Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Péridurale      (2638 témoignages)

Préc.

Suiv.

Mon premier accouchement a été rapide

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 417 lectures | ratingStar_222655_1ratingStar_222655_2ratingStar_222655_3ratingStar_222655_4
HighlandCow, j'y suis peut-être allée un peu fort dans ma descripion. Disons qu'il ne m'a pas désobéi, mais plutôt qu'il a fait ce que j'attendais de lui au fond de moi : me remotiver quand je craquais pour la péri. Quand je dis que je suppliais pour la péri, ce n'est pas tout à fait ça. En fait l'accouchement a été rapide pour un premier (moins de 5 heures de travail), mais du coup c'était vraiment intense. Donc quand la sage-femme passait la tête par la porte en disant "si vous voulez la péri c'est le moment de la demander", je regardais mon homme en disant "bon en fait une petite péri pour la fin ça peut être pas mal, allez je veux la péri !". Et au fond ce que j'attendais de lui à ce moment là c'est qu'il m'emmène dans la "bonne" direction, en me parlant, me rassurant, et en ne courant pas chercher l'anesthésiste. Et trente secondes plus tard, la contraction suivante me ramenait à mon "boulot" et j'oubliais que juste avant je voulais la péri. Je pense que si j'avais demandé la péri à chaque contraction, il aurait cédé, mais là c'était plutôt des instants où je craquais mais je n'étais pas difficile à convaincre à vrai dire. J'avais surtout besoin d'être encouragée, rassurée, et qu'il me maintienne dans mon choix. Ce qui est important c'est donc non pas que ton homme te désobéisse (si au bout de 12 heures de travail tu hurles après la péri à chaque contraction, peut-être vaut-il mieux que tu l'aies après tout !), mais plutôt qu'il sache reconnaître les moments de faiblesse passagers et ne pas paniquer en courant chercher l'anesthésiste au moindre craquage. Parce que dans mon cas, les craquages étaient vraiment passagers et 2 minutes plus tard j'étais repartie dans ma bulle... Une anecdote : j'étais à 6 ou 7 centimètres et sur une contraction je dis à mon homme d'aller chercher l'anesthésiste, je n'en peux plus. Et en même temps dans ma tête je me disais qu'il serait bien pire pour moi de sortir de l'eau, de marcher jusqu'à la table d'accouchement, d'attendre là, immobile, la venue de l'anesthésiste, puis de devoir me mettre le dos rond sans respirer et sans bouger, le temps qu'il me pique, puis d'attendre sans bouger que la péri agisse... alors que les contractions s'enchaînaient sans aucun répit ! Oui sincèrement, je me suis dit de moi-même que j'étais mieux là où j'étais, dans ma baignoire, mobile, qu'à attendre la piqûre sans bouger.... Et donc je suis repartie dans ma bulle comme si de rien n'était.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


222655
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Un bebe pour 2014...debut des essais cet ete! - desir d'enfant - les clubs

image

Oui j'ai allaité ma puce 1 an, que du bonheur ! Malgré des débuts difficiles (préma) … Je vais te faire un copier coller de mon récit d'accouchement, j'espere que tu pourras accouché par voie basse pour le deuxieme ! Lundi 1 er novembre à 36...Lire la suite

Ca me tenterai bien mais.... - accouchement naturel

image

Merci ! Voilà donc mon récit : Le 10/02/2013. Je commence à perdre le bouchon muqueux mais aucun autre signe avant-coureur…. Le 14/02/2013. Nous sommes jeudi je sais pas ce qu'il me prend de faire le ménage à fond puisque le jour du ménage...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages