Histoire vécue Grossesse - Bébé > Accouchement > Péridurale      (2638 témoignages)

Préc.

Suiv.

Pas le temps pour une péridurale mais un rachis

Témoignage d'internaute trouvé sur doctissimo
Mail  
| 826 lectures | ratingStar_222781_1ratingStar_222781_2ratingStar_222781_3ratingStar_222781_4
Accouchement La semaine précédant l'accouchement comme depuis 2 semaines je fais mes 3 monitorings pour surveiller ma tension qui ne cesse de monter. Le mercredi 29/05, suite au monito une prise de sang est effectuée car ma tension est a 17 voir 18 et les contractions un peu plus fortes que d'habitude mais pour moi rien d'alarmant. L'obstétricien qui tient a me voir souhaite m'hospitaliser pendant 48h. Je parlemente et obtient d'attendre le monito de vendredi, en effet je ne suis que a 34SA soit encore très loin de l'accouchement (7 semaines). Ayant éteins mon portable ce n'est que le vendredi midi que je reçoit les 8 messages de la maternité tous plus alarmants les uns que les autres: « veuillez rappeler d'urgence la mater pour une hospitalisation immédiate » Moi très zen je me dis que je rappellerai dans la soirée mais Mehdi me demande de faire ma valise et m'oblige a aller a l'hôpital. Je me prépare pour 48h d'hospitalisation et pas une de plus soit un pyjama et une tenue de rechange et de quoi faire une petite toilette. Je précise que a ce moment là la valise maternité classique n'est pas prête car je fais un refus ridicule de la préparer, tout est acheté mais éparpillé dans la maison. Donc direction la maternité pour une entrée (de mauvaise humeur) vers 15h00. Je précise que c'était le premier week-end de congés de Mehdi depuis au moins 1 mois et que j'allais le passer a l'hopital pour une simple observation! Ah si juste avant le départ j'ai quand même la bonne idée de faire une dernière photo de mon ventre juste au cas ou... Dès mon arrivé monitoring, prise de sang, pose d'un cathéter... Puis plus rien, rien jusqu'au samedi 15h00, j'enrage la nourriture est plus que moyenne et je suis de mauvaise humeur, il fait très chaud (les seules chaudes journées de l'été!) et des travaux sont fait dans le parking sous mes fenêtres! Donc samedi après midi ma tension continue a monter ainsi qu'un bon mal de crane, les examens s'accélère ainsi que les rotations dans le lit a coté de moi ou les filles arrivent, sont déclenchée et reparte grrrrrr! Le dimanche mon mal de tête deviens limite supportable, je gonfle de partout ca se voit presque a l'oeil nu, l'anesthésiste vient m'expliquer que je fais une Préeclampsie (tension élevée, retentions d'eau et protéine dans les urine) le soucis c'est que je fait ça en 48 h au lieu de plusieurs mois... Il m'explique qu'il faut que je tienne coute que coute jusqu'au samedi d'après pour atteindre la 36eme semaine ou mon bébé ne serait plus que prématuré et non grand prema. Il me donne un traitement assez fort de Loxen et Trandate. Après sa visite et a partir de 18h00 tout s'aggrave ma tête est sur le point d'exploser, mes jambes et mon cou enflent (sexy!) A minuit j'en peu plus, je vomis toute les 5 minutes les contractions s'intensifie. L'anesthésiste (seul médecin de garde) est appelé. Il est très désagréable, me propose même de signer une décharge si je suis pas contente, il finit sa garde a 7h00 et a des accouchement plus urgent!! (Je ne l'ai jamais revu!) A 3h00 une sage femme regarde mon col: le travail a commencé je suis a 4cm le bébé est positionné prêt a sortir. Cette sage femme prend sur elle de réveiller le chef du service qui demande un nouveau monitoring et arrive. A 3h30 tout s'accélère, le coeur du bébé lache ainsi que le mien je passe de 20 de tension a 6 en moins de 2 minute. Il y a souffrance foetale, je tiens plus le coup, je pleure en continu de douleur et de lassitude. A 3h45 le col est ouvert a 4,5cm il faut agir. Le chef de service arrive et prend les chose en main, je suis descendu au bloc, betadinée dans l'ascenseur, préparée dans les couloirs (questionnaire, rasée...) On me demande un numéro pour joindre Mehdi l'infirmier me précise qu'il y a urgence, elle lui laisse un message lui demandant de faire très vite. Dans l'ascenseur un interne demande même qui de la mère ou le bébé il faut privilégié (réjouissant!) Enfin a 3h55 j'entre au bloc, pas le temps pour la péri ce sera une rachis (plus profond et qui agit en 3 minute) c'est assez impressionnant mais curieusement a ce moment là j'allais beaucoup mieux. Pour moi tout aller s 'arranger, il y avait 2 pédiatres, 2 obstétriciens et 9 internes et infirmières. Je me suis sentie entourée et rassurée. J'entends: « 4h00 incision puis 4h04 naissance et là des pleurs et ca fait un bien d'entendre ces pleurs, je demande fille ou garçon on me répond c'est une fille je l'aperçoit puis un pédiatre l'emmène. Un interne dit alors, mais c'est pas possible vous étiez au terme!!! et non 7mois et demi a peine! 30 minutes plus tard et un bon coup d'aspirateur je suis en salle de réveil. On me dit que Mehdi est arrivé et qu'il est avec la petite qui a du aller en réanimation pour des examens (j'apprendrais plus tard que son coeur avait lâché et qu'elle avait du être réanimée). Mehdi me rejoint tout perturbé par ce réveil nocturne, il a même pensé a tout rassembler dans la valise et a prendre l'appareil photo. Une sage femme a pris 2 clichés de ma puce qu'il me donne. L'appareillage est impressionnant elle ne respire pas seule et est perfusée en 3 endroits mais elle est si belle. Elle pèse 3K580 pour 52cm! Beau préma Pour moi la pression retombe peu a peu, je suis pressée qu'on me l'amène et pense qu'il ne s'agit que de quelques heures. Je n'ai pas mal même après la dissipation de l'anesthésie, seule la migraine encore plus forte subsiste. Je suis appareillée de partout et je passe le lundi dans le brouillard, Mehdi navigue entre moi et Inès qui va pas très bien mais bien entendu on ne me le dit pas. Il est épuisé et n'a pas encore dormit. Le mardi je me sens d'attaque pour aller la voir mais là horreur pour moi on me le refuse, l'anesthésiste trouve que mon état n'est vraiment pas bon et qu'il ne faut surtout pas que je sorte de ma chambre. Inès est en univers stérile et demande des soins lourds, de plus elle a une jaunisse ainsi qu'une infection par une bactérie. Mardi et mercredi je suis dans un état proche de la déprime, je vaux voir ma fille, Mehdi passe beaucoup de temps avec elle pour la rassurer la toucher, la prendre en photo mais je veux la voir, je supplie les médecins mais rien a faire. Je n'ai pas l'impression d'être maman, je n'ai plus de ventre mais pas de bébé n'ont plus, on me dit qu'elle lutte courageusement pour sa survie et je veux l'aider! Bref je crois que c'est l'une des épreuve les plus dures que j'ai eu a subir. Le jeudi soit 4 jours après l'accouchement j'ai appris a faire baisser ma tension en respirant calmement quand l'infirmière arrive et victoire je peux aller la voir 15 min avec Mehdi et une infirmière en fauteuil roulant. Les infirmière toutes plus gentilles les unes que les autres sont prête, j'appelle Mehdi qui travaillait, en 15 min il est là et on est partit avec le fauteuil et l'appareillage. Après de nombreux couloirs et ascenseur je la voit enfin, entre temps elle est passé en soin intensif car elle respire un peu mieux et n'a plus besoin d'univers stérile. Elle est si belle mais semble si fragile avec touts ces tuyaux et électrodes, je peux la toucher, elle vient de boire le lait que j'avais tiré un peu plus tot. Ce fut pour moi un moment merveilleux mais si bref. J'ai du regagner ma chambre. Ce qui fut très dur c'est de recevoir des visites sans bébé a admirer, je n'avais envie de voir personne, je me disais qu'elle était née beaucoup trop tot, je pouvais appeler le service jour et nuit mais ca suffisait pas. Le vendredi matin on m'annonce qu'elle respire beaucoup mieux et qu'on a ôté l'intubation au profit d'un dispositif plus léger. Peut être l'envie de faire comme ma fille, toujours est il que dans l'après midi je suis moi aussi débranchés pour être mise sous médicament. Dans la soirée on m'annonce que si une place se libère en unité Kangourou (unité qui accueille au même étage les maman et bébé en difficulté, les bébé sont dans une unité au bout du couloir). Il n'y a que 15 places mais j'ai bon espoir. A 20h00 c'est le déménagement, je peux la voir quand je veux, jour et nuit. Elle est encore appareillée mais je peux la prendre dans mes bras. A 22h00 c'est la première tétée, tout marche du premier coup c'est notre premier peau a peau, je ne me lasse pas de la regarder. Dans cette unité seuls les parents et grands parents sont autorisé a rentré. C'est le samedi qu'on lieux les présentations, tout le monde s'accorde a dire qu'elle est superbe. Peut être le fait d'avoir été réunit, mais pour elle ca s'accélère, elle est débranchée complètement et dès le dimanche elle peut regagner ma chambre, il ne reste plus que les antibiotiques et les lampes bleus contre la jaunisse mais plus de grosses angoisses. La sortie n'est plus si loin que ca. Tout le personnel soignant est épaté par la rapidité avec laquelle elle est passée de réanimation a plus rien. C'est derniers jours sont l'occasion des premiers bains, câlins en tout genre. Bizarrement c'est a ce moment que je me sens le plus fatiguée, mais si heureuse... Le mardi 12 juin soit 8 jours après sa naissance nous sortons. Ca a été l'étonnement pour tout le monde car vu l'accouchement on me prédisant au moins 15 jours d'hospitalisation et peut être plus pour Inès. Ce ne fut pas l'accouchement que j'avais imaginé mais avec le recul nous avons eu beaucoup de chance d'être déjà a l'hôpital et aussi bien prise en charge et entourées.
  Lire la suite de la discussion sur doctissimo.fr


222781
b
Moi aussi !
Vous avez peut-être vécu la même histoire ?

Signaler un abus
Les titre et syntaxe du témoignage ont pu être modifiés pour faciliter la lecture.


Histoires vécues sur le même thème

Un bebe pour 2014...debut des essais cet ete! - desir d'enfant - les clubs

image

Oui j'ai allaité ma puce 1 an, que du bonheur ! Malgré des débuts difficiles (préma) … Je vais te faire un copier coller de mon récit d'accouchement, j'espere que tu pourras accouché par voie basse pour le deuxieme ! Lundi 1 er novembre à 36...Lire la suite

Ca me tenterai bien mais.... - accouchement naturel

image

Merci ! Voilà donc mon récit : Le 10/02/2013. Je commence à perdre le bouchon muqueux mais aucun autre signe avant-coureur…. Le 14/02/2013. Nous sommes jeudi je sais pas ce qu'il me prend de faire le ménage à fond puisque le jour du ménage...Lire la suite


 
Voir tous les  autres témoignages