Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Autres      (11760 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je vais vous raconter mon accouchement dans les grandes lignes.

Témoignage d'internaute trouvé sur enceinte - 07/02/11 | Mis en ligne le 28/07/12
Mail  
| 212 lectures | ratingStar_281984_1ratingStar_281984_2ratingStar_281984_3ratingStar_281984_4
Coucou je fais un copié collé de mon récit que j'avais écrit sur le post voisin. Bonne lecture ! Je vais vous raconter mon accouchement dans les grandes lignes. Pour rappel je devais être déclenchée le lundi 24 janvier car j'aurai été à J+6. Samedi 22janvier, 23H30: je me réveille avec de grosses nausées, je cours au toilettes et je vomis mes tripes…ça faisait longtemps que je n'avais pas vomi comme ça. Je me dis que j'ai du abuser des tisanes de sauge et de feuille de framboisier (1 litre de chaque la même journée…). Ça va mieux et je reviens me coucher. Dimanche 23 janvier, 1H30: je suis réveillée par une contraction douloureuse… je me dis que c'est sans doute un faux travail. Je me rendors et une nouvelle contraction me réveille 10min après. Là je reste en veille et commence à regarder ma montre à chaque contraction. La fréquence devient anarchique : d'abord toutes les 10min, elles s'espacent ensuite de 15 puis 20min. Au matin j'en ai toutes les 40min. 11H : je me rend au RDV quotidien à la maternité puisque je suis en dépassement de terme. Monito de 45 min : RIEN DE RIEN, pas une contraction (elle est bonne celle là je me dis ! ) TV : mon col est ouvert à 2, la SF me fait un léger décollement et me dis qu'on a des chances de se revoir dans l'après midi. Je rentre chez moi, me mets à table, et là les contractions se rapprochent : toutes les 5min, mais elles sont gérables. Après le repas je me fais couler un bain mais préviens mon chéri qu'il faut se préparer au départ. Le bain et les spasfons ne me soulagent pas. Je décide donc je sortir et rassembler mes affaires pour y aller, contractions toutes les 4min dans la voiture. 15h15: arrivée à la maternité, TV : toujours à 2… La douleur devenait intense et là je me suis dis que si c'était lent à ce point j'allais avoir du mal à supporter. La SF me laisse le ballon, me propose d'aller faire couler un bain et me dit qu'elle revient dans 30 min pour faire le point. Dès qu'elle a passé le pas de la porte, la douleur devient intolérable. Je cherche ma position sur le ballon, avec l'aide de mon compagnon, je respire en expirant longuement mais rien n'y fait. J'ai de plus en plus de mal à me contrôler. 10min après j'appuis sur la sonnette comme une dingue pour demander la péridurale. La puéricultrice me dit que les SF arrivent, qu'il y a deux femmes en train d'accoucher à côté. Je hurle que je veux la péridurale, que c'est insupportable.! Les contractions se sont brutalement rapprochées, elles sont désormais espacées de 1 ou 2 min à peine, je n'arrive pas trop à savoir. Les SF n'arrivent pas à m'examiner, je suis accroupie par terre, essayant de dominer cette douleur atroce. D'un coup je perds pied, je n'arrive plus à respirer, je suis en hyperventilation, je m'évanouis, mais la douleur me réveille… je ne sais plus comment je me suis retrouvée sur la chaise roulante direction la salle d'accouchement et surtout dans une position invraisemblable… On arrive à me déposer sur le lit, sur le côté et la SF m'examine. Elle me regarde avec de grand yeux et me dit "Je comprends pourquoi vous avez mal : vous êtes passée de 2 à 9 en 40min" Je me demande bien la tête que je devais faire à ce moment là…en tout cas j'ai compris en une fraction de seconde que j'allais accoucher sans péridurale. La SF s'est chargée de me le confirmer en essayant de me rassurer : "en trois poussées il est là"… Tu parles, ce que je savais pas c'est qu'il y en avait encore pour 45 min au moins. Donc les 45 min qui ont suivi n'ont été qu'une succession de "piquez moi à la morphiiiiiiiiine ! " "donnez moi quelque chose ! " "aidez moi ! ""je vais pas y arriver ! " A plusieurs moment j'ai eu envie de pleurer mais la douleur m'en empêchait. Il n'y avait aucun répit : les contractions m'assaillaient toutes les minutes. Je ne pensais pas pouvoir supporter une douleur pareille et je ne m'attendais pas à cette intensité. Quand elle m'a dit qu'on voyait les cheveux j'étais à bout, un instant je me suis demandé s'il était possible de m'arrêter là, je me rappelle avoir dit : "je ne peux plus, je n'y arrive plus, c'est pas possible… " sauf que ce qui n'est pas possible dans ces moments là, c'est de rentrer tranquillement à la maison en disant : "ok je reviens demain pour la suite ! " Je ne voulais plus qu'on me touche, j'étais une plaie ouverte, et là j'ai décidé de tout lâcher, j'ai poussée comme une dératée plusieurs fois d'affilé, de toutes mes forces en n'attendant qu'une chose en fait : c'est que la douleur s'arrête enfin. Et c'est là que j'ai senti la fameuse brûlure dont on m'avait parlé, quand la tête sort. Alors j'ai poussé à nouveau et j'ai senti la tête sortir comme un bouchon…à partir de là, les douleurs qui suivent c'est de la gnognote. Mon fils est né à 16H56 ce dimanche là. La première chose que j'ai dit à ma mère lors de sa visite deux heures après c'est : "tu as eu du mérite… tu en a fait 3 comme ça ! " Et le pire, c'est que je reconnais que mon accouchement a été rapide et que je n'ai pas souffert autant que certaines. Par contre je suis espantée quand je lis ces femmes qui parlent de leur accouchement sans douleur ou presque, ou en tout cas qui ont réussi à la dominer jusqu'au bout. Je pense quand même qu'on est très inégales face à la douleur. Voilà pour ce roman, qui finalement, est assez détaillé. Le point positif est que je suis sortie de lendemain de l'hôpital, avec un suivi à domicile, et que les suites ont été beaucoup plus simple que pour mon premier où j'avais eu une péri. Bon accouchement à toutes !!
  Lire la suite de la discussion sur enceinte.com


281984
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les canapettes/mapettes depassent les 32 sa! on pointe! - les novembrettes 2013 - futures mamans

image

Salut les filles, Ici voilà ce que m'a d dit la toubib : au dessus de 25 même le col n'est pas inquiétant passé 32 SA, c'est normal que ça s'efface petit à petit en fin de grossesse. Elle m'a dit aussi que c'était super dur à mesurer avec la...Lire la suite

Vos avis sur la maternite de l'hopital prive du blanc mesnil 93 svp - choisir sa maternite

image

J'ai accouche a la clinique de BM en 2010. Je suis enceinte de 4 mois et j'accoucherai la bas aussi pour BB2. Mon 1er accouchement c'est super bien passe. Je suis tombée sur un SF (homme ! ) qui a été au top : très présent, il venait a la...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages