Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Césarienne      (2962 témoignages)

Préc.

Suiv.

J'ai mal vécu mon accouchement

Témoignage d'internaute trouvé sur france5
Mail  
| 731 lectures | ratingStar_50599_1ratingStar_50599_2ratingStar_50599_3ratingStar_50599_4

Je suis la maman d'un petit garçon né le 27 MAI 2005 dans une clinique nantaise (BRETECHE) et qui se porte très bien heureusement. Le problème : j'ai du accoucher par césarienne avec pour motif du praticien la stagnation du travail à 9 cm. J'ai accepté SOUS MENACE de me voir retirer le bébé à la naissance pendant trois mois et qu'il soit confié à la DASS. J'ai l'impression d'avoir subit une intervention médicale grave inutilement. Pour information : pas de problème pendant la grossesse, pas de problème de bassin, pas de problème dans la gestion personnelle de mon travail sans péridurale, pas de problème pour l'enfant à la naissance avec un coefficient d'Apgar à 10 à 5 puis à 10 minutes. Alors je ne comprends pas sauf si je met dans la balance le fait que je voulais faire un accouchement physiologique, ce qui m'avait emmener à l'écriture d'un projet de naissance plutôt mal interprété du côté de l'équipe soignante. Ce projet a seulement été lu par le médecin en chef un mois avant mon accouchement et qui semblait accepté les conditions mentionné dans le projet et une seule des sages femmes pendant le travail. Le reste du personnel a préféré me faire part de leurs commentaires acerbes du type : comment ça pas de péridurale ?; vous n'avez qu'à accoucher chez vous ; faites vous partie d'une secte de Jehova (la réponse est non) ; en 30 ans de carrière je n'ai jamais vu ça ; etc…

Une dizaine d'heure avant l'opération par césarienne par le medecin en chef, un praticien de garde est venue me dire que mon travail n'avançait pas assez vite (une courbe que j'ai faite montre que mon travail avançait de 2 cm/heure de façon continue) et m'a proposé une césarienne. J'ai refusé. La raison de mon refus et de celui du papa était simple : ce praticien m'avait consulter un mois auparavant, il avait ainsi pu constater que ma grossesse se passait normalement ; mais bizarrement il m'avait déjà parler de césarienne, me demandait mon avis la dessus et commentait que les africains (je suis d'origine africaine) avaient honte de la césarienne, qu'il connaissait bien les africains ayant grandi en côte d'ivoire. Il avait fortement dirigé la question sur ce sujet et attendait mes commentaires. Sur le coup je n'ai pas compris ni l'intérêt de cette discussion et surtout pourquoi on ne parlait pas de mon accouchement à priori normal. Ce sujet de discussion m'avait semblé étrange, d'autant plus que lorsque tout va bien je me garde d'envisager le pire. Le papa du bébé français de souche avait par contre mal réagit, et avait fait remarquer à ce docteur qu'il ne comprenait pas ces commentaires. Plus tard il m'expliquera qu'il avait senti du racisme dans ces réflexions. Nous verrons si l'avenir lui donnera raison.

Malgré l'ensemble de ces remarques et d'une ambiance que je sentais sans comprendre de plus en plus agressive à mon encontre pendant mon accouchement, mon travail avançait et je restais confiante… jusqu'à dilatation 9 cm. A ce moment le docteur en chef est arrivé plus tôt que prévu, alerté par le médecin de garde qui connaît bien les africains, sans que l'on m'est avertie de quoi que ce soit (car je ne coopérais pas assez d'après le rapport médicale). Ce médecin chef a décidé que le travail n'avançait pas assez vite et que j'allais avoir une naissance par césarienne. J'ai plutôt eu le sentiment qu'on voulait en finir avec mon cas. Car, au même moment, la sage femme (au courant du projet de naissance) proposait une dernière solution (oxygène et ocytocine) , décision rejetée par le medecin chef (une femme qui plus est) qui était pourtant la seule avec cette sage femme au courant de mon projet de naissance. Pour moi, elle ne m'a donc pas laissé la chance d'un accouchement par voie basse offerte par la solution de la sage femme.

Heureusement, le soutien de ma famille dans cette épreuve a été de taille et j'ai pu le temps du séjour à la clinique profiter pleinement de la naissance du bébé. L'équipe des soins post-accouchement a été géniale aussi : la sage-femme en chef a tenu, m'a t-elle dit, a ce que j'ai la meilleure chambre de la clinique, et que le personnel soit le plus agréable possible. De plus les frais de la chambre m'ont été offerts. Ces gestes me font dire qu'il y a anguille sous roche. D'autant plus que le médecin en chef qui m'a fait la césarienne et m'a menacé de me retirer mon enfant passait tous les jours dans ma chambre à la clinique et voulait s'assurer que j'avais accepté la césarienne et dons que je ne me plaindrais pas. Ma réponse fut la même que le soir des évènements : "oui, j'accepte mais sous la menace".

Bien sur l'épreuve n'est pas fini. Je veux être sure que cette intervention chirurgicale dans le déroulement normale de mon accouchement n'est pas abusif ou lié au manque d'expertise du personnel de soin dans le domaine de l'accouchement purement physiologique, ou du rapport alarmiste du docteur qui connaît bien les africains. Cela implique des tonnes de démarches administratives, médicales pour obtenir une expertise. Si je ne fais rien je sais que les prochaines grossesses seront mal vécues et que j'aurais toujours peur d'accoucher, vu que je ne veux plus de césarienne et de scénario accouchement catastrophes.

Le directeur de la clinique a déjà accepté de réunir le personnel présent et de prendre chacune de leur témoignage pour vérifier les écritures de mon dossier médical que je conteste sur pas mal de points. J'attend la suite. J'espère également que des femmes mères m'écriront pour réagir à mon histoire et me donner leur témoignage ou leur conseil.
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


50599
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Bientot 36 ans... et je ne sais pas ! - grossesse apres 35 ans

image

Écoute, moi pareil… La grossesse encore ça va. Pas d'angoisse particulière quant à la déformation du corps, les vergetures, tout ça. Par contre l'accouchement… Oh mon Dieu… Là, y a vraiment un gros problème. Au point de me dire que non...Lire la suite

Cesa mal vecue, qui d'autre?

image

Bonjour les filles, Le 25 Septembre 2012, mon fils est né par césarienne. Je n'ai pas spécialement mal véçu le fait d'accoucher par césarienne. Je n'avais aucun désir articulier d'accoucher apr voie basse. La césarienne est intervenu en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages