Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Autres      (11760 témoignages)

Préc.

Suiv.

Du baby-blues à la dépression : comment recréer le lien avec son enfan

Témoignage d'internaute trouvé sur france5
Mail  
| 226 lectures | ratingStar_265537_1ratingStar_265537_2ratingStar_265537_3ratingStar_265537_4
Bonjour, J'ai fait une dépression après la naissance de mon fils le 8 mai 2006. Tout a commencé par une insomnie dès l'hôpital. Quels sont les risques ? Faire du mal à son enfant ou se faire du mal à soi. Comment l'éviter ? Se faire soigner le plus rapidement possible. Comment en sortir ? Reconnaître qu'on a un problème, l'accepter, en parler, et se faire suivre par un psy. Je m'en suis sortie car j'ai été prise en charge dès la maternité. Un psychiatre est venu me voir et on a décidé qu'on allait s'occuper de ça. J'ai eu un lourd traitement, Enzo a été pris en charge par mon mari, moi (seulement quelques minutes par jour, puis au fur et à mesure, 1 heure, puis deux mais cette progression a été très lente) et une nourrice, qui a pris Enzo dès qu'il avait un mois. Je ne pouvais pas du tout m'en occuper, c'était trop dur. La culpabilité est grande mais il faut passer outre et aller de l'avant. Je voyais déjà une psy avant ma grossesse, ce qui fait que pendant la dépression, il a suffi que je la vois plus souvent et que j'accepte de voir le psychiatre. J'ai aussi été aidée par la PMI et par un centre qui se trouve à St Cyr l'école et qui s'occupe des mamans en difficulté. En fait, je n'aurai pas pu être mieux suivie que cela ; tout a été fait pour éviter le pire sans jamais me séparer de mon enfant. 2 ans après la naissance de Enzo, j'ai arrêté tout traitement. Pour reprendre une vie normale, il faut prendre soin de soi, il n'y a pas d'autres solutions. Même si c'est culpabilisant de s'occuper moins de son enfant, si la mère ne va pas bien, l'enfant ne va pas bien non plus. C'est un choix à faire et il faut le faire. Il faut accepter d'en parler, de raconter ses faiblesses, sans avoir peur d'être jugée. Car tous les gens qui s'occupent de vous sont là pour vous aider et non pour vous enfoncer. On reprend une vie normale au fur et à mesure que l'on guérit. Et lorsqu'on voit son enfant heureux, on sait qu'on a fait le bon choix. La réaction des gens (famille, ami ou autre) face à cette maladie est toujours difficile car la dépression est quelque chose de très mal accepté encore aujourd'hui. Ma propre famille n'acceptait pas que je puisse être, ce qu'il considère, comme faible. J'aurais dû : ne pas me laisser aller, me forcer à être bien, etc, etc, comme si j'en faisais exprès d'être malade ! Bref ce n'est pas facile mais on s'en sort. J'aimerais beaucoup témoigner à ce sujet, mais je ne peux pas le faire à visage découvert car j'ai un passé très douloureux. Une première dépression post natale à 21 ans s'est très mal terminée… Comment passe t-on du baby blues à la dépression ? Je ne sais pas ; j'ai l'impression que je suis passée directement à la dépression lol. Plus sérieusement je crois que si on avait des soucis déjà avant, ça favorise le fait de tomber en dépression. J'espère que mon témoignage vous sera utile. Bonne journée, Laterre78.
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


265537
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les canapettes/mapettes depassent les 32 sa! on pointe! - les novembrettes 2013 - futures mamans

image

Salut les filles, Ici voilà ce que m'a d dit la toubib : au dessus de 25 même le col n'est pas inquiétant passé 32 SA, c'est normal que ça s'efface petit à petit en fin de grossesse. Elle m'a dit aussi que c'était super dur à mesurer avec la...Lire la suite

Vos avis sur la maternite de l'hopital prive du blanc mesnil 93 svp - choisir sa maternite

image

J'ai accouche a la clinique de BM en 2010. Je suis enceinte de 4 mois et j'accoucherai la bas aussi pour BB2. Mon 1er accouchement c'est super bien passe. Je suis tombée sur un SF (homme ! ) qui a été au top : très présent, il venait a la...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages