Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Autres      (11760 témoignages)

Préc.

Suiv.

Depuis mercredi 31 et jusqu'au 8 septembre !

Témoignage d'internaute trouvé sur mamandco - 11/09/11 | Mis en ligne le 30/07/12
Mail  
| 289 lectures | ratingStar_283177_1ratingStar_283177_2ratingStar_283177_3ratingStar_283177_4
Je remercie Wiltwist d'avoir relayé mes informations pendant mon absence qui a été en tout assez long ! Depuis mercredi 31 et jusqu'au 8 septembre !! Mon récit d'accouchement (en entier ! ) : Je vous avez dit que je sentais mon bas ventre assez sensible et donc je restais allongée sur le canapé. Simple effet psychologique suite au décollement ou vraiment signe annonciateur des choses à venir je ne sais pas, en tout cas ce qui est rigolo c'est que c'est suite aux 2 jours où je suis restée le plus inactive depuis des mois que tout s'est enclenchée. Moi qui aidais mon mari tous les jours aux jets, qui bougeais dans tous les sens et faisais du 4x4 tous les jours etc et voilà que posée sur un canapé j'arrive à rompre ma poche des eaux ! Donc mardi soir au coucher, je suis allée aux wc et là j'ai eu des glaires sanguinolentes. La même chose que j'avais eu pour la perte du bouchon mais avec du sang cette fois. Pendant la nuit levée à 6h avec une sensation de "couler", aux wc rien de particulier donc recouchée. Lendemain matin levée tardivement et suite à un tour aux wc je sentais que ça continuait à couler. Ma première pensée : fissure de la poche des eaux ou grosse incontinence ou grandes pertes blanches ? Je me rallonge sur le canapé à essayer de détecter si ça coulait encore ou pas … à chaque fois que je me levais ça coulait un peu. J'ai entendu mon mari bouger à l'étage alors je l'ai appelé et lui ai dit "je pense que j'ai commencé à perdre les eaux" . Il est descendu illico de l'étage et m'a demandé ce qu'on devait faire. J'ai préféré patienter un peu avant de courir aux urgences de la mater alors je lui ai dit qu'on allait faire notre journée aux jets comme d'habitude (de petites sorties ce jour là) et qu'on verrait au cours d'e la journée si ça continuait. Au local des jets je suis restée assise sur ma chaise sans trop bouger. A la fin des sorties, j'ai aidé à tout remballer et là en sortant du local pour aller jusqu'à la voiture, grosse inondation. Ça coulait tout seul et pas mal ! Mon mari m'a regardé à rester immobile ; je devais faire une drôle de tête puisqu'il m'a demandait si j'allais bien. Ma réponse : "je fuis" ! J'ai appelé la maternité une fois rentrée à la maison et leur ai décrit ce que j'avais. Ils m'ont demandé de venir avec ma valise et qu'ils allaient faire les vérifications nécessaires. Une fois arrivée, mon dossier était prêt et j'ai été prise en charge de suite. Ils m'ont examiné, le col toujours à 1 tout le long, mi long. J'ai compris que le test pour la poche des eaux était positif quand elle a demandé à mon mari de la suivre pour faire le dossier d'hospitalisation ! J'ai pas entendu qu'elle avait dit que j'ai perdu les eaux. A priori la poche était rompue et pas juste fissurée. Ils m'ont fait une prise de sang pour vérifier les infections et m'ont donné des antibiotiques à prendre. Monitoring super long 1h30. J'ai des contractions mais je ne les sens pas. Le monitoring a duré car lors d'une de ces fameuses contractions à priori fortes le rythme cardiaque de bébé a beaucoup ralentit et ça les inquiète. La SF appelle un médecin qui vient et qui nous rassure, pas de soucis le rythme a bien repris derrière, il n'y a pas de quoi être inquiets. Munie de super culottes en filet et d'une grosse protection stérile (qu'il fallait changer à chaque fois que j'allais aux toilettes) j'ai été dirigée vers ma chambre. Pas de chambre unique donc obligée de partager avec une autre femme qui avait accouché la veille et dont la petite était en soins intensifs à l'hôpital des enfants à côté. Mon mari est restée avec moi jusqu'à tard, on s'est baladé un peu puis il est rentré. Première nuit un peu agité avec un début de contractions douloureuses. La première fois que je les sentais et en plus qui irradiaient bien dans le bas du dos ! J'ai appelé la SF qui m'a fait un monitoring et qui m'a dit que les contractions étaient petites et irrégulières. Vérification du col qui s'était un peu modifié déjà, mais pas beaucoup donc contractions pas très efficaces. Elle m'a annoncé que je devais être déclenchée le lendemain matin au lieu des 48h qu'on m'avait indiqué en arrivant. Elle m'a donné un médicament pour calmer les contractions et j'ai pu à peu près dormir le restant de la nuit. Lendemain matin, jeudi on m'emmène tôt le matin en salle de travail. J'y vais en marchant, j'étais tout de même pas au point d'être emmené en fauteuil ! On m'installe et là la SF vient et on papote un peu. Je lui ai dit que j'aurai préféré que le travail se déclenche naturellement et qu'on m'avait dit 48h et pas 24h. A priori il y aurait eu un changement de protocole entre février dernier et aujourd'hui et du coup on serait passé à 24h. Elle s'en va voir le médecin après m'avoir posé le monitoring et m'avoir examiné. Mon mari est arrivé entre temps, ce qui me soulage pas mal de le voir alors que je suis allongée là mon monitoring sur le bidou dans cette grande salle. Quand la SF revient, elle m'explique que le médecin veut bien attendre que les choses démarrent d'elles mêmes. Elle me fait apporter un petit_déjeuner et me fait remonter en chambre avec ordre de marcher le plus possible et de faire du ballon ! Du coup me voilà partie pour une journée de marche (j'ai du faire 3h de marche) et quand je ne marchais pas je roulais le bassin sur un ballon ! Autant dire que j'ai tout fait pour que ça démarre ! L'après midi je l'ai passé avec ma mère et mon frère venus me tenir compagnie pendant que Lionel partait faire ses randonnées aux jets. Ensuite il est revenu en soirée me tenir un peu compagnie. Nouvelle nuit de contractions plus douloureuses et plus rapprochées que les précédentes. Cette fois ci je n'ai appelé personne de peur qu'on me re stoppe les contractions. Tout ce que je voulais c'était que le travail commence !! Pendant la journée, voyant que rien ne se mettait en place je m'étais fait à l'idée du déclenchement ! Lendemain matin, vendredi, nouvelle salle de travail. Je sentais encore les contractions alors je me suis installée sur le ballon en attendant la SF. C'était la même que la veille. De nouveau monitoring, et examen. Les contractions apparaissent sur le monit' et le col s'est bien modifié avec la marche de la veille et les contractions de la nuit. Elle décide de voir avec le médecin ce qu'ils vont faire. Pose d'une perfusion avec une solution de chlorure de sodium pour garder la veine. Ils décident de me poser du "propess" , style de longue ficelle avec un bout plat (ça fait comme un tampon plat) qu'ils me posent au fond du vagin. Puis attente … Au bout d'un moment elle me dit que les contractions ont l'air d'être plus intenses …bizarrement moi je les sens moins ! On me dit même que mon col va bientôt lâcher qu'il est beaucoup plus souple et qu'il en faut peu… Monitoring de 1h30 au lieu de 2h car ils ont eu besoin de la salle de travail pour une autre femme arrivée aux urgences et en travail. On me remonte en chambre ! Un peu agacée des allers retours et de l'attente, on décide avec mon mari d'aller se balader encore un peu pour faire revenir les contractions. Décidément elles ne veulent pas se mettre en place !! Le soir vers 20h, je vais aux toilettes et là je sens quelque chose qui sort tout seul, qui glisse. Je regarde dans la cuvette et là l'espèce de tampon qu'ils m'avaient posé le matin. Mon mari a appelé la SF et lui a dit "ma femme a perdu quelque chose ! " La SF m'explique que ce n'est pas normal, que j'aurai du le garder 24h… en même temps le truc est tombé tout seul ! Je ne pouvais rien faire pour le retenir ! Lorsque la SF de nuit est venue se présenter, je lui ai expliqué que j'avais perdu le propess. Elle m'a dit tant mieux car ça déclenchait de méchantes contractions … moi je ne les ai pas vu celles là ! A priori ça aurait pu faire effet à 22h avec une pose le matin comme ça, mais je l'ai perdu à 20h. Cette fois ci, persuadée d'être déclenchée le lendemain matin avec quelque chose de plus fort, la même solution que Wiltwist "Cytocine" , je suis partie me coucher un peu dépitée. Ça commençait vraiment à se faire long toute cette attente ! Vers minuit, j'ai été réveillée par de contractions vraiment douloureuses ! J'ai appelé la SF qui m'a fait un monitoring et qui m'a dit qu'effectivement les contractions étaient fortes et assez rapprochées. Col ouvert à 2 (c'est tout !!!? ). Elle m'a laissé sur le ballon en me disant de l'appeler si ça devenait insupportable. 2h plus tard, ça commençait à être plus fort. Je les gérais encore mais elle a pris la décision de me faire descendre en salle de travail. Je suis arrivée en salle de travail, encore une nouvelle salle, beaucoup plus petite celle là. J'ai été prise en charge à 3h30 par une sage femme qui m'a posé le monitoring, m'a contrôlé le col et qui m'a dit que le travail avait démarré. J'ai confirmé avec elle qu'elle pensait que cette fois ci c'était la bonne pour ne pas déranger mon mari en plein milieu de la nuit si on devait ensuite me remonter en chambre ! J'appelle mon mari à 4h30 environ, en lui disant de se réveiller tranquillement qu'il avait un petit peu de temps. L'anesthésiste est passé me voir pour me parler de la péridurale. Je lui ai dit que je voulais aller le plus loin possible sans et que je l'appellerai si besoin. Il m'a tout de même posé toutes ses questions et m'a parlé des risques de la péridurale. Mon mari est arrivé vers 5h30 à la mater. J'ai été contente de le voir. On est parti se balader dans les couloirs des salles de travail, je m'arrêtais tous les 2/3 pas pour souffler pendant qu'une contraction se répandait de mon ventre vers mon dos. Au moins j'étais contente de les sentir. Après la marche, rebelotte un peu de ballon ! Je mets en application tout ce que j'ai appris en cours de préparation ! Vers 6h30 la SF veut me refaire un monitoring donc je m'allonge sur le lit. J'ai des contractions bien régulières. Je suis claquée et dans le lit j'ai un peu les yeux qui se ferment entre les contractions. Mon mari s'assoupit un peu. Au fur et au mesure de l'avancée du monitoring, je sens de moins en moins les contractions. Elles sont encore en train de se calmer !!! C'est pas possible ! Je le dit à la SF quand elle vient vérifier l'avancée du monitoring. Je ne suis dilatée qu'à 3 et il s'est passé environ 7h depuis le début des contractions ! Changement d'équipe de SF, une jeune étudiante SF en 3eme année est là aussi. Une prise de décision s'impose ! Il faut que les choses avancent. De toute façon la poche rompue, obligée de passer par un déclenchement, on ne peut plus laisser faire la nature. La cytocine sera posé dans la perfusion et pour supporter les douleurs des contractions qui seront beaucoup plus fortes qu'au naturel, on me propose la péri. Dans mon état de fatigue de toute façon je n'aurai pas tenu le travail + la douleur pendant tout ce temps. Je suis déjà claquée et mon accouchement naturel s'éloigne à grands pas ! J'accuse un peu le coup en pleurant un bon coup. La SF me dit qu'il ne faut pas le vire comme un échec, qu'au bout de tout ça il y a notre bébé qui nous attend ! L'anesthésiste revient, le même que plus tôt. Il pose tout son champ stérile et me pose la péri. On me met en place tous les produits, pompe pour doser la péri et la cytocine. Je suis branchée de partout et condamnée à rester sur ce lit jusqu'à l'accouchement. Les contractions démarrent bien plus fortes qu'avant d'après le monitoring. Mais comme au cours des derniers jours, ils ont du mal à capter toutes les contractions. Certaines que je sens (sans la douleur) n'apparaissent que faiblement sur le monitoring. A priori quand la poche des eaux est rompue on les détecte moins. Au fur et à mesure du restant de la matinée elles augmentent les doses de cytocine pour essayer de trouver les contractions. Elles sont déplacé le moniteur sur le ventre pleins de fois. Au bout d'un moment, je suis en position assise, le dossier de ce lit relevé et je commence sérieusement à me sentir pas bien. Je le dis à mon mari, j'avais trop chaud et des envies de vomir. Il a appelé les SF qui sont venues de suite. J'ai des hauts le coeur. Qqch n'est pas normal ! J'ai comme la sensation d'avoir un des élastiques du moniteur qui est trop serré sur le ventre, on les regarde, il y a de la marge, ils ne sont pas du tout serrés. Du coup l'étudiante SF appelle la SF. En fait, les doses sont trop fortes, l'utérus est trop contracté et bébé est comprimé dedans. L'utérus appuie sur mon estomac d'où mes hauts le coeur. N'ayant rien mangé, rien ne remonte. Arrêt de cytocine pour stopper les contractions, et injection de ventoline à priori dans le haut de la fesse. Au bout d'un moment ça commence à aller mieux ! Elles me laissent comme ça pendant environ une heure je pense pour que je m'en remette un peu. Mon mari a du s'absenter de la pièce pendant que tout le monde s'agitait autour de moi, ça faisait trop pour lui ! Au bout d'une heure donc, pose d'une sonde pour vider la vessie et pose également en même temps d'un moniteur interne pour détecter les contractions directement dans l'utérus. Reprise de cytocine et là pour le coup on voit les contractions beaucoup plus clairement au monitoring ! Changement d'équipe de SF de nouveau, sauf l'étudiante SF qui n'a pas fini sa journée. Je suis dilatée à 7, on y est presque !!! Ça prend du temps tout ceci ! La SF me fait me mettre sur un côté, puis sur le dos au bout d'un moment, car la péridurale commence à ne plus faire effet sur le côté en haut. Puis je me mets de l'autre côté et idem de nouveau sur le dos. A priori bébé a la tête sur le côté un peu fléchie donc ne s'engage pas dans le bassin, il faut l'aider un peu. Moi j'ai comme des sensations de poussée comme pour aller à la selle. On me dit que c'est bon signe ! On m'installe les bras par-dessus le dossier du lit relevé, la tête sur le dossier pour que la gravité joue. Je m'assoupis un peu, je suis de plus en plus fatiguée. Je demande une solution par perf de glucose. A priori ça fait du bien à bébé aussi qui avait le rythme qui faiblissait par moment. Les SF étaient sur le point de lui faire une petite piqure sur le haut de la tête pour vérifier son taux d'oxygénation et voir s'il fallait la sortir plus vite ou pas. Finalement avec le glucose je me sens mieux et bébé aussi. Puis on met sur le dos avec les jambes sur un ballon, mon mari me fait bouger les jambes en rond. Je ne sais plus à quel moment j'étais à dilation complète. Mais les choses se sont enchainées. J'ai commencé à sentir comme une envie de pousser. Dur dur de luter. On demande à la SF s'il faut pousser ou pas. Pour le moment il faut souffler et pas pousser… Puis vient le moment où je peux pousser, je suis sur le dos et la fréquence cardiaque de bébé baisse à chaque poussée. On me dit d'arrêter de pousser. Je me remets sur le côté. Là pendant une poussée on me dit que bébé supporte beaucoup mieux la position latérale. On m'installe tout pour pousser ! Ça avance bien, bébé descend bien, l'équipe se met en place et on me remet sur le dos. Bébé va mieux maintenant dans cette position ! Je continue à pousser, sur respiration bloquée. Je trouve ça dur d'arrêter de pousser pour reprendre du souffle entre 2 poussées. J'ai bien dosé ma péridurale car je sens chaque contraction sans la douleur et je sens donc le moment où pousser. Au bout d'un moment j'entends la SF qui dit "elle est blondinette cette petite ! " Elle voit le haut de la tête ! Je m'interroge car dans le liquide que je perdais il y avait quelques minuscules cheveux châtains ! Je me dis qu'elle sera bientôt là ! Je continue à pousser aussi fort que je peux. Mon mari est super, il m'encourage et m'humidifie la bouche avec le brumisateur, je pensais pas qu'il servirait autant quand je l'ai acheté !! La tête de bébé est presque sorti, on me fait toucher le haut de sa tête. Ça m'encourage !! Je pousse encore. Bébé sera bientôt sur mon ventre ! La SF me fait l'épisio, pour essayer de la sortir plus facilement, mais je suis exténuée ! Elle appelle les médecins qui vont la sortir avec la ventouse ! Je suis soulagée car j'en peux plus ! Puis Océane est là, elle pousse son premier cri et on me la pose sur le ventre ! Notre petite crevette est née à 19h18 le 3 septembre !!! Tout va bien, elle est en pleine forme !! La Sf le dit que j'aurai pu continuer encore une demie heure … personnellement j'aurai pas pu car vraiment au bout de mes forces physiques ! Par contre dès qu'on me la posé sur le ventre, j'étais complètement requinquée, c'est extraordinaire comme sensation ! Malgré un accouchement long et un peu difficile, plus rien n'a d'importance une fois votre bébé là avec vous. !
  Lire la suite de la discussion sur mamanandco.fr/forum/


283177
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les canapettes/mapettes depassent les 32 sa! on pointe! - les novembrettes 2013 - futures mamans

image

Salut les filles, Ici voilà ce que m'a d dit la toubib : au dessus de 25 même le col n'est pas inquiétant passé 32 SA, c'est normal que ça s'efface petit à petit en fin de grossesse. Elle m'a dit aussi que c'était super dur à mesurer avec la...Lire la suite

Vos avis sur la maternite de l'hopital prive du blanc mesnil 93 svp - choisir sa maternite

image

J'ai accouche a la clinique de BM en 2010. Je suis enceinte de 4 mois et j'accoucherai la bas aussi pour BB2. Mon 1er accouchement c'est super bien passe. Je suis tombée sur un SF (homme ! ) qui a été au top : très présent, il venait a la...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages