Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Césarienne      (2962 témoignages)

Préc.

Suiv.

Malgré les souffrances, c'était un gros soulagement

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 360 lectures | ratingStar_222625_1ratingStar_222625_2ratingStar_222625_3ratingStar_222625_4
voilà le récit de mon AVAC, j'ai vraiment souffert mais j'en avais besoin pour me réaproprier mon corps. j'avais besoin de cette intensité, de cette douleur tant la césarienne m'avait tout volé. je le précise pour qu'on ne me plaigne pas, je ne veux pas qu'on se dise "oh la pauvre, elle a eu mal", ce "ma"l, je crois vraiment que je l'ai provoqué exprès (mais sur le coup je ne faisais pas ma fière, pas du tout!). alors j'ai beaucoup de bonheur à venir copier le récit de mon accouchement totalement é.m.a.n.c.i.p.é commençons par le commencement... Lundi 19, après encore une soirée de contractions arrêtées dans la nuit, j'ai enfin un signe de l'approche de cet accouchement tant attendu: je commence à perdre le BM. Rien que ça, je le vis à fond, parce que pour ma fille, je n'ai vraiment rien vécu! Le mardi j'en perds encore un peu, mon col doit quand même se modifier grace au pré-travail (soft et très peu douloureux). Je sens que c'est pour bientôt, je le sens vraiment, quelque chose change en moi. Mercredi 21, on se lève vers 9h en même temps que poupinette. Au bout d'une demi heure je sens un peu de liquide couler, je me précicpite aux toilettes pour voir. C'est un peu incolore, avec des traces de BM, et en regardant de plus près je vois du lanugo sur le papier! C'est trop mignon! C'est le premier regard que je peux porter sur mon bébé, son petit lanugo! C'est bête mais à chaque fois que je vais aller aux toilettes, je vais regarder son lanugo dans le liquide amniotique... c'est juste une fissure et ça coule à peine, il doit être déjà bien engagé comme je le sentais depuis deux semaines. Au bout d'une petite heure, je commence à avoir des douleurs de règles. Cool, ça commence! Je suis un peu excitée, je vais enfin mettre au monde mon bébé et le rencontrer! J'annonce cette bonne nouvelle à mon homme, notre coeur naitra surement aujourd'hui (j'espère hein!). Il part faire une course avec poupinette et moi je fais mes affaires comme d'habitude. Vers 11h30 je commence à sentir les premières contractions... bien costaudes!!! rien à voir avec mes contractions de fin de grossesse, mais alors rien du tout... ils rentrent vers midi, et là ça devient vite ingérable. Mes contractions sont d'une puissance insuportable dès le début. Je ne peux pas bouger, je ne trouve aucune position qui atténue les douleurs, je peux à peine parler. Je n'arrive pas à me connecter à mon bébé, les contractions me prennent toute entière. J'étais tellement sûre de supporter la douleur que je me rends compte que je m'y suis mal préparée. Je suis trop surprise de leur intensité, moi qui pensais que leur force serait progressive, que j'aurais le temps de m'y faire et que je n'aurais qu'à me laisser guider par mon instinct pour trouver les bonnes positions. Ca me prend de court, je ne les comprends pas. J'entends notre puce crier, jouer... je ne supporte pas de l'entendre. Ça déculpe la douleur et ça me déconnecte trop de ma bulle. Je veux qu'elle se taise. Mon homme y va mais une contraction arrive, reviennnnnnnns!!!!! on appelle ma soeur pour qu'elle vienne s'occuper d'elle et qu'il puisse rester avec moi, elle arrive très vite. Les contractions me prennent par le dos et une douleur aigue envahit tout le bas de mon ventre. Ça me cloue sur place. Au début je suis sur le ballon, mon mari me masse le bas du dos et ça me soulage un peu, à peine. Au bout d'un moment ça ne m'ira plus du tout, je m'assoirai au bord du lit avec mon chéri en face et finalement je vais passer la plupart de mon accouchement à me suspendre à ses épaules à chaque contraction. Je vocalise énormément, des sons graves et quand la contraction est trop puissante, que la douleur m'envahit trop, je crie dans les aigues en priant pour que ça s'arrête. À un moment, je vais vocaliser des « OUI » sur la contraction et je vais mieux la supporter mais après je ne vais plus y arriver. Le peu de fois que j'ai réussi à les accompagner, elles m'ont semblé plus supportables, je me rends bien compte que c'est de moi que viennent ces douleurs trop puissantes, de ma césarienne précédente et de mon mental. Chéri me parle, essaie de me faire accepter ces contractions. Il me propose un bain mais je sens qu'il est trop tot, j'ai peur que ça stope tout. Plus tard dans le travail je vais accepter que ma soeur en fasse couler un. Mais gros manque de bol qui n'arrive jamais: on n'a plus d'eau chaude! Du coup, il est tiède mais pas bouillant comme j'aurais aimé et je me retrouve coincée dans la baignoire avec des contractions pires qu'avant sans pouvoir changer de position! J'en sors le plus vite possible et je retourne dans la chambre. Vers 18h, je n'en peux vraiment plus, c'est trop insupportable. J'ai beau boire j'ai la bouche complètement sèche à force de faire des sons, et j'appréhende chaque future contraction comme si c'était une agression. Pourtant, je me rends compte qu'il faut que j'arrive à les accompagner pour être soulagée. Je demande à ce qu'on appelle X pour qu'elle vienne juste me dire à combien j'en suis, il faut que je sache et je n'arrive pas à voir moi même. J'ai peur que tout ça soit pour rien, que je ne sois dilatée qu'à 3 ou 4... elle finit un monito et elle passe me voir. Elle arrive vers 19h, je suis rassurée de l'entendre, je vais savoir, ouf! Elle me demande comment ça va, je lui marmonne que j'ai des contractions horribles et qu'aucune position ne me soulage. Elle regarde mon col, j'en suis à 7, col complètement mou, archi souple. La tête est super bien fléchie (je me demandais si il n'était pas en OS à cause des douleurs dans le bas du dos). Ouaiiiii!!! déjà! Bravo mon bébé, on travaille bien! Me voilà encouragée à continuer malgrès tout ce que j'endure. X repart et nous dit qu'on peut l'appeler si besoin, et surtout qu'on lui dise quand notre bébé sera né! Si j'en suis à 7, ça va aller vite maintenant, j'ai passé le plus long et de toute façon, je ne pourrai pas avoir plus mal. Mais si, si-si-si, ça se peut! Je passe la fin de la dilatation assise au bord du lit, mon homme face à moi qui se tient au baldaquin (il a cru que ça ne résisterait jamais!) et je me suspends à ses épaules de toutes mes forces à chaque contraction. Il est hyper fort! Il ne bronche pas, il me soutient à 100%. on transpire autant l'un que l'autre... à peu près une heure après que X soit partie, j'ai envie de pousser, mon bébé appuie sur mon rectum, je sens qu'il s'engage de plus en plus bas. Ça me soulage de pousser doucement à chaque fois. Puis quand il commence vraiment à pousser, je me tourne vers les oreillers, chéri se place face à moi. Je suis à genoux pour stimuler mon utérus qui contracte moins, et dès que la contraction monte, je me jette à 4 pattes et je fonce comme un bélier contre le torse de mon homme (ce qui m'a donné une belle coiffure de sorcière sur les photos...). Notre bébé fait le yoyo, je le sens descendre de plus en plus bas et remonter entre les contractions, c'est vraiment ça! Ma soeur a couché poupinette et je demande à chéri de l'appeler pour qu'elle vienne. Elle se met au bout du lit derrière moi. Je sens une brulure de plus en plus intense au fur et à mesure que la tête écarte mes tissus, mais je trouve que l'expulsion devient trop longue, j'en ai marre! Je veux qu'il sorte! Pourquoi il met tout ce temps? ma soeur me guide à chaque fois, avec mon chéri, ils m'encouragent sans cesse quand je pousse. Elle me décrit ce qu'elle voit, la taille de l'ouverture qui s'agrandit à chaque poussée. Elle voit ses cheveux, elle me dit qu'il fait tout doucement pour ne pas me déchirer et qu'il arrive. La brulure est vraiment forte et maintenant la tête reste entre mes cuisses, elle ne remonte plus. Ma soeur fait couler de l'eau tiède sur mon périnée avec un gant entre chaque contraction, ça fait trop de bien! Je sens mon bébé qui pousse à chaque contraction et je l'accompagne en émettant des sons bien graves la tête dans les oreillers. Notre puce pleure, elle doit avoir peur de mes cris bizares, je dois l'inquiéter. Mais il faut que notre fils naisse, on y est presque. Enfin la tête passe! Quelle drole de sensation! Puis presque aussitôt, je sens l'épaule qui commence à sortir vers le haut, puis l'autre, et tout le reste du corps! Ma soeur dit que le bébé sort et mon homme lui dit à toute allure de le rattraper. Notre fils nait dans ses mains, dans les mains de ma petite soeur chérie! Elle veut me le tendre par le coté, je peux paaaas, y'a le cordon! Chéri lui dit de me le donner par en bas, tout va très vite! Et je vois mon petit coeur sur l'alèse, entre mes jambes, je l'ai dans mes mains! Mon tout petit. Il est tout humide, tout chaud, tout beau! Il y a une bosse séro-sanguine sur le haut de sa tête. Il n'a pas du tout de vernix, je peux voir et toucher son corps, son visage, son cordon. Il a les yeux fermés et froncés, il a un beau visage de garçon. D'ailleurs, je constate que c'est bien un garçon! Il crie fort et il a un beau teint. On n'entend quasiment pas de mucosités quand il respire, il s'adapte comme un chef! Je l'aime! On le couvre vite et je le mets contre mon ventre en m'allongeant enfin....je lui parle, je le contemple. le cordon est assez court, je ne peux pas le mettre au sein. notre puce a arrêté de pleurer dès qu'il a crié! Elle dormira toute la nuit! C'est fait, je l'ai mis au monde. Que c'est allé vite finalement! Je suis si fière de nous tous, je suis la plus heureuse du monde, une femme et une mère comblée. Ma soeur clampe le cordon, je la guide. On demande au papa si il veut couper le cordon mais il n'y tient pas, alors c'est elle qui le coupe. Je peux mettre mon petit bout au sein, tout contre moi. On appelle X pour lui annoncer la naissance, elle demande si on veut qu'elle vienne et j'accepte pour qu'elle vérifie mon périnée (notre bébé va très bien, tout est parfait!). Elle arrive bientôt, elle a l'air émue! Je suis toute flappie, je ne peux plus bouger d'un millimètre. On attend le placenta... qui prend son temps. On a oublié de regarder l'heure! Après déduction, on pense que Simon est né vers 21h55. Je n'ai presque aucune contraction et il faut faire sortir le placenta pour que mon utérus puisse se contracter et stopper les saignements. X me dit d'essayer de pousser. J'essaie avec beaucoup de difficultés, je n'ai plus de force, je ne peux pas me redresser pour aider avec la gravité. Au bout de quelques minutes, j'ai une contraction et je pousse de toutes mes forces en soufflant, guidée par X. le placenta sort tout entier. Elle le vérifie, il est nickel. Il était temps que Simon naisse parce que son placenta commençait à vieillir! D'ailleurs, il a les ongles assez longs. On le pèsera et mesurera le lendemain (environ 3kg500 et 50cm, 36cm de PC) il se met très vite à téter, il va y rester pendant deux heures! Et il tête tout de suite bien! Gros soulagement... j'ai deux déchirures dûes au passage des épaules qui risquent de me faire très mal quand j'irai uriner, une déchirure superficielle médiane et quelques oedèmes et hématomes. Je ne veux surtout pas aller me faire suturer à l'hosto, je preéfère que ça se referme tout seul. Finalement, tout s'est très vite résorbé, je n'ai eu mal que trois jours en allant aux toilettes (et c'était très supportable) et en moins de 15 jours tout a cicatrisé. J'ai vite récupéré! Ma soeur m'a dit que quand la tête sortait, Simon poussait très fort et avait une tête de petti tibétain avec les yeux tous serrés! La bosses séro-sanguine a disparu dès le lendemain, j'ai dû avoir une stagnation de la dilatation pendant le travail. Ma soeur et X sont reparties vers minuit, et on a dormit tous les trois dans notre lit. Quel bonheur de rester chez soi, en famille, d'être dans son lit et de ne faire que profiter et se rappeler de cette naissance. Tout est douceur. Il y a mille mondes entre cette naissance et ma césarienne. Je suis trop heureuse qu'on ait réussi malgrès l'intensité, la douleur, l'expulsion longue... avec le recul, je trouve que tout a été parfait! Après la césarienne, je disais que le prochain je le mettrai au monde et que je voulais bien des contractions puissance 10 pour rattraper tout ce que j'avais perdu. Je crois que j'ai été exaucée!!!
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


222625
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Bientot 36 ans... et je ne sais pas ! - grossesse apres 35 ans

image

Écoute, moi pareil… La grossesse encore ça va. Pas d'angoisse particulière quant à la déformation du corps, les vergetures, tout ça. Par contre l'accouchement… Oh mon Dieu… Là, y a vraiment un gros problème. Au point de me dire que non...Lire la suite

Cesa mal vecue, qui d'autre?

image

Bonjour les filles, Le 25 Septembre 2012, mon fils est né par césarienne. Je n'ai pas spécialement mal véçu le fait d'accoucher par césarienne. Je n'avais aucun désir articulier d'accoucher apr voie basse. La césarienne est intervenu en...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages