Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Césarienne      (2962 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai eu peur quand on m'a dit qu'elle arrivait en siège

Témoignage d'internaute trouvé sur famili
Mail  
| 391 lectures | ratingStar_50908_1ratingStar_50908_2ratingStar_50908_3ratingStar_50908_4

J'ai 26 ans, et j'ai le bonheur de pouvoir pouponner actuellement ma douce Kiara, depuis un peu plus de 3 mois et demi maintenant.

J'ai créé ce poste afin de vous faire part de mon expérience concernant mon accouchement.

J'ai eu une grossesse sans histoires : pas de nausées, pas de grosse fatigue si ce n'est le dernier mois (faut le porter ce gros bidon ! ) , un petit mari très présent et attentionné… Bref, le rêve, jusqu'au moment au M. Gygy m'annonce : "Ah, elle n'est toujours pas retournée ! " à environ 7 mois de grossesse.

Toujours pas retournée Ah bon…  

J'en déduis donc que pupuce aurait déjà dû faire sa galipette. Mais en grande optimiste, je ne m'en soucie pas plus que ça, même si, dans ma petite tête, siège rime avec césarienne automatique.  

Puis vient le premier RDV à l'hopital. La sage femme me dit : "Il faut que nous parlions de ce siège". Ok, pas de problème, on va donc, pour moi, parler de la césarienne.

Et bé non.

Ma sage femme, me demande ce que j'en pense, et lorsque je lui dis de ne pas s'inquiéter, que je me suis totalement faite à l'idée d'une césarienne, que cela ne me fait pas peur, elle me regarde et me dit : "Mais ce n'est pas obligatoire… ".

C'est à ce moment là, et sous le regard pénétrant de la sage femme, que mon cerveau s'est mis direct en mode warning…

Toutes les peurs ancestrales, les "on-dit", les histoires les plus glauques sur l'accouchement en général, et surtout en siège, ont ressurgit d'un coup et m'ont submergée, et ce, même après avoir rencontré directement le chef du service de gynécologie.

Il m'avait fallu déjà les 6 premiers mois pour aborder l'accouchement "normal" sans flipper, alors lorsqu'on m'a annoncé que cet accouchement allait sortir des sentiers battus… J'ai été prise par une angoisse sans nom.

 

Je suis rentrée chez moi, en pleurant toutes les larmes de mon corps, en téléphonant à toutes les personnes suceptibles de me soutenir, indignée par le fait qu'on puisse seulement penser me faire accoucher en siège. Messieurs et Mesdames tout le monde ne m'ont pas aidée, bien au contraire. Ils étaient victimes tout comme moi de leur ignorance et de leur crédulité.

 

En effet, au deuxième rendez-vous, la sage femme, m'ayant laissée le temps de digérer, m'a plus expliquée le déroulement d'un siège :

-siège décomplété (bébé pas en tailleurs, mais les jambes repliées le long de son petit corps).

-bassin assez large.

-accouchement "brillant": c'est à dire une dilatation parfaite, dans les temps, au moindre signe de complication : césarienne.

-mère prète à tenter le coup : c'est la mère qui fait tout lors de l'expulsion, les médecins ne touchent pas au bébé, comme ils le font pour un accouchement normal. Il faut donc qu'elle soit prète à pousser peut être plus énergiquement que les autres.

-Il faut également savoir qu'un siège n'est jamais déclenché. Si l'on dépasse le terme, et après avoir attendu un délai de 10 jours en moyenne, sans que le travail se soit déclenché naturellement, on passe direct à la césar'.

 

Lors de ce RDV, elle m'a encore fait rencontrer un des chefs Gygy, et c'est alors que j'ai découvert, malgré la peur qui me rongeait, que leurs discours étaient tout à fait concordant.

On m'a alors laissé une semaine pour me décider, car on me proposait également une version, et nous étions justes au niveau des S.A. Pour la tenter.  

La version non plus ne me plaisait pas, mais les Gygy m'ont assurée qu'ils ne forceraient pas.

Pour faire vite, la version n'a pas fonctionné, le médecin y a vraiment été léger, il a entièrement respecté mes attentes.

 

Le 7 Avril, les contractions ont commencé, on a filé à l'hopital, mais c'était un faux travail. Je suis rentrée chez moi, dans l'après midi, puis nous y sommes retournés à minuit. J'ai passé la nuit à l'hopital, et j'ai perdu les eaux à 6h pétantes !

A 9h30, on m'a pausée la péri (Merci mon dieu pour cet invention ! ) , à 13h : dilatation complète. Arrivée de Kiara à 15h25! Et ce, sans avoir souffert particulièrement, pourtant la péri ne faisait plus entièrement effet, je n'ai pas dû pousser comme une malade, mais à intervalles régulières. Bref, un accouchement sans heurts. Le tout sans épisio !

 
  Lire la suite de la discussion sur famili.fr


50908
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Bientot 36 ans... et je ne sais pas ! - grossesse apres 35 ans

image

Écoute, moi pareil… La grossesse encore ça va. Pas d'angoisse particulière quant à la déformation du corps, les vergetures, tout ça. Par contre l'accouchement… Oh mon Dieu… Là, y a vraiment un gros problème. Au point de me dire que non...Lire la suite

Cesa mal vecue, qui d'autre?

image

Bonjour les filles, Le 25 Septembre 2012, mon fils est né par césarienne. Je n'ai pas spécialement mal véçu le fait d'accoucher par césarienne. Je n'avais aucun désir articulier d'accoucher apr voie basse. La césarienne est intervenu en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages