Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Autres      (11760 témoignages)

Préc.

Suiv.

Accouchement, j'ai eu des complications

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 386 lectures | ratingStar_218175_1ratingStar_218175_2ratingStar_218175_3ratingStar_218175_4

J'ai eu mon bébé. LOL Et oui je suis rentrée de la maternité et je viens donner des nouvelles de mon aventure. Cela pourra servir aux autres mamans qui attendent leurs bébés et qui sont dans le même cas que moi. Alors, voilà mon histoire le 7 Octobre 2008. Je n'ai pas dormi de la nuit. Non seulement, ma fille n'a pas fermé l'oeil de la nuit et a cru bon de pousser le plus fort possible sur mon col pour essayer de sortir mais celui ci n'a pas bougé. J'avais rendez-vous à 7h00 mais bon, ma fille n'était pas préssée alors pourquoi moi je le serais ? Je suis donc arrivée vers 8h15 à la maternité. Après l'admission très conviviale, je suis montée en salle d'accouchement. On m'accueille très gentiment et l'on m'installe dans une salle où l'on a ni le ballon, ni la corde, ni le fauteuil spécial.

Bref, je dis à mon homme qu'ils pensent que je désire la péridural où alors les autres salles sont déjà prises. Après une discution, elle me dit qu'elle va m'apporter ce qu'il faut dans la salle pour que je puisse supporter la douleur. Le ballon arrive, la chaise… (La baignoire ne m'est pas conseillée donc pas la peine de demander de changer de salle). Enfin bref, je m'installe sur la table et elle me pose quelque chose sur le col. De la prostaglandine. Donc à 8h45, le déclenchement est mis en route. Après 30 minutes, elle n'emmène dans ma chambre et me dit que mon petit déjeuné va arrivé et que je dois redescendre en salle d'accouchement vers 12h30. Après mon petit Dej et un peu de repos, je redescends en salle d'accouchement pour une vérification de mon col vers les 12h15. Et là ! RIEN…

Pas de changement. Pas de douleurs, bref aucuns signes. Une nouvelle sage femme est là et je vois qu'elle c'est plutôt une pet sec qui ne prends pas trop de gant et je comprends vite à l'expression de son visage que cela ne lui plait pas que je ne choisisse pas la péridural et qu'elle ne comprends pas pourquoi je ne veux pas de péridural avec le déclenchement. Mais bon, elle ne dit rien sur le sujet. Seul son visage trahie ses pensées. Je me dis bon bah voilà, elles sont toutes biens mais il faut que je tombe sur elle. Bref je fais avec. Après la visite de ma gynécologue qui me contrôle. Ma gynéco prends la décision de remettre encore une dose et d'attendre 2h pour voir l'évolution. Je retourne en chambre et la je prends mon déjeuner. Je finis mon déjeuner que la sage femme m'appel en chambre pour me dire de venir car ma gynéco est arrivée. Il est l'heure 14h30, bon je finis vite fais et je repars. J'avais eu ma famille pour dire que rien arrivait et je repars. Arriver en salle d'ac, je pensais pouvoir remonter en haut dormir un peu mais pas du tout. Les sages femmes me demandent si j'ai des contractions ou des douleurs de règles ou quelques tiraillements au moins. Mais moi, j'ai rien. Après que ma gynéco m'osculte, elle m'annonce que je suis à un très bon 3cm et que le 4 cm ne va pas tarder. Elle dit oki pour la perfusion et annonce qu'elle reviendra dans une heure entre deux consultations. La sage femme me pose le monito, et mets la perf d'ocyto. J'avais déjà la perf en place car j'avais eu des antibios pour mon strepto B. Il y avait aussi une stagiaire qui ma foi était vraiment jeune et surtout très très gentille. Les contractions d'ocyto ont commencé et je dois dire qu'elles étaient très rapprochées tout de suite. La douleur était "gérable".

Des contractions 135 ne me posaient pas de gros soucis. Je pouvais marcher sans soucis, je souffrais pas trop, je plaisantais avec mon homme. La sage femme a commencé à augmenter la dose lorsqu'elle vit que je supportais très bien la douleur. Après l'augmentation toujours pareil, pas plus de soucis. Après plus d'une heure de contractions à moins de 2 minutes chacune et à peine espacées, la sage femme me contrôle et me dit que je suis à plus de 5 cm au bout d'une heure et qu'elle va voir pour la poche des eaux et appeler ma gynéco. Ma gynéco arrive me contrôle et elle décide donc de rompre la poche des eaux. Bébé est très très haute et mal tournée. Alors plus de poche. Elle rompt la poche, ET LA… MAMAMIA, je sens comme une déchirure lorsque je me remets debout. Je sens tout l'intérieure de mon utérus être déchiré par la petite. Et les contractions qui sont à peines à 65 me font un mal insupportable. Horrible cette douleur. Je dis plus, je ne parle même plus. La douleur me fait plus pleurer qu'autre chose. Je sens en plus un "truc qui tombe entre mes jambes quelques minutes plus tard. Les contractions s'enchaînent sans répis. Je n'ai m'aime pas 30 secondes entre deux. Le temps devient plus long pour moi et je ne peux ni marcher, ni rien faire. Je suis suspendue au cou de mon amour et je lui demande seulement de me tenir de ne pas me lâcher. Je l'agrippe si fort. Il ne fait que de me rappeler qu'il faut que je respire comme tout à l'heure. Respire me dit il. Et je m'énerve… Non pas contre lui mais contre les cours de prépa que j'ai pu suivre. "C'est de la merde tous ces cours"!!!, dis-je dans l'agacement. C'est vrai quoi, je me mordais les doigts sans m'en rendre compte tellement la douleur était trop violente pour moi. Après plus de Deux heures de souffrance plus qu'extrème, mon homme me dit avec beaucoup de lucidité que je n'aurait plus de force pour pousser.

Qu'il faut que je réfléchisse à la péridural car ma souffrance augmente et là je dois dire qu'il m'a fait plaisir en me rappelant que j'ai été jusque là, que je suis très courageuse mais qu'il me faut des forces pour pousser. Je m'assoie avec des douleurs ingérables et ma tête ne tient plus du tout. Je me souviens que ma tête tombait comme celle d'un bébé et que mon homme essayais de me maintenir droite pour que je puisses respirer. Je craque et je demande la péridural. Là je pleure et il me rassure comme il peut pour me dire que la péridural n'est pas un échec que je fais tout ça très bien. La sage femme arrive et il demande la péridural. Là je capte plus très bien mais je vois qu'on m'aide beaucoup et que la fameuse sage femme me dit que je ne dois pas m'en faire. L'anesthésiste arrive, je ne vois que le jean et les baskets. Il me parle et je me souviens juste de lui avoir dit : "Je ne sais plus, je ne sais pas… " Je suis assise sur le rebord tête qui tombe et je pleure en disant : "Je vais mourir, je vais mourir ! ". L'anesthésiste me fais sa péri sans me demander quoi que se soit entre deux contractions et il me dit que je vais ressentir une décharge rapide. Ensuite ils m'allongent et je souffre encore. Il m'injecte un produit et l'anesthésiste me dit que ça y est je vais moins souffrir. C'est vrai je souffre moins beaucoup moins. MAIS une contraction arrive et j'ai dû mal à gérer celle ci. Je subis encore la douleur. Mon homme s'inquiète et demande pourquoi. La sage femme dit que j'ai été trop loin dans mes limites et que je ne supporte plus trop la douleur dès qu'elle revient. Que cela va passer lorsque je pourrais repirer entre deux. Je pleure, je tremble mais je souffre plus entre les contractions. Je veux pousser…

Cela fais 45 minutes que j'ai la péridural et je sens que quelques choses entre entre mes jambes. Je dis que là elle arrive ma fille ! Je suis sur le côté et je me rends compte que le côté gauche est paralysé. Je ne sens plus rien du tout de la jambe et mon sein est tout plein de fourmis, ma machoir gauche est comme anesthésié par le dentiste. Je pense à ça je m'inquiète mais par contre le côté droit et surtout mon ventre mon utérus mon vagin eux sont à peine sous anesthésies. Je sens les contractions qui me demande de pousser. La sage femme arrive et regarde et on décide de me tourné pour que je sois mieux pour pousser. Je pousse, je pousse et là elle me dit de me reposer encore un peu et surtout de bien respirer. Je sens la douleur des contractions et cela augmente. Je demande si la péridural a cessé mais elle me dit que non. Je dis qu'il faut vraiment que je pousse maintenant sans m'arrêter… Ma sage femme regarde et rigole. Elle appel le Papa et lui dit : Oh regarder, elle a pleins de cheveux… Regarder la touffe de cheveux. Et moi qui suis là entrain d'avoir mal… lol. Je reprends les poussés. Et la sage femme appel ma gynéco. Les choses s'accélèrent… Je demande l'heure et on me dit 19h45. Je dis à mon homme que cela a été rapide. De prendre le camescope et de le poser de tel sorte que l'on me voit du haut de la tête (donc on voit rien de moi) mais de voir la petite sortir. Mon homme revient près de moi et je reprends les poussées. Elles sont dur car j'ai dû mal à sentir mon "anus". C'est vrai aller pousser lorsque vous sentez votre vagin mais pas vos fesses. Très perturbant… La sage femme me dit que je n'arriv eplus à pousser comme il faut. Que je fais remonter la petite. Je dis : Ah non il faut qu'elle sorte ! Ma gynéco arrive. ET LA ! J'entends plus rien, uniquement la voix de ma gynéco qui crie fort que je fais ça très bien, comme un chef. Que j'y suis que je n'ai pas besoin d'aide. Que je dois continuer. Respirer et pousser… Respirer et pousser. Voilà ça y ai… ALLER POUSSER. Je pousse mais je sens quelque chose qui bloque. Je sens qu'elle essaie d'écarter ma peau, je sens aussi que ça tire mais rien à faire… Je POUSSE… mais rien. Alors elle décide de couper un peu. Les épaules ne passent pas me dit papa. Et là je pousse une dernière fois. J'entends la voix de ma gynéco me dire ouvrer les yeux Madame, ouvrez les yeux. J'ouvre les yeux et je vois ma fille face à moi. Je pleure, je suis si heureuse de voir ma chérie. J'ai une monté d'émotion et je ressens le vide en moi pour le retrouver en face de moi. Il me pose ma fille dans une serviette sur moi et je reste là avec elle. Je la regarde et je suis comblée. Finalement, je me dis que la manière dont j'ai accouché n'ai pas si important que ça. Que le plus important c'est son bien être à elle, ma fille. Elle est arrivée en 5 heures et 5 minutes. Dont 1h30 de péridural. Une épisio de 4 points externes pour les épaules.

Déchirures de plusieurs points internes du au passage des épaules. Ma fille mesurait 53 cm pour 4,3kg. Mon col a été plus que rapide à s'ouvrir. Comme s'il n'attendait qu'un peu d'aide pour s'ouvrir. Ma fille a tété dans la demi heure qui suivait sa naissance. Elle est restée plus d'une heure au sein et nous sommes parties en chambre ensemble et elle au sein. C'est grâce à ma gynéco que j'ai trouvé le chemin de la sortie et que ma fille a pu elle aussi trouvé sa sortie. Elle est en bonne santé et elle se porte à merveille. Mon épisio me fait certes mal mais elle m'a coupé de tel sorte que mon périnée n'ai pas été touché. Quand à ma péridural, et bien j'ai plus eu mal entre les contractions et j'ai ressentis tout sauf la sensation que ma fille me déchirait l'utérus. Je suis heureuse que mon homme m'ai dit de prendre la péri. Je n'aurai pas pu pousser. J'en pouvais plus. Grâce à ça j'ai pu pousser toute seule. Seul la rupture de la poche des eaux m'a paru inutile barbare et finalement cela m'a fait plus de mal qu'autre chose. Si l'on m'avait laissé la poche je ne sais pas si le travail aurait été plus long mais en tout cas j'aurai pu continuer sans péri. Bref, ma fille va bien et la péri ne l'a pas rendu amorphe comme j'avais peur. Elle a été au sein de suite et je me dis que l'important c'est ça. Une bonne santé pour elle et une bonne tété près de ça maman.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


218175
b
Moi aussi !
1 personne a déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les canapettes/mapettes depassent les 32 sa! on pointe! - les novembrettes 2013 - futures mamans

image

Salut les filles, Ici voilà ce que m'a d dit la toubib : au dessus de 25 même le col n'est pas inquiétant passé 32 SA, c'est normal que ça s'efface petit à petit en fin de grossesse. Elle m'a dit aussi que c'était super dur à mesurer avec la...Lire la suite

Vos avis sur la maternite de l'hopital prive du blanc mesnil 93 svp - choisir sa maternite

image

J'ai accouche a la clinique de BM en 2010. Je suis enceinte de 4 mois et j'accoucherai la bas aussi pour BB2. Mon 1er accouchement c'est super bien passe. Je suis tombée sur un SF (homme ! ) qui a été au top : très présent, il venait a la...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages