Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Autres      (11760 témoignages)

Préc.

Suiv.

Les ames grises de ph claudel

Témoignage d'internaute trouvé sur france2
Mail  
| 231 lectures | ratingStar_259576_1ratingStar_259576_2ratingStar_259576_3ratingStar_259576_4
J'ai lu Les âmes grises dans une espèce de fascination rare. L'ambiance en est extraordinaire : la guerre en arrière-fond commande tous les comportements, en même temps chaque personnage porte sa vie, ses mystères en les frottant aux autres… Il y a quelque temps, j'ai lu un roman qui dégage la même ambiance, avec la même économie de moyens. Il s'intitule Le sang des femmes, publié aux éditions Aréopage. La ressemblance avec Les âmes grises m'a frappé, et puis à la deuxième lecture, j'ai été de plus en plus sensible à la saveur sui generis de ce roman plus chaleureux que Les âmes grises. Il ressort du sang des femmes une sorte d'optimisme, en dépit du fait qu'il s'achève sur l'été 1913, un an presque jour pour jour avant la grande hécatombe qui sert de toile de fond aux âmes grises… Optimisme, j'en suis sûr, qui vient de ce que le personnage central et la narrateur est une femme et une sage-femme de profession. Un livre de femme, en somme, mais écrit en compagnie d'un coauteur homme. Savant équilibre, à n'en pas douter ! Le roman commence sur une découverte macabre : un nouveau-né est retrouvé sur le tas de fumier du maire d'un village du Haut Doubs. La sage-femme qui exerce dans le village est appelée pour faire les premiers constats. Elle mènera l'enquête à sa manière discrète, en interrogeant seulement sa mémoire, en recoupant les faits dont elle a eu vent ou dont elle a été témoin. Contrairement aux âmes grises, pas de policiers, pas de justice ou si peu dans ce roman : tout se règle entre gens du village. Il faut attendre trente ans après les faits pour que Julie Violet, sage-femme au grand coeur, résolve l'énigme grâce à un témoignage tardif, complètement inattendu. Comme dans Les âmes grises, personne n'est tout noir ou tout blanc, un lourd soupçon pèse presque sur tout le monde. En somme, Le sang des femmes est un roman court qui prend son temps : 130 pages pas plus pour une plongée dans le monde rural comtois à la fin du dix-neuvième siècle. Philippe Claudel, on ne le présente plus. Il est bien implanté dans le paysage littéraire français, et tant mieux. Françoise Rodary et Jean-Michel Guyot qui ont écrit ce petit bijou qu'est Le sang des femmes, en revanche, qui les connaît pour l'instant ? Ils ont obtenu le prix Pergaud en 2008 pour leur roman, pas rien tout de même ! On leur souhaite de gagner de plus en plus de lecteurs exigeants. Ces deux-là ont de l'avenir, j'en suis sûr ! On reparlera d'eux !
  Lire la suite de la discussion sur france2.fr


259576
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les canapettes/mapettes depassent les 32 sa! on pointe! - les novembrettes 2013 - futures mamans

image

Salut les filles, Ici voilà ce que m'a d dit la toubib : au dessus de 25 même le col n'est pas inquiétant passé 32 SA, c'est normal que ça s'efface petit à petit en fin de grossesse. Elle m'a dit aussi que c'était super dur à mesurer avec la...Lire la suite

Vos avis sur la maternite de l'hopital prive du blanc mesnil 93 svp - choisir sa maternite

image

J'ai accouche a la clinique de BM en 2010. Je suis enceinte de 4 mois et j'accoucherai la bas aussi pour BB2. Mon 1er accouchement c'est super bien passe. Je suis tombée sur un SF (homme ! ) qui a été au top : très présent, il venait a la...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages