Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Autres      (11760 témoignages)

Préc.

Suiv.

Fausse couche tardive 21 semaines

Témoignage d'internaute trouvé sur sante-medecine-ccm - 15/02/10 | Mis en ligne le 08/05/12
Mail  
| 246 lectures | ratingStar_252479_1ratingStar_252479_2ratingStar_252479_3ratingStar_252479_4
Bonjour à vous toutes. Jeudi 11 février à 23h42 mon fils José-Nicol est né mais trop petit pour vivre. C'est ma 2ème grossesse ma fille va avoir 11 ans et moi bientôt 42. J'étais enceinte de 22 semaines et vlan le cauchemar, le week end d'avant je suis rentrée d'urgence à la clinique car j'avais des contractions avec saignements, ils m'ont gardé 3 jours car cela aller mieux et je voulais être auprès de ma fille. Le gyné m'a ausculté et m'a dit que je devais rester au lit le plus possible et revenir en cas de récidive. Il n'a pas trop approfondit car je devais passer ma 2ème echo le mercredi 10 février. Chouette nous voilà parti pour l'écho, ma fille et mon compagnon car nous avions hâte de connaître le sexe de bébé. Je m'installe sur la table et là, le doc n'arrive pas à voir correctement le bébé car il est de dos et il ne peut pas faire correctement les mesures, il essaie de bouger bébé car d'après lui bébé dort. Il est accompagné d'une élève (enfin je crois bien) ,je sens que quelque chose se passe mais je ne dis rien j'attends, il s'absente vers son bureau et laisse l'élève regarder à son tour, elle a du mal à faire les mesures et parle avec le doc qu'il y a une anomalie sur le rythme cardiaque, un peu faible… Elle me demande de me rhabiller et le doc demande à ma fille de nous attendre en salle d'attente. Là il nous annonce que le bébé est dans les courbes les plus basses, qu'il va envoyer certains clichés au CHU pour avis et il téléphone en direct à mon gynécologue pour qu'il me reçoit le plus rapidement possible pour faire au plus vite une amniosynthèse et de revenir dans 3 semaines pour une nouvelles écho car parfois cela arrive et avec du repos cad 18 heures coucher mais qu'il reste pessimiste car les courbes sont vraiment inférieure à 3% et que le bébé ne s'alimente pas comme il faut. Je suis en pleurs et on file vite direction le cabinet de mon gynécologue. Sur le trajet je sens du liquide tout chaud entre mes jambes, je dis à mon compagnon je saigne euh ! Non je perds les eaux… Arrivée au cabinet du gynécologue, la secrétaire nous demande de nous installer en salle d'attente non impossible je suis trempée, j'emprunte les toilettes avec 2 protections qu'elle me tend, en sortant le gynécologue est là et m'emmène d'urgence à la clinique c'est à 2 pas. Il m'installe en salle d'auscultation et vérifie par une écho, la poche s'est fissuré et il ne peut plus faire d'amnio plus de liquide. Il me réconforte et va chercher mon compagnon et ma fille restés à remplir les modalités (les papiers d'admission). Je reste seule ds cette salle et je n'arrive pas à croire que le pire est là, ma fille et mon compagnon arrive, le gyné demande à ma fille de rester un instant dehors car il veut s'entretenir avec nous. Et là il nous annonce que je vais aller en salle pendant 2 h car je vais accoucher mais il ne sait pas dans combien de temps et qu'il y a aucune chance pour mon bébé car il est trop petit. Je veux embrasser ma fille avant que mon compagnon la ramène chez une amie, je la rassure. Je vais en salle de travail, une sage femme très sympathique que je retrouve car le week end d'avant j'étais venue, elle me dit mais je ne voulais pas vous revoir de si tôt, je lui ai répondu que moi non plus mais qu'apparemment bébé en avait décidé autrement. Elle me pose une perfusion et me dit que je reste ici pour une surveillance de 2h, je lui demande dès l'arrivée de mon compagnon il pourra venir avec moi, elle me répond bien sur ne vous inquiétez pas. Que je n'hésite pas à sonner dès que j'en ai besoin, une infirmière me prélève du sang pour analyse, et urine aussi ensuite elle me dit qu'elle va me piquer aux fesses pour une injection de morphine et autre chose (je ne m'en souviens plus) cela va me chouter un peu mais me décontracter. Mon compagnon arrive enfin ! Mais je suis bien choutée mais j'ai envie de vomir, chose que je fais au moins 3 fois, la sage femme dit que je ne dois pas supporter la morphine. Mon gynécologue est de garde ce même jour et il vient me voir régulièrement et m'explique comment cela va se passer, que je vais retourner en chambre et attendre que le travail se fasse seul. Nous revoila en chambre et je voudrais que cela arrive cette nuit car c'est long et franchement je ne réalise pas tout à fait à ce moment là… Nous passons la nuit dans la chambre, j'ai de petites contractions mais rien de plus. Le lendemain on m'apporte le petit_déjeuner, une sage femme m'explique que mon gynécologue va venir me voir et me donne des antibios que j'avais commencé le week end dernier car j'avais un début d'infection (enfin mon taux sérique était trop élevé à ce moment 4 jours auparavant…). Une responsable du services revient nous expliquer ce que l'on nous avez dit la veille, des papiers administratifs, est ce que l'on voulait une autopsie, reconnaitre l'enfant, s'occuper de lui pour les obsèques, le voir après sa venu etc… On a beaucoup discuté avec mon compagnon (mon amour). On a vu le matin la psychologue car on le désirait, on a discuté longuement et elle nous à fait part de son expérience etc… Je retenais mes larmes mais parfois cela était trop difficile et je me lâchais… Le gynécologue est venu voir si tout aller bien je lui ai dit que j'avais des contractions et il m'a dit qu'il attendait une réponse du comité pour la prise de 3 cachets pour m'aider à ce que le travail s'accélère. Avec mon compagnon on a décidé d'autoriser une autopsie, de reconnaître l'enfant et de le voir dès sa naissance. A 17h30 (jeudi 11 février 2010) le gynécologue arrive avec le fax de confirmation et il me donne ces 3 cachets que je dois prendre en sa présence, ce que je fais sans broncher car je sais que c'est la fin et que je ne veux pas que mon bébé souffre. Il nous dit que cela peux prendre des jours ? (Oh ! Je connais l'issue et nous voulons que cela se passe vite sans souffrance physique en plus) … La journée se passe, visite de mes beaux parents, on discute de choses et d'autre pour que j'oublie un peu. Mon compagnon revient, il est allé récupérer des affaires chez lui car nous n'habitons pas encore ensemble il est chef d'entreprise et son travail est loin de chez moi et je veux terminer la scolarité de ma fille (son CM2 avant un déménagement). On dîne ensemble dans la chambre, on parle beaucoup et on essaie de dormir, le gynécologue passe régulièrement ainsi que les sages femmes de garde. J'essaie de dormir un peu et je compte les contractions, je m'assoupis et je suis réveillée par des contractions plus fortes, j'attends un peu avant de prévenir la sage femme. 23h00 les contractions sont fortes, la sage femme arrive et elle m'emmène avec un fauteuil en salle, mon compagnon vient avec moi par un autre couloir. La jeune sage femme me prépare est me dit ben dis donc vous c'est du rapide car une 1/4 d'heure plus tôt rien à signaler. L'anesthésiste arrive pour me faire une péridurale,j'ai mal à chaque contractions, je pleure, ils font sortir mon compagnon, et dès la péridurale effectuée, une contraction et le temps de m'allonger je sens mon bébé arrivait, tout va très vite, une 2ème poussée et bébé est là entre mes jambes… Je le sens… Il est 23h42… Elles coupent le cordon et mon gynécologue s'excuse car il arrive trop tard, je répond à demi consciente, pas de problème ils ont assuré comme des chefs. Mon bébé est dans un haricot recouvert d'un linge blanc, je le regarde et la sage femme me dit qu'elle revient avec lui. L'anesthésiste est toujours là et me met un masque pour que je m'endorme un peu, le temps que le gynécologue vérifie que tout a été expulsé… Je me réveille à nouveau, ils font rentrer mon compagnon. Je lui dis que ça y est le bébé est là et qu'ils vont nous l'emmener. A ce moment là on ne sait pas si c'est une fille ou un garçon, l'anesthésiste est là et nous dit c'est un garçon si nous ne connaissions pas le sexe… Le gynécologue arrive avec notre garçon emmitoufler dans un linge pour que nous le prenions dans nos bras, je suis toute bizarre, je sais qu'il est sans vie mais je veux l'embrasser, lui dire que nous l'aimons et rester avec lui… Je demande si je peux l'embrasser (question bizarre aussi ? ) c'est ce que je fais et je dis à tous ceux qui étaient présents : " Il est beau mon fils ! Hein ! " un hochement de la tête du gynécologue tout gêner de la situation. A ce moment là, je n'ai pas impliqué mon compagnon, je réalise aujourd'hui en écrivant que j'ai dis mon fils et non notre fils… Oh mon amour ! Excuse moi c'est involontaire bien sur que notre fils est beau… Je l'ai tenu dans mes bras et nous l'avons regardé longtemps, tout le monde s'est éclipsé pour nous laisser seul, mon compagnon a pris une photo. J'ai parlé longuement à notre fils, que nous l'aimions qu'il va retrouver son oncle et sa grand-mère (mon frère est décédé, il avait 19 ans et la maman de mon compagnon quand il avait 11 ans) donc on a décidé de lui donner leurs prénoms José-Nicol (mon frère et sa maman). Je me suis excusée auprès de lui si j'avais fait quelque chose pour que cela se passe ainsi et que nous l'aimions, nous l'avons embrassé et laisser au gynécologue pour qu'il l'emmène… Ensuite nous avons signé pleins de papiers, pour l'autopsie, la prise en charge etc… Je suis restée en salle pendant 2 heures avant de retourner en chambre que l'effet de la péridurale disparaisse. Nous sommes retournée en chambre et nous avons essayé de dormir avec pleins de cauchemars pour ma part. J'ai beaucoup pleuré ensuite car je n'arrivais à me faire à l'idée de savoir mon bébé loin de moi et que je ne le verrai plus… Le lendemain le gynécologue m'a demandé ce que je voulais faire moi bien sur, je voulais rentrée chez moi, ma fille attendait avec impatience mon retour et je savais que je n'avais plus rien à faire à la maternité, mon fils partait aussi le matin même pour le CHU. Le gynécologue ne sait pas opposé à ma décision et il voulait me voir dans un mois et qu'il faisait un courrier à mon médecin traitant et que je n'hésite surtout pas en cas de besoin qu'il serait là . Et qu'il nous donnerait des nouvelles dès les résultats. Nous sommes partis directement de la clinique en mairie reconnaître notre fils, c'est important pour nous car nous voulons laisser une trace de sa courte présence parmi nous. Je suis triste et pense tout le temps à ces moments dès que je faire les yeux toutes les images réapparaissent. Je sais que cela va être dur, il reste encore des modalités, il faut que j'aille voir la CPAM car j'ai droit au congés de maternité, c'est absurde, j'étais enceinte il y a 4 jours et maintenant plus rien, mon bébé n'est pas avec moi et mon ventre reste un peu rond… Je ne réalise pas trop encore mais je sais qu'il n'est plus là… Ces dernières nuits je croyais à chaque réveil que c'était un cauchemars et que je vais me réveiller mon fils en moi… Eh ! Non désillusions… c'est bien réel, je dois affronter maintenant la réalité, ma souffrance, notre souffrance… Je tourne en rond, c'est les vacances pour ma fille et elle est toute proche de moi, je discute beaucoup avec elle mais refuse que je pleure alors je lui explique que c'est normal j'ai du chagrin mais que cela va aller… Oui mais combien de temps… J'attends avec impatience le résultat de l'autopsie et je regarde souvent les photos prises de notre fils… Je ne sais pas encore si je veux un autre enfant car j'ai cette peur en moi mais ce sera un autre enfant son frère ou sa s'ur le 3ème pour moi et le 2ème pour mon compagnon… Voilà mon histoire, notre histoire, son histoire… José-Nicol, sache que nous t'aimons et t'aimerons toute notre vie… A toutes les mamans, soyons fortes et je suis de tout c'ur avec vous… Merci à mon gynécologue Docteur M---, Docteur R------ (Echo…) et toutes les personnes de la clinique pour leur soutien et leur discrétion… Merci de m'avoir lu car cela me fait un immense bien d'écrire mon, notre son histoire… Je t'aime mon ange… Maman.
  Lire la suite de la discussion sur sante-medecine.commentcamarche.net


252479
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les canapettes/mapettes depassent les 32 sa! on pointe! - les novembrettes 2013 - futures mamans

image

Salut les filles, Ici voilà ce que m'a d dit la toubib : au dessus de 25 même le col n'est pas inquiétant passé 32 SA, c'est normal que ça s'efface petit à petit en fin de grossesse. Elle m'a dit aussi que c'était super dur à mesurer avec la...Lire la suite

Vos avis sur la maternite de l'hopital prive du blanc mesnil 93 svp - choisir sa maternite

image

J'ai accouche a la clinique de BM en 2010. Je suis enceinte de 4 mois et j'accoucherai la bas aussi pour BB2. Mon 1er accouchement c'est super bien passe. Je suis tombée sur un SF (homme ! ) qui a été au top : très présent, il venait a la...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages