Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Autres      (11760 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mon heureux événement

Témoignage d'internaute trouvé sur famili 21 ans
Mail  
| 368 lectures | ratingStar_93119_1ratingStar_93119_2ratingStar_93119_3ratingStar_93119_4

Lundi 23 (pour celles qui n'ont pas suivi, jour des 10 ans de ma fille ainée qui m'avait prié de faire naitre mon bébé un autre jour merci…) , en me levant j'avais le ventre qui tirait encore pus que d'habitude, mais bon, vu que j'avais des contractions depuis des mois, pas facile de savoir si celles-là étaient urgentes… donc, avec mon homme, on fait comme tous les lundis : on prépare les enfants pour l'école, on fait deux voyages collège, école primaire…

9h45… toujours l'impression d'être une cocotte-minute… bon, on va voir si ça passe…

10h00, a fini de boucler sa valise pour repartir toutee la semaine à son travail…

10h10, bon ben, je vais lui dire à vendredi comme d'hab… mais là je commence à me dire que ce serait crétin de le rappeler dans deux heures parce que je perds les eaux, hein ?

Du coup on se décide à faire un saut à la mater pour controler tout ça, pour en avoir le coeur net… 40 km de voiture…

11h, j'arive à la mater, accueil minute par une sf qui me fait faire un test-pipi, puis salle d'attente pendant trois quart d'heure… et puis du coup, les contractions se calment…

Puis une sf me pose un monito, et effectivement, quelques contractounettes mais rien de commun avec celles du matin…

La sf revient 1/2 plus tard, et dès qu'elle voit mon monito elle me dit "bon ben il y a rien hein, vous allez pouvoir retourner chez vous, c'est un faux travail"… Mais bon, par acquit de conscience, elle me fait quand meme un examen du col… ça la refroidit tout de suite dans sa conclusion… Le col était dilaté à trois doigts large… du coup, au vu de mon dossier et de mes antécédents, et du fait qu'elle sent "gros comme une maison" que je vais perdre imminemment les eaux, elle décide de me garder en salle de prétravail. De toutes façons, comme le travail est déjà bien avancé, elle est quasiment sure que je vais accoucher avant la nuit… sinon, ils me "donneront un coup de pouce" mardi matin.

Heureusement du coup, Nico est là et gère les coups de fil pour faire garder les grands… ouf ! (IL A ASSURÉ À ; FOND).

Du coup, les heures passent, j'envoie un sms à Gelinotte ma bino pendant une ballade devant l'hopital…

Le soir, la SF est surprise car à l'examen, le col a très peu avancé depuis le midi… elle me dit "je vous trifouille pas trop parce que c'est sur ça va redéclencher le travail ce soir", autant attendre demain pour faire ça tranquille…

La nuit commence, mon chéri rentre dormir à la maison, une oreille sur l'oreiller, l'autre près du téléphone au cas où…

Nuit presque blanche pour moi en salle de prétravail, il fait trop chaud, des contractions irrégulières mais costaudes reviennent, et puis l'excitation de savoir qu'on est pas loin de la rencontre.

Vers deux heures du matin, je me dis qu'en tous cas, ma fille peut dormir tranquille, son frère n'aura pas la meme date d'anniversaire…

Huit heures, la sf de la veille (un peu froide on va dire) me propose d'aller à la douche (ah une douche fraiche ! ) … j'espère que si elle m'accouche elle sera plus chaleureuse sinon le bébé voudra jamais sortir !

Vers 8h30 une autre SF très souriante vient de prendre sa garde, une jeune femme justement douce (ouf) qui plaisante pas mal (on va bien s'entendre).

Elle m'expllique que vu l'état de mon col, effectivement, me renvoyer loin chez moi toute seule est assez risqué, et bien qu'ils ne pratiquent pas d'accouchement de convenance d'ordinaire, elle propose de me perfuser au Syntocinon pour poursuivre le travail.

Après réflexion avec zhom qui vient d'arriver, on donne notre accord à la sage-femme qui prend le temps de nous expliquer comment elle va procéder, etc…

Mais comme la sf qui m'a examiné à mon arrivée, ele me dit que ça va certainement aller très vite…

Nous voilà donc en salle de naissance.

Elle me pose la perf de synto, et hop, les contractions reviennent sur le monito. Elle dose très peu le synto au début pour que bébé s'adapte gentiment. Ca donne confiance, on n'est pas tombé sur un "bourin" qui veut aller plus vite que la musique…

Les contractions se font plus amples, mais la douleur est vraiment supportable, au point qu'on a toujours le sourire, qu'on fait les papiers en rigolant avec la sf qui est ravie de voir que j'encaisse les contractions avec humour…

Elle réexamine le col. Surprise, il est dilaté à 7 mais… pas effacé (oui, pourquoi faire simple, hein ? ).

Nous voilà bien…

Elle augmente le synto…

Meme pas mal…

L'anesthésiste passe et me pose la peridurale… pas parce que j'ai mal mais que je risqu d'avoir mal bientot (et comme j'aime pas souffrir, hein…

Elle hallucine de me voir plaisanter à ce stade.

Ah, qu'est-ce qu'on s'éclate !

(bon, la pose de la péri en elle-meme a été plus douloureuse que lors de mon deuxième accouchement, mais c'est pas grave…).

Bon, je sens plus rien, pourtant sur le monito c'est montagnes russes and co. Re-examen du col, qui est pres de la dilatation complète… mais toujours pas effacé !

La sf monte le synto d'un cran encore et nous dit qu'elle va bientot rompre la poche des eaux pour que bébé appuie plus sur le col pour qu'il s'efface.

Elle perce la poche des eaux qu'elle a du mal à atteindre, bébé fait du yoyo et est remonté, la poche ne bombe plus…

Et puis, schlok ! La poche cède, je vois du sang dans le bassin, elle vérifie vite fait que ce ne sont que des caillots de sang à moi qui étaient près du col… ça me rassure quand meme.

Ca fait deux minutes que la poche des eaux est rompue que sur le monito qui se met à clignoter, le rythme cardiaque de bébé descend très bas.

Il ne rmonte pas, du coup la sf s'active et demande à zhom de sonner pour que l'équipe se pointe…

J'ai senti à ce moment là la césarienne en urgence pour souffrance foetale à plein nez…

Finalement, elles me basculent sur le coté avec de l'oxygène dans le nez, et en quelque secondes, hop, bébé plafonne de nouveau à 130 bpm. Soulagement.

Enfin, j'arrive à effacement complet du col.

Sauf que bébé est remonté très haut et qu'il n'est pas engagé… La sf me remet sur le coté gauche dans une position pas très confortble pour moi, mais qui permettra à bébé de s'engager (ben oui, bébé, la porte est grande ouverte, pourquoi tu rebrousses chemin).

Et puis, tout à coup une douleur violente me vrille les reins, le coccyx, mais seulement à droite. Bonne nouvelle… bébé s'engage, mais il a tourné sa tete dans un mauvais axe et je goute apparemment aux joies des fameux accouchements "par les reins"… d'autant plus qe l'anesthésiste, persuadée que j'accoucherais en un temps record, avait peu dosé la péri, et que c'était deux heures avant…

Dac, on panique pas.

Je pense fugacement à sssssssssssssssseeeeeeeeeee.

Mais quand j'ouvre la bouche, on dirait ma chatte quand elle met bas (on rigole pas) , ça fait un bruit sourd :

"mphhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhchhhhhhhhhh"

(mais comme je dis en plaisantant à zhom, j'ai pas crié pas pleuré, pas pété les plombs et j'ai insulté personne ! ).

Au bout d'un quart d'heure j'en suis toujours au meme point, la sf me dit d'essayer de pousser et que ça me fera peut être moins mal, mais le bébé est toujours haut… peut-être que ça l'aidera…

Faut pas me le dire deux fois, je me mets à pousser (c'est comme le vélo, ça s'oublie pas) , effectivement, j'ai un peu moins mal et puis gnnnnnn je sens que bébé s'engage (comme si j'y étais ! ) , du coup je pouuuuuuuussssssse, avec mon chéri qui me soutient la tete et les aides soignantes qui me disent que c'est super. Du coup, j'ai meme pas repris mon souffle, bien motivée.

Il y a eu quatre minutes entre "le bébé n'est pas engagé mais vous pouvez pousser" et "arretez de poussez que je lui dégage les épaules ! ". Wow.

Je sens effectivement super crevette sortir, je ne peux réfrener un soupir de bonheur pendant que zhom lui ne peut réfrener des gros sanglots (les nerfs qui lachent de bonheur) , et hop, une crevette rose pleine de vernix sur mon ventre ! YES.

Bonne surprise, le protocole a changé depuis mes ainés… maintenant on laisse le bébé longtemps sur sa mère, on lui fiche la paix…

Bref on a savouré un bon moment au calme notre bonheur tout neuf… Adrien est né dans le calme à 14h57 mardi 24, après 5 heures de travail (un peu plus que les deux heures pronostiquées par les sf) un heureux souvenir donc… Adrien pèse 3,370 kg et mesure 49 cm, ce qui est honorable pour un bébé prévu initialement le 17 novembre.

Seul bémol (tres relatif) , la mater ou j'ai acouché est très bruyante, jour et nuit… impossible de se reposer, j'ai très peu dormi (le personnel qui vient vous réveiller à 22 heures pour savoir si vous avez besoin de quelque chose pour dormir ! ) , résultat ma première nuit à la maison a été très bénéfique (en plus Adrien a fait deux pauses repas et s'est rendormi illicco) …

Pour ne rien gacher, je n'ai eu ni déchirure ni épisio !

---------------
  Lire la suite de la discussion sur famili.fr


93119
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les canapettes/mapettes depassent les 32 sa! on pointe! - les novembrettes 2013 - futures mamans

image

Salut les filles, Ici voilà ce que m'a d dit la toubib : au dessus de 25 même le col n'est pas inquiétant passé 32 SA, c'est normal que ça s'efface petit à petit en fin de grossesse. Elle m'a dit aussi que c'était super dur à mesurer avec la...Lire la suite

Vos avis sur la maternite de l'hopital prive du blanc mesnil 93 svp - choisir sa maternite

image

J'ai accouche a la clinique de BM en 2010. Je suis enceinte de 4 mois et j'accoucherai la bas aussi pour BB2. Mon 1er accouchement c'est super bien passe. Je suis tombée sur un SF (homme ! ) qui a été au top : très présent, il venait a la...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages