Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Autres      (11760 témoignages)

Préc.

Suiv.

Un p'tit bébé pour février 2011!

Témoignage d'internaute trouvé sur enceinte - 06/03/11 | Mis en ligne le 15/04/12
Mail  
| 421 lectures | ratingStar_241700_1ratingStar_241700_2ratingStar_241700_3ratingStar_241700_4
Vous le savez toutes j'ai vécu une grossesse particulière et vraiment difficile, mais je ne vous ais pas tout dit encore… Tout commence le 12 mai quand petite crevette à été le plus fort et c'est instalé dans mon bidou !! Des les premiers jours, j'ai ressenti un changement en moi, j'allais souvent au toilette, j'était fatiguée, tout le temps faim… En travaillant en boulanger je peux vour dire que c'était bien dur de résister !!! Huuuum !!! La fatigue est venue s'instaler et j'ai commencer à me poser des questions mais après une fausse couche en Aout 2010, et plusieurs mois difficile, perte de confiance en moi, plus gout à rien, perte de poids, plusieurs test de grossesse négative je ne voulais pas m'affoler mais tout au fond je me doutais… Un lundi matin (le 31 mai) j'ai fait mon test !! Et là le +++ un jolie +++ que du bonheur !!! J'en revenais pas ! Je pleurais !! Mais rapidement j'ai compris que ça se passerai mal… je n'ai jamais voulu en parler, même pas avec mon zhomme, je voulais pas lui communiqué ma peur… j'ai tout garder pour moi… J'ai décider dès le début d'être suivi en maternité niveau 3, une intuition ? Oui… pour moi ça ne pouvais pas être autrement… Des la troisième semaine, j'était tellement fatiguée que je dormais toute la journée… toute la nuit… j'avais des vertiges des naussées +++++ mal partout, les seins le ventre les jambes bref partout, je ne tenais plus du tout debout, troisième semaine et déjà en arrêt, j'ai culpabiliser pour mon boulot, pour mes collègue, mon chef… Mais tant pis ma santé et bébé avant tout, je ne veux absolument prendre aucun risque, on m'avais toujours dit qu'avec mon crohn ma santé fragile ça serai compliqué… oui enfin je pensais pas me retrouver arrêter si tôt !!! Bref… je prend mon mal en patience bébé sera bientôt là !! Sauf que lorsqu'on souffre les jours sont des mois… un enfer… je disais que ça allais, j'essayais de ne pas y penser mais les douleurs étaient belle et bien et rien y fesais… A 2 mois et demie j'ai eu un abcès à une dent, j'ai du me la faire arraché, pour évité de transmettre l'infection à bébé, sauf que se faire arraché une dent avec pour seul anti-douleurs du paracétamol… bah autant rien prendre c'est presque pareil, 4 comprimé par jour qui fessai effet que 1h30- 2h maxi… imaginé un peu… ça fait trooop mal !!! Et manger de la purée pendant 5 jours pendant la grossesse c'est pas top top… Ensuite vers la fin du 4ème mois sachant qu'entre temps j'ai toujours mal partout et des naussées avec vomissement… Les contractions sont apparu, ma sage-femme me dit que si j'en ai 10 ou moins par jours rien de grave surtout que mon col est bien long et fermer… Sauf que j'en avais bien +++ parfois 30 par jours mais col toujours long et fermer… sur ce point là j'ai pas eu à me plaindre !!! Le plus merveilleux pendant la grossesse c'est de sentir bébé bouger, les premières petites bulles qui se sont balladé dans mon bidou j'était au supermaché lol je m'en souviendrais toute ma vie, j'était à la caisse !!!! C'était à la 11ième semaine de grossesse si je me souviens bien !!! Très tôt oui !! J'ai été chanceuse ! Bébé à bouger rapidement energiquement ce qui m'as permit de le sentir avant bien des mamans enceinte du même terme que moi ! Vers les 3ième mois j'ai eu des douleurs ligamentaires, qui de plus en plus m'on fait souffrir au file les jours… Pour qu'au 6ième mois ça soit des douleurs intense et 7ième mois je marche comme une mamy, impossible pour moi de me tenir droite ça me fesai mal et ça coinçais… Puis un soir, grosse contractions (j'ai l'habitude lol) mais là rapproché toute les 3 minutes on file aux urgences, ils me mettent en chambre hôspitalisation pour surveiller, mais elles sont de plus en plus forte et toujours aussi rapproché, on m'emmène en salle de travail, on nous explique rien, sauf qu'il faut y aller tout de suite… et là grosse panique… je pleure… non je ne suis pas prête je ne veux pas que bébé sorte cette nuit c'est pas possible… finalement avec une perfussion de 48h tout s'arrête et je peux rentré chez moi, mais ils on quand mêmê décider de faire les perfussion pour la maturité des poumon de bébé… et heureusement… mais grosse frayeur… Mais tout à commencer réelement à dégénérer à la mi novembre, j'ai eu une journée une douleur si vive et si rapide en 2 seconde cloué au sol, je ne pouvais plus bouger, limite si je pouvais respirer, j'ai cru mourir… j'avais chaud très très chaud… mais je suis une corriage et j'ai attendant que ça se calme… 24h sans bouger du lit et 48h pour enfin remarcher à peu prêt correctement, quelques jours plus tard la même, là j'ai été consulté aux urgences mater, j'était aussi constipé depuis des semaines, j'avais des maux de ventre terrible… Aux urgences on me fait comprendre que si je viens pour mon crohn ça sert à rien mais qu'il faut que je vois un gastro… mais je sais que ce n'est pas ça, bref on me laisse rentré chez moi… Quelques jours plus tard rebelotte on y retourne, là il me garde me font plein d'examem je ne peux plus bouger, je ne peux plus marché c'est l'horreur et les douleurs juste un enfer… Echo abdominal j'ai des calculs dans la visicule biliaire apparement fréquent pendant une grossesse, mais on voit rien d'autre, et bébé va bien il a bien grand et bien grossi, on ne comprend pas pourquoi j'ai mal, on me dit aussi que j'ai le syndrôme de Lacomme, le bassin qui bascule vers le bas et les ligaments qui se tendent au max pour préparer l'accouchement, là il y a absolument rien à y faire juste du repos du repos et encore du repos sauf que j'y suis depuis déjà des semaines, je ne peux pas faire +++ On me laisse donc rentré chez moi avec mes douleurs mes craintes mes peurs… j'ai peurs a en crever j'ai peur car zhomme boss beaucoup et que je suis seule chez moi… parce que je ne peux même pas me levé pour aller me préparer à manger et que personne peux venir m'aider… Le soir même, seulement 5h après ma sorti de l'hôpital les douleurs reviennent comme elles sont déjà venue, en 2 secondes ça fait mal plus que mal… je suis paralyser je ne sais même plus respirer j'arrive quand même à téléphonner à zhomme pour qu'il rentre en urgence je ne lui laisse pas le choix, il me faut de l'aide, il rentre je vomi partout, il appelle les pompiers il y a 10 cm de neige dehors il veux pas prendre de risque et moi de toute façon je ne peux plus bouger même pas me lever m'assoir rien, je reste allongé comme je peux… Ils arrivent rapidement et m'emmène je souffre mais j'essaie de ne pas y penser… bientôt on va me soulager… Arrivé aux urgences mater on me refais les même exams mais rien, on ne sais pas ce que j'ai, ils décide de tamisé mes urines enfin !!!! Ça fait 1 mois que je leurs dit que j'ai mal quand j'urine que ça me pique brule… Et là bing… colique néphrétique… je le souhaite à personne c'est horriblement douloureux, les sage-femme me disent que ça fait aussi mal voir plus qu'un accouchement… j'ai donc eu plusieurs colique… cumulé à tout le reste… c'en ai trop j'en ai marre je veux que ça s'arrête, ils me donnent plein de médoc mais rien me soulage, je pleure de douleurs je commence même à posser des questions… "es ce que si j'accouche maintenant y'aura des complication ? "… bref je suis à bout mais c'est loin d'être fini… Les jours passent et j'ai toujours aussi mal, toujours plus mal… je n'en dort plus… si bien qu'on me met un dérivé de morphine avec monito pour surveillé le coeur de bébé. Et là soulagement… je dort ENFIN !! Et j'ai plus mal, mais ça dure que 2 heures… Plusieurs jours comme ça… mais au bout d'un moment on me dit que bébé supporte mal et qu'il faut arrêter et là re grosse panique !!? Je suis déjà accro à ce médoc même s'il me fait du bien que 4 h par jour car j'ai droit à 2 perf par jour c'est toujours ça, c'est toujours 4h ou j'ai un peu moins mal, ou j'arrive un peu à m'assoupir bah oui je m'habitue à ce médoc et il fait de moins en moins effet mais je ne veux pas qu'on l'arrête… mais quand je pense à bébé j'ai pas le choix… tant pis je vais encore enduré ça… mais encore combien de temps ? Il me reste 2 mois et 3 jours il faut que je tienne… Mais les douleurs sont toujouts ausso forte malgré que je prenne mon mal en patience, bébé bouge +++++ les médecins me disent que c'est aussi lui qui me provoque mes douleurs et c'est vrai !! Il est trop actif !!! C'est dingue ça !!! Les sage-femme m'intedisent déjà depuis 4 semaines de même ma main sur mon ventre pour évité de rentré en contact avec bébé car il se déchaine et me fait encore plus mal… mais merde quoi c'est le seul bonheur de ma grossesse, de pouvoir le sentir poussé sous ma peau quand je met ma main, le sentir me répondre quand je le carresse et on me retire ça… comment tenir ? Comment accpeter tout ça… ?… Et puis un petit miracle je vais mieux ! J'ai presque plus de douleurs j'ai pu sortir de mon lit pour aller me balader dans les couloirs tout doucement bien sur, mais j'était vraiment contente, je me suis dit que si ça restais comme ça je tiendrais sans souci jusqu'au bout… Ils préfère quand même me garder en observation 24h ils ont déjà fait l'erreur de me laisser sortir une fois, ils vont pas la refaire une deuxième… Le soir je m'endors en rêvant que demain je dormirai dans mon lit avec mon chéri… Mais dans la nuit grosse rechute, les douleurs reviennes, doucement mais surement… je ne dit rien mais les sage-femme le voit bien, ma sage-femme préférer prend son service et quand elle me vois au fonc de mon lit dans cet état elle prend les choses en main, elle appelle les médecins, elle obtiens l'autorisation de me remettre le dérivé de morphine avec monito de contrôle, elle me sert les mains et me dit gentimment que ça va allez, elle s'implique personnellement et ça me fait du bien, entre temps je tel à zhomme je lui dit de venir le plus vite posssible que je suis vraiment mal… Il arrive et je suis un peu soulager, mais les douleurs continue… de plus en plus forte… Là les médecins commence franchement à s'inquiéter… ça serai peut être tant… Echo abdominal et là le verdict tombe je fait une péritonite, mon intestion est perforé faut opérer en urgence… il faut savoir que 4 ans avant par rapport à mon crohn, j'ai eu un rétressicement de l'estomac et pour évité justement ce souci je m'était fait opérer… Donc pour eux pas de doutes c'est mon crohn depuis le début de toute façon ils pensaient tous que c'était mon crohn… mais moi je savais que non… bref retour à la chambre… 20 minutes plus tard ou moins je ne sais plus vraiment, à partir de la les chose s'enchaine, on est le 9 décembre… tout les médecins viennent dans ma chambre, ils sont 10, 20, 30 ? Je ne sais plus mais en tout cas nombreux… Ils m'explique comment vas se déroulé l'intervention… Il vont me faire d'abbort comme un péridural en rachi (suis pas médecin hein donc je me souviens pas très bien…) ensuite il m'endormiron totalement… je ne sais pas pourquoi ils veulent faire comme ça mais dans l'étât que je suis je cherche pas à comprendre, ils m'expliquent qu'ils vont d'abort faire naitre petit bout… on me dit qu'il vont stoppé la fuite, racorder mon intestin et le mettre au repos c'est à dire poser sur mon ventre une stomi, une poche pour receuillir les selles, et que 2 mois plus on me referai une opération pour tout remettre normalement… ça me chier mais franchement tout ce que je vois c'est que je vais être soulager… dans l'après midi je les ai supplier de me faire accouché… même si je savais très bien que c'était pas bon pour bébé… mais il y a des limites à la douleurs, et j'y étais… Je me souviens très bien qu'ils m'on demander si jamais peur avant de quitter ma chambre et vous savez ce que j'ai répondu… que non que je voulais vite y aller pour enfin ne plus avoir mal, pourtant j'ai déjà connue cette opération et je sais que je vais souffrir mais tant pis c'est un mal pour un bien… Donc nous voilà parti avec tout une armada de médecin !!!! Salle avant le bloc, ou dans le bloc ? Je ne sais plus !! On veux me mettre sur le brancar ou sur la table d'opé je ne sais plus… mais j'ai tellement mal qu'on ne peux pas me bouger, l'anesthésiste réfléchi pas 2 heures, il part et reviens avec la solution miracle, un coup de seringue dans mes perfs et gros dodo… plus rien je dort… et puis petit à petit je les entend parler, je ressens des choses que je ne pourrai jamais vraiment expliqué je suis comme sorti de mon corps je me vois… je ressent ensuite des sensation bizzare… je ne suis plus un corps je n'ai plus de corps je ne suis plus qu'une pensé une âme… je vois tout autour de moi un couleur violette pale et je me sens bien trop bien, je ne sais pas trop mais comme si c'était ça la sensation qu'on a quand on meurt… Je les sens qui me manipule, m'attache les jambes les bras, je suis trop chouté pour ouvrir les yeux ou pour parler… je bouge juste le bout des doigts pour leur faire comprendre que je suis là que j'entend tout… Quand enfin ils s'en aperçoivent, il m'explique qu'ils n'on plus qu'à m'endormir et que tout ce passera bien… puis je m'endort… Il est environ 19h45 je crois… Je me réveille 3h ou 4h du mat le 10 décembre, je suis en salle de réveil, et là… mon ventre est tout plat… il y a plus rien plus rien… j'ai mal… je me sens fatiguée… enifn normal quoi je m'attendais à quoi ? … Les infirmières viennent m'expliqué que j'ai été transferer dans l'autre hôpital de la ville, qu'il y a eu quelques compliquation, qu'on a du me faire une ambolisation mais que maintenant tout vas bien, je leurs demande si j'ai une poche, on me dit que oui une poche urinaire, mais c'est pas ça que je veux savoir… ça me doute bien que j'ai une sonde urinaire suis pas idiote non plus… une stomi ? Et là !! Elles me disent -heuu bah non !!! Quoi ? Vous savez pas ? Ou est mon bébé ? Comment il va ? Et mon homme ? Et pas de réponce on me laisse comme ça… des heures et des heures… on m'avais dit que je serai retransférer en fin de matinée alors je patiente, je ne ferme pas l'oeil de la nuit… j'attend j'attend les minutes passent péniblement… On m'as toujours pas retiré les files de l'embolisation donc je sais que je vais pas tout de suite être transferer… enfin les médecins viennent mes les retirer, ils m'explique qu'il faut les retirer et ensuite faire un point de ponction, des deux coté de l'aine, pour stopé les saignements… que ça va faire mal… non non pas encore ? Bah si pas le choix… il m'instale sur une planche pour être stable… ça fait mal bien sur… Je stress j'ai peur… on me donne rien pour la douleur ? Non alors là je pleure gros craquage, limite ils se foutent de moi mais merde ils savent pas toute les douleurs que j'ai endurée pour avoir mon bébé, d'ailleurs je ne sais toujours pas comment il va ? … Au final on me met une dose de morphine et sour oxygène, et c'est partie, pour une heure de souffrance… encore et encore… 1 heures ou ils appuie tout les 2 comme des taré sur les 2 coté des mes aines… Ah j'allais oublier on m'as mit une perf d'ocitocine pour provoqué des contractions pour que j'évacue le reste de sang de la grossesse ça me fait un mal de chien avec la cicatrice (39 aggrafes quand même…) Mais j'ai mal à cette perf je leurs dit mais on me dit que ce produit est aggrésif que c'est normal, mais au bout d'un moment ça fait vraiment trop mal, et là on regarde mon bras est tout bleu, je fais une vénite, il faut arrêter la perf de suite, elle me pique donc sur l'autre bras, je ne peux donc plus du tout bouger le droit, il pèse une tonne l'horreur et le peu qu'on le bouge ça fait horriblement mal… il reste encore 12h de produit à passé et 2h après l'avoir mit sur le gauche mon bras deviens bleu, finalement on me la retire sinon je ne pourrais plus me servir de mes bras pendant plusieurs jours. J'ai quand même eu zhomme au tel ENFINNNNNNNN !!!! Qui me dit qu'il a eu très peur et que Liam va pas très bien, mais qu'on m'expliquerai mieux à mon retour… Puis encore des heures d'attente, bah oui on attend les brancardier… jamais presser ceux là… 19h environ (enfin je crois) de retour dans ma chambre, zhomme à le visage grave, ma mère et mon frère sont là, mais pas le temps de leurs dire bonjour que le pédiatre à Liam vient tout de suite me dire ce qui se passe, il me dit qu'il va mal très mal, qu'on ne sais pas s'il va vivre… je me retiens de pleuré pour tout saissir mais c'est comme si je tombais dans un trou noir sans fond, il va mal, et je peux rien faire, il me dit qu'il a été privé d'oxygène pendant 8 minutes… qu'il a été réanimé car son coeur ne battais plus en sortant de mon ventre, qu'il faut lui faire confiance même si on ne peux être sur de rien, mais il préfère qu'on soit préparer si le pire se passais, mais non je refusais de croire qu'il ne se battrai pas aussi fort que moi je l'avais fait ça pouvais pas être autrement… j'ai juste réussi à lui dire que je lui fesai confiance… Puis zhomme m'as expliqué ce qui c'est vraiment passé et là encore une bonne claque… ce n'était pas mon crohn qui m'avais ennuyé… non… c'était pire encore… une varice utérine à rompu, privant Liam de tout ce qu'il avais besoin pour vivre et pour moi provoquant une énorme hémorragie… perdu + de 2 litre de sang… j'ai été tranfusé, si je n'avais pas eu le sang d'une personne généreuse qui en a fait dont je ne serais pas là aujourd'hui pour vous raconté mon histoire… Les médecins on eu peur… ils n'avaient jamais eu ce cas là, ils ont appelle plusieurs autres hopitaux qui n'avaient eux aussi jamais eu ça, ont chercher sur intenert dans leurs bouquins… Un cas très rare puisque je suis le 4ième cas en France… Mais ils ont su être réactif et nous on sauver la vie à tout les deux. A mon retour zhomme ma montré la toute première photo de Liam, mon tout petit bébé, 1.990kg pour 42cm pour 2 mois et 1 jour d'avance c'est déjà un beau bébé. Et là j'ai vue un petit bébé magnifique il était tellement beau dans son petit cocon, malgré tout les tuyaux pour le maintenir envie… Un grand moment de joie… Les sages-femmes m'on promi de m'aider à me recainqué le plus vite possible pour allez le voir au plus vite, elles m'on dit que le dimanche on essairai que je m'assoie et le lundi en fauteuille je pourais aller le voir, mais bien sur ça c'est pas passé comme ça… Le lendemain ou dans la nuit je ne sais plus trop j'ai eu encore des douleurs, la morphine encore une fois ne les calmais pas… donc re écho (encore pfff) et là… j'ai cru que j'allais peter un cable… On m'explique que les points de ponction du moins la gauche n'as pas correctement fonctionné et que je resaigne (premier cas à Clermont-Ferrand) , je perd encore du sang… je panique… ils vont me refaire un point de ponction et si ça ne marche pas réopération, mais ouf au bout de 45 minutes de pression à l'aine gauche le saignement s'arrête et je dervais logiquement allez mieux… Mais le lendemain à l'endroit du point de compresseion, j'ai un hématomme qui s'est former et qui m'a empecher de marcher pendant environ 10 jours puis encore une dizaine de jours difficilement, mais je pouvais quand même bouger un peu s'était déjà beaucoup. Après tout ça je pense que tout rentre dans l'ordre… Mais non la vie à décider de me tester jusqu'au bout ? … Je commence à me sentir nauséeuse, je vomi une fois deux fois et c'est partie pour 4 - 5 jours comme ça ressort des dizaines de fois pars jours et par nuit, en plus du faite que j'avais été intubé ça grattai + la cicatrice à chaque fois que je renvoyais ça me fesais un mal pas possible, les sages-femmes m'on expliqué que vue que je n'arrivais pas à reprendre un transit normal bein si ça sort pas en bas ça sort en haut désolé des détails hein !!! Donc du coup on pose une sonde naso-gastrique pour aspirer tout le surplus de bile qui remonte mais même avec ça, riens y fait je rend quand même, la sonde me brule la gorge, comme une grosse engine, si je bouge ma tête, si je parle ça cratte dans le fond et naussées qui se termine en… Donc je ne parle plus je ne bouge plus, je ne dort plus car trop mal, et que si je prend de la morphine les naussées reviennent de plus belle… les heures passes péniblement, je confond le jour et la nuit, je ne vis plus je suis vraiment mal. J'arrive de temps en temps à me connecter sur le net mais c'est dur dur… zhomme est claqué il dort presque pas la nuit, je veux pleuré mais je n'y arrive pas sinon j'ai mal partout, je suis enfermer dans mon corps prisonnière, je ne peux pas exprimé ma douleurs mes peurs… Les jours passent et je ne peux toujouts pas allez voir Liam, mais j'en ai marre depuis déjà 2 jours je demande à ce qu'on me retire ma sonde, c'est non à chaque fois, personne comprend que je vais péter un cable… sauf zhomme… Et puis enfin une bonne nouvelle on va me la retiré, j'attend avec impatience, je sais que ça va être dur qu'il va falloir encore être forte, reprendre à boire à manger, bouger… Mais pour Liam je suis prête à tout. Le lendemain je pensais pouvoir prendre ma douche et allez voir Liam, mais non non mon coprs lui ne voulais pas. J'ai juste réussi à me tenir 10 seconde assise sur le bord de mon lit, les sages-femmes étaient toute folles, mais pour moi c'est pas assez je fais semblant d'être contente de moi mais en réalité je me deteste de pas pouvoir faire + Je commence à remanger à boire de l'eau !! Quel bonheur !!! Et voilà le jour que j'attendais le plus est arrivé !!! Une des sage-femme est arrivé avec un fauteuille roulant pour allez à la douche !! Bonheur !! Après une semaine cloué au lit… lavé les cheveux !! Bonheur bonheur je vous le dit lol !! C'est ma belle mère qui m'as savonné !! Hé bien oui je pouvais pas trop bouger et la tête qui tournais d'un rien, ensuite les aides soignantes m'on habillé et sécher les cheveux !! Elles me disaient que j'était toute belle pour rencontré mon petit bout !!! J'étais plus que prête !! Et mon carrose est arrivé ! Un super fauteuille roulant rouge et noir ! Le top lol et nous voilà parti dans les kilomètre de couloir qui me séparais de Liam. L'équipe de réa m'as acceuilli avec chaleur ils étaient content qu'enfin je puisse venir, ils m'on prévenu qu'il y a avais des machines partout et des tuyauds mais je le savais et je les avais vue en photo, en vidéo zhomme me fesai un rapport complet et photo vidéo à chacune de ses visites, il y allais au moins 6 ou 7 fois par jours… Quand je suis entré dans sa chambre et que je l'ai enfin vue… J'ai cru mourir de bonheur, et d'amour pour ce tout petit être… j'était en admiration… le plus beau jour de ma vie à été celui ci, le 15 décembre 2010, comme si c'était ce jour là que j'avais accouchée… Je suis rester là à le regarder, lui poser un doigt sur sa main, et là encore plus beau, il a sérer sa main… il savais que maman était enfin là j'en était persuader… Les jours suivant j'ai repris des forces, j'ai demander une autorisation de sorti pour me rendre à la mairie pour nous marié comme c'était prévu, je ne voulais pas annulé, et j'ai même eu carrément le droit de rentré chez moi, c'était un peu compliqué je le savais mais peut importe chez moi je serais mieux pour me reposer. Je suis donc allez me marrier en fauteuille roulant, blanche comme un linge ! Mais voilà on a été au bout de notre rêve… une vrai famille !!! Chez moi les jours qui on suivi on été dur, je ne pouvais pas faire plus d'une dizaine de pas à la suite, sachant que ma maison est a étage les toilette salle de bein et chambre en haut, j'essayer de monté le moins possible… Et pour monté et décendre j'avais besoin d'aide mais j'ai réussi petit à petit à retrouver de l'autonomie. Le plus dur a été de laisser Liam à l'hôpital, mais aussi de tiré mon lait… bien que déterminé à le faire pour le bien de Liam, je voulais le meilleur pour mon petit chat, donc je tirais mon lait toutes les trois heures même la nuit, malgré la fatigue et les douleurs, mais rapidement je ne tenez plus, j'avais arrêter de tiré mon lait la nuit, j'avais besoin de sommeil… Mais sans stimulation et sachant que j'ai tiré mon lait qu'au bout de 7 jours après l'opération c'était presque inesperer de continuer à croire que j'aurai une monté de lait, mais une fois que Liam est sorti de réa pour allez en néonat (énorme bonheur !!! ) j'ai eu de bon conseils (enfin) et on m'as prescris du motillium, ça aide à la lactation, et voilà que quelques jours plus tard au lieu de tiré 10ml j'en avais 50ml puis 80 pluis 100 pour avoir pour un seule seins parfois jusqu'à 200ml (le surplus je le donnais au lactarium) c'était important pour moi d'en faire don, quand Liam à pu être nourri au lait il a eu le lait d'une autre maman, alors je voulais à mon tour aider un petit bébé qui en avais besoin. Nous avont eu encore des coups dur surtout pour Noël, on a eu zhomme et moi une bonne gastro et pour pas la donné à Liam et tout les autres bébé du service on n'a pas pu allez le voir, une grosse déprime pour nous d'être séparer de lui pour son premier Noël, mais on a essayer de le fêter avec lui dans notre salon, on a décorer le sapin avec plein de photo de sa frimousse. C'était malgré tout un jolie Noël… Voilà je pense n'avoir rien oublier, Mais je veux quand même rajouter une petite chose car je suis fière de moi, malgré toutes ces compliquation j'ai allaiter mon petit chat pendant 2 mois, aujourd'hui je sais que j'ai une force de caractère un peu hors norme, mais ce que je sais surtout c'est que j'aime mon bébé et que j'aurai tout fait pour lui…
  Lire la suite de la discussion sur enceinte.com


241700
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les canapettes/mapettes depassent les 32 sa! on pointe! - les novembrettes 2013 - futures mamans

image

Salut les filles, Ici voilà ce que m'a d dit la toubib : au dessus de 25 même le col n'est pas inquiétant passé 32 SA, c'est normal que ça s'efface petit à petit en fin de grossesse. Elle m'a dit aussi que c'était super dur à mesurer avec la...Lire la suite

Vos avis sur la maternite de l'hopital prive du blanc mesnil 93 svp - choisir sa maternite

image

J'ai accouche a la clinique de BM en 2010. Je suis enceinte de 4 mois et j'accoucherai la bas aussi pour BB2. Mon 1er accouchement c'est super bien passe. Je suis tombée sur un SF (homme ! ) qui a été au top : très présent, il venait a la...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages