Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Accouchement à domicile      (368 témoignages)

Préc.

Suiv.

La naissance de Noa

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 327 lectures | ratingStar_221108_1ratingStar_221108_2ratingStar_221108_3ratingStar_221108_4

Bon courage pour la lecture, et désolée pour la longueur... La naissance de Noa : Préambule : Bien avant la conception de Noa, notre décision était déjà prise, la naissance se ferait à la maison, dans notre cocon familial, loin de toute l?hypermédicalisation à outrance que nous avions eue pour nos 3 autres enfants. En effet, après 3 déclenchements, nous ne voulions plus de tout cela. Il ne nous restait plus qu?à trouver la sage-femme qui nous conviendrait et avec laquelle nous pourrions instaurer une réelle relation de confiance réciproque. La tache paraissait pourtant ardue mais une fois la prise de sang positive, en cherchant un peu, nous avons finalement trouvé 3 sages-femmes qui acceptaient de nous accompagner. Après les premiers entretiens téléphoniques, mon choix s?est tout de suite porté sur C.M.. Le contact a été dès le début chaleureux, j?étais très à l?aise avec elle. Notre premier rendez-vous fut donc fixé en janvier.

 

Ce fut une véritable révélation de la rencontrer. Je découvrais enfin un professionnel de la naissance à mon écoute, respectueuse de ma personne et de mon intimité. Chaque visite mensuelle avec elle a été un réel moment de bonheur. Je pouvais lui parler de toute mes craintes sans aucun problème, de ce qui m?avait manqué lors de mes précédents accouchements, des souhaits que je voulais pour cette naissance? En bref, je trouvais enfin ce que je recherchais finalement depuis toujours, une véritable accompagnante à la naissance. Elle avait toujours une parole gentille et rassurante. La préparation du travail : Tout ce qui pouvait faciliter l?accouchement a été fait. J?ai pris toutes sortes de doses homéopathiques pour favoriser la dilatation, les contractions efficaces? Je me suis énormément documentée pour me rassurer, lu beaucoup de témoignages d?AAD, en bref, je me suis énormément préparée pour cette naissance sur tous les plans. Beaucoup d?angoisses sont tout de même remontées, parfois idiotes (je craignais par exemple de ne pas réussir à me mettre en travail seule, sans ocytociques ou hormones de synthèse?) et parfois plus sérieuses (comment arriverais-je à gérer la douleur sur le moment ?...) La machine se lance doucement : Le 2/06 : Vers 18h30, je commence à avoir des contractions toutes les 5 minutes. Florian va bientôt arriver du travail, je commence à y croire. Les contractions sont intenses, assez douloureuses mais je me dis qu?elles arrivent trop vite. Finalement, elles s?arrêteront quelques heures plus tard. Le 3/06 : Je suis réveillée dans la nuit par un faux travail. Je n?y crois pas trop, ça ne ma parait pas du tout douloureux, eh puis, je me rappelle de ce qui s?est passé la veille. Je me rendors donc sans y faire attention. Mes journées sont ensuite ponctuées de petites contractions, parfois douloureuses, parfois non. En bref, une fin de grossesse classique. Du 8 au 10/06, c?est le calme plat. Je n?ai plus aucune contraction, je dors très bien la nuit. Je sais qu?il y a une pleine lune le 11/06 et j?espère que cela va déclencher les choses. Je commence sérieusement à avoir peur de dépasser ma DPA. C.M. n?est d?accord de me suivre que jusqu?à 42 SA. Après, il faudra envisager les choses à l?hopital. Cette échéance me stresse énormément et de nouveau j?ai peur que mon corps ne soit pas capable de se mettre en route tout seul. Le 11/06, j?ai de nouveau un faux travail le soir. Je n?y croyais pas du tout, j?attendais donc qu?il s?arrète de lui-même. L?accouchement : Le 12/06, je me lève et une fois de plus j?ai passé une bonne nuit. Je me dit que je suis à J-3 de cette fameuse DPA et toujours rien. C?est la première fois que je suis enceinte aussi longtemps. Mais un autre état d?esprit m?envahit. Je décide de prendre mon mal en patience et de profiter des derniers jours de grossesse sereinement. C.M. m?appelle le matin pour savoir comment je me sens et si moralement je vais bien. Je lui dis que je pète la forme (je suis d?ailleurs étonnée de me sentir aussi bien en fin de grossesse) mais que l?approche de la Dpa me fait un peu peur. Comme à son habitude elle me rassure et me donne de petites combines naturelles pour déclencher les choses. Cela fait 9 ans qu?elle fait des AAD et pas une seule fois elle n?a envoyé un couple à l?hôpital pour DPA dépassée. On rigole un peu toutes les deux. Depuis ce coup de téléphone, je me sens euphorique, j?ai même presque envie de dépasser la Dpa pour profiter encore de mon bébé et de mon gros ventre. Mais quelque chose d?étrange « travaille » un peu et je commence à avoir un pressentiment que ce serait pour bientôt. Ma journée passe avec quelques petites contractions, Florian m?ayant prévenu qu?il devait à tout prix finir un travail pour le soir et qu?il fallait que je lui laisse le temps.

 

Bien sûr c?était pour plaisanter, mais son souhait a été exaucé. Vers 18h, il m?appelle pour me dire qu?il va quitter le travail dans une petite demi-heure. Il m?appellera avant de quitter le bureau. De la, les contractions commencent mais je décide de ne pas trop y faire attention. Je ne calcule pas le temps entre chaque, et elles ne me paraissent pas plus fortes que lors des faux travails. Finalement, il m?appelle un quart d?heure plus tard pour me dire qu?il arrive. Je le préviens que j?ai quelques contractions mais rien de bien flagrant. On décide donc d?aller faire un peu de voiture. Les contractions sont toujours la mais je n?y prête pas attention du tout. Retour à la maison vers 20h. On a été cherché du mac do pour toute la famille. Les filles sont ravies et moi je n?ai pas à préparer à manger. Les contractions sont toujours là, je les sens bien mais elles me paraissent si peu douloureuses? Je continue mon petit train-train et couche les enfants. J?espérais tellement accoucher la nuit pour ne pas devoir gérer les grandes pendant l?accouchement que je commence à me dire que ces contractions sont quand même très régulières et reviennent souvent. Tout en mangeant mon super repas très copieux, je décide avec Flo de voir la régularité. Il est 20h42 quand on commence à les noter et on s?aperçoit qu?elles sont toutes les 5 minutes. Je suis surprise de voir à quel point c?est régulier, quasiment à la seconde près. Trois quarts d?heure plus tard, elles passent toutes les 4 minutes. Là je me dis qu?il faut que j?appelle C.M. pour lui demander ce qu?elle en pense. Je ne veux surtout pas la déranger pour rien et j?ai tellement peur que ce soit un faux travail? Elle est tout de même à 135 km de la maison mais vu la régularité, je me décide à appeler. Je lui explique brièvement la situation mais en lui expliquant que même si je sens bien les contractions, elles me paraissent malgré tout très gérables. Celles que j?avais connues pour mes 3 autres enfants étaient tellement plus douloureuses? Elle décide malgré tout de venir, me rappelant que c?est un 4eme bébé et qu?au pire des cas, elle passera la nuit à la maison pour rien et que ce n?est pas grave du tout. Je suis finalement soulagée de savoir qu?elle va venir vérifier. Je décide de prendre une douche bien chaude parce qu?avec la chaleur qu?il fait, je me sens très moite. Et là, malheur, les contractions disparaissent. Je suis super gênée, C.M. ne devrait plus tarder et je n?ai plus de contractions. Eh puis d?un coup, elles reprennent, avec toujours la même régularité et intensité. C.M. arrive vers 23h30 et décharge tout son matériel.

 

Elle est sûre que c?est pour cette nuit on dirait? Elle me demande comment je me sens et je lui répond que ça va super. On discute, on rigole, bref, je n?ai pas du tout l?impression d?accoucher. Les contractions sont toujours là et elle me conseille de ne plus trop regarder l?heure. Elle m?aide à bien souffler à chaque contraction et me propose de regarder où ça en est pour voir. Direction la chambre où nous avons-nous aussi tout préparé. Elle écoute le c?ur du bébé pour voir si tout va bien avec un stéthoscope électronique. Tout est nickel, 140 battements par minutes. Elle m?ausculte, sourit et m?annonce fièrement un 6-7 cm avec un col encore épais. Je n?en reviens pas ! Je suis surprise et manque de pleurer à l?idée que la naissance est pour bientôt. Les contractions me paraissent tellement faciles à passer? Je demande à C.M. si on remplit la piscine ou bien si on laisse tomber cette idée d?accouchement dans l?eau. Elle me dit que c?est comme je veux mais que ça risque de s?accélérer et que ça ne servira donc à rien. Nous retournons au salon, Flo est fier de moi que j?en sois déjà là et a l?air aussi ravi que moi. Je m?installe à table, sur une chaise. Je me sens super bien dans cette position. Un peu plus tard, je ressens le besoin de m?isoler dans la chambre. On met une lumière très douce et diffuse et je commence à rentrer en moi pour me détendre au maximum. Flo me rejoint et ne me quitte plus. Je perd la notion du temps, les contractions se font plus rapprochées et intenses. Je ressens une énorme gène au niveau du pubis à chaque contraction. Ca commence à devenir plus douloureux mais avec la technique de respiration, tout va très bien. Je demande à Catherine de m?ausculter de nouveau pour voir où j?en suis. J?ai besoin de savoir que le travail avance. Pour ma 2eme fille le travail s?était arrêté à ce stade et j?avais frôlé la césarienne? Bilan : 7 cm mais col très fin. C.M. me voit très déçue, je commence à avoir peur. Elle me rassure en me disant que ça a tout de même bien avancé, que la tête est vraiment bien descendue et que le col a pas mal bougé en épaisseur. Mais moi, je ne vois que ce 7 cm de dilatation qui reste stable. Je décide donc de prendre un bain chaud pour aider.

 

C?est tout un périple pour arriver à la salle de bain qui est à côté de la chambre. Je suis stoppée par une contractions très fréquemment. Je me met dans le bain et là, les contractions s?espacent mais sont beaucoup plus douloureuses. Je ne suis pas bien du tout dans cette position. Au bout de 2 contractions, je décide de sortir? et les contractions s?enchainent bien plus fortes qu?avant. Je retourne avec difficulté dans la chambre, c?est douloureux mais à chaque contraction je suis aidée par C.M. qui me guide pour la respiration et par Flo qui me masse le bas du dos. Ca me soulage vraiment beaucoup. Je me sens accompagnée et rassurée comme je ne l?avais encore jamais été. Un bon moment passe. C.M. me demande si je commence à ressentir l?envie de pousser et je lui dis que non. Je lui demande de vérifier à nouveau où ça en est (je crois qu?elle est surprise de cette demande, habituellement elle évite les touchers au maximum) et elle m?annonce de nouveau 7 cm. Elle me propose de me mettre sur le côté gauche, callée dans des coussins plus ou moins dans les bras de Flo. Je me sens bien comme ça mais intérieurement je craque un peu. Je suis tellement déçue que ça n?avance pas. C.M. me dit qu?il faut que je laisse mes angoisses au placard, que tout va très bien se passer, que c?est juste un peu long mais que de toute façon arriver à 7 cm avec le sourire, ce n?était pas normal, ça allait forcément s?amplifier un peu. Je repense à beaucoup de choses, à ma mère qui me disait quand j?étais petite que j?étais bonne à rien, que jamais je n?arriverai à mettre au monde un enfant normalement parce que j?étais douillette. Et là, je dis à Flo que je n?y arriverais pas, ça n?avance pas. Une fois de plus, tout le monde me rassure. C.M. me conseille de me détendre au maximum entre les contractions, voire même de somnoler si j?y arrive. Et j?y arrive tout a fait. D un coup, je suis bcp plus détendue et je laisse les contractions m?envahir complètement. Ca devient beaucoup plus intense, je commence à pousser des bruits un peu rauques quand la contraction est au maximum. Je remarque que mon corps travaille parfaitement, je commence à sentir pousser très faiblement. La poche est toujours intacte, c?est ce qui gène sûrement un peu? Je remarque aussi que les contractions ne sont plus vraiment régulières, il y en a 3 ou 4 très fortes qui se suivent et s?enchaînent et j?ai ensuite quelques minutes de répit où je m?endors presque. Les choses sérieuses commencent alors, je n?ai pas la notion du temps mais je dirais qu?il y a eu environ une demi-heure de passée en position sur le côté. Au point culminant de la contraction, mon corps se tend et pousse tout seul. Ca commence très gentiment et à ce moment là je suis énormément soulagée.

 

La poche gène, C.M. me dit qu?elle va sûrement lui exploser à la figure. Je suis tellement concentrée que je ne prête plus trop attention à ce qui m?entoure. Les poussées se font de plus en plus insistantes mais je ne sens rien de particulier s?engager en plus. Au moment où C.M. enfile ses gants, la poche explose (et ce n?est pas une image, il y a vraiment eu un bruit très fort et les eaux ont vraiment jaillies). Je me dis que maintenant les choses sérieuses vont commencer. Jusqu?à maintenant, j?étais très calme et ne faisait pas de bruits autres que ces petits bruits rauques. Je m?étonnais d?ailleurs moi-même? Mais d?un coup, une nouvelle contraction arrive, mon corps se met à pousser tout seul d?une force incroyable. A ce moment là je hurle de cette puissance qui me surprend mais aussi de douleur. Je sens mon bébé s?engager et descendre dans le bassin. Je sens sa tête sortir puis les épaules et le corps. Seulement une contraction aura suffit à la faire sortir, mais je dois dire que j?ai donné tout ce que j?avais pour abréger ce moment qui a été pour moi le plus douloureux. L?expulsion m?a laissé un goût un peu étrange, j?aurais aimé attrapé mon bébé moi-même, que ce soit un moment calme et serein que je pourrais me remémorer et ça en a été tout autrement. Cette intensité, cette puissance et cette douleur combinées m?ont réellement impressionnées. Ma péri n?avait pas marché pour ma 3eme fille et je pensais avoir tout ressenti à l?expulsion mais j?étais bien loin du compte. Une fois mon bébé posé sur mon ventre, je respire de nouveau comme il faut, je suis heureuse, je la regarde et pour la première fois je peux enfin regarder et toucher son cordon. Je sens une gène dans le bas de mon ventre et je pousse une toute petite fois. Le placenta sort seulement 2 ou 3 minutes après la naissance. Je ne m?attendais pas à ce que ce soit si rapide? Flo coupe donc le cordon et C.M. me montre un peu le placenta, nous explique son fonctionnement? Je le touche, c?est incroyablement doux. Je suis trempée de la tête aux pieds, C.M. veut me faire une toilette mais je préfère aller prendre une douche. Noa m?a fait son premier méconium dessus et j?ai du liquide amniotique et du sang un peu partout. Je fais le plus vite possible, Flo me disant que Noa commence déjà à téter ses doigts.

 

Ils en profitent pour la peser, bilan : 4.180 kg ! Un beau bébé que l?on avait estimé à 3.5 kg à terme? Je retourne dans la chambre, tout a déjà été nettoyé et rangé, quelle efficacité ! Je mets donc Noa au sein et là, après quelques essais infructueux, elle se met à téter goulûment pendant plusieurs minutes. Elle réclamera encore peu de temps après. C.M. va se coucher un peu avant de reprendre la route, Flo dort un peu et moi, je reste avec ma petite puce tranquillement. Je la regarde, je la sens, en bref, je profite complètement d?elle. Elle n?a pas été aspirée et crache ses glaires seules après la tétée, il y en a finalement très peu. Je n?ai pas réussit à dormir ce jour là, les évènements me revenant sans cesse en mémoire. Flo et moi sommes étonnés de la différence de comportement qu?il y a entre Noa et nos 3 autres filles. C?est un bébé très éveillé et très présent, rien à voir avec les bébés somnolents que nous avions eu avant. Noa est donc née le 13/06/06 à 3h55. Elle faisait 4.180 kg et 50cm avec un PC de 36 cm.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


221108
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les aad de 2013... on en parle?

image

Félicitations pour ce 3ème petit mec Bobidi. Zia j'espère que ton mari comprend ton envie d'être seule le jour J. Au fait je ne me souviens plus si tu nous l'as dit, il a beaucoup de route entre son boulot et chez vous ? Si c'est en journée,...Lire la suite

*****en essai et desir d'aad**** on veut des +++++++!!♥

image

Après avoir lu tout le post (oui, j'aime lire…) , je viens vous rejoindre également. J'ai une première fille de 4 ans et une seconde de 2ans. On s'est enfin décidé à virer le DIU jeudi ! Ça faisait des mois qu'on attendait que notre...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages