Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Péridurale      (2638 témoignages)

Préc.

Suiv.

Accouchement réussi sans péridurale

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 445 lectures | ratingStar_219837_1ratingStar_219837_2ratingStar_219837_3ratingStar_219837_4

Il est 4h du matin. Alors que je dors depuis à peine plus d'une heure, je suis réveillée par une contraction assez douloureuse. J'en ai depuis des jours, voire des semaines, ça ne m'nterpelle donc pas plus que ça. J'attends que le réveil de Stéphane sonne pour me lever et aller aux toilettes, histoire de ne pas le priver des 5 minutes de sommeil qu'il lui reste avant d'aller travailler. A 4h05, il se réveille, il me demande si ça va, je lui dis que j'ai eu 2 contractions douloureuses, mais bon, de toute façon si ça se précise je l'appellerai pour qu'l rapplique. Je me lève pour aller aux toilettes, et je perds les eaux. Pas énormément, y avait plus beaucoup d'eau, donc c'est pas les chutes du Niagara, mais pas de doute possible. Et là j'ai une contraction atroce qui m'accroupie au sol, je retourne dans la chambre et je dis à Stéphane que ce n'est pas la peine d'aller travailler, je vais accoucher et très bientôt (naïve). Steph se lève d'un bond, appelle ma cousine pour lui dire qu'il vient la chercher (je ne peux pas l'appeler moi-même, je peux pas trop parler, j'ai trop mal). Il s'en va, je m'accroupie à chaque contraction, j'ai peur que bébé arrive tout de suite parce que j'ai mal, mais mal ! Entre 2 contractions je trouve la force de préparer le canapé pour que ma cousine puisse dormir. Ils arrivent enfin vers 4h30, on file, dans la voiture je peux à peine m'assoire, Stéphane roule à tombeaux ouverts et grille plein de feux (et y a Mika à la radio) On arrive à l'hôpital, mais qu'est ce qu'il fout cet ascenseur, j'ai trop mal, je vais accoucher dans le couloir !!! Arrivés en salle de naissance, on sonne, une voix d'homme nous répond... Emmanuel ? Ben non, juste un stagiaire, loupé, on ne peut pas avoir de la chance à tous les coups. La sage-femme de garde nous reçoit, je lui explique mes symptômes, elle m'examine, j'ai bien perdu les eaux... Col encore un peu long, ouvert à un doigt, mince alors, c'est pas possible.... Je lui donne mon projet de naissance, il est court, j'explique que je veux une prise en charge physio, plus quelques points importants : je ne veux pas la péri, si je la demande, j'aimerais qu'on prenne le temps d'en discuter, de m'encourager à faire sans ; je souhaite attraper mon enfant moi-même, découvrir son sexe moi-même ; attendre que le cordon ait cessé de battre avant de le couper et que le peau à peau soit prolongé au maximum. Elle nous installe en salle nature, me branche le monito sans fils pour 20 minutes et nous laisse. Steph me fait couler un bain, dans lequel je passe environ une demi-heure. Sur le monito, les contractions sont très rapprochées (moins de 2 minutes) et très fortes, moi j'ai mal, je souffle, je gère, le bain aide un peu... Je n'arrête pas de perdre de l'eau, je le sens, et plus j'en perds, plus j'ai mal. La Sf vient ensuite m'ôter le monito, elle est surprise par la fréquence des contractions. Elle repart. Je passe les 4 heures suivantes (interminables, le temps et comme figé, et j'ai tellement sommeil) à essayer de trouver des positions antalgiques, sur le ballon, dans le bain, accroupie, debout, ou encore assise en tailleurs, la tête sur les genoux de Stéphane. Il me masse le dos à chaque contraction... il est un peu perdu, j'ai trop mal et le soulagement qu'il m'apporte est tellement dérisoire comparé à la douleur qu'il se sent inutile, parfois les larmes lui montent aux yeux. Je lui dis que je ne vais pas pouvoir le consoler, là... Il est 9 heures, je vais mourir, c'est sur ! Je dis à Stéphane que si le travail n'a pas assez avancé, je vais sauter par la fenêtre. Une Sf (changement de garde, elle me plait bien celle-là) vient pour m'examiner, col à 4 cm, c'est pas possible... Ca fait 5 heures que j'aii si mal et je suis à 4 cm... Elle s'en va, quelques minutes plus tard je dis à Stéphane de l'appeler, je vais pas tenir, je veux « qu'on parle de la péri » : la perspective de me poser dans un lit et de ne plus avoir mal et d'attendre peinarde la fin du travail me parait très séduisante tout à coup, mais d'un autre coté, je la veux pas quand même, bref, besoin d'en parler pour y voir clair. La sf a du bien lire mon projet, elle vient, je lui explique mon dilemme, elle me propose de différer, de revenir d'ici 30 à 40 minutes, une maman est justement en train de pousser, elle revient ensuite. Je retourne dans le bain, j'ai maaaaaaaaaaaaal, je vais mourir !!! Elle revient donc 30 minutes plus tard, vers 10h, me propose de me réexaminer... je suis à 6. Elle me demande ce que je veux faire, je couine « je sais pas, j'ai trop peur des gestes induits, j'ai peur de prendre des risques pour mon bébé, mais j'ai trop mal » Elle me dit que le temps que la péri soit posée, j'ai de bonne chance d'être « à complète », je dis "ok, je fais sans". Après je sais plus trop, je suis dans ma bulle, je dors entre les contractions, j'ai atrocement mal pendant, Steph se dépatouille comme il peut (il y a plein d'accouchements ce jour là, nous sommes livrés à nous-mêmes, totalement, à moi ça me convient, mais pour lui c'est difficile)... je m'installe a 4 pattes au sol, appuyée sur le ballon, mon bébé est toujours haut je le vois à mon ventre... J'ai très très mal dans les reins, je demande un linge chaud sur mes reins pour me soulager, Stéphane appelle, mais on dirait que je demande la lune... tant pis, on se débrouille avec la serviette qu'on m'avait donné pour le bain, il va la passer sous l'eau chaude régulièrement (une heure plus tard on lui apporte enfin un récipient, y avait 5 accouchements en même temps en fait...)... Ca soulage bien, c'est brûlant (mais Steph me le balance un peu trop violemment sur les reins à chaque fois, je proteste). J'ai un peu envie de pousser, je pousse... Je n'appelle pas tout de suite... L'envie devient de plus en plus précise, la sage-femme vient, mais je ne suis qu'à 8... M'en fous, je pousse. Bébé s'engage, la douleur est à son summum, parfois je gère, parfois je hurle comme un loup, parfois je sanglote, désespérée... Il parait que la tête arrive, la sf s'nstalle derrière moi, je suis toujours à 4 pattes par terre, je bave sur le ballon... A chaque contraction je pousse de toute mes forces, je sens la tête qui avance, je sens aussi comme elle remonte entre les contractions, ça me désespère, je pleure, j'arrête pas de dire que je n'y arriverai jamais, jamais, c'est pas possible et j'ai trop maaaaal... Au bout d'une bonne demi-heure d'efforts harassants, qu'est ce qu'elle en met du temps à arriver cette tête, depuis le temps qu'on voit les cheveux ! ça y est la symphyse est passée, bébé ne remonte plus, mais là ça brûle, c'est horrible... Dans ma tête j'ai plus le choix : avoir atrocement mal lors de la contraction si je pousse pas, ou atrocement mal si je pousse, punaise ce que ça brûle, j'avais pas senti ça la première fois !!! Du coup je pousse, mais pas très bien, j'essaye de ménager la chèvre et le choux... puis finalement j'y vais, la tête passe a moitié, reste bloquée a moitié dehors entre 2 contractions, aïïïïïïïïe... contraction suivant, la tête et dehors... encore une, les épaules passent !!! J'attrape mon bébé sous les bras, je le tire jusqu'à moi... première pensée : « ouuuuuf c'est fini... », 2e pensée « plus jamais ça, plus jamais !!! » Je le regarde et je vois deux yeux sombres qui m'observent... il est beau... il ressemble à sa soeur... Je sais déjà qui c'est... je le tiens à l'entrejambe, pas de doute possible ! Un coup d'oeil pour vérifier... je regarde Stéphane et je lui dis « c'est un garçon... »... il me répond « Solal ». Nous somme les samedi 26 janvier 2008, il est midi vingt-cinq. Notre fils est né. On attend que le cordon ait cessé de battre, puis Stéphane le coupe. Nous passons ensuite 3 bonnes heures, voire plus, en peau à peau, il ne tète pas, ce qui ne me plait pas trop (ça me rappelle des choses) mais prendra sa première tétée un peu plus tard en chambre. Il est magnifique. "
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


219837
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Un bebe pour 2014...debut des essais cet ete! - desir d'enfant - les clubs

image

Oui j'ai allaité ma puce 1 an, que du bonheur ! Malgré des débuts difficiles (préma) … Je vais te faire un copier coller de mon récit d'accouchement, j'espere que tu pourras accouché par voie basse pour le deuxieme ! Lundi 1 er novembre à 36...Lire la suite

Ca me tenterai bien mais.... - accouchement naturel

image

Merci ! Voilà donc mon récit : Le 10/02/2013. Je commence à perdre le bouchon muqueux mais aucun autre signe avant-coureur…. Le 14/02/2013. Nous sommes jeudi je sais pas ce qu'il me prend de faire le ménage à fond puisque le jour du ménage...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages