Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Autres      (11760 témoignages)

Préc.

Suiv.

Nous sommes il y a a 4 ans en 2007…

Témoignage d'internaute trouvé sur mamandco - 26/10/11 | Mis en ligne le 29/07/12
Mail  
| 184 lectures | ratingStar_282455_1ratingStar_282455_2ratingStar_282455_3ratingStar_282455_4
Alors à mon tour de me replonger dans mon récit d'accouchement en attendant celui de bb2… Attention, pavé ! Nous sommes il y a a 4 ans en 2007… Ma DPA est fixée officiellement au 28 novembre mais lors de mes premières echo dans une autre clinique, le gynéco avait dit plutôt 21/11… J'ai eu je crois une bonne grossesse, j'ai travaillé jusqu'au bout, pas de souci jusqu'à la dernière écho à 32 SA où on m'annonce que ma fille ne s'est pas retournée Beaucoup d'inquiétudes par rapport à ça, echo de control pour voir si elle n'a pas changé d'avis à 36SA, idem… on me propose donc une Version par manoeuvre externe pour tenter de la retourner. Après infos et réflexion j'accepte tout en sachant qu'il n'y a à peu prés qu'une chance sur 2 de réussite. Celle-ci a lieue au début du 8éme mois car le risque c'est que cela génère l'accouchement… Je suis hospitalisée de jour le 31/10/07, je me souviens que la sage femme m'amène faire une petite écho pour vérifier que Melle est bien toujours tête en haut mais moi je sens bien sa tête sous mon thorax alors… C'est parti, mise sous perf d'anti-contractant et à 13H mon gynéco se lance sous control écho, je trouve cela très douloureux, l'occasion pour moi d'utiliser la respi abdominale apprise en prépa à l'accouchement… Mais pas moyen, les fesses de ma filles sont bien enclavées dans le col. Echec de la version. Il est prévu une surveillance monito à la suite 48h après puis toutes les semaines. De toute façon mon gynéco m'averti que ma pelvimétrie et le poids estimé du bébé autorisent une voie basse si je le souhaite mais je peux aussi opter pour une césarienne si je préfère. Je vous dis pas le dilemme mais je tenais vraiment à un accouchement classique d'autant que pour moi la césa ce n'était pas 0 risque non plus (intervention chirurgicale) et surtout pas de présence possible du papa ! Je pense avoir perdu le bouchon muqueux à la suite de cette intervention. . Le lendemain toute la journée j'ai de petites douleurs de règle très diffuses, je me dis que mon utérus se prépare. Mais voilà le soir après un câlin avec mon mari (oups) je ressens des contractions peu régulières dans le temps (toutes les 10, 7 ou 5 minutes environ) mais de plus en plus fortes et ce entre 23h45 et 1h00. Je précise que j'ai découvert ce qu'étaient les vraies contractions de fin de grossesse à ce moment là car je n'en avais pas eu avant. Donc à 1h00 je me décide à prendre un bon bain chaud pour savoir si c'est un faux travail ou pas. A la sortie du bain les contractions sont largement atténuées et espacées, j'hésite, mon mari me dit qu'il préfère me conduire à la mater suite à la version. Le temps de nous préparer je n'ai presque plus rien. Arrivée en urgences mater à 3h00, j'explique la situation, là je sens les Sf embarrassées : qu'a dit le médecin concernant l'accouchement en siège ? Après un examen du col très douloureux (saignements conséquents après) la sf annonce une ouverture du col à 1 doigt, col mou et court. On me place sous monito et là les contractions se réveillent, trés intenses et régulières (5 mn d'écart). Mon mari entend les sf se demander qui est l'obstétrique de garde, qui va me faire une écho rapport au siège. La sf arrive ensuite avec un suppo m'expliquant qu'il agira en arrêtant un faux travail mais si la travail a vraiment commencé, il reprendra ensuite. Tout cela dit elle pour permettre de me reposer. Le suppo fait effectivement effet, les contractions diminuent et je dors 1h00. A mon réveil j'ai l'impression que ça reprend légérement, monitoring, second examen du col vers 8h00: ouverture à deux. Le temps nous parait long, on me parle d'une éventuelle écho mais mes contractions disparaissant on finit par me faire sortir à 11h00. Inutile de vous dire que mon mari et moi sommes crevés de cette nuit blanche pour rien. Donc premier faux travail ou travail stoppé par salbumol ? Le temps passe jusqu'au 15 novembre ou je fais un second faux travail… Là contractions irrégulières toute la journée, soirée télé je n'arrive pas à me concentrer car pendant 3 h00 toujours contractions par ci par là, pas toutes douloureuses. Je me couche, je suis réveillée à 3h00 du mat par une grosse douleur. Je me lève et là contractions supportables à intervalle régulier de 7 minutes, j'attend vers 5h00 je commence à me préparer, je prend un bain, les contractions ne passent pas mais se stabilisent toutes les 10 minutes réglées comme du papier à musique. On se prépare tout doucement. 7h50 arrivée aux urgences maternité : col toujours ouvert à 2, long, bouchon muqueux encore important. Au monitoring je continue de contracter mais les douleurs restent raisonnables. La sage-femme nous dit de rentrer chez nous et de revenir quand les contractions se produiront toutes les 5 minutes, seront douloureuses au point de se plier en 4 et ce pendant 2h00. Pff encore une fois pour rien. Inutile de vous dire que j'en ai essayé des méthodes suite à cela pour faire venir ma puce : longues ballades, voiture, pavés, câlins etc, rien malgré ce fameux col déjà ouvert à 2. Echo à 39SA par mon gygy, poids estimé à 2kg600, tentative voie basse toujours OK. Nous arrivons au 20 novembre : j'ai un rendez-vous à la mater pour monito à 16h30. Là on m'annonce que mes analyses de sangs ne sont pas terribles, je ne sais plus quoi. Je dois attendre d'être vue par l'interne qui doit aussi me refaire une echo, je ne comprend pas tout. Au bout de quelques heures je ne vois toujours personne, on m'installe en chambre de pré travail à côté d'une très jeune future maman qui de tord de douleurs car en travail. Arrivé 21h on m'annonce que l'interne est trop occupé par les accouchements, je vois une autre gynéco qui me donne un autre rendez-vous et me parle de césa si bébé ne se décide pas à arriver Bref je rentre ce soir là crevée, j'ai faim, je vais vite me coucher. Nuit du 21/11 je suis réveillée à 3h30 du matin par une belle douleur. Je me lève et m'installe dans mon canapé. Là je me dis mince, j'ai des contractions mais mon ventre ne se modifie pas en plein psychotage ! Finalement je contracte et c'est plus douloureux que mes faux travail, je note les contractions mais au fil des heures elles s'intensifient, j'ai l'impression qu'on me déchire le ventre de l'intérieur Les contractions surviennent toutes les 5 minutes. Je décide de réveiller mon mari à 6h. Je lui explique que les contractions sont vraiment douloureuses, différentes des fois précédentes. Je lui annonce que je vais prendre mon bain et que j'aurai besoin de lui pour la sortie ! Dans l'eau les douleurs se poursuivent de plus belle. C'est bizarre je n'entend aucun bruit dans l'appartement… Au bout de 30 minutes je veux sortir mais impossible, je crie après mon mari, rien, je dois me débrouiller seule. Monsieur s'était rendormi je crois que la fatigue des jours précédents, l'expérience des faux départ à la maternité expliquent son manque d'affolement. Je le booste, je boit un jus d'orange, je n'ai pas faim. Nous démarrons finalement à 7h30, arrivée 10 minutes après à la maternité. Les urgences mater ouvrent à 8h00 mais on nous fait monter directement sans attendre la consultation. On m'installe en chambre de pré travail pour un monitoring. Super, c'est une chambre particulière et en plus elle est dotée d'une baignoire balnéo ! Si c'est le bon jour on gardera cette chambre ! J'enrage devant le monitoring, j'ai l'impression que les contractions disparaissent… Vers 10h30 on me prévient que mon gynéco vient me voir. On me retire le monito mais on ne nous dit rien… Le médecin m'examine, col toujours ouvert à 2 mais mou et effacé. Je me souviens d'un examen rendu compliqué par les contractions bien douloureuses "Vous avez bien contracté" . Nouvelle écho pour vérifier la position. Décision du gygy : ok pour accouchement voie basse à condition que ça aille vite, sinon césarienne en urgences. Le médecin donne pour consigne de me réexaminer dans 1H30 2H00 voir si le col a bougé. De son coté il va avertir l'équipe du bloc car il ne sera plus de garde, voir si tout est ok avec eux. Il conclut "c'est pour aujourd'hui" . Yes ! Toute la matinée les contractions se rapprochent et sont très douloureuses, toutes les "puis é minutes tout en étant de plus en plus longues. Je me rappelle ma prépa à l'accouchement, je fais des aller retour dans la chambre, des étirements pour gérer et accélérer le travail et j'essaye de bien utiliser la respi. J'ai des bouffées de chaleur et des nausées. Pendant ce temps mon mari semble plutôt zen, il envoie des SMS, sort pour fumer ou téléphone… Je commence à perdre patience, personne ne passe, je souffre, je suis fatiguée, je voudrai qu'on me donne quelque chose pour me soulager ou tout du moins des conseils ou du soutien. Vers 12H re monito, je n'aime pas être immobilisée ! Je m'énerve de nouveau sur ce maudit tracé qui ne montre que de tout petits pics sans correspondance avec la douleur ressentie . Au bout d'une heure j'ai envie qu'on me l'enlève, c'est trop dur allongée… Mon mari ne trouve personne dans le service… Vers 13h30 la sage-femme vient enfin me chercher pour m'examiner. Rage de rage, col toujours à 2 ! Elle me dit quand même qu'elle pense que j'irai en salle de naissance dans l'après midi. Elle me met en blouse et tente de me placer un cateter. Elle galère pour trouver mes veines alors que je danse à chaque contraction. Elle me pique aux deux bras et conclut que ce qu'elle m'a fait n'est pas top et qu'il faudra peut être recommencer tout à l'heure. Moi je m'en fiche, je demande une solution miracle pour la douleur. Elle me propose une douche, je préfère un bain ! 14h00 : deux aides soignantes viennent m'aider pour le bain. Mon mari décide d'aller manger, il attendait plus de nouvelles, il va en profiter pour sortir le chien. Génial le bain bouillonnant, je demande de l'eau très chaude. Les aide soignantes me laissent. Les contractions sont toujours là mais atténuées par l'eau chaude. J'utilise la douchette que je me passe sur le ventre avec de l'eau très chaude. Du coup avec les pieds je jongle pour ouvrir et fermer le robinet et réguler le niveau d'eau. Au bout d'un certain temps quelqu'un passe et me demande si tout va bien, si je veux sortir. Je demande à rester encore un peu. Je continue à faire trempette mais je commence à trouver le temps un peu long, je suis obligée de rajouter régulièrement de l'eau chaude pour ne pas avoir froid. Mon mari revient et me retrouve dans l'eau. Quand il rentre dans la chambre il se souvient de toute la vapeur. Il est surpris, je ne savais pas mais il était déjà 16h, on m'avais plus ou moins oubliée… Il appelle pour qu'on m'aide à sortir. Une fois dehors les choses s'accélère, je sens que les contractions prennent de la puissance, je sens une pression dans le bas ventre et là impossible de rester debout, je suis clouée sur mon lit. J'entend un poc, je rompt partiellement la poche des eaux ! Je gémit en émettant des sons graves. Mon mari repars chercher quelqu'un. Une stagiaire sf arrive, là je crois que je n'ai pas été très agréable avec elle en réclamant la péridurale . Il est 16h30, col à 4, on décide de me transférer en salle de naissance. Mon mari part en avant avec elle avec les affaires, je ne sais plus comment j'ai pu faire pour marcher derrière eux. En fait la sf expliquait à mon mari qu'on préparé le bloc pour moi au cas où. On m'installe, on me prépare pour la péri. Mon mari me voyant dans un état pas possible décide de me proposer ses mains à serrer pour libérer la tension. Le malheureux ! Une sage femme m'explique la position à adopter pour la péri. Elle s'installe face à moi et mon mari fait de même. Je lui broie littéralement les mains. Vers 17h arrivée de l'anesthésiste, je l'accueille avec "voilà mon sauveur ! " Il propose à mon mari de sortir mais celui-ci décide de regarder. L'anesthésiste devra s'y reprendre à 3 fois. J'avoue que je n'ai strictement rien senti tellement obnubilée par les contractions phénoménales que j'ai ! Une fois posée je demande dans combien de temps elle va faire effet, il m'annonce un truc comme 30mn, ça me parait interminable ! Mais en fait au bout de 5/10 minutes je ressens déjà un soulagement ! Rapidement c'est le bonheur, plus de douleurs, je peux m'allonger, me reposer et me détendre. Y'a pas photo, la péri c'est une super invention pour moi. Mon mari en profite pour faire de petites photos. On m'examine, col ouvert à 5 (ou 6). 1h00 plus tard la progression est bonne, la sage femme me félicite, j'ai l'impression que j'y suis pour rien car j'ai des contractions mais sans rien sentir ! Ensuite on vient me raser et me poser une sonde urinaire. Vers 20h, 20h30 on nous annonce que le moment est proche. Là j'avoue que l'angoisse me monte un peu, j'appuie plusieurs fois sur la pompe de la péri. 21h00 dilatation complète, c'est parti. La pièce s'emplie de monde, ben oui un accouchement en siège c'est rare et ça demande des précautions, la gynéco arrive se présente. J'y vais pour les 1éres poussées, au départ je fais n'importe quoi, j'ai tendance à soulever le bassin, on me demande de bien le garder coller à la table. Que des encouragements, mon mari d'un côté, une sf de l'autre. On me demande de pousser sur une contraction, oui mais voilà je ne sens rien et j'ose pas le dire… La sf me guide, je ne réfléchi pas, j'ai l'impression de devenir bleue tellement je n'ai plus d'oxygène. Au fil des minutes je commence à sentir de l'inquiétude ambiante, le coeur de bébé faiblit par moments. La sage femme appuie sur mon ventre, elle décolle du sol pour cela. Parallèlement, la gynéco avait sorti un instrument, elle s'énerve et le balance au sol , ça ne fonctionne pas visiblement. Enfin sur une poussée elle s'exclame "regardez mr on voit les petites fesses" . Mon mari se penche pour regarder et c'est à ce moment là qu'elle coupe pour l'épisio . Automatisme mais glop pour lui. Enfin ma fille est sortie (je ne l'ai pas sentie passer) , elle ne crie pas de suite, on l'emmène immédiatement. Mon mari la suit. Ce sont les secondes les plus longues de mon existence… quand elle pleure de l'autre côté du couloir je demande si c'est bien elle qu'on entend, les sf me rassure. La pression retombe je pleure. La sf revient avec la miss et mon mari, me la présente et la pose sur moi. Nous la découvrons, elle est un peu cyanosée, il était temps, elle a de grands yeux foncés. C'est indescriptible ce que l'on peut ressentir ! Je suis épuisée, je ne capte plus rien mais tellement heureuse. Le début d'une aventure ! Miss est donc née vers 21h30 à 40 SA crevette de 2kg709 pour 47 cm… Merci à celles et ceux qui ont eu le courage de me lire !
  Lire la suite de la discussion sur mamanandco.fr/forum/


282455
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les canapettes/mapettes depassent les 32 sa! on pointe! - les novembrettes 2013 - futures mamans

image

Salut les filles, Ici voilà ce que m'a d dit la toubib : au dessus de 25 même le col n'est pas inquiétant passé 32 SA, c'est normal que ça s'efface petit à petit en fin de grossesse. Elle m'a dit aussi que c'était super dur à mesurer avec la...Lire la suite

Vos avis sur la maternite de l'hopital prive du blanc mesnil 93 svp - choisir sa maternite

image

J'ai accouche a la clinique de BM en 2010. Je suis enceinte de 4 mois et j'accoucherai la bas aussi pour BB2. Mon 1er accouchement c'est super bien passe. Je suis tombée sur un SF (homme ! ) qui a été au top : très présent, il venait a la...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages