Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Péridurale      (2638 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mon accouchement fut éprouvant et traumatisant

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 1175 lectures | ratingStar_220091_1ratingStar_220091_2ratingStar_220091_3ratingStar_220091_4

Bien que sans grosses complications, la grossesse et l'accouchement m'ont parus respectivement éprouvant et traumatisant. Il m'a fallut un peu de temps pour en parler sans avoir les larmes aux yeux. Heureusement, le temps fait oublier. Et surtout notre petite fille est magnifique. Mardi, on est J 7... La veille du déclenchement. La journée fut difficile. Je suis dépassette et insupportable depuis plus d'une semaine. Je tourne en rond, mon mari n'arrive pas à se concentrer au boulot. Vivement ce soir. J'espère encore que Louloutte se présentera d'elle même mais plus les heures passent moins cela risque d'arriver. En début de soirée, on va caser les chiens chez mes parents, on avale un bon gros steak et on met les bagages dans la voiture. Ce n'est pas comme ça qu'on l'avait imaginé. Déçus de cettte issue mais heureux que le jour J approche enfin, on file à la maternité pour 20h. Monito impec , toucher vaginal (col mou postérieur 2,5cm de long pour une ouverture d'un bon doigt), ... le bébé n'est toujours pas pret à venir de lui même. On nous dit de nous installer dans notre chambre et de revenir vers 2h du mat en salle de travail (qui est aussi la salle d'accouchement) après avoir procédé au "lavement". On arrive à dormir un peu. 2h20, on me met un ovule de prostin pour préparer le col. Ca me file des contractions! Youpie! Enfin!!! 6h30, nouveau TV; Le prostin n'a pas eu l'effet escompté Re prostin. Désespoir de mon côté! Vais-je accoucher un jour. Même les médicaments n'arrivent pas à déloger la Louloutte! Bientôt 9h, toujours rien de neuf côté col. On passe à la perf d'ocytocine. Quelques minutes plus tard, j'ai droit à un joli monito avec de belles contractions bien régulières et rapprochées. J'atteins rapidement 2 contractions par minute. Ca va, ça fait pas si mal (pour le moment!). Vers 10h, rien de neuf. On désespère en lisant des magazines Gygy passe et dit qu'on va percer la poche des eaux. Une fois fait, je panique, je pleure, c'est parti, mon bébé est à sec et d'ici 24h, elle devra être là coute que coute par vb ou césarienne. J'ai l'impression (que je sais fausse) que mon bébé a mal, que je l'ai trahi en les laissant la déloger/percer la piscine rassurante. Tout ça est très compliqué et contradictoire dans mon esprit et je pleure pleure pleure. Le temps passe, et ça commence à devenir sérieux : ça agit pour de vrai AIE AIE AIE! Vers 12h30, 3 doigts et demi, on me met la péri. La perfusion me file des contractions à une sacrée cadence et chaque fois qu'une sage femme passe par là, elle augmente la dose. Ouf, la péri, c'est super! (et obligatoire en cas de déclenchement donc heureusement que je ne suis pas anti-médication) L'anesthésiste me signale que j'aurai de nouveau mal dans environ 3/4 d'heure une heure et que si la douleur revient, il faut rapidement demander à la SF de me remettre du produit. (Que si j'attends il faudra en mettre plus et qu'il faudra "re-attendre" que le produit fasse effet) Je suis bien déterminée à ne pas avoir mal et ne louperai pas le coche (ça c'est ce que je me dis naivement). Le temps passe, les TV aussi et ça s'ouvre de plus en plus. 3 heures plus tard je me demande si la péri ne fait pas moins effet. Dire qu'elle devait s'atténuer au bout d'une petite heure. Apparement, le produit m'endort bien. Tant mieux. 15h30, ouverture à 9cm et plus de trace de mon col. Une demi heure plus tard, je redemande une nouvelle dose pour la péri. Et c'est à partir de là que ça va "devenir contrariant". On me dit que je suis à 10cm d'ouverture, mais que bébé n'est toujours pas descendu. Que je vais bientôt devoir pousser et que donc c'est meiux de ne plus me mettre de péri pour que je pousse bien. Ici, je passe les détails : De 16h à 19h, on m'a mis dans toutes les positions possibles et imaginables pour faire descendre bébé sans trop de succès. Et cette vilaine sage femme me refuse la dose de péri depuis 3h consécutives sous réserve que l'accouchement est imminent. J'ai vraiment de plus en plus mal!!! Depuis mon arrivée en salle d'accouchement, 6 autres femmes sont arrivées après moi et on déjà leur bébé. Je souffre vraiment et au moment où je vais enfin de venir grossière avec la sage femme, on dit qu'on va s'occuper de moi. La prochaine fois, j'arreterai d'être polie même dans la douleur et j'envisage d'insulter le personnel hospitalier rapidement histoire qu'on arrête de faire passer toutes les autres nanas avant moi. (m'en fous si ça n'a pas de sens). Gygy arrive. Je stresse car depuis l'après midi j'ai entendu que bébé avait éjecté du méconium (mais pas de souffrance foetale) et gygy a prononcé le mot transverse. Mais la version qu'on me sert c'est "tout va bien tout va bien, mais on va appeler la pédiatre quand même". La péri n'a plus d'effet. Pas d'étrier pour moi. Une sage femme d'un côté et mon mari de l'autre pour me tenir chacun une jambe. La question qui tue : "Vous avez suivi la prépa à l'accouchement n'est ce pas". La réponse désespérée : "Non, vous m'aviez dit qu'on ferait un cours de rattrapage". On m'explique vite fait bien fait comment on va procéder et comment et quand pousser. C'est parti ! J'ai poussé 20 minutes environ et apparement comme il fallait. Tout le monde m'encourageait en criant comme si j'était une sportive de haut niveau. Faut dire que j'avais plein de supposrters car j'ai été examinées par 3 équipes de sage femmes (1 de nuit et 2 de jours) et plusieurs étudiants. Il fallait me réexpliquer à chaque fois "respirez à fond, bloquez, poussez, encore encore encore, expirez et on recommence vite une seconde fois sur la contraction" La gynéco fait des blagues à 2 balles qui d'habitude me font beaucoup rire mais pas là. Tout le monde est tendu et tente de se détendre dans l'humour. A un tel point qu'à un moment tout le monde rigole autour de mon derrière. J'ai une contraction affreuse et je m'entends faire huouaille assez fort alors que jusque là je souffrais plus ou moins en silence. Là dessus on me répond : "pardon on était distrait". A cet instant je déteste là terre entière. Les deux dernières poussées furent attroces. Cette p*t**n de péri n'agit définitivement plus. J'entend ma voix qui crie de douleur. Je suis convaincue que ça ne passera jamais, je suis écartelée. Et puis floutch, j'entend un cri de bébé : je pense "c'est bien, elle crie tout de suite" et "c'est enfin fini"! Je continue à gémir ! On me dépose quelque chose de chaud et glissant sur le ventre. J'entends mon mari répondre oui à la question "Voulez vous couper le cordon". d Je ne me souviens plus des minutes suivantes. Quand je reprends mes esprtis, on nettoie bébé et gygy me dit qu'elle a fait une épisio d'environ 2cm. Je lui en suis reconnaissante.Bébé a un tour de tête de 37cm, 3.850kg et 50cm! Ensuite on nous laisse pour le peau à peau tous les 3. Nous resterons à 3 pendant les 4 jours suivants à la maternité, en dehors du temps. Notre Louloutte est merveilleuse, en pleine santé et nous sommes gaga d'elle!
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


220091
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Un bebe pour 2014...debut des essais cet ete! - desir d'enfant - les clubs

image

Oui j'ai allaité ma puce 1 an, que du bonheur ! Malgré des débuts difficiles (préma) … Je vais te faire un copier coller de mon récit d'accouchement, j'espere que tu pourras accouché par voie basse pour le deuxieme ! Lundi 1 er novembre à 36...Lire la suite

Ca me tenterai bien mais.... - accouchement naturel

image

Merci ! Voilà donc mon récit : Le 10/02/2013. Je commence à perdre le bouchon muqueux mais aucun autre signe avant-coureur…. Le 14/02/2013. Nous sommes jeudi je sais pas ce qu'il me prend de faire le ménage à fond puisque le jour du ménage...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages