Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Autres      (11760 témoignages)

Préc.

Suiv.

La Maternologie et la difficulté de se sentir mère

Témoignage d'internaute trouvé sur magicmaman
Mail  
| 1202 lectures | ratingStar_15942_1ratingStar_15942_2ratingStar_15942_3ratingStar_15942_4

Oui la pp vue de l'extérieur c'est terrifiant, mais tout simplement parce que l'on n'est pas informé, en rien, on vous apprend la respiration, le controle de ses contractions et tout le pataques habituel mais au niveau de la mise en garde de l'aprés naissance et des phénomènes dépressifs : rien de rien pourquoi ?

 Peur d'effrayer, mais c'est de la connerie quand on prend sa voiture, on est informé des dangers qui peuvent survenir et celà n'empêche pas les gens de conduire, alors que pour la maternité on te saoule d'images d'epinal et motus sur le raz de marée que celà peut provoquer chez une maman.

Informer c'est vital ds ce domaine, on se contente de parler du baby blues (et en plus on minimise son effet à les croire c'est normal et bénin, alors que c'est franchement désagréable et déstabilisant, la preuve c'est qu'aucune maman n'oublie ce passage…) Mais quel service en France donne la parole aux mères ? Je suis toujours remontée par ce manque de prévention.Titine, pour revenir à la materno, c'est vrai que lorsque j'en parle, j'en donne une image idyllique, alors que quand j'y étais je pleurais souvent et répétais tous les jours que je voulais partir car dixit moi : c'est pas ma vie ici !

Mais comme l'idée de retourner chez moi avec mon bébé était inconcevable (angoisses ! ) ,eh bien j'y suis restée 2 mois, La première maman qui m'a sourit le 1er soir à table (je ne voyais personne à travers mes larmes, et mon bol de soupe, ah la délicieuse nourriture de la materno, ses sempiternelles pates et son excellent riz collé) s'appellait Karine et comme toi avait eu une psychose 2 mois auparavant .

Elle n'était là que depuis la veille car n'arrivait pas à oublier cet épisode terrible.

Je me souviens qu'elle nous avait raconté son "délire" mi sérieuse mi riante (elle voyait patrick bruel au pied de son lit) ,mais toujours terrifiée à l'idée que celà la reprenne.

L'angoisse avait pris le pas sur les hallucinations, il me semble que son "problème" avait été l'impossibilité pour son inconscient de choisir à la naissance de sa fille entre son bébé et son père mort des années auparavant d'ou le fusible qui avait laché.

Bon je résume trés grossièrement mais je sais que tu me comprendras puisque à la materno, on ne se contente surtout pas de mettre des termes psychiatriques sur sa difficulté maternelle, on recherche ce qui a provoqué ds notre parcours de vie cet incident.

Karine, lorsqu'elle était angoissée se "réfugiait" ds les hallucinations (alors que sa psychose à proprement parlé etait terminée) lors d'une conversation toutes les 2 ou elle manifestait son inquiétude permanente d'être considérée comme folle aux yeux de son entourage (ce qui est faux la psychose n'est pas folie mais angoisse "délirante"fàce à la réalité de la naissance) elle partit sous mes yeux    retrouver son père ds le ciel  ,je me souviens comment aussitôt je lui donnais "l'ordre" de me retrouver sur terre, et de continuer notre conversation, je lui pris les mains ds les miennes (j'étais moi aussi déstabilisée) ,puis lui enserrais les épaules (ds la cour de la materno) ,elle s'était convaincue qu'elle était devenue anormale… à aucun moment je me suis inquiétee sur l'avenir de son état mental, je savais qu'elle avait tout sa tête comme moi, et que ce que je voyais n'était que la manifestation (j'avoue fort spectaculaire) de sa terreur.

Qui vous explique celà, à la maternité  ersonne ! La 2eme maman que j'ai vue là bas, était en pleine psychose, trés médicalisée pour éviter le "délire", c'est incroyable comment elle a remonté la pente, entourée amoureusement de son mari, lui toujours souriant, prévenant pas du tout inquiet de l'avenir de sa compagne, il savait qu'elle était ds une angoisse terrible et il était là presque tous les jours, et cette maman au bout de quelques jours s'essayait à faire les biberons toute seule (et ses mains tremblaient, mais elle n'en avait cure car ce qui était important pour elle c'était de nourrir son bébé).

Nous les "résistantes" à la thérapie nous étions émues et un peu envieuses des progrés de cette jeune femme, je suis partie avant elle car arrivée avant elle mais je ne pense pas qu'elle soit restée plus longtemps que 2 mois.

Pour les psys, il y avait mme Carlier et je la trouvais trés bien, mais moi j'avais les 2 autres : mme dutray je la trouvais un peu molle et mme bourreau louvet c'était surtout à elle que je parlais ds le bureau .

J'ai mis plus de 15 jours à me souvenir de son nom, je crois en raison justement de son patronyme, une fois pour faire de l'humour j'ai dit à dutray que mme bourreau me torturait ds ses entretiens, euh elle n'a pas aprécié, mais moi j'étais comme ça quand celà me démangeait je disais…

Les infirmières il y avait mes préférées bien sur (lucette, martine, aurélie entre autres).

Certaines étaient trés énervées à cause du manque de personnel (1 seule la nuit c'est risqué) ,et du coup on culpabilisait de leur laisser nos bébé la nuit, mais comment faire quand tu prends des sommnifères…

Les relations avec les autres mamans celà allait on riait, pleurait et délirait ensemble, mais je me souviens que la 2eme maman qui faisait une psychose avait beaucoup de mal à entrer en relation avec nous, elle nous ressentait mal et celà l'agressait (mais je comprends c'était tellement la terreur ds son être) ,c'est peut-être aussi pour celà que tu n'as pas que des bons souvenirs de la materno .

Quand tu es à ce point de déréliction (la fuite ds la folie) c'est "normal de ressentir le monde extérieur comme hostile, car tu as du être bien seule ds cet univers de douleurs particulier.

Tu peux me contredire, car là je m'avance en fonction de ce que j'ai vu et de ce que cette maman nous a "balancé" une fois tellement elle se sentait mal de nous entendre "pérorer" sur nos difficultés maternelles ; nous étions 2 ou 3 à "intellectualiser"ainsi nos souffrances (ce qui ne favorisait pas notre guérison, mais bon celà nous éviter de nous effondrer à chaques instants.Voilà mes souvenirs concrets de mon séjour là bas et de mon expérience de la psychose, mais j'aimerais un jour faire témoigner ces mamans, pour que l'on sache que cette horreur (et là le mot n'est pas trop fort) existe et qu'elle a un SENS !!! LA FOLIE N'EST QUE L'EXPRESSION CRIANTE D'UNE DOULEUR MATERNELLE.QUE CELLE QUI N'A JAMAIS SOUFFERT SE LANCE LA PREMIERE PIERRE.

 
  Lire la suite de la discussion sur magicmaman.com


15942
b
Moi aussi !
2 personnes ont déjà vécu la même histoire

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les canapettes/mapettes depassent les 32 sa! on pointe! - les novembrettes 2013 - futures mamans

image

Salut les filles, Ici voilà ce que m'a d dit la toubib : au dessus de 25 même le col n'est pas inquiétant passé 32 SA, c'est normal que ça s'efface petit à petit en fin de grossesse. Elle m'a dit aussi que c'était super dur à mesurer avec la...Lire la suite

Vos avis sur la maternite de l'hopital prive du blanc mesnil 93 svp - choisir sa maternite

image

J'ai accouche a la clinique de BM en 2010. Je suis enceinte de 4 mois et j'accoucherai la bas aussi pour BB2. Mon 1er accouchement c'est super bien passe. Je suis tombée sur un SF (homme ! ) qui a été au top : très présent, il venait a la...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages