Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Autres      (11760 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mon accouchement a été terrible

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 1248 lectures | ratingStar_108094_1ratingStar_108094_2ratingStar_108094_3ratingStar_108094_4

Durant ma grossesse, au 5ème mois j'ai été arrêté car col ouvert à 1 cm et grosse fatigue. Donc d'après mon gynéco je devais me reposer, ne pas faire d'effort. C'était ma deuxième grossesse. Ayant un premier enfant de 3 ans, me reposer était un grand mot. A chaque visite chez le gynéco, mon col n'était pas stable, pour se retrouver à 3 cm au 7ème mois. Donc là encore repos et repos. Finalement j'ai accouché avec un jour de retard. Le jour de mon accouchement je me trouvais à la fête de l'école de mon fils. Le matin même j'avais eu une visite et rien d'alarmant. Vers 14h30, je commençais à avoir mal au ventre. Mon mari était aussi présent à la fête. Je suis montée toute seule à la maternité en voiture car je pensais qu'il n'y avait rien de grave mais je préférais être rassurée. Arrivée à la maternité, la sage-femme me consulte et là affolement général, elle me dit nous allons tout de suite passer en salle d'accouchement "vous êtes en train d'accoucher madame". Mon mari est appelé.

Je suis placé en salle d'accouchement à 14h50 je suis complètement dilatée mais la poche des eaux n'est pas rompu. Mon mari arrive à 15h15 et j'accouche à 15h40. Cet accouchement a été terrible pour moi dans le sens où ce n'est pas comme cela que je le concevais dans ma tête. J'aurai dû avoir des contractions, sentir venir mon bébé. A a place de ça, j'ai accouché comme dans le temps sans péridurale (je n'en voulais pas) mais aussi sans analgésique qui soulage un peu la douleur. J'ai considéré que je voulais vivre mon accouchement et je l'ai vraiment vécu. Ce n'est pas le cas pour mon premier. Après avoir accouché la sage-femme a posé mon fils Thomas sur moi et il a été mis au sein. Et très rapidement il a été repris. J'ai entendu la sage-femme crié "elle caillote, elle caillote". En fait je faisais une hémorragie. Mon mari a été invité à quitter la pièce. Mon bébé a été mis en couveuse et en l'espace de 2 minutes, j'avais autour de moi, l'anesthésiste, mon gynéco qui me rassurait en me disant on va vous endormir pour arrêter l'hémorragie et faire une visite utérine. En fait un morceau du placenta était resté à l'intérieur. De là je suis endormi durant 2 heures. Dans cet fin de sommeil, je suis réveillé mais très loin par les cris et les pleurs de mon bébé qui était en couveuse à côté de moi. Lorsque j'ouvre les yeux, je vois et j'entends mon bébé qui hurle près de moi mais dans la couveuse. Je demande à la sage-femme de me le donner mais elle refuse tant que ma tension n'est pas suffisamment remontée. Et passe une heure mais eklle accepte quand même que je mette ma main dans la couveuse pour essayer de calmer mon bébé. Pendant tout ce temps, mon mari a été laissé à l'écart aussi bien de moi que de notre fils. Arrivée en chambre, mon fils refuse de prendre le sein ou quand il le train il ne sait pas comment faire. Le lendemain le pédiatre découvre qu'il fait une ictère précoce et il est hospitalisé en néonat pour être mis sous les lampes. Je refuse qu'il soit nourri autrement que par mon sein. A notre sortie l'ictère (jaunisse) n'est pas complètement disparu mais limite au taux mais on me laisse sortir. Allaitement difficile, crevasse, bébé qui ne sait pas très bien prendre le sein. Commence alors pour moi une dépression car je me sens coupable, coupable d'avoir été séparée de mon bébé dans les premières heures de sa vie. Je pleure, les disputes éclatent. Mon état de nervosité est à son summum. Visite chez mon gynéco et discussion d'1h avec lui et là il m'explique ce qui s'est passé et me dit que ce n'était pas ma faute ni l'accouchement, ni l'ictère. Je sais que mon histoire ne ressemble pas à la tienne mais il est vrai que avec l'aide d'une psychologue, d'une sage-femme libérale, desv associations d'action pour l'allaitement ou dans les bras j'ai réussi à rétablir une normalité. Mon fils a maintenant 5 mois et je dois reprendre le travail et je continues de souffrir malgré tout de cet accouchement mais maintenant quand je souffre, j'arrive à prendre le dessus à chaque fois que je le regarde et qu'il me sourit.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


108094
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les canapettes/mapettes depassent les 32 sa! on pointe! - les novembrettes 2013 - futures mamans

image

Salut les filles, Ici voilà ce que m'a d dit la toubib : au dessus de 25 même le col n'est pas inquiétant passé 32 SA, c'est normal que ça s'efface petit à petit en fin de grossesse. Elle m'a dit aussi que c'était super dur à mesurer avec la...Lire la suite

Vos avis sur la maternite de l'hopital prive du blanc mesnil 93 svp - choisir sa maternite

image

J'ai accouche a la clinique de BM en 2010. Je suis enceinte de 4 mois et j'accoucherai la bas aussi pour BB2. Mon 1er accouchement c'est super bien passe. Je suis tombée sur un SF (homme ! ) qui a été au top : très présent, il venait a la...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages