Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Episiotomie      (716 témoignages)

Préc.

Suiv.

Le déroulement de l'accouchement

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 1525 lectures | ratingStar_50630_1ratingStar_50630_2ratingStar_50630_3ratingStar_50630_4

Aujourdhui, jen suis à J-1 mais en fait déjà à 41SA (une histoire dannée bissextile !! ). Je suis plutôt sereine ce matin là et pas trop impatiente J'ai déjà tant attendu ! Le midi, je me sens tellement bien que je décide dappeler mes parents pour leur dire quil ny a rien à signaler quant à larrivée du bébé, nous plaisantons sur le fait quil sera peut-être du genre très ponctuel.

Durant laprès-midi, je commence à ressentir des douleurs diverses dans le bas du ventre, et parfois mon bidon se durcit un peu (?!). Ma principale crainte est que le travail ne démarre sans que je reconnaisse les contractions. Jen parle aux filles sur le forum et les déjà-mamans me rassurent : on ne rate pas les vraies contractions. En effet, à 17h22 précisément, alors que je suis devant lordinateur, je ressens ma toute 1ère contraction douloureuse ! Je suis presque contente davoir mal. Laprès-midi se termine avec toujours des douleurs dans le bas-ventre mais rien de comparable avec cette fameuse contraction.

Vers 20h30, je ressens à nouveau une vraie contraction Tiens, ça se répète Environ 3 en une demi-heure mais dune intensité très largement supportable. Je décide daller me relaxer dans un bain chaud ! 22h : les contractions reprennent Jusquà 1h du matin, jen aurai eu pas mal, dintensités variables et dintervalles plus ou moins réguliers. Jy crois, je sens que ça travaille, nous discutons avec Thierry. Je me dis que Logan sera effectivement ponctuel ! Il est alors temps daller prendre un second bain dont lissue sera décisive : je saurai à coup sûr si nous devons aller à la maternité.

2h : je sors du bain Les contractions sont moins fortes (voire quasi inaperçues) et saffolent un peu en terme décarts ça devient nimporte quoi : 8min-14min-5min-4min-3min. Je suis complètement paumée, je suis fatiguée et jen viens à me demander si je ninvente pas les contractions à force de les attendre ! Sur les conseils de Thierry je vais mallonger et je mendors vers 3h30. Quand je me réveille à 5h30, je suis déçue Si j'ai dormi deux heures, cest que ça nétait pas encore LE moment ! Je reste un peu éveillée au cas où ça redémarrerait mais non Je retourne alors me coucher de 6h20 à 8h20 !

Nous sommes le 25 mai 2004 Jen suis au terme théorique de ma grossesse !

Préambule bis repetita : du 26 au 28 mai.

Cette fois, j'ai dépassé le terme. Ce matin (le 26) , j'ai mon 1er rendez-vous de contrôle à la maternité. Après un monitoring puis une échographie où on estime le poids de Logan à 3.4-3.5kg, on me dit que tout va bien, que jaurai à nouveau des contrôles le 28 et le 30 mai, que jentrerai à lhôpital le 30 au soir pour pose dun gel maturant sur le col et déclenchement par perf le 31 au matin. Tout cela, bien sûr, si le bébé ne se manifeste pas avant. Je décide de rester sur Rennes chez ma soeur qui vit à 2 pas de la maternité.

Jeudi 27 mai, je suis chez ma soeur à lordinateur ; je jette un oeil sur Roland Garros à la TV et, en même temps, je ne peux mempêcher de remarquer que j'ai des contractions qui reviennent toutes les 5-6 min. Elles ne sont pas douloureuses mais ne passent pas avec un bain et conservent une régularité impressionnante. Après un coup de fil à la maternité, je décide de faire venir Thierry sur Rennes. Il est 19h30 quand il arrive, nous allons à la mater et après un monito qui montre que je navais pas rêvé et que mes contractions sont hyper régulières, lexamen montre que mon col est toujours à 1 doigt large comme la veille au matin. Nous repartons chez ma soeur, je suis déçue, je me sens de plus en plus gênée par ce gros bidon. Je pleure : j'ai limpression quil ne sortira jamais.

Dans la nuit du 27 au 28, je pense beaucoup au déclenchement du 31, jappréhende den arriver là et je ne dors que de minuit à 4h30. Quand je me réveille je reste un peu allongée et rapidement je me rends compte que je ne sens plus mon bébé bouger ! Jessaie de me raisonner, de me dire que je ne suis pas assez à lécoute mais à 7h, après avoir tenté sans succès de le stimuler, nous décidons daller à la maternité. De toute façon on devait y aller vers 10h pour un contrôle Je parais un peu paniquée et on ne traîne pas à minstaller sur le monito. Je suis rapidement rassurée, le coeur du bébé bat très bien et finalement je le sens bouger ! Après pas mal dattente, j'ai droit à une écho et un examen avec la même interne que le mercredi. Le col na pas bougé, il est encore postérieur (ouille ! ) et même si Logan va toujours bien, force est de constater que je nai presque plus de liquide amniotique ! Voilà pourquoi je dois revenir à 18h : le programme est avancé de quelques jours et la naissance sera déclenchée avec pose du gel le soir même puis perfusion le lendemain matin Je vais bientôt rencontrer mon bébé !!!!

La naissance de Logan :

Nous sommes vendredi 28 mai, il est 18h et nous nous présentons comme convenu à la maternité. Pour la première fois, je dépasse la porte de lhôpital de jour. Comme il ny a pas grand monde, on nous installe dans une salle de travail : nous y serons plus à laise ! Nous croisons deux élèves SF qui ont lair toute enjouées jentends dans leur conversation Cest François, linterne de garde ce soir !! . Elles ont lair ravies lol. On minstalle sur le lit pour un monito, histoire de voir où ça en est (Jen aurais fait un paquet en une semaine !! ) puis jentends la porte qui souvre derrière moi : cest le médecin qui entre en disant Bonjour monsieur et madame G… Je lui réponds Ah non, cest Mlle G… Et là, tel un acteur, il me dit Ok, je la refais. Et il re-rentre en disant bonjour Mlle G… Ca a lair dêtre un petit marrant, et je souris en repensant aux élèves SF de tout à lheure ! Il mexplique le processus en détail et me pose le gel sur le col à laide dune petite seringue Sans aiguille rassurez-vous, commente-t-il.

Je reste seule avec Thierry, je dois rester allongée durant 1h sous monitoring. Nous discutons, nous regardons les contractions sur le monito mais assez rapidement je perds mon sourire. J'ai des douleurs tout en bas du ventre, je crois au départ que cest le capteur du monito qui mappuie trop fort, mais en fait ce sont comme des douleurs de règles très fortes et surtout elles sont permanentes et ne font pas des va-et-vient avec les contractions. Je pleure, je suis fatiguée (j'ai peu dormi la nuit précédente) , je ne comprends pas bien ce qui se passe, je croyais que je ne sentirais rien durant la maturation du col et que je naurai des douleurs que le lendemain une fois quon aura déclenché les contractions par perfusion !! Je sonne et lélève SF me dit alors que si j'ai mal tout en bas du ventre, cest bon signe, ça veut dire que les contractions que javais déjà avant ont cette fois un effet sur le col !! Après 1h30, voire 2h sous monito où j'ai toujours ces douleurs en bas du ventre auxquelles sajoutent aussi les contractions, je me lève et on memmène jusquà ma chambre pour la nuit.

Il est près de 21h quand on me sert mon repas en insistant bien sur le fait quil me faudra être a jeun à partir de minuit !! J'ai toujours des contractions, un peu moins douloureuses, mais en tout cas suffisamment pour mempêcher de rester assise quand elles sont là. Je fais de longs va-et-vient dans la chambre, Thierry me masse le dos qui me fait mal depuis que je me suis relevée du monitoring. Je nai aucune idée du temps quil y a entre les contractions et sur le moment je men fiche : tout ce que je veux cest manger et dormir pour être en forme au déclenchement du lendemain matin. Thierry me laisse à 21h, jarrive à manger un peu entre deux contractions (poulet + purée) , je me cale sur le lit, couchée sur le côté avec un coussin sous le dos, les contractions bien que moins fortes ne me permettent pas de massoupir.

Un peu avant 22h, la SF de garde pour la nuit passe me voir, me demande comment ça va. Je lui dis que j'ai toujours mal, elle me demande dévaluer la douleur sur une échelle de 0 à 10 Jen suis bien incapable et obligée de convenir quà ce moment précis cest plutôt une gêne quune douleur. Comme je lui dis que malgré tout je ne peux pas dormir comme ça, on décide de faire un monito durant 30 min et de faire le point ensuite ! (Je ne compte plus combien de fois j'ai été avec cette machine !! ) Il est 22h05 quand elle minstalle et me laisse jécoute le cur du bébé, je constate en regardant les contractions espacées denviron 4 min sur le monito que je ne sens quune grosse gêne et non plus une douleur quand elles sont à leur maximum et cest largement supportable Je vais peut-être enfin bientôt dormir. Mais dun coup, ça nest plus la même chanson, je suis surprise par lintensité de la douleur de la 4è contractionouf elle est passée, je respire et répond à un SMS que vient de menvoyer ma soeur, bing une 5è contraction comme la 4è, cette fois plus rien à voir avec celles des heures précédentes, je sens la douleur monter dans mon ventre et dans mon dos en simultané. Entre chaque contraction je me sens très bien, mais je commence à me poser des questions sur le déroulement de la nuit ! J'ai un peu de mal à gérer la douleur seule et toujours attachée au monitoring. J'ai bien limpression que ça irait mieux si je nétais pas allongée. En plus, détail pas très agréable, je sens à chaque contraction que le repas avalé à peine 1h auparavant nest pas loin de remonter !! Je rappelle la SF un peu avant que la demi-heure soit écoulée, je suis en sueur et j'ai le visage crispéelle me dit oh et bien on dirait que ça nest plus comme tout à lheure !! . Je lui dit que ça na rien à voir, que j'ai mal et que les contractions sont très régulières (4 min). Elle décide de mexaminer. Au moment où je baisse mon pantalon, je sens un peu de liquide chaud couler Apparemment, j'ai fissuré la poche des eaux. Je suis ravie car une petite voix au fond de moi me dit que le moment tant attendu se rapproche ! Lexamen révèle que mon col a enfin bougé, il est à 2 doigts bien larges Je vais pouvoir rappeler Thierry et on va me descendre au bloc comme ils disent ! Il est 22h47 (heure inscrite sur mon portable lors de lappel).

Je descends en fauteuil roulant, je me sentais un peu trop fébrile pour le faire à pied. Léquipe du bloc que javais quittée 2h auparavant est un peu surprise de me revoir si vite. Delphine, lélève SF de 4ème année qui avait déjà accompagné la pose du gel, me mène à une salle de travail, me dit de me mettre à mon aise Mais quand les contractions surviennent, le fait quelles me tenaillent à la fois dans le ventre et dans le dos font que je ne sais vraiment pas comment me mettre. Là, elle a la très bonne idée daller chercher dans la salle de naissance inutilisée cette nuit là (pièce plus conviviale que les salles de travail, avec baignoire-jacuzzi, grand lit 2 personnes etc, plutôt réservée aux accouchements sans péri) , un ballon-cacahuète. Cest un gros ballon, resserré au milieu pour permettre de sasseoir dessus et aussi, si on le souhaite, de faire osciller son bassin de gauche à droite (Je vous promets : ça soulage !! ). Jenlève mon pyjama, jenfile une blouse et je massoie sur ce fameux ballon. Aïe aïe aïe, une contraction arrive : elle voit que j'ai du mal à gérer seule, sinstalle accroupie en face de moi, me tient les mains et maide à respirer Je limite et ça va déjà mieux. Elle me soutient, me dit que je me débrouille bien, que ça va aller.

23h, mon homme arrive, je suis toujours sur le ballon. Il va remplacer Delphine face à moi, quand les contractions sont là je pose mon front contre le sien, je maccroche soit à lui soit au ballon, nous respirons comme un seul homme et Delphine ma posé un linge mouillé en bas du dos qui me soulage pas mal ! Entre temps, mon repas a atterri dans un haricot (vous voyez le petit récipient métallique quon trouve à lhosto) mais aussi un peu sur le ballon et sur Thierry : la honte !! (ndTikiri : De toute façon le haricot était plein : donc, même en visant tout bien juste, ceut eu débordé.) Lair penaud, je dis à Delphine qui revient je crois que j'ai fait une bêtise. A posteriori, cette phrase fait bien rire mon homme (ndTikiri : même sur le moment ! ) et moi aussi. Tout le monde est bien calme autour de moi, j'ai beau avoir mal, jarrive de mieux en mieux à respirer et ça me rassure de me sentir entourée de Thierry mais aussi de Delphine qui est souvent là, pas trop loin, sans pour autant simmiscer entre nous. On a mis un CD Zen de Zazie. Zen, je ne sais pas si je le suis, mais jentend à peine la musique jentend juste que les chansons défilent, tout comme les contractions qui ne doivent être guère être espacées de plus de 3 min.

0h15-0h30 environ, en prévision de larrivée de lanesthésiste, il me faut quitter un peu à regret le fameux ballon pour sallonger sur le lit (plutôt confortable au demeurant) Sur le moment je panique brièvement et leur dis que je ne vais pas réussir à gérer les contractions allongée !! Mais en fait, tant que lanesthésiste nest pas encore là je serai sur le lit mais je pourrais me mettre quand même sur la position qui me soulage le plus. Il savère que durant les contractions, cest plus ou moins sur le côté gauche, dans les bras de Thierry qui soulage mon dos avec ses mains tandis que ma tête contre la sienne ou dans le creux de son épaule nous continuons à respirer ensemble. Je ne saurais dire avec des mots à quel point sa présence mest indispensable dans ces moments-là. J'ai à peine besoin de lui parler : il sait où se mettre, quoi faire, etc pour que je me sente bien ! Je ne sais pas à quel point les contractions sont rapprochées mais je trouve quelles me laissent peu de répit (ndTikiri : toutes les 2). Pendant ce temps Delphine sest occupée de moi en me posant une perf, un monito (hé oui encore et cette fois je ne le lâcherai plus jusquà larrivée du bébé, pour ce qui est de son coeur).

Lanesthésiste, assisté dune infirmière-anesthésiste, arrive. Juste avant, Delphine ainsi quEve (élève SF elle aussi mais de 1ere année) mont aidée à masseoir tout au bord du lit, les jambes plus ou moins en tailleur. Pas très confortable lors des contractions que je ressens à présent non seulement dans le ventre et le dos mais aussi dans le haut de la cuisse et de la fesse gauche ; le nerf sciatique je suppose, le même qui mavait gêné durant les derniers mois de grossesse ! Ils installent un champ stérile, Delphine me guide pour que je prenne la bonne position (détendre mes épaules, baisser le menton, etc) mais à aucun moment on ne me dire de faire le dos rond puisquavec la position quon ma fait prendre je lai forcément. On dit à Thierry quil va devoir sortir. Contrairement à ce que je croyais durant ma grossesse je vis plutôt bien ce moment mais cest uniquement grâce à Delphine (je ne la remercierai jamais assez ! ). Elle se met à sa place, me tient les deux mains, me parle doucement, me rassure Ils me disent ce quils font dans mon dos mais javoue que je ne men souviens même plus, je leur fais confiance, je me concentre sur mes contractions ou plutôt mes respirations, sur ce que me dit Delphine et surtout le secret pour réussir à ne pas bouger penser à quelque chose dagréable. Je ne sais absolument pas pourquoi mais voici ce qui sest passé pour moi. J'ai fermé les yeux, j'ai visualisé Thierry marchant vers une machine à café (cest parce que Delphine lui avait indiqué son emplacement juste quand il sortait) et je me suis mise à dire tout bas, toujours les yeux fermés, sur un rythme entêtant Thierry Logan Thierry Logan Thierry Logan je pensais fort aux deux hommes de ma vie et voilà, ça y est, la péri est posée et on ma injecté une première dose de produit anesthésiant ! On ma également mis un tensiomètre au bras gauche et différents capteurs sur le torse (pour surveiller mon rythme cardiaque, etc). Il est 1h du matin. Thierry peut revenir.

Durant la demi-heure qui suit, la douleur des contractions va progressivement diminuer, linfirmière-anesthésiste minjecte la 2nde dose de produit, et par la suite, ça sera à moi de gérer grâce à une petite pompe. A 1h30, à présent que je ne ressens plus la douleur des contractions, mais que je sens quand même quand elles sont là (difficile à expliquer mais vraiment agréable grâce au très bon dosage). La sage-femme examine mon col qui est à 5 cm : ça avance plutôt bien. Elle note quil reste a priori une simple membrane.

A présent, lambiance va devenir plus calme, nous restons juste tous les 2 dans la pièce, j'ai opté pour de la musique plutôt douce : Neil Young ! (ndTikiri : en fait, on le remet après avoir écouté une première fois Harvest avant la péridurale). Thierry peut sinstaller confortablement semi-allongé dans un fauteuil, je suis agréablement installé, nous sommes tous les deux dans un état semi-éveillé/semi-assoupi ça me permet de reprendre des forces faute de lavoir fait la nuit précédente. Thierry et moi discutons et nous demandons qui gagnera la course : Loganou le soleil qui se lèvera ?

A 2h30, nouvel examen du col par Delphine mais aussi par Eve, ayant donné mon accord : 7 cm, cool !! Comme javais seulement fissuré ma poche des eaux durant la soirée, il reste une membrane à rompre : Delphine sen occupera Il y a vraiment peu de liquide à couler : léchographie de la veille navait pas menti, mon bout dchou aurait bien failli en manquer dans les jours à venir. Cest aussi entre 2h30 et 3h30 quon me propose de minstaller dans différentes positions pour aider mon bassin à sélargir ; par exemple : allongée sur le côté droit avec le pied gauche dans létrier, et vice versa. Les contractions sont toujours indolores sauf à un point bien précis dans mon bas-ventre à gauche où je ressens une pointe de douleur Tout bêtement car après mêtre injecté une dose danesthésiant avec la pompe javais oublié de rester tranquille un petit quart dheure et javais dû gigoter mes jambes ce qui fait que le produit nétait pas bien passé partout. En même temps ça me permet de ressentir un peu les contractions sans que ça soit insoutenable : donc ça va. On va y remédier en appuyant un peu plus tard à nouveau sur la pompe et en gardant la position 10-15 min, ça y est à présent ça sest bien diffusé.

Il est 3h30, lheure de se faire à nouveau examiner par Delphine et davoir confirmation par la SF : col effacé dilation complète mais sur le moment je ne réalise pas bien, je narrive même pas à me souvenir si on ma dit clairement ces mots-là, je sais juste quon ma dit quon allait pouvoir commencer à sinstallerce que je fais avec laide de Delphine et dEve, hop les pieds sur les étriers, je me sens un peu écartelée : je ne croyais pas que je pouvais écarter autant les jambes lol. Je crois me rappeler quentre temps javais envoyé une 3è dose avec la pompe mais je ne sais plus vraiment quand.

A partir de là, je ressens des sensations inconnues mais loin dêtre désagréables. Il se passe des choses au niveau de mon anus, je sens quà lintérieur le bébé appuie dessushé oui cest normal puisquil amorce sa descente dans le bassin. Les filles mont sondée la vessie et installé un bassin sous les fesses dans lequel je me vide bien malgré moi mais cest signe que le bébé appuie bien ! Toutefois à chaque contractions son petit coeur faiblit légèrement, nous allons lui donner un coup de pouce en me faisant respirer dans un masque à oxygène. Le travail déquipe entre lui et moi fonctionne à merveille.

Il doit être près de 4h quand petit à petit je ressens un peu plus les contractions, je confie mes interrogations à Delphine : je nai pas encore vraiment mal mais je crains de ne plus avoir de péri au moment de lexpulsion. Elle me dit quon nen est vraiment pas loin et que je fais comme je veux mais que daprès elle ça serait quand même pas mal que je puisse bien sentir au moment de pousser. Je prends la décision de ne plus toucher à cette pompe, on verra bien, je ne veux pas être complètement insensible au moment où mon bébé aura besoin de toutes mes forces !!

Après être restée dans la position pieds dans les étriers et avoir senti petit a petit mon vagin souvrir, ça y est le moment tant attendu est enfin là, le bébé approche il va être temps de pousser. Delphine est face à moi, la SF à ses côtés, le fameux médecin qui mavait posé le gel est repassé nous voir et a dit ah je ne pensais pas que ça irait si vite ! . Ben oui mais cest cette nuit là que mon petit Logan avait choisi, et pas le lendemain ! On me ré-explique comment faire : quand la contraction arrive, on inspire et on pouuuuuuuusse fort en bas !! Quand on na plus de souffle on recommence et on répète ça autant de fois quon pourra le faire sur chaque contraction (3 pour ma part) Je suis tellement dans ce que je fais que ça ne me paraît pas difficile : je donne le maximum à chaque fois, et même plus et, hormis un coup dessai sur la première contraction, il paraît que je pousse bien alors Entre chaque contraction, je continue de respirer dans le masque à oxygène car cela aide Logan et surtout son coeur. Après la troisième contraction de poussée, Delphine me dit : je vois des cheveux !! Vous voulez touchez sa tête ? Je le fais avec grand plaisir. Je me sens très étrange : j'ai beau être à un moment essentiel qui requiert toute ma concentration, mon énergie… je plane, je trouve cela si naturel, si simple, leffort ne me coûte pas Après tout, cest peut-être loxygène qui me fait planer Mais pourtant, j'ai limpression que non, que je suis bien présente LOL. Thierry est là pour maider, comme toujours il est près de moi, sa main sous mon cou je crois et cest surtout à la fin de chaque poussée que son soutien maide à repousser un peu plus loin mes limites.

Au bout de 4 contractions de poussée, cest bon cette fois sa tête est sortie manipulation pour faire passer ses épaules, ça y est il est là, mon bébé est né !! On me propose de le prendre moi-même entre mes jambes et de lamener à moi bien sûr que je veux ! Mais au moment de le faire, je sens que ça glisse et je demande quon maide un peu, cest donc mes mains, et celles de la SF qui poseront Logan contre ma poitrine. Il est 4h28, notre bébé est arrivé parmi nous. Je ne peux même pas dire avec des mots ce que je ressens, je le trouve beau, je suis bien, jocculte complètement le lieu où nous sommes : je ne vois plus que lui, Thierry et moi. Une pensée me traverse lesprit, je ne sais pas pourquoi mais je me dis il nest pas si grand que ça finalement. Nous restons quelques minutes comme ça, j'ai enlevé ma blouse afin dêtre vraiment peau contre peau avec lui.

Par la suite on va lemmener pour prendre ses mensurations, Thierry va suivre et pendant ce temps Delphine et moi restons en tête à tête pour la délivrance du placenta. Il descend doucement tout seul, elle me demande dessayer de pousser mais j'ai limpression de ne plus savoir comment faire, en tout cas ça nest pas très concluant, pas grave on le laisse sortir tranquillement. Juste avant que je ne lui demande, comme si elle lisait dans mes pensées, Delphine me dit quelle a beau ne pas trop aimer ça, voyant que ça commençait à se déchirer durant lexpulsion elle avait fait une petite épisiotomie. Thierry revient plusieurs fois pour me tenir au courant : Logan mesure 50cm et pèse 3,455kg ! Il est positionné sous une lampe chauffante pour les premiers soins (cordon, température et même une première prise de sang) et sa première toilette. Il a un petit grain de beauté sur le coup de pied gauche. Il est un petit peu palot sauf les joues quil a toutes rouges. Il est tout calme et en même temps hyper-dynamique. Pendant ces allers-retours, Delphine soccupe de recoudre mon épisiotomie, elle fera 4 points.

Thierry va revenir avec Logan, il est 5h40, le moment de sa première tétée. Sensation absolument merveilleuse, il est déjà très doué pour téter. Après cela nous restons encore un peu tous les 3 dans cette salle, et différentes personnes sont venues me féliciter, notamment la SF de garde qui mavait vue dans ma chambre vers 22h et qui mavait descendue au bloc.

Nous montons tous les 3 au 2è étage, on minstalle dans ce qui sera ma chambre pour presque 5 jours, il est 6h30 environ Nous sommes une famille ! Ulie & Logan, 9 jours.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


50630
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Tout calculer pour que ca roule: ? - accouchement naturel

image

Bonsoir Jojo ! Je flâne à tout hasard afin de lire quelques témoignages, et quand j'ai vu ton pseudo j'me suis dit "bah mince, ça m'dit quelque chose… " Je vois que tu as besoin de parler un petit peu, alors me voici. Ma soeur a fait une...Lire la suite

Symptomes d'apres grossesse - accouchement naturel

image

Bonjour, Les fils tombent ou sont résorbés par le corps, à un rythme qui varie selon les femmes. Le sèche cheveux ça a été recommandé il y a des années, mais maintenant ce n'est plus du tout recommandé, ça augmente les risques de problème...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages