Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Autres      (11760 témoignages)

Préc.

Suiv.

Naissances : tout a été parfait

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 302 lectures | ratingStar_220397_1ratingStar_220397_2ratingStar_220397_3ratingStar_220397_4

Récit de la naissance d?Abigaël, du jeudi 7 au samedi 9 mai Tout le long de la grossesse, j?ai dit que je voulais un accouchement intense mais rapide, que si c?était trop long, je n?aurai pas la force de résister à l?appel de l?hôpital et de la péri. Ma SF, Catherine, m?a dit après qu?elle n?a jamais douté de mon « fort » caractère, et que même si cela avait duré plus longtemps, elle est sûre que j?aurais tenu sans broncher. Elle a raison, elle avait vu en moi ce que je n?aurais jamais deviné avant de le vivre ? Ce fut donc un accouchement long, mais à son rythme, je détaille après le déroulement, mais il y a quelques petites « anecdotes » que je ne peux placer à aucun moment alors je les regroupe au début : - Tout le long du travail, j?ai eu la chanson d?Olivia Ruiz « Elle panique » dans la tête. J?incendiais intérieurement mon cerveau : « Je ne panique pas du tout, change de disque ! » mais impossible. J?ai demandé à Edouard si j?avais chanté pendant le travail, parce que cette chanson, vraiment, c?était très fort dans ma tête ! Il m?a dit que le seul moment où j?aurais pu « chanter », c?était entre les poussées, et que lui pensait à ce moment là que je priais parce que ce n?était qu?un murmure? - Nous ne savions pas si bébé était une fille ou un garçon. Enfin, pas moi ! Son « nom de code » a été « Raùl » toute la grossesse. Dans un moment de « folie » passagère, j?ai promis à Raùl que s?il était une fille, je l?autoriserai à porter du rose (je n?aime pas trop cette couleuril sortait très vite. Heureusement que cela lui va bien au teint, Abigaël a une garde robe terrible !!! (et oui, les copains espéraient une fille, ils se sont lâchés ?) - A aucun moment je n?ai voulu la péri. C?était vraiment ma crainte. Premier bébé, je ne sais pas à quoi m?attendre. Les quelques proches qui sont au courant ne sont pas « encourageants ». Et puis « tout le monde » accouche sous péri maintenant. Et non? pendant la phase de désespérance (très très courte !) j?aurais voulu n?importe quoi, un bain, une césarienne, qu?elle sorte par mon nombril, mais pas une péri ! Je suis fière de moi sur ce coup là ! (j?ai encore les chevilles un peu enflées de la fin de grossesse ?) - J?avais dit que j?accoucherai la nuit, et pas le jour. C?est exactement ça : le jour a ralenti le travail de façon assez spectaculaire et la nuit l?a redémarré. Il a juste fallu attendre 12 h entre les deux? - C?est ma version de l?accouchement, très différente de celle de mon mari quand nous en avons discuté après. Il a été impressionné par mon calme tout du long alors que j?ai l?impression qu?une tempête m?agitait. Il a été mon phare tout du long, avec les bons mots au bon moment, les bons encouragements. Pas trop, c?est pas son genre, mais choisis avec soins, ceux que j?avais besoin d?entendre. Allez, je démarre mon récit ? Jeudi 7 mai au soir, nous sommes invités à l?anniversaire de notre nièce, elle a eu 3 ans le 5 mai ! J?ai perdu le bouchon muqueux le matin et on en discute avec une amie présente. Elle a accouché 3 jours après la perte du sien. 3 jours ? j?ai encore le temps ! Il faut dire que je commence à l?attendre, ce bébé ! DPA fixée au 14, mais moi je sais que c?est entre le 10 et le 12 qu?il doit arriver à terme ? Ma belle-s?ur est sûre, ce sera le 9. Les paris sont lancés, date ? sexe ? On parle de l?AAD avec les « déjà-parents » (on en parlait pas trop avant?) Une amie me dit que ça doit être formidable de faire ça dans l?intimité, qu?elle a eu une péridurale mais aurait aimé éviter. On discute du fait que sur le dos à l?hôpital, effectivement, c?est plus douloureux? Elle comprend mon choix et moi le sien, j?ai adoré cette conversation ! Minuit, nous partons pour la maison, nous avons récupéré la fille de mon mari pour le WE et je me dis que ce serait mieux que bébé attende lundi maintenant pour arriver, parce que sinon, l?organisation va être plus compliquée ? en même temps, je sens que quelque part dans mon ventre, ça commence à tirailler. Je fais comme si de rien n?était et on rentre sous les flashs, d?énormes éclairs entre les nuages, mais sans pluie ? Au dodo ! Et les tiraillements s?installent ?. Vers 2h30, quand même, je me dis que ça doit bien être des contractions, parce que je dois respirer tout doucement pour qu?elles passent ? Ca monte, ça redescend ? Je regarde le réveil pour repérer leur fréquence quand même, car elles ne paraissent pas très régulières ? 2h31 ? 2h36 ? 2h41 ? ah quand même ? je ferme les yeux sans regarder, ben oui, c?est peut être psychologique, je me contracte toute seule si ça se trouve !!! Je n?ouvre les yeux qu?au début de la vague : 2h46 ? 2h51 ? 2h56 ? 2h59 ? Comment ça 2h59 ! C?était au 5 min, pas aux 3 ! Je réveille Edouard : « Euh, je crois qu?il va falloir appeler Catherine et Sandrine (la maman d?Elisa, sa fille) parce que c?est bon ce coup-ci ? » Il se lève, va chercher son portable et le mien, appelle son ex-femme et moi notre sage-femme. Je prends une contraction, compose le numéro, lui explique la situation et raccroche juste quand le suivante arrive. Pfiou, juste à temps ! En arrivant, elle m?a dit qu?elle l?avait bien senti au téléphone et qu?elle n?a eu aucun doute sur le fait que le travail avait bien démarré ? En l?attendant, je prends un bain, trop bien !!! Je ne sens quasiment plus rien ? j?espère que tout ne s?est pas arrêté !!! La maman d?Elisa vient la chercher, la petite est un peu dans le gaz, on ne sait pas trop si elle a compris pourquoi elle change de rue au milieu de la nuit (nous habitons dans le même village) ? Catherine arrive vers 5h. Elle viens me voir dans la salle de bain, éclairée aux bougies, me demande comment je me sens, si je veux savoir où j?en suis ? Oh oui ! je veux savoir ! Je n?arrive plus à toucher mon col, c?est tout ce que je sais ? Elle fait ça sous l?eau, je n?ai pas besoin de sortir (chouette !). Verdict : Col effacé et 2 bons centimètres, c?est bien parti ! (Col mi-long et à un centimètre en externe, 3 semaines avant) Elle sort tout son matériel avec Edouard, boit un café, puis va s?allonger dans la chambre d?ami, pendant que moi je sors du bain et vais m?allonger dans notre chambre avec Edouard. Les contractions sont régulières mais moins fortes il me semble et je dors entre chaque (mais ça, c?est le leitmotiv de cet accouchement, j?ai dormi tout du long, entre les contractions et même entre les poussées ! Edouard hallucinait, il sait pourtant que je suis une grosse dormeuse !) 8h30, vendredi 8 au matin. Nous déjeunons tous les trois. On discute d?école (oui, c?est terrible les maîtresses d?école, même après deux mois de sevrage forcé, elles parlent encore de « leurs » enfants) Catherine trouve que je suis bien « claire » entre les contractions, et pense que le travail s?est plus ou moins arrêté, qu?il reprendra plus tard. Elle a surement le temps de rentrer chez elle. Elle me demande ce que j?en pense. Je n?en pense rien, je ne sais pas où j?en suis ? On vérifie, on vérifie pas ? ? Ca me rassure qu?elle vérifie, parce qu?un aller-retour chez elle c?est quand même 3h 30 ? 4 centimètres ! Elle reste ! Elle pense que c?est pour le début d?après-midi. (si on avait su, elle avait largement le temps de faire l?aller-retour ? plusieurs fois, même !) (A partir de là, je n?ai plus conscience des heures, j?ai retrouvé toutes les phases dans le « diagramme » du travail dans mon dossier, mais je n'en n'ai pas trop tenu compte dans mon récit, c?est une autre part de mon accouchement ?) Catherine et Edouard me préparent un bain aux huiles essentielles, j?y reste 2 heures (quel bonheur !). Et les contractions continuent, continuent, continuent ?.. à un moment, elles se rapprochent, Catherine pense que j?en suis vers 8, me dit que les deux derniers centimètres sont souvent plus forts, je me dit que ça va finalement arriver, que je vais être maman ? Et puis ça se calme ? Vers 14h30, Catherine aimerait savoir où j?en suis (à posteriori, je crois qu?elle pensait que j?étais à complète et que quelque chose bloquait ou empêchait la poussée) 5/6 centimètres ! Aïe, ça a pas trop avancé là ! Mais j?étais complètement déconnectée du temps et la seule chose que je lui ai dit, c?est que si j?avais été à l?hôpital, ils m?aurait déjà collé de l?ocyto pour accélérer tout ça ! En fin d?après-midi (le soleil commence à descendre, c?est mon repère) Catherine me demande si je veux me promener. Oui, ça me dit bien ! Je commence le 4000 mètres-contractions (prochaine épreuve des JO !) Je fais le tour de la maison, de la table de jardin, le long des arbustes ? Je m?appuie à chaque contraction à ce que je trouve : le barbecue, la table, les bords de fenêtres, les murs ? Ca a duré longtemps, parce qu?à un moment, Edouard et Catherine me disent qu?il faudrait penser à manger (j?avais vomi dans la nuit précédente donc je n?ai techniquement dans le ventre que le petit déj? depuis jeudi midi ?) Je prends ce qui me fait envie : banane et brioche ? Aller-retour un peu expéditif ? Catherine me dit que c?est bon signe. Moi je dis que Raùl m?aura rendu malade pendant 9 mois et qu?il est temps qu?on me rende mon estomac en béton d?autrefois !!! Après le temps est un peu flou, je crois que je les ai accompagnés à table, mais je n?ai pas pu manger, et ensuite j?ai voulu m?allonger car les contractions me fatiguaient (ben oui, plus facile pour piquer un petit roupillon entre deux !) Catherine ma fait un dernier toucher, il reste un petit bourlet, moins d?un centimètre. Si je veux, elle romps franchement la poche (qui s?est fissurée et coule doucement) pour que la tête appui plus car elle est enfin dans le bon sens (Bébé a fini son trois quart de tour, départ dos à droite). Je n?hésite pas, et je lui demande de le faire. Elle a préparé son matériel mais en fait n?a pas eu à l?utiliser puisqu?en glissant ses doigts à l?intérieur pour trouver la poche celle-ci a fini de se rompre au contact. Et immédiatement, vers 23h30, la fameuse poussée-reflexe arrive ? TADAM, roulement de tambour !!!! J?avais lu dans un demi-milliard de récits de naissance que c?était le meilleur moment, qu?on était enfin actrice, trop bien, tu vas t?éclater, chouette, pouët, youpi ? J?ai détesté ? Autant j?arrivais à me déconnecter sur le contractions, à être juste avec bébé, autant là, le fait que la poussée me « demande » ma participation, j?ai trouvé ça dur. Je pense que j?ai du avoir une dizaine de salves de 4 à 6 poussées qui s?enchaînaient, coupées par de très longues pauses. Ou ce qui m?a semblé de très longues pauses. En tout cas j?ai réussi à dormir ? Et c?est là que j?ai dit le plus d?âneries aussi, de « Raùl aura le droit de porter du rose » à « Promet moi, mon amour, le prochain, on l?adopte ! » A minuit, Catherine m?annonce qu?il ne sera pas du 8 mai. Elle jongle avec son téléphone, parce qu?une autre maman s?est mise en travail. Je l?entends dire : « On a quasiment fini, je suis là dans un peu plus de deux heures et demie. » Ca sent bon la fin ! A la poussée suivante, elle me dit de toucher la tête qui apparaît et rajoute « Il a plein de cheveux ! ». « Oh nooooooon !!!!! » Edouard est mort de rire, il savait que je voulais un bébé chauve. Je touche ce petit bout de tête et là, c?est du concret, alors je me motive. La poussée arrive, j?accompagne ou je suis, je ne sais pas trop, mais j?empêche bébé de remonter encore une fois, je hurle que « ça va exploser ! » (en faite, je grogne, mais pour moi, c?était des hurlements ?) mais ça y est, la tête est sortie ! La vague de la poussée remonte en intensité, les épaules, encore un coup et le reste du corps sauf les pieds car le cordon est un peu court et en écharpe. Catherine lui fait faire le tour du cou et laisse le bébé entre mes genoux. Je soulève le cordon qui me cache tout ? c?est une fille ! Toute brune, et merveilleuse, MON bébé? Je me retourne sur le dos vite fait (ah oui, deux minutes avant j?aurais pas bougé un genou mais là, je suis en super forme !) et nous nous regardons toutes les deux, avec Edouard qui nous rejoint. Ca y est, je suis une maman? Au bout de 20 minutes, le cordon a cessé de battre, Edouard le coupe. Pendant qu?il pèse bébé avec Catherine, j?appelle mes parents, leur annonce l?arrivée de leur petite fille, son prénom, l?AAD et le poids en direct. Beaucoup d?infos pour une nuit ! Catherine me demande si je n?ai pas envie de pousser un peu. Non, pas trop, mais je me motive, et assise, en un coup, tout le placenta sort. Il est complet, Catherine nous montre toutes ses parties, là où Abigaël a vécu 9 mois ? Il part au congélateur, et les alèses, le drap et la bâche partent du lit avec toutes les traces de notre salle de naissance temporaire. Il ne faut pas attendre, les éboueurs passent dans 4 heures ! Catherine vérifie mon périnée, il est intact, juste une petite éraillure sur la petit lèvre droite ? Pourtant bébé est bien en chair, et à la mesure le lendemain nous en avons la confirmation : 52 centimètres et 36 centimètres de périmètre crânien. A posteriori, Catherine m'a dit que cet accouchement avait été long mais hyper physiologique, que j'avais à chaque phase choisi les positions qu'il fallait, que ce soit accroupie, à genoux, complètement assymétrique ou à 4 pattes et que c'est cela qui a permis que tout ce passe bien. La nature est bien faite quand on la laisse s'exprimer ... A partir de là, Catherine est encore restée 1h30, mais les minutes filent vite? Elle a fini de remplir le dossier de grossesse, le carnet de santé d?Abigaël, et puis elle est déjà partie ? Heureusement que je sais que je vais la revoir le lendemain, parce que ça me fait tout bizarre? Je couche ma puce, nous descendons manger un petit quelque chose, je passe me laver les jambes à la douche et tout le monde au lit. Nous dormirons 3 heures avant que la nouvelle grande s?ur ne pousse le pas de notre porte pour partager un premier petit déjeuner à 4 ? Et notre vie continue ? Voilà, c'est terminé, c'est long, aussi long que l'a été l'accouchement, mais je n'en changerai pas une minute pour tout l'or du monde ...
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


220397
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les canapettes/mapettes depassent les 32 sa! on pointe! - les novembrettes 2013 - futures mamans

image

Salut les filles, Ici voilà ce que m'a d dit la toubib : au dessus de 25 même le col n'est pas inquiétant passé 32 SA, c'est normal que ça s'efface petit à petit en fin de grossesse. Elle m'a dit aussi que c'était super dur à mesurer avec la...Lire la suite

Vos avis sur la maternite de l'hopital prive du blanc mesnil 93 svp - choisir sa maternite

image

J'ai accouche a la clinique de BM en 2010. Je suis enceinte de 4 mois et j'accoucherai la bas aussi pour BB2. Mon 1er accouchement c'est super bien passe. Je suis tombée sur un SF (homme ! ) qui a été au top : très présent, il venait a la...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages