Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Césarienne      (2962 témoignages)

Préc.

Suiv.

Comment voit on les péres

Témoignage d'internaute trouvé sur france5 - 12/10/10 | Mis en ligne le 14/05/12
Mail  
| 302 lectures | ratingStar_254739_1ratingStar_254739_2ratingStar_254739_3ratingStar_254739_4
Bonjour, Etant exceptionnellement a la maison ce matin puisque malade, j'ai partagé le programme que regardé madame et j'ai accroché sur le sujet que vous abordiez "la position des péres a la maternité et autres". N'etant pas habitué de votre forum, je n'ai malheuresement pas retrouvé le fil de cette discussion. Pour commencer, une petite présentation, j'ai 33 ans, vivant maritalement avec madame depuis 2 ans et demi, je travaille dans une grande entreprise de bourg en bresse, j'ai un grand garçon de 12 ans d'une premiere union et nous venons d'accueillir un deuxieme garçon debut août (grossesse pas géniale mais trés bien gérée par maman et je pense l'avoir aidée, accouchement un calvaire). J'interviens pour vous exprimer mon expérience, concernant mon grand, nous nous sommes séparés avec sa maman alors qu'il avait 18 mois, d'abord garde alternée (particuliérement difficile a faire admetre au juge a l'époque, il m'avait accordé 4 jours et 10 jours chez la maman mais nous avons trouvé un accords sur 1 semaine sur 2 avec la maman) aprés 2 ans sa maman a décidée de demenager sur lyon et a emmenée notre fils avec elle sans me prevenir, hebergée chez sa mére, cela c'est tres mal passé, sans logement, sans revenus elle c'est faite mettre dehors suite a une dispute avec sa mére. J'ai donc reçu un appel téléphonique et depuis septembre 2002 c'est moi qui m'en occupe en bon pére celibataire jusqu'a rencontrer l'ame soeur en 2008. Je tiens a préciser que sa mére a refait sa vie et l'a totalement rejeté, elle ne le voit pas du tout. Concernant donc la vision des péres celibataires, je tiens a vous dire que malgrés l'évolution cela est encore trés mal percu par de nombreuse personne, et il est trés difficile de le faire admettre par exemple aux administrations et autres, je cite bien volontier l'exemple de la convention collective de mon entreprise qui prend en compte je cite "La mére chef de famille ou la salarié élevant seule ses enfants… " je vous fait donc grace de mes relations avec le service RH pour le pointage des journées enfants malade, j'y ai renoncé. Concernant l'oeil des personnes que vous croisés le dimanche soir et qui systématiquement me demandent ou a mon fils a quelle heure il retourne chez sa maman… ça arrive réguliérement. Quelque part, nous passons beaucoup plus inapercut depuis que nous formons une famille recomposé. Pour continuer sur le sujet de la position du pére dans la grossesse et l'accouchement… Il s'agit a la base d'une decision que nous avons pris ensemble et il etait donc desiré par nous deux, le premier pour madame, j'ai donc pu lui apporter mon experience bien qu'un peut lointaine et me suis senti impliqué a 200% par madame ce qui ajouté au fait que j'ai deja l'habitude de "combattre" les idées reçut sur les péres je n'ai pas veritablement laissé le choix au personnel du pôle mere enfant dans lequel nous nous sommes rendu, ça c'est trés bien passé avec les sages femmes et hommes pendant le suivi de la grossesse je n'ai loupé qu'un seul rendez-vous par contre, beaucoup plus difficile en salle d'accouchement là le pére doit vraiment s'imposer et se faire sa place a commencer par la place physique, (je suis là et prennez en compte, 1 interne, 1 sage femme + chacune son éléve + nous deux dans une piece de 10m² et a chacun son tour les nana qui me demande de me pousser ou me pousse tout court ben non désolé ce n'est pas a moi de sortir). Je fait grace aux responsables de la maternité de la chaise de camping cassée mise a disposition du pére dans la salle d'accouchement a qui j'ai proposé dans le questionnaire de satisfaction de l'utiliser une journée a leur bureau. Pour être un peut plus precis, madame a perdu les eaux le dimanche matin a 6 heure on en est a J+5, a 7h, nous etions a la maternité, col ouvert a 1 doigt, pas de contraction, on nous donne un chambre, balade dans le parc l'aprés midi, quelques contractions mais toujours pas de dilatations. Le soir venant, je m'arrange avec LE sage femme de nuit pour pouvoir paser la nuit sur place mais a son grand désaroi, il n'a pu que me proposer de dormir sur le fauteuil de la chambre. Le lendemain matin 6h, ils ont inséré un tampon imprégné pour déclancher des contractions, motivés en plus nous allons marcher dans le parc, madame se plie en deux a chaque contractions. Examen du soir on nous annonce que le col n'a toujours pas bougé (on en est a H+ 38 depuis perte des eaux) madame craque un peut, on ne comprends pas pourquoi ils refusent la cesarienne elle a perdue les eaux et dépassée le terme depuis 6 jours. La sage femme nous explique un peut avec des gants qu'il y a un protocole a respecter retour a la chambre et la on ne me permet pas de rester avec madame. Je suis de retour a 5h45 le lendemain matin puisque rendez-vous a 6h pour le monito et là surprise on installe madame dans une salle d'accouchement et on nous annonce qu'on lui provoque (là on se dit génial). Mise en place de la perf pour provoquer des contractions a 6h30, de la péridurale à 8h. A 9h30 malgrés des contractions efficaces toutes les 2mn le col est toujours a 1 doigt. Oscultation approfondie de la part de la sage femme pour s'apercevoir qu'il y a une cicatrice tout autour du col de l'uterus qui empeche l'ouverture, la sage femme reussis a la faire "sauter" et a partir de là le col se dilate. En 30mn il s'ouvre a 3 doigts. A partir de 14h 39° de fievre est arrivé ce qui devait, une infection, on en est a 6cm et ça ne bouge plus. A 16h pour la premiere fois depuis notre arrivée a la maternité nous voyons un médedin apte et autorisé a prendre des decision mais la seule que celle ci prend c'est de passer la dose à 13.5 (mg ou ml je ne me souviens plus) alors que d'apres ses dire la limite est a 12. A partir de 16h30 le coeur du petit bonhomme commence a donner des signes de faiblesses, la sage femme nous ramene un appareil nommé STAN pour analyser les ondes de son coeur ou de son cerveaux on a toujours pas compris. La sonde censée être collée sur son crane, qu'elle n'a pas reussis a mettre au premier essai (ben oui l'appareil est trop sensible) s'avére être en fait crochetée dans le cuir chevelu du bébé, là désolé mais arrivé ou nous en etions je n'accepte pas soit elle degage l'appareil soit il passe par la fenetre, elle a un monito qui monte a 180 bpm et descends a 60 pendant les contractions elle se debrouille avec ça, bébé a assez souffert. 17h45, la medecin reviens, decicion prise d'une cesarienne en urgence, biensur le papa n'a pas le droit de venir, les minutes les plus longues de ma vie a envisager le pire jusqu'a ce que j'entende Pierre 52cm 4Kg370 crier, il a le souffle court et ronfle un peut donc la pediatre decide de l'emmener en néonat, maman est dans les vap, papa fait ce qu'il peut… Aujourd'hui il est en pleine forme, maman a eu beaucoup de mal avec la facon dont c'est passé l'accouchement. Oui, les éléments importants dans cette equations, ce sont bébé et maman mais aujourd'hui il y a des péres qui sont demandeurs contrairement ne serait ce qu'a nos parents qui etaient deja dans une demarche différente. Pour moi l'hopital commence tout juste ses balmuciment et a le prendre en compte, je n'ai pas vu de différence marquante dans leur attitute en 12 ans surtout que j'ai eu largement le temps de les observer pour le deuxieme. Par contre, nous somme trés bien pris en charge pour la préparation a l'accouchement et pendant la grossesse. Il est temps a mon avis de passer la seconde et vite sinon c'est pour le coup que les parents vont prendre eux même leurs disposition. Il n'existe pas que la maternité pour accoucher. Je ne citerai pas la maternité ou mon fils est né ici mais n'hesiterai pas a vous le communique par MP simplement elle se trouve dans l'ain. Merci a ceux qui sont arrivé jusque là et j'espere que mon temoignage vous aidera.
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


254739
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Bientot 36 ans... et je ne sais pas ! - grossesse apres 35 ans

image

Écoute, moi pareil… La grossesse encore ça va. Pas d'angoisse particulière quant à la déformation du corps, les vergetures, tout ça. Par contre l'accouchement… Oh mon Dieu… Là, y a vraiment un gros problème. Au point de me dire que non...Lire la suite

Cesa mal vecue, qui d'autre?

image

Bonjour les filles, Le 25 Septembre 2012, mon fils est né par césarienne. Je n'ai pas spécialement mal véçu le fait d'accoucher par césarienne. Je n'avais aucun désir articulier d'accoucher apr voie basse. La césarienne est intervenu en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages