Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Autres      (11760 témoignages)

Préc.

Suiv.

Tous les détails de mon projet de naissance

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 996 lectures | ratingStar_149170_1ratingStar_149170_2ratingStar_149170_3ratingStar_149170_4

J'ai formulé mon projet de naissance sous la forme d'un tableau avec à gauche mes souhaits, et à droite, ce qui s'est passé pour la naissance de mon 1er. Comme c'est un peu compliquer de faire un tableau ici, j'ai juste mis en italique mon expérience. Voilà c'est un peu long. Dites moi ce que vous en pensez, et si vous trouvez bien ou non le parallèle fait avec la naissance de mon 1er. Les critiques sont bienvenues. Ce projet n'a pas pour but de défier les compétences médicales de l'équipe qui me suivra. Bien au contraire, je pense que de nos jours les parents ont le devoir de participer à l'accouchement, et ainsi éviter de subir un protocole d'accouchement trop strict, impression que m'a laissé la naissance de mon premier enfant. Ce n'est pas un contrat, ce sont des souhaits qui bien sûr pourront être remis en cause face à l'urgence d'un accouchement non physiologique. Nous comptons alors sur les compétences et les connaissances de l'équipe médicale pour nous informer et prendre les décisions nécessaires à la bonne santé de la mère ou de l'enfant. Je souhaite pour cette naissance : Pour mon premier enfant né en 2007 : LE TRAVAILJe souhaite éviter tout déclenchement (par décollement des membranes, perfusion d) même en cas de dépassement du terme. Le déclenchement était prévu le jour du terme à 41SA. L'accouchement a finalement eu lieu à 40SA 2.Je ne veux pas que le processus physiologique soit accéléré ou ralenti par intervention médicale (décollement des membranes, rupture de la poche des eaux, injection d'ocytocine ou autre). Le travail a duré 7 heures : de 7 heures le matin (légères contractions non douloureuses) à 14 heures.Il y a eu rupture de la poche des eaux et injection d'ocytocine alors que le travail progressait régulièrement.Je souhaite pouvoir rester mobile pendant le travail et pouvoir bénéficier de tout objet pouvant m'aider à améliorer mon confort (baignoire, ballon ? ) Dans cette optique, je souhaite que les périodes de monitoring soient réduites au strict nécessaire (pas de monitoring continu, et monitoring de type ambulatoire si possible). Le travail a été réalisé entièrement en salle d'accouchement sur la table d'accouchement avec monitoring continu de 7 heures à 14 heures (sauf entre 8 et 9 heures pendant le changement d'équipe). J'étais arrivée la veille au soir pour cause de légère fissure de la poche des eaux alors que le travail n'avait pas encore commencé.Je ne souhaite pas qu'une perfusion me soit posée (éventuellement si obligatoire, une voie veineuse, cathéter fermé). De même, je ne veux pas de sonde urinaire.De manière générale, je souhaite être informée de tout antibiotique, calmant ou autre qui devra m'être injecté. Une perfusion a été posée dès le début du travail, d'abord juste "au cas où", puis elle a permis l'injection d'ocytocine sans réellement me prévenir.Je ne souhaite pas de recours à une anesthésie péridurale. J'accepterai toutefois tous les conseils qui pourront m'être prodigués par les sages-femmes, ainsi que l ? Homéopathie, acupuncture ou massages, en tant que méthodes pour faciliter le travail. Je n'ai pas eu recours à une anesthésie péridurale malgré les fortes pressions de l'équipe soignante. Je n'ai pas eu de conseil pour la gestion de la douleur.Je souhaite être libre de boire et manger pendant le travail.Je n'ai pas eu la possibilité de boire et manger pour cette première naissance, mais je n'en ai pas eu réellement envie non plus. L'EXPULSIONJe souhaite attendre de sentir le reflexe de poussée plutôt qu'une poussée dirigée. La poussée a été dirigée par l'équipe soignante, lorsque celle-ci a été disponible. J'étais à dilatation complète depuis un moment, mais le bébé trop haut pour avoir le réflexe de poussée, et le personnel était occupé par d'autres accouchements en cours.Je désire avoir la possibilité d'adopter la position de mon choix (accroupie, debout, allongée, sur le côté, à quatre pattes ? ). Accouchement imposé en position gynécologique, pieds dans les étriers.Je souhaite éviter l'épisiotomie par tous les moyens (accompagnement de la mère, changement de posture, respiration ? ). Je préfère risquer une déchirure, plutôt qu'avoir recours à une épisiotomie. Si malgré tout, le recours à cette intervention devenait impératif (en cas de souffrance f ? Tale) , je souhaite (ou à défaut mon mari) être prévenue et informée de ce geste.Si une suture est ensuite nécessaire, je souhaite quelle soit faite avec un analgésique approprié. J'ai subi une épisiotomie (3 points) sans en être au préalable informée après seulement 3-4 poussées et aucune détresse f ? Tale.Les points de sutures ont été faits avec un analgésique (je ne sais pas lequel) , mais j'ai eu l'impression qu'ils étaient faits à vif.Je ne veux pas qu'on m'appui sur le ventre pour l'expulsion tant que tout se déroule bien. Je souhaite que le placenta soit expulsé naturellement sans manipulation externe ou interne et sans injection d'ocytocine, sauf en cas d ? Hémorragie. De même, je souhaite éviter, dans la mesure du possible, une révision utérine. Réinjection d'ocytocine dans la perfusion après la naissance.Expulsion du placenta a priori sans manipulation et moins d'une demi-heure après l'accouchement (je dirais 10 à 15 minutes après, pas de souvenir précis de l'expulsion). LA NAISSANCEJe ne souhaite pas que le cordon soit coupé ou pincé avant qu'il ne cesse sa pulsation. Le cordon a été pincé puis coupé aussitôt après la naissance.Je souhaite qu'il soit placé en peau à peau sur moi longuement (au moins 2 heures) directement après la naissance afin de le laisser effectuer seul sa première mise au sein. Si nécessaire, le score d'Apgar peut être évalué pendant ce peau-à-peau. Environ 15 minutes de peau à peau, puis départ dans une salle séparée pour recevoir les premiers soins. Ensuite retour après environ une demi heure pour un peau à peau plus long, mais mon fils était alors trop énervé et refroidi pour effectuer une première mise au sein sereine.Je souhaite que la lumière soit tamisée afin de laisser bébé se faire à la lumière extérieure progressivement et calmement. Pour les premiers soins : Nous ne souhaitons pas qu'un bain soit donné à notre bébé.Nous ne souhaitons pas que des manipulations intrusives soient pratiquées sur notre bébé (aspiration, sondage). Nous souhaitons que les autres examens (pesée, mesures ? ) soient effectués après le peau à peau et en notre présence.Si nécessaire, nous consentons à ce qu'un onguent ophtalmique à caractère antibiotique soit appliqué à notre enfant, ainsi qu'à l'administration de vitamine K par voie orale. Toutefois, nous souhaitons que son administration se fasse après la première tétée. LE SEJOUR EN MATERNITEDans la mesure où mon état de santé et celui de l'enfant le permettent, je souhaite pouvoir bénéficier d'une Hospitalisation à Domicile, et accepte, par voie de conséquence, toutes les visites qui seront effectuées à mon domicile dans le cadre du suivi des suites de couches. Je souhaite allaiter, et que l'allaitement soit conduit à la demande.Nous souhaitons qu'aucun complément ne soit donné à notre bébé (lait artificiel, eau sucrée). Si toutefois, ils s'avéraient indispensables (médicaments, vitamines, antibiotiques ? ) , nous souhaitons qu'ils lui soient donnés, après notre accord, au moyen d'une pipette, cuiller ou tasse, mais surtout pas à la tétine ou au biberon, ceci afin d'éviter toute confusion sein/tétine et ainsi préserver l'allaitement maternel. Nous aimerions que les soins et visites pédiatriques soient systématiquement effectués en présence de la mère et/ou du père. Nous souhaitons également que les manipulations et les soins douloureux soient effectués durant une tétée, et éventuellement après application de crème EMLA (pour le test de Guthrie notamment). EN CAS D'URGENCEEn toute circonstance, je souhaite que mon conjoint et moi même soyons informés en détail de ce qui se passe afin de pouvoir prendre en commun une décision. Si lors de l'accouchement, je venais à être inconsciente je souhaite qu'un premier contact en peau à peau soit fait par mon conjoint. EN CAS DE CESARIENNENous souhaitons que la césarienne ne soient envisagée qu'en dernier recours, et, de préférence, en ayant recours à une anesthésie locale. Je souhaiterai que mon conjoint soit présent a mes cotés pendant l'acte chirurgicale avec les protections nécessaires.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


149170
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les canapettes/mapettes depassent les 32 sa! on pointe! - les novembrettes 2013 - futures mamans

image

Salut les filles, Ici voilà ce que m'a d dit la toubib : au dessus de 25 même le col n'est pas inquiétant passé 32 SA, c'est normal que ça s'efface petit à petit en fin de grossesse. Elle m'a dit aussi que c'était super dur à mesurer avec la...Lire la suite

Vos avis sur la maternite de l'hopital prive du blanc mesnil 93 svp - choisir sa maternite

image

J'ai accouche a la clinique de BM en 2010. Je suis enceinte de 4 mois et j'accoucherai la bas aussi pour BB2. Mon 1er accouchement c'est super bien passe. Je suis tombée sur un SF (homme ! ) qui a été au top : très présent, il venait a la...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages