Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Autres      (11760 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mon accouchement a été difficile mais j'ai réussi

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 300 lectures | ratingStar_218599_1ratingStar_218599_2ratingStar_218599_3ratingStar_218599_4

Vendredi 29 août 2008. Pourquoi ce jour là ? Y en a qui diront lune noire, d'autre méthode italienne (câlin le vendredi matin) , d'autre aspect psychologique (je me suis aussi débarrassée d'un travail que je voulais faire avant d'accoucher ce matin là). Ou tout simplement notre petite puce avait envie de nous dire bonjour ce jours là 6 jours avant la DPA calculée 8 mois avant lors de notre première rencontre grace à l'échographie. Fin de matinée et début d'aprem quelques contractions pas douloureuses (je met ça sur le compte du câlin ça m'avait fait ça les dernières fois) - 4h30 (environ) , première contraction douloureuse) , je m'inquiète pas. 5h Au bout de quelques contractions je trouve qu'elles sont plutôt rapprochées je regarde le temps entre 2 : 3min ! Je recommence idem 3 min.

Bon j'ai pris du spafon à la première contraction douloureuse, donc je vais aller prendre un bain. Je passe aux toilettes avant (désolée pour les détails) : du sang. J'appelle la mat. Pour savoir si je peux prendre un bain quand même, réponse "pas de problème, c'est le col qui travaille, venez plus tard si ça continue" . Bain agréable mais ça calme rien, j'appelle mon mari, et je lui dit qu'il va falloir qu'on parte parce que ça ne se calme pas. J'ai commencé à mettre en pratique les cours de chant prénatal, je chante quand il y a une contraction. En effet ça change les idées et distrait un peu de la douleur. On prépare les affaires, je me fait deux sandwichs au jambon, on passe chercher le diner de chéri à la boulangerie et je lui demande de me prendre une part de flan. (Je veux pas de peri, j'ai pas envie de crever la dalle, je compte bien manger avant d'arriver à la mat). On prend la route, je mange un sandwich mais les contraction sont trop souvent là et douloureuses je suis pas capable d'avaler autre chose. On prévient ma belle-mère, qui dois nous rejoindre à la mat. 45 min de route, la fin me semble interminable. Arrivée à la mat à 19h30 environ. On me met en salle d'examen, pour une grosse 1/2h de monitoring (j'étais mieux debout je commence a avoir bien mal) , toucher du col (aie ! ) : 3cm. Ma belle-mère arrive, on demande à ce qu'elle vienne aussi (s'il vous plait une petite dérogation elle a déjà accompagné des femmes lors de leur accouchement) Réponse : non il y a beaucoup de monde dans le service, aujourd'hui, c'est soit votre mari soit votre BM, ils devront se relayer.

Donc BM me rejoint le temps de mon mari mange son sandwich et passe quelques coup de fils. Je réclame un ballon, mais finalement c'est debout que je suis le mieux Puis mon mari me rejoint les contractions sont de plus en plus douloureuse je suis mal pendant et je me dit que je comprend les femmes qui veulent la peri. Quand elles passent je n'y pense plus. D'artilleur on a croisé une anesthésiste mais je lui ai dit que je me passerai d'elle, une sage femme m'a demandé si je voulait une peri j'ai dit non, je veux bouger, et on ne m'en a plus reparler. Je mord mon mari pendant une contraction, et surtout je lui maltraite les épaules à chacune d'entre elles. J'ai super mal mais je tiens le coup, je veux plus que l'on me touche mais j'ai besoin de la présence de mon amour et de son contact. Je commence à avoir une mini sensation d'envie de pousser (déjà ? , j'ai aucune notion du temps qui passe mais ça me semble rapide) Nouvelle mesure du col 6 à 7 cm vers 9h /9h30, direction salle des naissances qui vient juste de se libérer. Je deteste ces moment là où je dois être sur une table et pas debout. La sage femme (après le changement d'équipe) d'elle même propose à ma belle-mère de rester avec nous, plutôt que de faire des échanges. Cool, mais là ça me touche plus de trop.

Là, alors que j'ai pas vomi de toute la grossesse, je vomi. Après j'ai toujours mal mais c'est different je suis un peu mieux ; Du coup la sage femme me pose la perf (glucose, plus magnesium) , je peux quand même bouger donc ça me va. Après je sais plus trop ce qui se passe autour, je commence à avoir envie de pousser, la sage m'examine (9cm) , puis me dit ok on va y aller et de doute maniere je peux pas me retenir de pousser (il doit être environ 10h30 à 11h) , j'ai pas du tout la notion du temps qui passe. Mais je me dit que le travail a été vite la poussée devrait être rapide. La sage femme me propose de percer la poche des eaux (ok) je pensait qu'elle avait percé un peu avant ça devrait être de l'urine (désolée pour les détails) elle me demande dans quelle position je veux me mettre. Je demande : j'ai le choix de toute vraiment toutes, oui elle s'adaptera, même debout si je veux. Je decide d'essayer sur le coté ; je fais pleins d'efforts mais la puce ne descend pas aussi vite qu'elle devrait. Elle me propose debout, met un coussin en dessous parce que mon mari à peur que bébé tombe tout seul. Poussée debout ou accroupie appuyée sur mon mari. Elle quite la pièce quelques instant du coup j'ai aussi un peu peur donc je fais peut être un peu moins d'efforts mais je fini par avoir quand même l'impression que ça avance un peu. Elle revient et me propose la position gynécologique, parce que ça n'avance pas. Moi ok parce que je tiens plus sur mes jambes, j'en ai marre je suis claqué et je me dis que c'est vraiment plus dur que je croyait.

En position gynecologique, j'ai un moment un peu peur qu'elle aille chercher un gyneco et les forceps. Je lui dit que je vais pas y arriver, "elles disent toutes ça" me répond elle. Elle puis elle demande à mon mari si il veut venir pour la sortie, moi j'en peut plus j'ai très mal au niveau de la sortie du vagin, la tête est là et ça brûle tellement ça tire. La tête sort enfin et là j'entends "il faut couper le codon maintenant désolée mais il est autour du cou" . Pour la sortie des épaules elle tire sur le bébé plus que je pousse, Evaïa sort, la sage femme me dit de l'attraper et m'aide à la poser sur mon ventre. Elle est sur moi elle est bleue et flasque mais je la vois prendre une premiere respiration. Elle me la reprend vite et l'emmène sous l'oxygène, mon mari la suis je reste avec ma belle-mère je ne suis pas trop inquiete je l'ai vu bouger un peu, respirer et moi aussi j'ai été sous oxygène à ma naissance. Il me la ramène très rapidement. Elle va bien est est toute rose à part les extrémités, elle est belle ma fille avec ses petits cheveux brun. Je suis maman, on est parent, mon mari est à coté de moi. Je demande pour la premiere tétée. Elle me dit qu'ils vont aller la nettoyer et qu'ils la ramènent ensuite mon mari la suit. Pendant l'accouchement et après on entendait des femmes qui hurlaient d'après mes proches j'ai pas crié mais j'ai arrêté de chanter pendant les contactions peu de temps après l'arrivée à la mat. J'ai intériorisé pour supporter la douleur. J'ai essayé un ou deux "hiiséo" , comme j'avais appris en chant prénatal mais je ne m'en souvient pas c'est ma belle-mère qui me l'a raconté.

Récit post natal : Pendant que ma puce était au nettoyage, moi j'ai eu droit à l'expulsion du placenta, un peu flou dans ma tête, mais j'ai l'impression que la sage femme a tiré un peu pour qu'il vienne plus vite. J'ai demandé à le voir, mon coté biologiste qui ressort, la sage femme m'a montré quel coté était contre mon uterus, et quel coté était du coté du bébé. Je reste impressionnée par sa taille. Puis elle me recout, quelques déchirures externe, le périnée est intact. Rien de bien méchant. Au bout d'un bon moment (embouteillages de bébés au lavage) on me ramène ma puce puis première tétée. Au bout des 2 heures réglementaire on me monte dans ma chambre, il est 2h du matin. L'accouchement a été presque comme je l'avais espéré sauf pour le cordon et le fait que j'ai pas eu ma puce longtemps sur moi à la sortie du ventre. Mais on n'y pouvait rien. Le séjour ensuite c'était un peu plus l'usine, et puis il y a eu une suspicion de contamination du liquide gastrique donc elle a eu deux injection d'antibio et ils n'ont réussit passer l'intraveineuse que dans la tête.

Ensuite une grosse jaunisse, il a fallut qu'elle passe une nuit en pédiatrie sous le tunnel, mais je me suis levée toutes les deux heures pour aller l'allaiter, l'infirmière de nuit a pris du temps pour m'aider à bien mettre en place l'allaitement. Je la remercie pour ce moment de gentillesse et de conseils au milieu de la nuit. Mon mari a dormi toutes les nuits sur le fauteuil à coté de nous. On est enfin 3. J'ai enfin reconstitué une vraie famille bien à moi. Evaïa à maintenant plus d'un mois et demi et c'est notre rayon de soleil.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


218599
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les canapettes/mapettes depassent les 32 sa! on pointe! - les novembrettes 2013 - futures mamans

image

Salut les filles, Ici voilà ce que m'a d dit la toubib : au dessus de 25 même le col n'est pas inquiétant passé 32 SA, c'est normal que ça s'efface petit à petit en fin de grossesse. Elle m'a dit aussi que c'était super dur à mesurer avec la...Lire la suite

Vos avis sur la maternite de l'hopital prive du blanc mesnil 93 svp - choisir sa maternite

image

J'ai accouche a la clinique de BM en 2010. Je suis enceinte de 4 mois et j'accoucherai la bas aussi pour BB2. Mon 1er accouchement c'est super bien passe. Je suis tombée sur un SF (homme ! ) qui a été au top : très présent, il venait a la...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages