Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Autres      (11760 témoignages)

Préc.

Suiv.

L'accouchement de ma femme

Témoignage d'internaute trouvé sur magicmaman
Mail  
| 522 lectures | ratingStar_30767_1ratingStar_30767_2ratingStar_30767_3ratingStar_30767_4

Aprsè une quasi-nuit blanche car le fils de nos voisins faisait une fête, gabrielle m'a reveillé dimanche matin à 6h30 pour me dire avec un flegme tellement britannique (elle tient ça de sa mère) , que sa poche des eaux s'étaient rompues.

M Far Breton s'est mis un peu à courrir dans tout l'apparement pour chercher ce qu'il devait faire (alors qu'elle avait tout inscrit sur un post-it que je n'étais pas fichu de trouver).

Bref douche pour tous les deux et direction la clinique en ambulance (car le liquide était coloré jaune) , les contractions commencent.

Arrivée à 8h à la clinique. Gabrielle est dilatée à 4. On discute un peu, la sage femme nous informe que l'anesthésiste préfère mettre en place un péridurale à cause de la couleur du liquide.

Mise en place de la péridurale à 9h30. Gabrielle est alors dilatée à 7-8.

À 11h, le col est dilaté à 10. On nous annonce que c'est imminent.

Super chouette, je vais appeler ses parents pour leur dire qu'ils serront grand parents avant midi et j'apelle les miens pour dire à peu près la même chose.

Je redescend. Et on attend, on attend on attend…

Il est midi trente, cela fait une heure et demi que la dilatation est à 10, et rien ne se produit. Dans le salle, les gens évitent de se regarder et quand ils le font, les regards sont lourds. On nous informe qu'il y a des risques de césarienne, car cela fait trop longtemps maintenant que la dilatation est complète. On nous laisse une chance.

On se remémorre les séances d'hapto un peu angoissés et désorientés, et on essaye malgré les sangles du monitoring continu de faire des enroulements afin de bien le repositionner. C'est vraiment dur car on a du mal à réagir d'une façon sereine. L'équipe entre de nouveau, estime la distance de la tête du bébé de l'entrée. C'est un peu mieux, mais ce n'est vraiment pas suffisant.

La césarienne est proche, mais ce miniscule petit pas entaîne l'équipe à persévérer. On nous dit d'oublier l'hapto et de passer à la manière forte. De toute façon il y aura les cuillères et peut être le. C'est inévitable. On nous bouscule un peu pour nous montrer comment pousser. De vaines tenttatives découragent un epu l'équipe qui se retire pour discuter. On continue tout seuls, elle et moi. ON ne faitq ue se regarder dans les yeux. Depuis les premières contractions on se regrade comme jamais. On entre littéralement dan sl'âme de l'autre tellement nos regards sont profonds. On sait ce que l'autre pense, elle est moi et je suis elle, et c'est pour ça que c'est tellement dur de ne pas pouvoir prendre sa place ou au moins un petit bout de sa douleur et de ce qu'elle endure.

On persévère et on essaye d'améliorer nos techniques de poussées, tous les deux.

L'équipe entre une dernière fois, ils nous regardent et estiment une nouvelle fois la distance de la tête à l'entrée de la naissance dont on a tellement discuté tous les deux. Je m'en veux de lui avoir dis que tout se passerait bien.

Verdict de l'équipe, il s'est rapproché. Ce nouveaux petit pas vient de créer un esprit de communauté et plus personne ne veut parler de césarienne. Ce sera dur, mais on s'y met tous : un obstétricien, une sage femme pour l'aider, l'anesthésiste qui quitte son métier pour nous aider, une autre sage femme attend ainsi qu'un aide-soignante.

Jamais je n'ai pas imaginer qu'on puisse appuyer sur le corps de ma femme comme cela, jamais je n'aurai imaginé qu'un être pu dégager une telle énergie. Elle se donne à fond, je ne fais que l'encourager quitte à perler sur ce que dit l'anesthésiste. Elle se concentre, elle donne tout ce qu'elle peut. Une tête sort puis rapidemment tout le corps.

Il est en vie, elle est exténuée. Il s'appelle Noé est né le 26 juin 2005 à 13h30, pèse 4kg180 pour 52 cm et va très bien. Elle c'est gabrielle, la femme qui a donné naissance à mon bébé, celle qui a tout donné, celle dont je n'oublierai jamais le regard plein de crainte, de force et de volonté.

C'est mon fils, c'est son fils.

Gabrielle se repose à a la mater avec pas mal de dégat (méga épisio, déchirures internes et au col de l'utérus). Mias elle va bien… Surtout depuis qu'elle est devenue maman.
  Lire la suite de la discussion sur magicmaman.com


30767
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les canapettes/mapettes depassent les 32 sa! on pointe! - les novembrettes 2013 - futures mamans

image

Salut les filles, Ici voilà ce que m'a d dit la toubib : au dessus de 25 même le col n'est pas inquiétant passé 32 SA, c'est normal que ça s'efface petit à petit en fin de grossesse. Elle m'a dit aussi que c'était super dur à mesurer avec la...Lire la suite

Vos avis sur la maternite de l'hopital prive du blanc mesnil 93 svp - choisir sa maternite

image

J'ai accouche a la clinique de BM en 2010. Je suis enceinte de 4 mois et j'accoucherai la bas aussi pour BB2. Mon 1er accouchement c'est super bien passe. Je suis tombée sur un SF (homme ! ) qui a été au top : très présent, il venait a la...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages