Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Péridurale      (2638 témoignages)

Préc.

Suiv.

Accouchement et séquelles

Témoignage d'internaute trouvé sur magicmaman
Mail  
| 1902 lectures | ratingStar_101483_1ratingStar_101483_2ratingStar_101483_3ratingStar_101483_4

J'attends ma 3ème fille, et c'est vrai que mes accouchements sont très différents l'un de l'autre.

Enfin c'est ainsi que je les ressens.

* Mon 1er accouchement ou quand je suis devenue maman ! Jeune future maman (21 ans) , j'avais surtout comme appréhension de paniquer par la douleur et compliquer mon accouchement…

Pourtant pas partante à prioris pour la péridurale, c'était "on verra… "

J'avais suivi des cours de préparation classique, je m'entrainais bien sérieusement les dernières semaines à la respiration…

Mettant mon homme au parfum en regardant une k7, le trainant à un cours pour les futurs papas et lui faisant lire les passages sur la naissance de mon bouquin de grossesse !

Le terme était prévu au 1er février 1998.

Et j'ai eu quelque fausses alertes bien avt, dont 2 qui m'ont fait passé 2 nuits à la maternité.

On ne savait pas le sexe.

Et 3 semaines avt sa naissance, le col était ouvert de 1cm et quelque et j'avais perdu le bouchon muqueux, autant dire que je me languissais !

Et le 23 janvier, après des jours et des jours à avoir quelque heures de contractions qui s'arrêtaient et reprenaient chq jour, je me sentais "bizarre".

Le soir vers 20h, on est allés se chercher une pizza à notre pizzéria préférée, j'avais déjà des contractions mais rien de régulier…

On est rentrés à pieds chez nous et je n'avais pas faim, je me sentais barbouillée.

A commencé la soirée, tous les 2 au lit à nous supporter une émission de nul animée par Nagui, j'étais épuisée, car la nuit d'avant j'avais eu des contractions de 1h du mat' à 04h…

Et donc je me supportais à nouveau des contractions, serrant la main à mon homme pendant, respirant etc…

Lui ne cessait de me dire : " on y va ? ".Il paniquait à l'idée que je refuse d'y aller et que j'accouche chez nous.

Moi très zen, "non non, pas encore, je préfère être sûre ! ".

Puis vers 22h30, la douleur était plus intense, et je ne calculais plus le temps entre, ça devait être toutes les 5-7 min env.

"C'est comme si mon bassin s'ouvre" lui ai-je dit.

Et là j'ai dit ok pour aller à la maternité.

Comme on n'avait pas de voiture, on a appellé une ambulance.

Le type n'était pas rassuré, c'était son 1er trajet avec une future maman prête à accoucher. Les contractions se calmaient, on discutait sur le trajet comme si de rien.

Puis juste avant d'arriver à l'hopital, une belle contraction m'a rappellé que bébé arrivait !

Il était 23h30 quand on est arrivés.

Je suis montée relax à l'étage du bloc, (ascenseur quand même…) , je voyais à la tête de mon homme et de l'ambulancier, que les 2 se disaient "c'est une fausse alerte ! ".

Les portes s'ouvrent, on rentre dans le bloc, on me demande à combien je suis (40sa) , si j'ai perdu les eaux, fréquence des contractions…

L'ambiance est calme, c'est la nuit, et en traversant le couloir des salles de travail, je vois qu'il y a une jeune maman qui a l'air bien fatiguée, et une future maman qui a l'air de douiller…

Bah, on va voir si c'est ou non pour cette nuit…

La sage-femme qui va s'occuper de moi ne me semble pas extra, mais je m'en fiche, je vais enfin avoir mon bébé !

L'élève me guide donc dans le couloir, juste devant la pièce où je dois me déshabiller, il y a un berceau au milieu du couloir.

Un petit garçon qui est né il y a 2h, aux yeux grand ouverts, bien jouflu, et que personne ne dorlotte et commence ses 1ers temps à l'air bizarrement…

Enfin il est bien mignon, je lui parle un peu et vais rejoindre l'élève s-f qui s'impatiente et se dit elle aussi que pour quelqu'un en travail je suis trop détendue.

Je me déshabille et là, hop ! Une autre jolie contraction me rappelle à mon devoir !

J'attends en soutien-gorge la s-f, les jambes écartées.

Cà bof, bof !

Et le verdict : " 3 cm madame ! Je vous garde, semble que c'est pour cette nuit ! "

Ah ben je le savais moi.

On me met donc la blouse, le monitoring, la perf'…

Mon homme parti faire les formalités d'admission revient, et moi toute émue, je lui annonce " c'est pour cette nuit ! Bébé arrive ! ".

Quelle tête il fait ! Moi je suis très heureuse, pas du tout inquiète.

Lui, sa tête se décompose, plus tard il me dira qu'en fait il a réalisé que ça y était et il devait se préparer à me soutenir.

On m'a propposé la péridurale, mais non non, ça va bien, je souffle, inspire, griffe et mord mon homme…

A minuit, j'entends la femme d'à côté grogner, hum hum c'est quoi ça ?

La s-f à côté de moi me dit qu'elle rentre danns la dernière phase, l'élève lui rétorque que c'est pas possible elle était juste à 6 cm il y a 30 min !

Eh c'est le branle-bas de combat, car la madame pousse toute seule en hurlant et les appellant…

Elles se précipitent donc toutes vers elle, et c'était moins une !

Je glisse à l'élève que j'aimerais bien que ce soit pareil pour moi…

" oh elle c'est son 3ème ! "

Ah !

Arrive son mari qui a tout râté, occupé à emmener les ainés dans la famille…

C'est marrant et distrayant !

Bon moi de mon côté, je douille de + en +, on me repropose la péri, mais non non, ça va…

Je m'ouvre de 1 cm/h, la norme pour un 1er !

Comme le coeur du bébé ralentit un peu trop, et que moi je pars un peu dans les vappes, on me donne le masque, ça fait un bien fou.

Entre 2 contractions, je m'endors ou raconte des bêtises…

Bon la s-f aimerait bien aller se coucher, elle ne le dit pas, mais piaffe, ça se voit trop !

A 03h15, ele me dit que c'est trop long, je suis pourtant à 6 cm !

Elle me perce la poche des eaux, j'l'avais oublié tiens !

Et elle me demande de pousser pour "voir".

Moi bêtement et naïvement, je le fais, c'est que je suis préssée de enfin voir mon bébé.

Me voilà en quelque secondes à 7 cm.

La s-f est contente, me dit de recommencer pour voir… Hop, 8cm !

Bon elle est ravie, mais décrète que les contractions manquent d'éfficacité, je ne souffre pas assez selon elles pour qu'elles soient efficaces.

Ah ?

Moi je trouve ça bien, j'ai mal, si si, il y a juste que mon homme et moi on assure bien, il a la main en sang de mes morsures…

Bref à 03h35, elle revient, il faut que le travail bouge !!

Et décide de m'injecter de l'ocytocine par la perf' pour booster les contractions…

J'suis pas très contente, mais même si je grogne, je me plie à la s-f.

L'élève me rase, et est tte contente d'être là pour assister à l'accouchement en entier.

A peine le temps de quelque minutes entre l'ocytocine, et je me plie en 2, sur le côté, je ne contrôle plus mon corps, et moi aussi je me mets à grogner…

La s-f panique, "vite vite les étriers !! "

Essaie de me réinjecter un produit que les contractions se calment, mais trop tard, je passe mon temps à crier "j'ai mal ! " en regardant mon homme qui est tout perdu devant ma douleur violente.

J'arrive même pas à garder les jambes sur l'étrier, on me réausculte : "9cm, sa tête arrive, poussez ! ".

Ah bon déjà ?

Je veux descendre de la table d'accht et dans ma tête très cotonneuse, je me dis que finalement on pouvait attendre.

Mon homme me remet sur la table !

Là je vois leurs 3 têtes qui n'attendent que moi, et moi j'ai maaalll !

Bon d'accord, je vais essayer de pousser.

Allez on y va, justement il y a une contraction !

Et je crie de toutes mes forces, en poussant + ou - bien.

Je me demande qui ne m'a pas entendu, j'ai dû en effrayer ! (d'ailleurs étant la dernière de la nuit, 2 autres s-f de garde avec auxilières se ramènent dans la pièce pour assister au spectacle !!! ).

La s-f s'impatiente et me dit que ça ne sert à rien de hurler, je perds toute mon énergie dans le vide.

Ouais mais moi ça m'a fait du bien !

Je ne veux plus pousser, ça fait trop mal, je me sens écartelée, pourtant je sens la tête du bébé, mais je suis à côté de la plaque…

La s-f est à cran…

Moi je pleure…

C'est mon homme qui me calme et me parle doucement, " c'est pour notre bébé, fais le pour lui, c'est bientôt fini, je vois sa tête, reposes toi et après reprends ton énergie pour pousser… "

Ses paroles m'ont donné une force dingue, j'ai donc repris mon souffle quelque secodes, laissé passer une contraction, j'ai pensé à notre bébé qui était là la tête coincée, et dont la vie dépendait de moi.

Mon homme s'est mis derrière moi sur le côté, me soulevant autant que possible le dos, tenant ma main et l'autre main dans celle de l'élève.

"Allez on y va ! "

Une contraction, j'en profite pour pousser : sa tête !

On me fait une épisio rapido, j'ai poussé trop fort et ça a déchiré…

J'ai rien senti.

Suis trop concentrée.

La s-f me dit de ne pas pousser, je fais donc le chien… Ouf, ouf, ouf ! …

Bébé a le cordon autour du cou.

Elle lui coupe et hop, j'ai droit de pousser à nouveau.

1 autre poussée : ses épaules !

Et la dernière : le corps !!!

Il est 03h50.

Mon homme va prendre bébé, pour me le donner et me dit la voix chevrotante et émue : "C'est une petite fille ! ".

ELEA.

Moi je m'en fiche, elle a les yeux grands ouverts, ne pleure pas, et me fixe intensément.

Elle est belle, si belle…

Toute petite, brune, un peu de sang, de vernix, mais surtout rose, et glissante…

Je l'embrasse, lui parle, lui dit bonjour, c'est extraordinaire…

Malheureusement elle se refroidit vite, et commence à être bleue…

On me l'a prend vite et là elle pleure pour la 1ère fois.

Je reste seule, entendant la puce hurler pendant son 1er examen de la vie, elle le passe très bien.

2kg825 et 48 cm, apgar parfait !

De mon côté, l'expulsion du placenta se fait tte seule, suis obligée de crier que quelqu'un vienne vite.

Et La s-f fait venir un chirurgien pour recoudre l'épisio.

Dr qui fait la gueule et leur dit qu'elles auraient très bien pû se débrouiller seules.

C'est qu'il est 4h30…

Cà fait mal et c'est long…

Je tremble comme une feuille, dur dur de pas bouger !

Enfin on me ramène ma princesse dans une couveuse.

Habillée dans le pyjama blanc que je lui ai choisi, les yeux toujours grands ouverts, et calme comme tout.

La voir me fait oublier qu'on me recoud.

Une fois le travail d'aiguilles fini, on me la sort de la couveuse et je l'admire.

Je lui donne le sein, qu'elle boit sans problème aucun.

On est super bien.

Papa fait quelque photos.Malheureusement, il n'y a plus de place dans le service maternité, donc et moi sommes séparées, elle reste en couveuse au bloc, et moi je vais au service gynécologie.

Je suis en larmes.

Qq heures + tard, l'élève s-f m'apporte mon trésor d'amour en douce, car le réglement interdit que dans le service où on m'a mis les bébés soient présents.

Et nous arriverons à avoir plus tard notre chambre et pourrons commencer notre nouvelle vie calmement… C'était donc le samedi 24 janvier 1998, nous sommes devenus les parents de cette petite fille, Eléa.

J'ai hélas découvert + tard que cet accouchement a laissé des séquelles à mon corps irrémédiables.

Les poussées faites trop tôt.

Ce qui est sûr, c'est que j'ai apprécié avoir vécu à 100% cet accouchement avec mon homme, on a fait vraiment corps et esprits communs.

Je lui suis reconnaissante de son soutien, de son courage.

Eléa va avoir 4 ans dans 2 semaines…
  Lire la suite de la discussion sur magicmaman.com


101483
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Un bebe pour 2014...debut des essais cet ete! - desir d'enfant - les clubs

image

Oui j'ai allaité ma puce 1 an, que du bonheur ! Malgré des débuts difficiles (préma) … Je vais te faire un copier coller de mon récit d'accouchement, j'espere que tu pourras accouché par voie basse pour le deuxieme ! Lundi 1 er novembre à 36...Lire la suite

Ca me tenterai bien mais.... - accouchement naturel

image

Merci ! Voilà donc mon récit : Le 10/02/2013. Je commence à perdre le bouchon muqueux mais aucun autre signe avant-coureur…. Le 14/02/2013. Nous sommes jeudi je sais pas ce qu'il me prend de faire le ménage à fond puisque le jour du ménage...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages