et je te sens descendre, ça brûle, bêtement je demande à Sidonie si c'est toi que je sens, elle prend ma main et la pose entre mes jambes, je sens une touffe de cheveux, incroyable, ça me donne la force de pousser encore davantage, j'entends Papa dire " oh la vache " , je comprends que ta tête sort, je sens Sidonie te retourner et dans une dernière poussée je te sens glisser hors de moi, quelle sensation, c'est indescriptible, je viens de te donner la vie, Sidonie te pose sur moi, tu es si petite, si chaude, tu pleures, ça y est… Tu tètes quasiment tout de suite et Sidonie attendra que le cordon ne batte plus pour que Papa le coupe, il est ému, c'est beau… Sidonie te fait quelques soins, juste ce qu'il faut, pas plus, à côté de moi, on te pèse, 3,430 kg, on ne te lavera et te mesureras que le lendemain pour ne pas t'embêter un si beau jour, 50 cm. Nous avons ensuite passé la journée toutes les 2 allongées dans ce lit qui t'a vu naître, à nous découvrir, malgré la fatigue je ne dormirai pas… Voilà ce qu'il s'est passé le jour si particulier de ta naissance, pas d'intervention, pas de protocole, pas de déchirure et tellement d'amour, d'humanité et de respect… Tu as 10 jours aujourd'hui et je ne sais pas si j'écris cela plus pour toi ou pour moi, j'ai besoin de raconter et un jour peut être auras tu envie de savoir, je ne sais même pas si je te donnerai ces quelques lignes mais les remplir de toutes ces merveilleuses émotions m'a libérée… je t'aime.
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


259311
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les aad de 2013... on en parle?

image

Félicitations pour ce 3ème petit mec Bobidi. Zia j'espère que ton mari comprend ton envie d'être seule le jour J. Au fait je ne me souviens plus si tu nous l'as dit, il a beaucoup de route entre son boulot et chez vous ? Si c'est en journée,...Lire la suite

*****en essai et desir d'aad**** on veut des +++++++!!♥

image

Après avoir lu tout le post (oui, j'aime lire…) , je viens vous rejoindre également. J'ai une première fille de 4 ans et une seconde de 2ans. On s'est enfin décidé à virer le DIU jeudi ! Ça faisait des mois qu'on attendait que notre...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages