Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Autres      (11760 témoignages)

Préc.

Suiv.

Un tout grand merci pour vos pensées pendant mon accouchement, cela me touche énormément !

Témoignage d'internaute trouvé sur mamandco - 08/11/11 | Mis en ligne le 18/07/12
Mail  
| 237 lectures | ratingStar_277507_1ratingStar_277507_2ratingStar_277507_3ratingStar_277507_4
Hello hello ! Un tout grand merci pour vos pensées pendant mon accouchement, cela me touche énormément !! J'avais envie d'écrire mon accouchement pour en garder une trace, je vous fais donc un copier coller à la suite il est un peu long mais je ne voulais rien oublier. Ce que je peux en dire, c'est que pour moi ça a été très douloureux, je ne sais pas si c'est parce que c'est moi, parce que ça a été provoqué, mais ça n'a pas été évident… ça n'a pas été la plus belle journée de ma vie c'est certain c'est juste l'arrivée d'Eléa qui a été le plus beau moment de ma vie, mais quand on dit qu'on oublie vite le reste c'est vrai de chez vrai, petit à petit j'oublie la douleur et il ne me reste que les bons moments. Ça doit être un coup de la nature pour être sûre qu'on se reproduise mdr. Voici donc mon récit : "Nous sommes arrivés à la Clinique et Maternité Sainte-Elisabeth à 08h00 ce mercredi 02 novembre 2011. Nous nous sommes rendus au bloc d'accouchement où nous avons dû patienter car il y avait eu de nombreux accouchements spontanés durant la nuit. En attendant, on nous a attribué notre chambre, la 106 et nous avons attendu notre tour dans cette dernière jusque 11h30 environ. Une sage-femme est venue nous chercher et nous a conduits dans la salle d'accouchement. J'ai reçu deux laxatif à insérer dans le rectum afin de bien me vider et de ne pas aller à selle pendant le travail. Une fois ceci fait, j'ai enfilé une blouse d'hôpital et à midi on m'a fait la perfusion afin de déclencher le travail. Une auscultation du col nous a appris que j'avais le col déjà effacé, très mou et ouvert de deux centimètres. La sage-femme qui s'occupait de nous venait régulièrement augmenter la dose du produit et pendant ce temps, je m'occupais soit sur le lit, soit sur le ballon afin de faire descendre bébé un peu plus vite. Deux heures après, la sage-femme m'ausculte de nouveau et nous apprend que le col est toujours à deux bons centimètres, je suis assez déçue et me demande combien de temps va durer le travail. Elle décide alors pour accélérer les choses de rompre la poche des eaux. Moi qui avais toujours eu peur de perdre les eaux sans m'en rendre compte, j'ai bien réalisé que ce n'est absolument pas le genre de chose que l'on peut omettre de remarquer ! Ensuite, je suis retournée sur le ballon pour rendre le travail le plus efficace possible et ce qui était assez comique c'est qu'en fonction de la façon dont je tournais le bassin, l'eau continuait de couler, il y a une sacrée quantité de liquide ! Cependant, une fois que la poche des eaux a été rompue, les contractions ont été autrement plus fortes !! Si je devais les décrire, je dirais qu'il s'agit d'un mélange de : douleurs de règles amplifiées au maximum avec des douleurs de colique très prononcées plus une douleur dans le bas du dos comme si on s'était coincé un nerf, le tout couronné par une envie pressante d'aller à selle. Je suis restée environ une heure et demi avec ces douleurs et j'ai bien cru y passer, je souhaitais même que l'on m'achève. Mon pauvre chéri était impuissant et le temps lui semblait fort long. Une heure après la rupture de la poche des eaux, la sage-femme est revenue ausculter le col qui n'a bougé que d'un malheureux centimètre. Etant donné que cette dernière nous avait précisé que la péridurale ne pouvait se faire qu'à partir de quatre centimètres, j'ai bien eu envie de pleurer, je lui fais part de cette déception et elle me répond alors qu'étant donné que le col est effacé on va tout de même pouvoir faire la péridurale. Une demi-heure après l'anesthésiste est arrivé et m'a soulagée. J'avais toujours appréhendé cet acte et, bien qu'il ne faille pas le prendre à la légère, il s'est révélé bien moins douloureux que ce à quoi je m'attendais ! Déjà, on ne sent que la première piqure qui vise à anesthésier le dos et on sent vaguement le cathéter qui passe mais sans douleur. Dix minutes plus tard, je pouvais de nouveau respirer plus librement. Les contractions étaient beaucoup moins douloureuses, il ne me restait plus que la sensation d'envie d'aller à selle. C'est une bonne chose car les contractions m'épuisaient et je n'aurais plus eu la force de pousser le moment venu. J'en ai profité donc pour me reposer. Une petite heure plus tard, l'étudiante sage-femme qui nous suivait depuis le début avec sa maître de stage est venue m'ausculter et a déclaré que j'étais à quatre bons centimètres. Ça avançait. Une demi-heure plus tard, la maître de stage est venue me réausculter car elle devait vérifier le travail de sa stagiaire et, surprise, nous a appris qu'on en était à huit centimètres !! C'est alors qu'on m'a redressée afin que bébé descende dans le bassin et j'ai accompagné mes contractions de poussées comme si j'allais à la toilette mais sans forcer plus. A 08h45, la sage-femme a installé les étriers et a commencé à me faire pousser pour faire descendre davantage bébé. Apparemment je poussais bien. Un bon quart d'heure plus tard, la gynécologue est arrivée et a pris le relais. J'ai poussé pendant une bonne demi-heure supplémentaire, ça m'a épuisée ! Il y avait quatre personnes dans la salle pour m'aider, la stagiaire et sa maître de stage qui avaient fini leur service mais qui sont restées malgré tout, la sage-femme de nuit et la gynécologue. J'avais deux sage-femmes qui poussaient mes jambes vers mon ventre quand je poussais et la troisième qui était montée sur la table d'accouchement qui appuyais sur mon ventre plus la gynécologue qui tirait sur mon périnée pour aider bébé. Eléa était bien mise mais elle regardait vers le haut au lieu de regarder vers le bas, du coup, la gynécologue a dû l'embêter un peu et le travail a été un peu ralenti. Une fois que la tête est arrivée, la gynéco a pratiqué une épisiotomie, que j'ai sentie et qui m'a fait pousser un cri (pas un hurlement, juste un cri). Puis la tête est passée, je l'ai également sentie et ai de nouveau crié et pour finir les épaules et le reste du corps sont sortis et j'ai crié une dernière fois. En gros, la péridurale a fait effet sur les contractions mais pas sur le bas du ventre, j'ai donc tout senti. On m'a mis Eléa sur moi et j'étais très heureuse mais très désorientée car épuisée, je n'ai pas tout de suite réalisé. Il est 21h36. Le papa a coupé le cordon et on a bien frotté mon bébé qui avait du vernix sur le dos et qui a bien pleuré pour dégager ses voies respiratoires. A peine Eléa sortie, il a fallu de nouveau pousser pour le placenta. Comme Eléa est un bon bébé, c'est son papa qui l'a prise afin de me permettre de bien pousser. J'en avais assez, j'étais fatiguée et je voulais en finir, j'ai donc fait de mon mieux pour pousser mais, tellement épuisée, j'ai perdu connaissance un instant et quand je suis revenue à moi, je ne savais plus trop où j'étais. On m'a mis l'oxygène et j'ai poussé tant bien que mal. Le placenta est finalement sorti et a impressionné tout le monde tellement il était gros. Un examen minutieux de la gynécologue nous apprend qu'il est complet et que tout est en ordre. La gynécologue anesthésie localement afin de me recoudre. Pendant ce temps, on examine Eléa qui pèse 4,160 kg pour 51 centimètres. Tout le monde est très impressionné et nous, nous sommes fiers. Une fois recousue et Eléa habillée et étant donné l'heure, on m'a rapidement montée dans ma chambre où nous attendaient les quatre grands-parents ainsi que le parrain. Ils sont restés à peine cinq minutes, le temps de nous féliciter et de voir notre merveille." Je suis contente de cette première nuit passée à la maison qui me fait relativiser, j'étais très stressée en rentrant de la maternité où je me suis sentie en sécurité et où les sages-femmes étaient juste des anges !!! A présent, il va falloir apprendre à devenir maman mais tout se passe bien pour le moment. Au grand étonnement, j'allaite lol ça n'a pas été facile au début car notre petit bébé est un gros bébé et a besoin de bien se nourrir, j'ai donc dû lui donner des compléments en plus du sein au début, le temps que la montée de lait se fasse et là je commence à pouvoir la nourrir exclusivement de mon lait et qu'elle soit bien rassasiée. Voilou voilou ! Liloonette : à toi alors maintenant ça diminue !!!! Et je suis sûre que tout se passera bien ! Je suis désolée pour la tartine. Je vous mets un petit montage de notre chérie !
  Lire la suite de la discussion sur mamanandco.fr/forum/


277507
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Les canapettes/mapettes depassent les 32 sa! on pointe! - les novembrettes 2013 - futures mamans

image

Salut les filles, Ici voilà ce que m'a d dit la toubib : au dessus de 25 même le col n'est pas inquiétant passé 32 SA, c'est normal que ça s'efface petit à petit en fin de grossesse. Elle m'a dit aussi que c'était super dur à mesurer avec la...Lire la suite

Vos avis sur la maternite de l'hopital prive du blanc mesnil 93 svp - choisir sa maternite

image

J'ai accouche a la clinique de BM en 2010. Je suis enceinte de 4 mois et j'accoucherai la bas aussi pour BB2. Mon 1er accouchement c'est super bien passe. Je suis tombée sur un SF (homme ! ) qui a été au top : très présent, il venait a la...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages