Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Césarienne      (2962 témoignages)

Préc.

Suiv.

La venue de Lilou parmi nous

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 421 lectures | ratingStar_149147_1ratingStar_149147_2ratingStar_149147_3ratingStar_149147_4

Les mots seront toujours trop pauvres pour parvenir à exprimer ne serait-ce qu'un dixième de la force et du nombre des émotions qui se sont bousculées, accumulées, télescopées ce jour là.J'ai accouché pour la première fois le 27 octobre 2004 d'une troisième petite fille, chez moi, parmi l'amour et le soutien des miens, accompagnées d'une sage-femme dont la compétence n'aura eu d'égal que son empathie, son respect de mon corps, de ma personne et du bébé. J'ai donné naissance à une petite fille sans autre intervention extérieure que des paroles d'encouragement et de soutien. Ma fille n'a eu aucune piqûre à sa naissance, le sang a été pris au niveau du cordon. Personne ne lui a nettoyé les yeux, j'ai mis le lendemain une goutte de colostrum dans chaque ? Il. Personne n'est venu lui aspirer les pseudo-mucosités dans les voies respiratoires : elle respirait très bien toute seule et un peu de sérum physiologique dans les jours qui ont suivi a suffi à s'assurer que tout était bien nettoyé. Elle n'a pas été mesurée ni pesée ni baignée ni manipulée inutilement dans les premiers instants de sa vie. Elle n'a pas non plus été habillée avant plusieurs heures. Sa peau contre la mienne a été la garantie du partage d'une chaleur bien humaine et largement suffisante. Moi, la maman. Une fois la notion du temps revenue, je me suis aperçue que l'accouchement s'était déroulé en deux heures et quart. Ma fille est née à 12h45 et cela aurait été sans doute plus court si je ne m'étais pas quelque peu égarée dans cette douleur ligamentaire. Je n'ai eu aucune perfusion. J'ai pu boire pendant le travail (du sirop à la menthe). J'ai mis au monde une petite fille de 3.870 kg et 53 cm, sans épisiotomie. Je n'ai eu aucune déchirure, juste une seule petite éraillure. J'ai pris toutes les positions que je voulais et je n'ai rejoint le lieu où mettre au monde mon enfant que lorsque je l'ai décidé. J'ai bénéficié de la présence de ma fille aînée qui m'avait persécutée durant toute ma grossesse pour avoir le droit d'être là et qui a pu réaliser son souhait. Pour tout dire, en dépit du suppositoire de glycérine, j'ai eu quelques selles qui sont sorties lorsque j'ai commencé à vraiment pousser. S. A immédiatement essuyé cet incident, toujours avec une douceur respectueuse. Et c'est la seule chose qui a dérangé ma fille. Gilles s'est chargé de lui expliquer pourquoi j'avais eu cet incident et elle a très bien compris. Je sais que lorsque la tête du bébé a commencé à paraître, mon mari lui a pris la main. Et rien ne pourrait remplacer le bonheur que me procure cette image là. Concrètement, je n'aurais pas pu vivre la naissance de ma fille à domicile sans l'amour de mon mari et l'accompagnement empathique de S. Accoucher à la maison était à la fois une nécessité impérieuse pour moi, parce que je voulais redevenir actrice de la naissance de mon enfant et pouvoir vivre pleinement et un peu égoïstement, je l'avoue, cet événement, mais aussi un défi envers moi-même. Comment prétendre mettre au monde un enfant et l'accompagner jusqu'à l'autonomie si moi-même je déléguais à d'autres le soin de la faire naître ? Comment prétendre être responsable et lui demander de devenir une adulte responsable si je n'étais pas capable d'assumer d'un bout à l'autre ma grossesse et mon accouchement, si je me réfugiais derrière une technique inhumaine, moins sécuritaire que ce que nous en vantent les médias mais tellement plus en phase avec notre époque où personne n'est plus responsable de rien, où paradoxalement les gens ne cherchent pas à changer les choses parce que c'est "comme ça" mais où il faut un coupable parce qu'on n'accepte plus le "faute à personne" , les aléas de la vie, la non maîtrise absolue du cours des évènements ? Une époque où la plus grande ironie reste qu'après la libération de la femme et la reconnaissance de ses droits qui l'ont définitivement libérée de son statut d'adulte incapable dont la tutelle se faisait, après le père, par le mari, les hommes sont parvenus à ce que ce soient des femmes, parfois mères elles-mêmes, qui infligent à d'autres femmes, en toute bonne foi et pleinement convaincues de leur utilité, l'application des théories scientifiques masculines invérifiables par eux-mêmes, sous forme de protocoles humiliants, irrespectueux de l'individu et de son corps, voire blessants et traumatisants ou parfois même à l'origine de séquelles graves voire de décès, sous le couvert des interventions légitimes lors de réelles complications. Bébés à naître en 12 heures, dates théoriques à ne pas dépasser, épisiotomie quasi-systématique sur les primipares, césariennes de convenances, déclenchements de confort, perçage de la poche des eaux, position dorsale imposée, immobilisme infligé, silence exigé ? A ce "bienvenue dans la matrice" , je revendique le droit d'opposer mon expérience dont le récit aura permis, je l'espère, de voir qu'il existe une autre voie : celle où la vie trouve son chemin naturellement et simplement. Bibliographie : http://maternage.free.fr/orgasme_m[...]ssiste.htm
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


149147
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Bientot 36 ans... et je ne sais pas ! - grossesse apres 35 ans

image

Écoute, moi pareil… La grossesse encore ça va. Pas d'angoisse particulière quant à la déformation du corps, les vergetures, tout ça. Par contre l'accouchement… Oh mon Dieu… Là, y a vraiment un gros problème. Au point de me dire que non...Lire la suite

Cesa mal vecue, qui d'autre?

image

Bonjour les filles, Le 25 Septembre 2012, mon fils est né par césarienne. Je n'ai pas spécialement mal véçu le fait d'accoucher par césarienne. Je n'avais aucun désir articulier d'accoucher apr voie basse. La césarienne est intervenu en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages