Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Péridurale      (2638 témoignages)

Préc.

Suiv.

Je pense qu'il faut se sentir libre dans son accouchement avec ou sans péridurale

Témoignage d'internaute trouvé sur france5
Mail  
| 463 lectures | ratingStar_10795_1ratingStar_10795_2ratingStar_10795_3ratingStar_10795_4

Je crois qu'il est bon de se préparer à un accouchement, tout en restant ouverte à toutes les possibilités, sans idée préconçue, et sans culpabilité. Je pense qu'il faut faire une préparation à l'accouchement, qu'on demande ou pas la péridurale. Parce qu'elle aide, par exe"mple, à gérer les contractions avant la pause de la péridurale. Et puis, parce qu'on peut la souhaiter a priori et finalement, ne pas y avoir droit (parce qu'on a de la fièvre, ou que le travail est déjà avancé…).

Inversement, je pense qu'il faut avoir pris RV avec l'anesthésiste et être prète à avoir une péridurale au cas où, même si à priori on ne la souhaite pas. Tous les accouchements ne sont pas aussi douloureux, et toutes les femmes ne sont pas égales devant la douleur, il n'y a pas de honte à dire qu'on en a besoin.

Je ne suis pas une moins bonne mère, mes enfants ne sont pas plus perturbés, parce que j'ai acocuché avec péridurale (on entend parfois que le "lien" se fait moins bien si on n'a pas souffert. Il se peut aussi que le lien se fasse moins bien quand on a trop souffert… Il est plus facile parfois d'incréminer les conditions de l'accouchement que de se remettre en question sur ses responsabilités éducatives, et sur son rapport à son enfant.).

J'ai accouché 4 fois. La première fois, sans péridurale (je ne la souhaitais pas, j'ai fini par la réclamer car j'avais trop mal, je ne l'ai pas eue car j'avais trop de fièvre.) J'ai souffert de façon intolérable pendant 20H. Je souhaitais mourir. Je n'étais pas présente dans mon accouchement, bien trop terrassée par la douleur.

Pour les deux suivants, j'ai eu une péridurale faite dans les temps. 1 seule dose faible et courte pour le numéro deux. 2 doses à environ 2 heures d'intervalles pour le numéro 3. Une équipe très à l'écoute, des dosages très étudiés. La possibilité d'accoucher dans plusieurs positions même avec péridurale.

Dans les discours anti-péridurale, on fait souvent référence à des pratiques anciennes, des péridurales trop dosées, qui anesthésiaient tout, ralentissaient le travail… Dans mon cas, le travail s'est à chaque fois trouvé un peu ralenti au moment de l'injection, mais ce n'était pas mal, ça permettait de souffler un peu avant de s'y remettre. Je sentais toutes les contractions, le besoin de pousser était là. La douleur aussi, mais fortement amoindrie.

J'estime avoir été corectement informée lors de l'entretien anesthésiste sur la péridurale, et sur les autre formes d'anesthésie (et personnellement, je n'ai jamais signé un papier sans le lire et l'avoir compris).

La péridurale m'a justement permie d'être "présente" dans mes accouchements, disponible pour mon bébé, au lieu d'être envahie et terrassée par la douleur. J'ai souffert quand même, plus que l'on ne peut imaginer, mais beaucoup moins que si je ne l'avais pas eu.

Pour mon dernier accouchement, j'ai failli ne pas l'avoir car tout s'est passé très vite. En 2 heures, je suis passée de la première contraction à des contractions très intenses, toute les 3 minutes. Arrivée à la maternité j'avais des contractions très intenses, j'étais ouverte à 5 et j'avais perdu les eaux. J'ai hésité, je savais qu'il était peut-être trop tard. Je me suis dit "si j'y ai droit, je la fais, sinon, j'accouche sans. J'aurais peut-être très mal, mais de toutes façons, au moins, ce sera rapide" (par rapport à mon premier accouchement où j'ai énormément souffert, pendant un temps très long). J'ai réellement hésité.

Finalement il était encore temps de me la faire et j'ai choisi de l'avoir, peut-être à cause de mon premier accouchement où j'ai eu si mal, un reste de peur. Je sais que j'aurais pu accoucher sans, mais je ne regrette absolument pas de l'avoir demandée.

On m'a mis une toute petite dose qui m'a permis de souffler environ une heure (sinon j'accouchais dans la foulée, mais un accouchement trop rapide n'est pas toujours souhaitable, je me sentais pas vraiment prête). Quand la douleur est redevenue un peu forte, j'ai senti l'envie de pousser. J'ai poussé 4 fois sur 3 contractions qui se suivaient et il est né sans difficultés.

Le plus important je crois, ce n'est pas d'avoir ou pas la péridurale, mais de se sentir libre dans son accouchement (car il y a du forcing pro et anti péridurale. Dans certaines préparations "naturelles" à l'accouchement notamment. Je veux avoir le droit de faire de l'haptonomie ET d'accoucher avec péridurale, sans culpabiliser). Et aussi, d'avoir une grande confiance dans l'équipe qui nous accompagne le jour J. Et de se donner le droit de changer d'avis, dans un sens comme dans l'autre, au moment où ça arrive.
  Lire la suite de la discussion sur france5.fr


10795
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Un bebe pour 2014...debut des essais cet ete! - desir d'enfant - les clubs

image

Oui j'ai allaité ma puce 1 an, que du bonheur ! Malgré des débuts difficiles (préma) … Je vais te faire un copier coller de mon récit d'accouchement, j'espere que tu pourras accouché par voie basse pour le deuxieme ! Lundi 1 er novembre à 36...Lire la suite

Ca me tenterai bien mais.... - accouchement naturel

image

Merci ! Voilà donc mon récit : Le 10/02/2013. Je commence à perdre le bouchon muqueux mais aucun autre signe avant-coureur…. Le 14/02/2013. Nous sommes jeudi je sais pas ce qu'il me prend de faire le ménage à fond puisque le jour du ménage...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages