Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Péridurale      (2638 témoignages)

Préc.

Suiv.

mon récit d'accouchement

Témoignage d'internaute trouvé sur aufeminin
Mail  
| 776 lectures | ratingStar_50469_1ratingStar_50469_2ratingStar_50469_3ratingStar_50469_4

Bonjour,

D'abord, je resitue les choses : ma dpa etait le 15/07… j'ai eu une grossesse pas facile ; decollement du placenta de 5 à 11 sg, puis soupcon de tension haute, puis infection urinaire, et enfin des contractions dès le 4eme mois… Un petit bidon qui m'a attristé un bon bout de la grossesse (je voulais qu'il soit gros et bien rond moi) … Un stress en permanence qu'il arrive quelque chose… Et aussi la prevision d'un petit bébé (10eme percentile) de 3 kilos tout rond à terme. J'attendais qu'une chose, que mon amour de Louis pointe son nez, mais pas trop tot quand meme, j'aurai aimé le 02 juillet, jour de pleine lune…

Mais il en fut autrement… Jerome avait un concours à 300 kms de chez nous le 25 juin, je flippais depuis 15 jours que le travail commence le 24, ou meme la journée du 25… Et je disais sans arret à petit Louis, à mes copines bulles, ainsi qu'à la famille "pas avant le 26/06, à partir du 26 ok ! .

Mon petit Louis est né le 26 juin à 19h45, il pesait 2.400 kilos pour 46.5 cm… Un petit format, je m'y étais préparée…

Il a été très obeissant, il est arrivé à la date autorisée… le côté psychologique ayant fait son effet je pense aussi.

Tout a commencé à 3h48 le 26 juin au matin, par une belle grosse contraction… Bon… je reste un peu dans le lit, zut une deuxieme 5 minutes plus tard, aussi forte… Je me dis que c'est peut-être la position allongée qui contribue à ça… Alors je me lève et ouvre le post du week end des bulles de soleil, que j'ai intitulé "avis de tornade declaré chez les bulles" si je me souviens bien…

Par chance, ma copine adeleh ne dort pas et on commence à papoter sans arreter, elle y croit pour moi, moi je reste sceptique. Les contractions sont supportables, mais toujours regulières et très rapprochées (entre 5 à 10 minutes d'intervalle entre deux).

A 5h30 du matin je prends deux spasfon, les contractions sont toujours là, j'ai mal mais sans plus… Jerome dort, il est rentré tard du concours et nase, je le laisse dormir, pensant que c'est un faux travail…

A 7h, les spasfon n'ont rien fait, là j'ai un doute sur la suite des evenements, je me dis que finalement c'est peut-être bien mon tour .

A 7h30 je decide d'aller prendre un bain. Adeleh est toujours sur le forum, ça me fait du bien, et le temps passe vite ainsi.

Le bain ne m'a rien fait, 25 minutes dedans avec des contractions J' HALLUCINE !!! Purée là je me dis que vraiment c'est peut-être pour aujourd'hui… Cependant je ne veux pas trop y croire, je suis à 19 jours de ma DPA, et je n'ai eu aucun signe avant coureur…

Jerome s'est levé à 7h, il ne sait pas quoi penser lui non plus mais se douche juste après mon bain. Il va chercher des clopes en attendant que je prenne une decision, aller ou non à la mater. En revenant et en voyant ma douleur à chaque contraction, il y croit.

Bon… On laisse passer le temps…

Vers 8h30 je crois, Clara arrive sur le post et me dis qu'elle y croit aussi pour moi… Trois avis identiques, je suis donc la seule non convaincue.

Puis dans la demi heure qui suit, voyant que les contractions sont toujours là, toujours regulières mais pas plus fortes, je me dis qu'on doit quand meme aller à la mater voir ce qu'il se passe. Là je dis à adèleh que je la tiens au courant par texto, qu'elle sera ma messagère ! Ben oui elle est là depuis le debut des contractions avec moi, alors je decide que ce sera elle qui saura avant tout le monde.

A 9h on y est, reçus de suite, monito sur le ventre, j'ai mal. Je reste une heure au monito. Et je vois bien, non je ne reve pas, le monito n'indique que des petites contractions de rien du tout, comme si il y avait rien en fait… Mais moi j'ai mal zut, je ne suis pourtant pas folle !!

La sage femme, Laurence, qui a pris son service à 7h (et jusqu'à 19h le soir) , me fait enfin le toucher, vers 10h. Mon col est à 2, posterieur. Je ne sais pas trop ce que posterieur veut dire, mais en tout cas 2 jours avant chez le gynéco, il etait à 1… Donc il y a eu evolution ; eh oui je ne revais pas, c'est bien des bonnes contractions que j'ai, en depit du monito qui commence dejà à me saouler…

Elle me fait une prise de sang, au cas où toujours, mais parle quand meme de rentrer à la maison…

Vers 10h15 : Oh chouette, mon gynéco arrive alors. Il me dit qu'il pense que c'est un debut de travail, mais que ça risque de ne pas être pour aujourd'hui, plutot pour le dimanche. On me garde tout de meme, et on m'amène dans la chambre. Jerome part acheter une revue pour moi (mais je n'ai pas envie de lire, juste de me changer les idées en tournant les pages !! ) et une pour lui… Le temps ne passe plus, et moi j'ai toujours mal, mais pas plus que tôt le matin.

11h15 : j'ai toujours beaucoup de contractions, mais je n'ai plus le monito. Je ne fais rien, ne dis rien, me tord quand la contraction est là, celles ci deviennent de plus en plus raides tout de meme… Je suis sur le lit, j'attends qu'on me dise quelque chose. C'est long j'en ai marre, elles sont où les sage femme, je veux mon toucher du col moi J'espère tellement que les choses auront evolué, que le col aura bougé quoi…

12h45 :Jerôme est à la maison. Il a fait 3 courses puis a mangé. J'espère qu'il va pas tarder… De mon côté rien de plus, on m'a laissé manger une soupe, un yaourt et une compote, c'est tout ! Moi j'ai faim et j'aimerai bien un bout de pain avec du beurre salé et du chocolat noir, comme quand j'étais petite .

Je ne sais toujours pas à quelle sauce je vais être mangée. Quand va t elle venir me voir zut ?

Si c'est pour aujourd'hui, je m'attends à ce que ce soit très long. J'en ai dejà marre de souffrir (remarque : ça fait dejà 9h de passées mine de rien) , d'autant que monito (qu'on vient de me poser à nouveau) n'indique toujours rien ! Je suis en colère contre moi !! Pourquoi ne voit on rien sur le monito, j'ai mal je ne suis pas folle !!

Moi qui ne voulait pas la peridurale, je ne veux alors que ça à ce moment là. J'en peux plus je m'effondre en larmes, je ne comprends plus rien à ce qu'il se passe.

Jerôme pense que je le veux tellement que je m'invente les contractions. Ben oui c'est quand meme bizarre qu'on ne voit rien. Cela dit, je n'apprecie pas sa remarque (deplacée je trouve) et je me fache, tout en pleurant de désespoir (le mot est fort mais à ce moment là je suis vraiment perdue). Il s'excuse, il est perturbé lui aussi, on ne sait que penser…

14h : La sage femme, Laurence toujours, m'enleve le monito et me fait le toucher du col. Je suis contente ! C'est très lent mais ça evolue : col completement effacé, ouvert à 3 (ça fait 10h que les contractions sont là et vont crescendo en ce qui concerne l'intensité de la douleur) , la poche des eaux est bien bombée. Moi j'ai les yeux rouges d'avoir pleuré. Je lui dis que je ne comprends rien en ce qui concerne le monito. Elle me répond "moi je n'ai pas besoin du monito pour voir que le travail a commencé et que vous avez bien des contractions, le col le montre ! " . Ah ben ça me fait du bien d'entendre ça…

Apparemment les capteurs ne captent pas les contractions ; ça arrive de temps en temps me dit elle… Bon ben ça tombe sur moi quoi Je reprends un léger sourire, entre les contractions evidemment, qui sont très raides maintenant.

Vers 14h30; la sage femme revient avec mon gyneco. Tous deux me proposent la peridurale pour dans 2h ; là c'est trop juste encore pour me la poser. Ils m'annoncent ce qu'ils veulent faire ensuite, si je suis d'accord, vu que c'est très long : me percer la poche des eaux, me donner du cyntocinon pour accelerer et intensifier les contractions, de manière à ce que le col s'ouvre plus vite.

Je fais totalement confiance à mon gyneco, il est très calme aujourd'hui je trouve. Je me sens écoutée et comprise, à la fois par lui, par la sage femme, et par jerôme. J'accepte bien entendu la péri, car là j'ai vraiment mal.

14h45 : Jerome va chercher les sacs qui sont dans la voiture. Eh oui, la sage femme nous dit qu'on repartira à 3 , je suis super contente et jerome aussi d'ailleurs. Enfin !! Le grand jour ! J'ai hâte que Louis soit là, avec son papa et sa maman. J'ai un peu peur de l'accouchement aussi… On a sorti le petit sac d'habits de bébé pour la naissance, et le mien aussi.

Je suis toujours dans ma chambre, Jerôme fait des mots fléchés à coté de moi. Les contractions s'intensifient. Je souffre mais maintenant que je sais que c'est le grand jour, je les supporte mieux, du moins moralement.

J'envoie des textos à adeleh, toutes les bulles me soutiennent, m'encouragent. Elles sont géniales, elles me reconfortent, eh oui, meme par le biais de quelques textos (merci aufeminin de ces rencontres).

15h30 : J'attends qu'on vienne me chercher pour la péri. Je suis anxieuse ; je crois que ce qui me fait le plus peur, ce sont les effets secondaires possibles de la péri… Mais c'est tout, le reste je l'attends de pied ferme (la fin du travail et l'accouchement). Mon petit Louis ne bouge presque pas ; je ne sens que les contractions, qui le gênent je pense. Moi j'ai faim, j'ai très faim !! Mais j'ai aussi des remontées acides qui me tuent la gorge. Un petit verre d'eau ? Ben non j'ai plus le droit de boire Je triche et bois deux verres d'eau. Ah ça fait du bien !! Je me leve, va contre le mur et fais la bsacule du bassin, pour soulager mon dos (je ne ressens les contractions que dans le dos depuis le matin) et pour essayer de faire descendre Louis, qui est encore sous ma côté droite !!! Donc très haut. Je ne sais pas si ça marche, je le fais tant que je le peux, entre deux contractions. J'essaie de me souvenir des cours de la sage femme, faire la petite bougie (respiration) et la bascule du bassin… Ca fait passer le temps.

16h : j'en peux plus, de retour sur le lit, j'ai très très très mal. Comment me mettre pour être à l'aise ? Je me mets sur le côté et mords l'oreiller. J'ai mal !! Où est la péri ?!!! Je ne sais pas ce que fait Jerôme à ce moment là. Il est à côté de moi pourtant, mais ma tête est absorbée par les contractions, il n'y a que moi, Louis et les contractions. Je dis alors brusquement à Jerome d'aller demander pour la péri, car là je crois mourir.

16h45 : Laurence, la SF, revient : elle me fait un toucher, me dit qu'on va aller au bloc (dans la salle d'accouchement en fait) pour la péri. Elle ajoute de ne rien dire à l'anesthésiste sur mon col. Il n'est qu'à 3 et demi -4, il ne me la posera pas si il le sait. Ok, j'obeis, je me tais… Remarque parler j'en ai pas envie, j'ai trop mal. Dernier message aux bulles pour leur dire que la péri approche, que la naissance également.

17h : laurence me dit qu'on y va, elles se mettent à deux à desserer les freins du lit pour m'amener. Moi je descends du lit et marche vers la salle d'accouchement, je suis le lit qui est vide !! J'ai mal mais je peux encore marcher… Heureusement il y a que 100 mètres à faire Jerôme me tient la main, il ne dit rien, il est très stressé. Il ne me le montre pas mais je le sais, je le connais. Il boit chacune de mes paroles et ne sait qu'y repondre, sauf des "je t'aime" et des "t'es courageuse ma chérie, c'est bientôt fini". Et moi de lui répondre qu'enfin tout va commencer, la nouvelle vie avec Louis, être une famille, ce que j'attends depuis 9 mois, enfin 8 et demi plutôt.

17h05 : Ca y est je suis sur la table d'accouchement ; elle est bien confortable, c'est cool ! On me met la perfusion, je ne sais pas ce qu'il y a dedans, je m'en fiche, je me sens bien et presque libérée. Si les contractions n'étaient pas là, ce serait merveilleux. Mais non elles sont là et je pleure de douleur, je suis fatiguée j'ai faim, je veux que ça se termine, vite. Bon, c'est pas moi qui decide après tout, alors j'attends Monsieur l'anesthesiste. Laurence me fait un toucher, col à 5, yes yes ! Plus de souci pour la péri ! Il a bougé d'un et demi en 15 minutes, le fait d'avoir marché peut-être ?

L'infirmier anesthesiste est arrivé, il prepare tout…

17h15 : mon sauveur arrive, l'anesthesite !! Yes !! On me met la peri ; c'est pas douloureux du tout, ni la piqure, ni le cathéter, ni le liquide qui passe ; je ne sens rien, il est bien cet anesthésiste alors.

Autour de nous, la SF, le gyneco, l'anesth. Et son infirmier. Ils sont cool, une ou deux blagues fusent de leur esprit. Je rigole !!

Et de suite, en meme pas 2 minutes, je ne sens plus rien, les contractions ont comme disparu. Je me sens bien. Je ne sens que mes 2 jambes qui sont lourdes lourdes lourdes, je n'arrive plus à les soulever.

Le monito, lui, ne montre toujours aucune contraction, ou des miniscules, ils sont tous assez étonnés et amusés par ce fait… Moi je m'en fiche, j'ai la péri, je suis tranquille, je demande un bisou à jerôme.

Là le temps passe vite et je n'ai plus la notion du temps. Pourtant je regarde la pendule mais ne me souvient plus de ce qui se passe à tel moment.

Laurence me perce la poche, vers 17h30 je pense. Puis on met du cynotcinon dans la perf… Je ne sens toujours rien. Mon col lui est à 6 seulement à 18h…

Le temps passe, je ne sens rien, c'est la fête, je me sens trop bien. Jerôme est content, il avait peur que je sois insupportable dans la salle d'accouchement (car je suis plutôt douillette). Apparemment il est fière de moi ; j'en suis contente !!

Vers 18h30, le gyneco dit à laurence que la dose de cynto qu'on me met "c'est de l'homeopathie à ce niveau là" , alors il augmente la dose…

La SF et lui, ainsi que l'aide soignante, commencent à faire la tête. Je ne sais pas pourquoi. Jerôme regarde le monito et lui aussi fait une drôle de tête.

Je demande ce qu'il se passe : le gyneco me dit calmement qu'il faut que ce soit rapide, car Louis souffre de bradychardie (ça je ne l'ai su qu'après). Son coeur passe de 160 à 50, remonte, puis redescend à 50. Jerome le voit mais ne me dit rien, heureusement, car j'aurai perdu tous mes moyens.

Mon col est à 8; je n'ai toujours pas mal ; mais le gyneco parle de cesarienne, ça ne se passe pas bien. Il me repète qu'il faut aller vite, sinon ce sera césarienne. Il parle aussi d'episiotomie pour que le bébé passe tout seul assez vite. Je n'ai qu'à pousser.

Oui mais le col n'est qu' à 8!!

Laurence s'installe en face de moi, elle met sa main quasi entière pour ouvrir elle meme le col jusqu'à 10. Elle me demande si elle me fait mal. Ben non, c'est rigolo, je sens sa main, mais je n'ai pas mal. La péridurale a un énorme effet sur moi, j'ai le sourire, j'assiste à tout, j'entends tout. En revanche je ne vois rien, que mon ventre et sa main qui entre dans mon champ de vision, reduit à ce stade là. Il doit être 19 h15.

19h30 : elle dit c'est bon on peut y aller. Le gyneco me demande si j'ai suivi les cours pour pousser. Oui je les ai suivi… Il me repond que mon périnée est quand meme tonique, que je vais sans doute avoir droit à l'episio… Mourde alors, moi qui ai mis ma creme censée rendre le perinée intacte, je suis pas très contente… Mais bon, je lui dis "faites ce qu'il faut, je vous fait entièrement confiance". Il me remercie, si si.

La poussée commence, j'y met tout ce que j'ai dans les tripes. 1ere contraction passée, jerôme et l'aide soignante tiennent mon dos et ma tete, laurence est devant, le gyneco regarde le monito toujours, un peu inquiet, je le vois dans son visage. Laurence et le gyneco me dise que je pousse super bien, que la tete arrive.

2eme contraction, on me dit la même chose, que je pousse très très bien. Je suis fière ! J'ai toujours le sourire, je ne sens toujours rien. Enfin je sens que je pousse, mais j'ai pas mal du tout.

3eme contraction la tête est sortie. J'entends plus rien, j'entends personne, pas même Louis qui a de suite crié (dixit jerôme).

Laurence s'empare vite d'un couteau, ou ciseau j'en sais rien, je vois pas. Elle coupe le cordon, qui est autour de la tête ; voilà pourquoi Louis était mal. Je ne le saurai qu'à la fin qu'il avait le cordon autour du cou. Pauvre petit chou…

4eme contraction et dernière : Louis est sur moi, tout plein de vernix, gris beige.

Il est beau, il est magnifique !! Sur moi il crie, là je l'entends, je suis rassurée, il vit, il crie, je vois Jerôme aussi, à ma droite, les yeux petillants. Il pleure presque. Moi je souris toujours. Il me dit que j'ai été merveilleuse, très courageuse. Et moi de lui repondre que j'ai pas eu mal du tout et que je me sens bien.

Laurence annonce alors : périné intacte, pas de dechirure, juste deux toutes petites eraillures de rien du tout, aucun point ; rien.

Waou je suis contente !! Fière de moi, je dis tout haut : "merci marie lyne", la SF des cours qui nous a conseillé la fameuse creme "periné intacte". Laurence ajoute "c'est grace à vous, vous avez merveilleusement poussé".

Louis est né à 19h45.

Il reste le placenta… Purée en debut de grossesse il se decollait, là il veut pas sortir, il est collé à bloc ! C'est le comble ! J'en rigole… Mais il faut le sortir, vite à ce qu'on me dit. Laurence va le chercher avec sa main, le gyneco et l'aide soignante m'appuient sur le ventre. Purée ils me font mal !! Première fois depuis que j'ai la péri que j'ai mal ! C'est meme pas pour bébé, mais pour le placenta ; j'en rigole, je souris tout de meme ! Louis est avec Papa à se faire examiner par une autre aide soignante. Je l'ai gardé que deux minutes je pense, je veux qu'on me le ramène.

Puis ça y est le placenta est dehors, je suis vide, j'ai plus de ventre c'est rigolo. Je suis zen, je suis bien.

Au bout d'une heure, Louis revient, emmitoufflé dans ses habits, un drap et une couverture. Il est sur moi, je l'aime !! C'est beau la vie, c'est magnifique !! Jerôme a le sourire, il est content. Moi aussi. On restera comme 1 heure, moi allongée, jerôme à côté de moi, et Louis dans mes bras et ceux de son papa.

Il n'est pas du tout fripé, sa petite tête aidant je pense (PD : 30) ; il est beau, il est beau. Jerôme et moi sommes plus que fièrs ! Nous sommes enfin papa et maman, nous sommes une famille.

Malgré les douleurs du debut du travail, ce jour est inoubliable. J'en garde un super souvenir. Merci à l'equipe qui m'a entourée, grand merci à la peridurale qui m'a fait tout vivre sans aucune douleur, merci biensur à mon amour Jerôme sans qui sans doute j'aurai craqué plus, merci aux bulles qui m'ont soutenu de A à Z, et enfin merci la vie, merci de m'avoir donné ce petit bout de 2.500 aujourd'hui qui fait mon bonheur.

Adeline.
  Lire la suite de la discussion sur aufeminin.com


50469
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Un bebe pour 2014...debut des essais cet ete! - desir d'enfant - les clubs

image

Oui j'ai allaité ma puce 1 an, que du bonheur ! Malgré des débuts difficiles (préma) … Je vais te faire un copier coller de mon récit d'accouchement, j'espere que tu pourras accouché par voie basse pour le deuxieme ! Lundi 1 er novembre à 36...Lire la suite

Ca me tenterai bien mais.... - accouchement naturel

image

Merci ! Voilà donc mon récit : Le 10/02/2013. Je commence à perdre le bouchon muqueux mais aucun autre signe avant-coureur…. Le 14/02/2013. Nous sommes jeudi je sais pas ce qu'il me prend de faire le ménage à fond puisque le jour du ménage...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages