Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Autres      (11760 témoignages)

Préc.

Suiv.

je trouve le temps long très long

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 846 lectures | ratingStar_43867_1ratingStar_43867_2ratingStar_43867_3ratingStar_43867_4

Tout commença un 24 octobre…

Je suis obligée dêtre au repos au maximum depuis mes 30sa, sous traitement anti-contractant. J'ai donc élu une chaise longue dans mon salon comme ma meilleure amie depuis quelques semaines maintenant, et je trouve le temps long très long. Depuis quelques jours déjà j'ai parfois limpression dêtre moins étanche, mais bon cest normal avec un périnée si tendu !!! Jen ai fait part à la sage-femme lors dun contrôle à la maternité, elle ma dit que ce nétait rien de grave et que ça sarrangerait après laccouchement. Mon plus jeune frère et sa copine passent me voir, ça me fait plaisir de voir du monde, surtout que chéri ma abandonné temporairement pour aller faire 3 courses. Je passe donc une après-midi tranquille avec mon frère et sa copine. Une envie de faire pipi un peu pressante, je vais aux toilettes et je découvre que lhumidité que je ressentais depuis tout à lheure nétait absolument pas une fabulation lol. Jentend chéri qui arrive, je suis un peu soulagée car là, j'ai le sentiment que ce nest pas de lurine. Je lui glisse un mot lorsque je le croise à la cuisine, il me regarde et me dis eh… On finit laprès-midi tranquillement avec mon frère et sa copine. Discrètement je boucle ma valise (déjà prête depuis longtemps mais jy ai rajouté les dernières affaires de toilette). Notre visite sen va, et là on sagite un peu, chéri descend les valises dans la voiture et on sen va tous les deux faire un contrôle à la maternité.

La sage-femme est sceptique tout de même, car elle ne trouve pas découlement franc. Elle me fait un prélèvement, et le fait tout de suite envoyer pour analyse. On patiente dans une chambre attenante, un monitoring sur mon ventre. Une heure plus tard, le verdict tombe : cest bien du liquide amniotique, une des poches doit être légèrement fissurée. On me garde, laccouchement est proche. A ces mots tout sécroule autour de moi. Moi qui métais préparée depuis longtemps à laccouchement, je me met à paniquer (intérieurement surtout) ; moi qui faisait ma grande, je me sentais comme une gamine : javais peur. Peur de cet inconnu, peur de cette rencontre, peur de ne pas pouvoir assumer, peur de ne pas avoir ce fameux instinct. Chéri me tient la main longtemps, puis me quitte en me demandant de lui téléphoner dès que je sent quoi que ce soit. Il est 23h, j'ai du mal à mendormir.

On me demande de ne plus prendre danti-contractants, et on me met sous traitement antibiotique. Une échographie ne montre pas de poche déficiente en liquide.

Une grande période dattente commença, une période qui dura jusquau 15 novembre, jour de mon anniversaire. Javais 28 ans, et je passais ma journée à lhôpital, mes bébés ne voulant toujours pas sortir seuls.

Ce matin-là, léquipe médicale à décidé de me déclencher. Eux qui attendaient que mes bébés viennent tous seuls ont enfin décidés de faire évoluer les choses. Moi qui ne voulait surtout pas accoucher le jour de mon anniversaire, je sentais que la nature ferait bien les choses.

Ce fameux mercredi matin, on menvoya donc prendre ma douche et on me fit descendre en salle daccouchement. Solufu, un élève sage-femme, et une sage-femme, mintroduisent un propess, ce fameux petit tampon imbibé dhormones qui est censé faire travailler mon col. Je suis actuellement à 1 petit doigt douverture. Le monitoring ne montre pas dactivité plus importante que dhabitude, j'ai donc le droit de remonter dans ma chambre, et de prendre mon petit-déjeuner. Je dois descendre toutes les 4 heures faire un contrôle par monitoring. La journée passe, mes parents viennent me voir avec des éclairs (miam) , mon grand-père aussi bref, tout le monde vient me souhaiter un joyeux anniversaire, à moi qui ne dit à personne que je suis entrain dêtre déclenchée, moi qui ne ressent aucun changement en milieu daprès-midi, une sage-femme lâche une gaffe devant ma famille, et dit naïvement : vous savez, un déclenchement peu mettre plusieurs heures, voir même plusieurs jours ; là, ils ont su mais pour ne pas membêter, ne mont rien dit.

Chéri me rejoint après son travail.

21h, je redescend pour faire un contrôle, et signale à la sage-femme que je sent une brûlure dirritation et que ce nest pas agréable du tout. Elle regarde et effectivement le propess se faisait la malle il ne pouvait évidemment pas marcher dans ces conditions.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


43867
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les canapettes/mapettes depassent les 32 sa! on pointe! - les novembrettes 2013 - futures mamans

image

Salut les filles, Ici voilà ce que m'a d dit la toubib : au dessus de 25 même le col n'est pas inquiétant passé 32 SA, c'est normal que ça s'efface petit à petit en fin de grossesse. Elle m'a dit aussi que c'était super dur à mesurer avec la...Lire la suite

Vos avis sur la maternite de l'hopital prive du blanc mesnil 93 svp - choisir sa maternite

image

J'ai accouche a la clinique de BM en 2010. Je suis enceinte de 4 mois et j'accoucherai la bas aussi pour BB2. Mon 1er accouchement c'est super bien passe. Je suis tombée sur un SF (homme ! ) qui a été au top : très présent, il venait a la...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages