Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Autres      (11760 témoignages)

Préc.

Suiv.

Accouchement déclanché

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 422 lectures | ratingStar_50738_1ratingStar_50738_2ratingStar_50738_3ratingStar_50738_4

Tout commence un jour de mars 2007. Un jour qui aurait pu être comme des milliers dautres à une chose près : ne voyant pas mes règles arriver, ton papa me pousse à faire un test de grossesse. Il a eu raison, les 2 barres saffichent immédiatement.

Je suis enceinte, Vincent va devenir grand frère.

Beaucoup de sentiments se mélangent : la joie, la peur, les souvenirs de la grossesse précédente, les angoisses que nous avions eues pendant et après laccouchement de ton frère, mais malgré tout, un bonheur immense.

Les mois passent avec leur lot de surprises, bonnes et moins bonnes.

La 1ère échographie où nous te découvrons. Un bébé en pleine forme, un coeur qui bat la chamade. Puis le mauvais tri test, lépreuve de lamniocentèse. Heureusement, tout va bien et nous apprenons que tu es une fille, une magnifique princesse.

Mon ventre sarrondit de jour en jour. Depuis les bons résultats de lamniocentèse, je mautorise enfin à profiter de cette grossesse, ma grossesse.

A 7 mois de grossesse, tu sembles être déjà pressée de sortir, on décompte les jours pour sortir de la période critique. Et tu es restée bien au chaud, au creux de mon ventre.

Arrive le mois de novembre A présent, tu peux arriver quand tu veux. Tu es prévue pour le 17, un samedi. Nous sommes impatients de faire ta rencontre.

Mardi 13 novembre, 39sa+3.

1h : Je ressens des contractions douloureuses, assez proches. Je ne dis rien pour le moment à ton papa. Je prends un bain chaud, ça ne passe pas.

4h : On décide de partir à la clinique. On tombe sur une jeune infirmière, super sympa. Elle me pose le monitoring, nous demande comment sest passée la grossesse, si j'ai déjà dautres enfants. Nous lui expliquons nos craintes suite à laccouchement de ton frère qui sest mal passé. Elle a des mots rassurants, on se sent en confiance avec elle.

Le verdict du monito : contractions toutes les 3 à 4 minutes mais inefficaces sur le col. Nous rentrons à la maison, un peu déçus.

17h : rendez-vous gynéco : mon col na pas bougé depuis la nuit, toujours ouvert à 1cm mais mon gynéco pense que ça ne devrait pas tarder et ne nous refixe pas de rendez-vous. Erreur fatale, ne surtout pas me dire ça, à moi, impatiente que je suis lol.

Les jours passent et se ressemblent : contractions, douleurs. Nous décidons de reprendre rendez-vous le 16 novembre (39sa+6) avec le gynéco pour voir où les choses en sont : aucun changement. Je lui explique que je ne dors quasiment pas de la nuit à cause des douleurs.

Si je nai pas accouché ce week end, il nous fixe rendez-vous le lundi 19 et nous verrons si le col a bougé ou non et voir pour un déclenchement.

Samedi 17 novembre 40sa, jour de la DPA.

Il ne se passe strictement rien. Et quand je dis rien, cest rien, même pas lombre dune douleur, pas une mini contraction.

Lundi 19 novembre 40sa+2.

8h30 : rendez-vous chez le gynéco. Nous arrivons, avec lespoir que mon col ait bougé. Verdict : encore et toujours ouvert à 1cm Mon gynéco décide de déclencher laccouchement, je dois rentrer à la clinique à 13h.

13h : nous arrivons. La mater est surchargée et en plus, je devais arriver à 14h, mon gynéco sétait trompé. On en profite pour faire ladmission, on remonte, on nous installe dans une chambre et vu le rush daccouchement, on nous dit daller nous promener pour faire descendre Noémie jusque 16h.

16h : nous sommes de retour et nous faisons la connaissance dune première infirmière. On lui explique nos angoisses, comment sest passé laccouchement de Vincent, notre ressenti, elle nous écoute, ça fait du bien. Elle mausculte, pose la perfusion pour le déclenchement des contractions.

17h : les contractions commencent, doucement mais sûrement. La sage femme me demande si je veux la péridurale. Je lui dis que tant que je gère sans, je ferai sans. Faut dire que comme je nai pas fait de prépa à laccouchement ni pour Vincent, ni pour Noémie, je suis un peu dans le flou.

Jespère tenir le plus longtemps possible sans mais quand je vois que j'ai mal alors que ces contractions natteignent que 40. On verra.

19h : changement déquipe. Nous retrouvons Cécile, la sage-femme de la fausse alerte Je suis contente, le courant passait bien. Elle est au courant de nos peurs.

Elle me demande comment ça va, je lui réponds que ça va mais que cest loin dêtre évident de gérer la douleur en restant couchée. Elle comprend tout à fait et va chercher un monitoring portable. Je peux me lever, bouger, marcher. Peu à peu, elle augmente les doses de produit et lintensité des contractions augmentent. Elles atteignent 60, 70.

22h : je suis ouverte à 5cm. Les contractions sont bien douloureuses, régulières mais Noémie est toujours haute et nappuie pas sur le col. Elle me propose de marcher, de faire des exercices sur un ballon, de prendre un bain pour gérer la douleur. Autant en temps normal, je suis fan de bain, là, javais pas du tout envie de me retrouver dans une baignoire je choisis le ballon, en plus, ça fait du bien à mon dos.

23h : ouverte à 6cm.

Mardi 21 novembre.

Minuit : ouverte à 6cm, 1h : ouverte à 6cm Les doses de produits augmentent, lintensité des contractions aussi, elles dépassent 100.

4h : toujours ouverte à 6cm, je nen peux plus, les choses ne bougent plus, je suis fatiguée.

La sage femme décide dappeler mon gynéco qui était présent pour un autre accouchement Il faut percer la poche des eaux pour que tu puisses appuyer sur le col et quil se dilate enfin.

4h15 : je romps la poche des eaux comme une grande Ca fait un ploc, cest bizarre comme sensation. Je me couche, la quantité de liquide qui coule, cest fou !

Mais là, très vite, la douleur des contractions devient insupportable, je ne peux même plus parler, je suis fatiguée, lombre de moi-même Je demande la péridurale. Jen pleure, j'ai peur que le même scénario que mon premier accouchement se reproduise, un tourbillon de sentiments, je pleure, les larmes coulent, je ne peux pas me contrôler. Ton papa essaye de me consoler, me dit que je peux déjà être fière de moi, la sage-femme arrive et me réconforte aussi, je ne dois pas vivre ça comme un échec Tout se passera bien.

Lanesthésiste arrive, pose la péri, une petite dose à ma demande. Ca me soulage même si je sens encore très bien les contractions. Malgré tout, je reste obsédée par ton rythme cardiaque, qui est parfait !

Tu appuies bien sur le col qui se dilate enfin.

Vers 6h, une immense envie de pousser me prend mais je ne suis pas encore à dilatation complète. Je dois me retenir, cest pas évident.

6h15 : cette envie me reprend de plus bel. Pour soulager ce besoin, je peux pousser doucement pour taccompagner dans cette descente. Ca fait du bien, je te sens. Il reste juste un petit bourrelet de col qui ne veut pas foutre le camp. J'ai mal et je demande à la sage femme sil ny a pas moyen de virer ce bourrelet, jen ai marre moi.

6h30 : ça y est !!!! Dilatation complète. La péridurale ne fait plus effet depuis un petit bout de temps déjà. Toutes ces sensations, ces douleurs sont impressionnantes. Je sens la contraction qui arrive, je nai même pas besoin découter ce quon me dit, elle arrive, je ressens ce besoin de pousser, je suis cette envie. La sage femme demande à mon gynéco de se dépêcher darriver quand même.

Je pousse, une poussée, 2 poussées, elle voit les cheveux. Mon gynéco arrive enfin. Il mencourage, je crie, j'ai mal, je suis fatiguée, épuisée. J'ai limpression que je ny arriverai pas mais je sens cette tête qui écarte mes chairs, mes os. La contraction suivante arrive, je pousse de toutes mes forces, la tête sort.

Une contraction arrive, je crie comme pour rassembler le peu dénergie quil me reste. Les épaules sortent, je ne dois plus pousser.

Je sens ce petit corps glisser hors de moi.

Il est 6h44, on te pose sur moi, un petit corps tout chaud et tu pousses ton premier cri. Les larmes me montent aux yeux. Ce moment, je lavais tant espérer pour ton frère, je ny avais pas eu droit, cette fois-ci, tout est parfait.

Ton papa sapproche de nous, me chuchote un je taime à loreille. Il te regarde, tadmire, lui aussi a les larmes aux yeux.

On nous laisse à 3, profiter de ces premiers instants si précieux. Cest bon le bonheur.

La sage-femme revient pour te mesurer et te peser : 4kg230 et 53,5cm ! Un beau bébé.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


50738
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les canapettes/mapettes depassent les 32 sa! on pointe! - les novembrettes 2013 - futures mamans

image

Salut les filles, Ici voilà ce que m'a d dit la toubib : au dessus de 25 même le col n'est pas inquiétant passé 32 SA, c'est normal que ça s'efface petit à petit en fin de grossesse. Elle m'a dit aussi que c'était super dur à mesurer avec la...Lire la suite

Vos avis sur la maternite de l'hopital prive du blanc mesnil 93 svp - choisir sa maternite

image

J'ai accouche a la clinique de BM en 2010. Je suis enceinte de 4 mois et j'accoucherai la bas aussi pour BB2. Mon 1er accouchement c'est super bien passe. Je suis tombée sur un SF (homme ! ) qui a été au top : très présent, il venait a la...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages